Archives par mot-clé : épigraphie

Apprise et oubliée : l’écriture en devenir

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de N. Moncunill Martí, M. Ramírez-Sánchez (eds.), Aprender la escritura, olvidar la escritura. Nuevas perspectivas sobre la historia de la escritura en el Occidente romano (Anejos de Veleia, ser. minor, 4), Vitoria-Gasteiz 2021.

 

Quand ils s’intéressent à l’écriture, les historiens de l’Antiquité se concentrent généralement sur l’apparition de la ‘literacy’. De ce point de vue, l’originalité de cet ouvrage apparaît dès le titre : si on adopte le temps long, le processus d’acquisition de l’écriture n’est nullement linéaire : il y a effectivement des périodes où la pratique se généralise, et d’autres où elle régresse. Ainsi, après les progrès notoires de l’Antiquité, le haut Moyen Age voit l’écriture se recroqueviller, limitée aux clercs qui copient aussi les œuvres  du passé. Plus tard, un processus d’apprentissage généralisé se met en place et une proportion croissante de la population réapprend à lire et à écrire.

Continuer la lecture de Apprise et oubliée : l’écriture en devenir

Lire et écrire dans l’Antiquité

Michel Feugère

Compte-rendu de Anne Kolb (ed.), Literacy in Ancient Everyday Life. De Gruyter, Berlin 2018.

 

Apprécier l’aptitude à lire et à écrire dans les sociétés anciennes est un vaste sujet, envisagé ici à la fois, d’abord, d’un point de vue très général, avec six contributions ; et plus précisément ensuite dans l’Antiquité romaine, avec douze autres articles centrés sur cette période qui voit, dans la plupart des cultures occidentales en-dehors du monde gréco-romain proprement dit, les provinces passer du règne de l’oralité à une culture écrite. Tous ces travaux sont issus d’une conférence internationale tenue à l’Université de Zürich, dont on a donc ici les Actes. Continuer la lecture de Lire et écrire dans l’Antiquité

Instrumentum inscriptum: un module épigraphique pour Artefacts

Michel Feugère

 

Le projet de construire un outil adapté à l’enregistrement et l’analyse des inscriptions sur objets archéologiques remonte maintenant à quelques années. Je l’avais évoqué dans un billet de blog en 2017, car c’est cette année-là que, dans le cadre d’une candidature ERC sur l’épigraphie, j’avais proposé à Alex Mullen, la coordonnatrice de  LatinNow, deux projets français, dont cet outil. Les projets ayant été acceptés, et avec les délais nécessaires à la mise en place d’une convention entre le Cnrs et l’Université de Nottingham, c’est en août 2020 que le travail a pu commencer de manière effective. Continuer la lecture de Instrumentum inscriptum: un module épigraphique pour Artefacts

Signacula ex aere : épigraphie et matérialité

Michel Feugère

Fig. 1 — Theodor Mommsen, Heinrich Dressel et Otto Hirschfeld  (Wikipedia).

On considère généralement que l’instrumentum inscriptum a reçu ses lettres de noblesse académique quand Th. Mommsen, H. Dressel, O. Hirschfeld (fig. 1) et d’autres savants allemands ont inséré dans différents volumes du CIL (Corpus Inscriptionum Latinarum), publiés à partir de 1863, des estampilles sur amphores, tuiles ou autres céramiques, des graffites et divers objets inscrits, ustensiles, instruments ou simples supports de textes auxquels on n’avait jusque là accordé que peu d’intérêt. Ce projet pharaonique de l’Académie des Sciences de Berlin-Brandenbourg (BBAW) a été mené avec tant de brio que ses différents volumes, constamment réédités depuis le XIXe  s., et en partie mis en ligne désormais, constituent encore aujourd’hui la bible des épigraphistes de l’Antiquité romaine (pour une histoire des recherches sur l’instrumentum inscriptum : Buonopane 2017 ; étude des signacula dans le CIL : Braito 2014). Continuer la lecture de Signacula ex aere : épigraphie et matérialité

Gloire aux Graffiti !

Morgane Andrieu

 

Compte-rendu de M. Corbier, M. Fuchs, P.-Y. Lambert, R. Sylvestre (dir)., Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture, Actes du IIIe colloque Ductus, Association internationale pour l’étude des inscriptions mineures (Paris, EPHE, 22-24 octobre 2015), Éditions Mergoil, Dremil-Lafage, 2020 (Monographies instrumentum, 65), 250 p.

 

Il suffit de feuilleter ce petit bijou d’épigraphie publié par Ductus, l’association internationale pour l’étude des inscriptions [dites] mineures, pour se rappeler que l’écriture était omniprésente à l’époque romaine. L’ouvrage, largement illustré, réunit 23 contributions consacrées aux graffites (ou graffiti) – ces dessins ou écritures “en liberté” qui diffèrent des inscriptions “officielles” taillées en capitales sur pierre ou sur bronze, comme peuvent l’être les dédicaces de monuments et les inscriptions honorifiques, par exemple. Cet ouvrage vise donc à étoffer la recherche et le discours sur un matériel épigraphique et archéologique trop longtemps négligé : les graffiti sur éléments architecturaux (briques, tuiles, colonnes, murs, etc.) et sur les objets du quotidien (vaisselle, instrumentum, etc.). Continuer la lecture de Gloire aux Graffiti !

Morgane Andrieu

 

Compte-rendu de M. Corbier, M. Fuchs, P.-Y. Lambert, R. Sylvestre (dir)., Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture, Actes du IIIe colloque Ductus, Association internationale pour l’étude des inscriptions mineures (Paris, EPHE, 22-24 octobre 2015), Éditions Mergoil, Dremil-Lafage, 2020 (Monographies instrumentum, 65), 250 p.

 

Il suffit de feuilleter ce petit bijou d’épigraphie publié par Ductus, l’association internationale pour l’étude des inscriptions [dites] mineures, pour se rappeler que l’écriture était omniprésente à l’époque romaine. L’ouvrage, largement illustré, réunit 23 contributions consacrées aux graffites (ou graffiti) – ces dessins ou écritures “en liberté” qui diffèrent des inscriptions “officielles” taillées en capitales sur pierre ou sur bronze, comme peuvent l’être les dédicaces de monuments et les inscriptions honorifiques, par exemple. Cet ouvrage vise donc à étoffer la recherche et le discours sur un matériel épigraphique et archéologique trop longtemps négligé : les graffiti sur éléments architecturaux (briques, tuiles, colonnes, murs, etc.) et sur les objets du quotidien (vaisselle, instrumentum, etc.). Continuer la lecture de Gloire aux Graffiti !

On écrit sur les murs…

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de Rudolf Wachter (dir.), Pompejanische Wandinschriften (Sammlung Tusculum). Berlin, De Gruyter, 2019. ISBN 978-3110649437

 

Les graffites pariétaux de Pompéi ont depuis longtemps retenu l’attention des antiquaires, puis des archéologues et historiens, en mettant en lumière un aspect nouveau des usages de l’écriture dans les sociétés romaines : dans le domaine public, des inscriptions assez nombreuses étaient peintes, notamment les publicités électorales ou commerciales ; et à la maison, dans l’obscurité des couloirs et autres recoins discrets, on n’hésitait pas à confier aux murs des messages de natures très diverses : souhaits, exploits amoureux, désirs ou frustrations, mais aussi blagues de potache, listes de courses…, etc. Continuer la lecture de On écrit sur les murs…