Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation

Chers/chères collègues, Nous vous convions à une journée thématique intitulée « Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation » portée par l’axe 2 du laboratoire ArAr « Culture matérielle : céramiques et artefacts ». Elle se tiendra le 15 juin 2022 à l’espace Marc Bloch à la MSH LSE 14 av. Berthelot (7e). Le lien pour suivre l’évènement sera communiqué aux personnes inscrites auprès des organisateurs.

Télécharger le programme et l’affiche.

Stéphanie Bigot, Antony Carbone et Alyssa Turgis
Chercheur et doctorants au laboratoire ArAr UMR 5138 – MOM – Lyon

Illustration en tête de billet : Archeodunum SAS.

Appel à communication – Culture matérielle d’un site : caractérisation d’un faciès et interprétation –

Journée d’étude axe “Culture matérielle : céramiques et artefacts”. Laboratoire ArAr – UMR 5138.

Thème 2 : Contextes et consommation – usages et fonctions

Argumentaire :

L’étude des vestiges matériels est le point de départ de la recherche archéologique et notre principale source de connaissance sur les cultures passées. Elle est le support d’un discours sur les techniques de production et les modes de consommation de ces artefacts.

Au cours des dernières décennies, plusieurs publications ont entrepris de définir une méthode d’étude relative au classement (Batigne-Vallet, Lemaître 2008 : 212‑214 ; Briand et al. 2013 ; Feugère et al. 2018), au décompte (Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 ; Demierre et al. 2013) et à la représentation des mobiliers archéologiques (Arcelin, Rigoir 1979 ; Feugère et al. 1982 ; Abert et al. 2021). Il n’existe toutefois pas de consensus établi pour comparer et d’interpréter le faciès d’un site ou pour comparer deux faciès.

Plusieurs événements scientifiques ont eu lieu autour de ce sujet et de ses enjeux (Ballet et. al. 2018 ; Berthon, Ducreux 2020). Cette journée d’étude viendra compléter les réflexions déjà menées en proposant des études de cas récents (en privilégiant des données quantifiées), mais aussi en ayant un aspect méthodologique en présentant des méthodes d’analyse et  d’interprétation (quantification, classement, outil d’analyse, etc). Ce temps d’échange mettra également en avant l’actualité de la recherche.

Ainsi, en résumé, cette journée d’étude se propose de réfléchir aux questions suivantes : qu’apporte l’interprétation des faciès mobilier dans la caractérisation de la culture matérielle d’une population ? Comment interpréter les différents résultats ?

Thèmes :

  • Caractérisation d’un faciès mobilier (usages et fonctions) : étude de cas et synthèse
  • Méthode d’étude
  • Actualité de la recherche

Modalités de soumission :

La proposition de communication se fera sous la forme d’un résumé d’une page max. (format .doc/.docx ou pdf), à envoyer avant le 30 avril 2022, à antony.carbone@gmail.com, stephanie.bigot@inrap.fr et alyssa.giraudo@gmail.com. Ce document comprendra :

  • nom, prénom, rattachement de l’auteur
  • le titre de la communication
  • un résumé de la communication de 1 000 signes maximum, avec quelques illustrations si vous le souhaitez.

La journée sera retransmise à distance : il est possible de communiquer également à distance. Merci de nous le préciser lors de votre proposition.

Bibliographie :

Abert et al. 2021 : Abert F., Linlaud M., Feugère M., Guide pour illustrer le mobilier archéologique non céramique, Drémil Lafage : Monique Mergoil, coll. « Hors Collection », 15.

Arcelin, Rigoir 1979 : Arcelin P., Rigoir Y., Normalisation du dessin en céramologie, s.l. : s.n., coll. « Documents d’Archéologie méditerranéenne », 1.    

Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 : Arcelin P., Tuffreau-Libre M., La quantification des céramiques: conditions et protocole, Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, coll. « Bibracte », 2.     

Ballet et al. 2018 : Ballet P., Lemaître S., Bertrand I. (éd.), De la Gaule à l’Orient méditerranéen: fonctions et statuts des mobiliers archéologiques dans leur contexte, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, coll. « Archéologie et culture ».

Batigne-Vallet, Lemaître 2008 : Batigne-Vallet C., Lemaître S., « Le mobilier céramique d’un site antique du Vieux-Lyon fréquenté entre le deuxième quart du Ier s. av. J.-C. et le début du Ve s. ap. J.-C. : le Musée Gadagne », Revue archéologique de Narbonnaise, 41, pp. 211‑260.  

Berthon, Ducreux 2020 : Berthon A. A., Ducreux A., Grands ensembles de petit mobilier: méthodes et résultats. Actes de la table ronde Corpus. Clermont-Ferrand, 10-11 mars 2016, Drémil Lafage : Monique Mergoil, coll. « Monographies Instrumentum », 67.      

Briand et al. 2013 : Briand A., Dubreucq É., Ducreux A., Feugère M., Galtier C., Girard B., Josset D., Mulot A., Taillandier V., Tisserand N., « Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum », Les Nouvelles de l’archéologie, 131, pp. 14‑19.

Demierre et al. 2013 : Demierre M., Dubreucq É., Girard B., Roux É., « La quantification des mobiliers d’instrumentum », nda, 131, pp. 10‑14.

Feugère et al. 1982 : Feugère M., Foy D., Vallauri L., « Normalisation du dessin en archéologie : le mobilier non-céramique (métal, verre, os, bois, terre cuite) », Documents d’archéologie méridionale. Série Méthodes et Techniques, 2.  

Feugère et al. 2018: Feugère M., Berthon A., Bohbot H., Bourrieau Y., Callewaert M., Carbone A., Catté L., Defaix P., Eyango L., Gilles A., Giraudo A., Landrieux C., Mosca P., Pringalle M.-P., Soulat J., Tournier C., Vigier E., Viroulet B., « Artefacts, nature, structure et utilisation », Archéologies Numériques, 18, 1.

Il faut que ça brille ! Vases à engobe micacé et autres pièces de vaisselle en territoire Ségusiave

Amaury Gilles

Durant l’été 2020, une équipe d’Archeodunum conduite par Camille Nouet a mené une fouille dans l’agglomération antique d’Aquae Segatae (secteur de Moingt à Montbrison), Rue du Repos, à proximité des thermes de Sainte-Eugénie. Ce billet propose d’évoquer brièvement les apports de l’étude du mobilier céramique découvert lors de cette opération.

Cette fouille a révélé des vestiges denses, principalement d’époque romaine. Le mobilier céramique collecté totalise plus de 8000 fragments et plus de 1000 vases documentant la vie matérielle des Ségusiaves entre le milieu du Ier s. et le haut Moyen-Âge, l’essentiel du corpus se rapportant au Haut-Empire, car passé le milieu du IIIe s., les vestiges font l’objet de récupérations diverses. Les réoccupations éventuelles durant l’Antiquité tardive ou le haut Moyen-Âge livrent des vestiges arasés et les lots de mobilier sont trop hétérogènes et trop indigents pour cerner la chronologie des vestiges précisément.

Les données recueillies lors de cette fouille sont particulièrement intéressantes dans la mesure où ce secteur méridional du département de la Loire a encore fait l’objet de peu d’investigations archéologiques. Les données céramologiques pour le territoire ségusiave (Dumoulin 2007) se concentrent autour de la région de Roanne et plus au nord dans l’agglomération de La Pacaudière. Plus proches de Montbrison, les recherches menées à Saint-Romain-Le-Puy – Chézieux ont surtout concerné des vestiges plus anciens que ceux traités ici.

Le mobilier des premières occupations offre avant tout des repères chronologiques, même s’il faut mentionner la découverte de plusieurs vases déposés, parfois recouverts d’une tuile ou d’un couvercle et qui ont fait l’objet de prélèvements par le laboratoire Nicolas Garnier afin d’identifier les traces organiques laissées par leur contenu et éclairer les motivations de ces dépôts (fig. 1).

Exemple de pots déposés. clichés. D. Baldassari
 

 

Le comblement de deux fossés, au cours de la phase d’abandon du IIIe s. a livré un important corpus particulièrement intéressant, car un grand nombre d’objets sont exceptionnellement bien conservés (fig. 2-5). De plus, certains comportent des défauts de fabrication – chauffe excessive entrainant des déformations voire des bulles visibles sur certaines parois – suggérant la proximité d’un atelier de potiers. Parmi ces nombreux vases, on constate une grande variété de cruches et de bouilloires. Dans l’ensemble, ces céramiques communes montrent de belles finitions : lissage, engobe micacé adhérent.

fig. 2 : Cruche carénée à engobe micacé. Cliché D. Baldassari
fig. 3 : Cruche. Cliché D. Baldassari
fig. 4 : Pot à engobe micacé Cliché A. Gilles
fig. 5 : Pot à cuire Cliché D. Baldassari

La fréquence (3 bords sur un maigre total de 15) des amphores levantines dites « carotte » (Vipard 1995) produites notamment dans la région de Beyrouth, ayant pu contenir des dattes, apparaît ici comme une anomalie que nous n’expliquons pas.

Parmi les pièces remarquables mises au jour, il faut signaler la découverte d’une nouvelle inscription calendaire (fig. 6) sur Dr. 20, étudiée par M. Andrieu, rejoignant un corpus de marques relativement restreint (Berni Millet 2019). Ces marques indiquent le jour où débutait le séchage de l’amphore.

fig. 6 : Inscription calendaire sur amphores Dressel 20 de Bétique Cliché D. Baldassari

Les lampes à huile en terre cuite sont rares, 10 à 20 fois moins fréquentes qu’à Vienne par exemple suivant les ensembles de comparaison. Les habitants avaient sans doute recours à d’autres procédés pour s’éclairer. Ce constat prend d’autant plus de poids, lorsque l’on retire des neuf fragments inventoriés trois objets de type Loeschcke XIII décrits dans la littérature successivement comme lampe à suif ou comme abreuvoir à oiseau (Elaigne 1996 ; voir la discussion argumentée dans Malagoli 2016 : 336‑339 ; Galliègue 2017 : 786). Deux d’entre elles sont quasiment intactes et de fabrication vraisemblablement locale (fig. 7).

Fig. 7 : Lampe ou abreuvoir à oiseau Loeschcke XIII. Cliché D. Baldassari.

À la suite de ces recherches, il faut encore rappeler la rareté des fouilles réalisées dans la vallée du Giers, qui a pu être un axe de circulation important entre la région de Montbrison et la vallée du Rhône. Cet axe naturel expliquerait la présence faible mais régulière de céramiques ligériennes dans les cuisines des maisons viennoises et dans l’autre sens les occurrences de vaisselle de table et de cuisine d’origine rhodanienne (Fig. 8) à Montbrison.

Fig. 8 : Médaillon d’applique en sigillée claire B. Ech. 1. Cliché. A. Gilles.

La fouille de la rue du Repos a également fourni quelques vases témoignant d’occupations plus tardives, datées de l’Antiquité tardive (IVe s. – VIe s.), période pour laquelle on manque encore cruellement de données. Il s’agit soit de vases importés de la vallée du Rhône, soit de céramiques grises lissées (coupes carénées, mortier à collerette) partageant de nombreux points communs avec le répertoire des céramiques estampées grises dites DS.P.


Opération d’archéologie préventive conduite entre juillet et octobre 2020 sur la commune de Montbrison-Moingt (Loire), Rue du Repos, avant la construction d’une gendarmerie.

Prescription et contrôle scientifique : Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Maîtrise d’ouvrage : SCI Caserne Montbrison

Opérateur archéologique : Archeodunum (Responsable : Camille Nouet)


Notice de valorisation : http://www.archeodunum.com/montbrison-2020/

Bibliographie

Berni Millet 2019
Berni Millet P. – Calendar graffiti on Dressel 20 amphorae, in : Bezeczky T. (ed.) , Amphora Research in Castrum Villa on Brijuni Island, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Wien, p. 125‑145.

Elaigne 1996
Elaigne S. – Eléments pour une nouvelle interprétation des « lampes à suif » (type Loeschcke XIII), in : , SFÉCAG, Actes du congrès de Dijon, 16-19 mai 1996, SFÉCAG, Marseille, p. 461‑465.

Dumoulin 2007
Dumoulin F. – La céramique des Ségusiaves, du IIIe siècle av. n.è. au IIIe siècle de n.è., Université Lyon 2, Lyon, 2 vol.

Galliègue 2017
Galliègue A. – Les lampes à huile en céramique de Lyon-Lugdunum, de la fondation de la colonie (43 av. J.-C.) jusqu’au début du IVe siècle ap. J.-C.: Production et consommation, Thèse de doctorat. Université Lyon 2, Lyon, 2 vol. p.

Malagoli 2016
Malagoli Cl. – Les lampes à huile en terre cuite dans le Centre-est de la Gaule (Ier siècle av. – IVe siècle ap. J.-C.) Production, diffusion et consommation, Thèse de doctorat. Univ. Franche-Comté, Besançon, 3 vol., 1090 p. p.

Vipard 1995
Vipard P. – Les amphores carottes (forme Schöne-Mau XV) : état de la question, in : SFÉCAG, Actes du congrès de Rouen, 25-28 mai 1995, SFECAG, Marseille, p. 51‑77.

Citer ce billet : Amaury Gilles, "Il faut que ça brille ! Vases à engobe micacé et autres pièces de vaisselle en territoire Ségusiave." Le Fil d'ArAr, 23/03/2022, https://lefildarar.hypotheses.org/4559.

Vacuna, une déesse sabine. Premiers résultats des fouilles archéologiques du sanctuaire de Leone à Montenero Sabino (Italie)

Aldo Borlenghi et Marylise Marmara

Après les sondages de 2019 et les prospections réalisées en 2020, une première campagne de fouilles archéologiques extensives a eu lieu au mois de juillet 2021 sur le site du sanctuaire romain de la déesse sabine Vacuna à Montenero Sabino (Rieti, Italie).

Fig. 1. Fouilles en cours sur le site du sanctuaire.

Le chantier-école universitaire, co-dirigé par Aldo Borlenghi (maître de conférences, université Lumière Lyon 2, UMR 5138-ArAr) et Marylise Marmara (archéologue, université Lumière Lyon 2, UMR 5138-ArAr et UMR5133-Archéorient) avec Bérénice Chamel (anthropologue, UMR 5133 Archéorient) et Lucie Motta (céramologue, UMR 5138-ArAr), a vu la participation de 10 étudiants spécialisés (Master ASA, Master Mondes anciens et Licence 3 archéologie). La mission archéologique, financée par l’université Lyon 2 (Projet VACUNA, APPI 2020-2021), l’UMR 5138 ArAr et l’UMR 5133 Archéorient, a été réalisée en collaboration avec Alessandro Betori (Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per l’area metropolitana di Roma e la provincia di Rieti) et en partenariat avec A. Angelini du Centro Nazionale della Ricerca (ITABC CNR – Istituto per le Tecnologie applicate ai Beni Culturali, Consiglio Nazionale delle Ricerche, siège de Montelibretti, Rome), la commune de Montenero Sabino et l’association Stud’Archéo.

Contexte archéologique

Dans la commune de Montenero Sabino, le site archéologique de la localité de Leone, entièrement recouvert de végétation, occupe une terrasse définie par des murs en pierre qui affleurent encore (Borlenghi, Giletti, Poux 2020). Le site est situé sur un terrain élevé, dans une position stratégique par rapport au passage de l’axe routier antique entourant la colline à l’est et du gué traversant le ruisseau Montenero. Des voies de communication secondaires se dirigeaient vers le massif montagneux entre Casaprota et San Giovanni Reatino, à l’est duquel se développait la via Salaria augustéenne (Giletti 2012).

De cette zone provient une inscription votive gravée sur une pierre monolithique légèrement effilée vers le haut avec une base et un cadre supérieur (h. 0,93 m ; l. 0,36-0,29 m ; épaisseur 0,20 m), découverte vers 1950. Après que les propriétaires en aient fait don à la municipalité en décembre dernier, la stèle est conservée au Palazzo Bonacasata, dans le centre de Montenero Sabino. L’inscription, attribuable à la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C., est une dédicace à la déesse Vacuna par Quintus Tossius (AE 1979, 199 ; Borlenghi, Betori, Giletti 2020, p. 55-56) : Q(intus) Tossius Q(uinti) [f(ilius)] / Vaconae / d(ono) d(edit) l(ibens) m(erito). – « A Vacona/Vacuna Quintus Tossius, fils de Quintus, a fait ce don de son plein gré ».

Fig. 2. Don officiel de la stèle offerte à la déesse Vacuna, le 19 décembre 2021 au Palazzo Bonacasata à Montenero Sabino.

Sur les hauteurs de la colline de Leone, la terrasse, bordée au moins sur les côtés nord, ouest et sud par des murs en pierre sèche partiellement conservés de 50-60 cm de large, apparaît comme un espace artificiel plat, d’une superficie d’environ 1000 m2. Le mur du côté nord est bien conservé en hauteur et composé de blocs de taille moyenne à grande.

Durant l’été 2019, une campagne préliminaire de sondages menée par une équipe de l’université Lumière Lyon 2 a permis d’identifier la présence de vestiges antiques, d’évaluer leur état de conservation, de préciser leur stratigraphie et leur chronologie, ainsi que de déterminer leur attribution à une aire cultuelle, à laquelle se réfère l’inscription de Quintus Tossius à la déesse Vacuna.

L’existence d’un lieu de culte a été confirmée par la découverte d’offrandes votives en terre cuite et par la découverte d’un grand bâtiment (env. 250 m2) à plusieurs pièces de la fin du IIIe ou du début du IIe s. av. J.-C., peut-être un temple, au centre de la terrasse médiane. La première occupation du sanctuaire, datée entre le IIIe siècle avant J.-C. et la moitié du Ier siècle après J.-C., est suivie d’une période d’abandon, puis d’une nouvelle fréquentation, encore non clairement déterminée, au cours de l’Antiquité tardive. Aux IXe-XIIe siècles de notre ère, un ensemble de sépultures datées par radiocarbone (C. Oberlin, centre de datation par le radiocarbone de Lyon) y a été installée, peut-être en relation avec une église chrétienne. Les sources mentionnent une église de S. Giovanni in Leone.

Les investigations non invasives menées en 2020 (Schmitt, Borlenghi 2020) ont également permis d’identifier l’éventuelle extension du sanctuaire de Vacuna, dont l’installation pourrait avoir concerné une plus grande partie de la colline. Les études géophysiques et le relevé de la colline par LiDAR ont encore souligné le potentiel archéologique de la zone.

Objectifs

Concentrée sur la partie nord-ouest de la terrasse, la campagne, menée sur une surface de plus de 200 m2, avait deux objectifs principaux.

Tout d’abord, celui de mettre en évidence la présence de nouveaux murs ou de tranchées de récupération du bâtiment d’époque républicaine, sans oublier les fosses ou les dépôts votifs autour de ce dernier. La fouille s’est concentrée en particulier sur la pièce nord-ouest, dont les murs et le sol en opus signinum avaient déjà été découverts au cours des sondages de 2019.

Le second objectif de la campagne était de poursuivre la fouille des sépultures médiévales à inhumation afin de tenter de délimiter l’aire funéraire présente. La fouille a été réalisée selon les méthodes spécifiques à l’archéothanatologie. L’étude des ossements en laboratoire permettra l’identification biologique individuelle (âge, sexe et stature) ainsi que la recherche de pathologies et d’indicateurs d’activité.

L’ouverture du site sur une grande surface a permis d’obtenir une image plus complète des structures présentes. Le décapage du secteur immédiatement à l’ouest du bâtiment républicain a permis de mettre au jour une couche de tuiles, peut-être liées à l’effondrement d’une toiture.

Fig. 3. Aire des fouilles à la fin de la campagne archéologique.

Résultats et perspectives

Les données de la campagne 2021 confirment largement les phases d’occupation déjà proposées en 2019. Une occupation de la terrasse au IIIe siècle avant J.-C. est bien confirmée par le remplissage de la grande fosse F22 (diam. 2-2,30 m ; prof. 1,27 m). Celle-ci, déjà identifiée en 2019 (Motta 2020 ; Motta à paraître), semble présenter les caractéristiques d’un dépôt votif (l’étude du mobilier est en cours). Une grande quantité de céramique à vernis noir et de céramique commune à feu, avec parfois des graphites, a été découverte.

Fig. 4. Fosse F22 en cours de fouille.

Six autres fosses ont également été identifiées, dont quatre ont été entièrement ou partiellement investiguées. Certaines, dès leur position stratigraphique, pourraient dater de cette période ou être légèrement postérieures.

Un sondage mené au niveau de l’angle nord-ouest de la terrasse a permis d’observer le chaînage des murs nord et ouest de celle-ci. Le mur nord, précédemment attribué au IIIe s. av. J.-C. pourrait ainsi dans son état actuel correspondre à un aménagement plus récent.

La fouille du grand bâtiment républicain a été initiée. La pièce nord-occidentale a été partiellement fouillée jusqu’au sol en opus signinum, selon une stratégie qui a permis de mieux préserver et observer la stratigraphie du remplissage interne, fondamentale pour comprendre les phases d’utilisation et d’abandon.

Les nouvelles recherches, bien que limitées à une seule pièce, fournissent de nouvelles informations sur la décoration du sol, caractérisée par un quadrillage losangé en filets pointillé et par un panneau central avec une fleur à six pétales. Il s’agit d’un type d’emblema qu’on ne retrouve pas dans les temples, contrairement au décor à losanges, attesté dans les cellae de plusieurs complexes du centre et du sud de l’Italie. Dans l’attente de nouvelles investigations, si l’on considère également le dauphin observé en 2019 sur le sol d’un autre espace, il serait plus probable d’interpréter le bâtiment comme une maison à pastàs, avec une salle de banquet et des pièces dédiées aux activités annexes au culte.

Fig. 5. Pièce nord-ouest du bâtiment républicain: sol en opus signinum, avec le décor à quadrillage losangé en filets pointillé et le panneau central avec une fleur a six pétales.

Fig. 6. Panneau central de la pièce nord-ouest en cours de fouille.

En l’absence d’une étude complète de la céramique, aucune nouvelle donnée sur la période d’abandon du bâtiment, qui s’est produite au plus tard vers le milieu du 1er siècle après J.-C., n’est apparue jusqu’à présent. Cependant, la découverte d’un fragment de lampe datant de la fin du 1er au milieu du 2e siècle après J.-C. indique que la zone a continué à être été fréquentée à une période plus tardive. Du matériel des IIIe et IVe siècles est également attesté sur le site, dans la couche supérieure du remplissage de la pièce nord-ouest, mais aussi dans les couches extérieures au bâtiment, où une monnaie de l’empereur Gallien permet de remonter jusqu’au milieu du IIIe siècle apr. J.-C.

Dix nouvelles sépultures médiévales ont été identifiées, dont six ont été entièrement fouillées pendant la présente campagne, tandis que trois, dont deux installées à l’intérieur du bâtiment républicain, seront fouillées lors de la prochaine campagne. Établis selon un axe est-ouest, ces aménagements sépulcraux sont de plusieurs types : il s’agit en grande majorité de fosses simples étroites sans aménagements particuliers ou avec une ceinture de blocs et dans un cas, d’une fosse avec un coffrage et une couverture de dalles.

Fig. 7. Fouille d’une des sépultures.

La nouvelle campagne prévue en 2022 permettra d’avancer dans le dégagement du bâtiment républicain et de ses sols, dont l’état de conservation est exceptionnel, afin de mieux cerner son plan, son architecture et sa chronologie. L’objectif sera également de conclure la fouille des sépultures médiévales ainsi que des fosses déjà localisées.

Bibliographie

Borlenghi A., Betori A., Giletti F., La dea Vacuna: attestazioni e geografia del culto in Sabina. Novità dal territorio di Montenero Sabino (RI), in Archeologia Classica 71, 2020, p. 41-84.

Borlenghi A., Giletti F., Poux M., Montenero e Vacuna, Antichità e sviluppo del territorio di Montenero Sabino, vol. 2, Rieti 2020.

Giletti F., Dai Sabini ai Romani, Antichità e sviluppo del territorio di Montenero Sabino, vol. 1, Rieti 2012.

Motta L., Les céramiques de la fosse 22 (IIIe s. av. n.è.) du sanctuaire sabin de Montenero Sabino (Rieti, Italie), in SFECAG, Actes du Congrès de Lyon, 2020, p. 415-421.

Motta L., Le sanctuaire de Vacuna à Montenero Sabino, loc. Leone (Rieti) à l’aube de la conquête romaine : une culture locale entre traditions locales et importations, in Baylé A.-L., Jaillet Martin (éd.), Dépasser la limite, deuxième rencontre des jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine, revue en ligne Frontières, Lyon, à paraître.

Anne Schmitt, Aldo Borlenghi, « Sanctuaire sabin et romain de la déesse Vacuna », Le Fil d’ArAr, 12/08/2020 (https://lefildarar.hypotheses.org/3809).

Les graffites de Limoges

Morgane Andrieu (ArAr, UMR5138)

Guillaume Florent (HALMA, UMR8160)

Dans le cadre de nos travaux sur la naissance et l’adoption de l’écriture en Gaule romaine, nous avons eu l’opportunité de lancer un nouveau programme de recherches sur les graffites antiques de Limoges (Augustoritum). Ce projet, qui bénéficie du soutien de l’AAPC et du SRA Nouvelle-Aquitaine, a démarré cette année par une première mission intensive de collecte documentaire dans les collections muséales et au dépôt archéologique de la ville. Plus d’une vingtaine de bénévoles se sont réunis pour passer au peigne fin les innombrables caisses de céramique issues de fouilles plus ou moins récentes. Ce travail a été mené sous la direction de Guillaume Florent (HALMA, UMR 8164) et de Morgane Andrieu (ArAr, UMR 5138).

Continuer la lecture de Les graffites de Limoges

Ateliers et productions : Trier, Classer, déterminer l’origine des artefacts

Chers/chères collègues,
 
Nous vous convions à une journée thématique intitulée « Ateliers, typologies et diffusion » portée par l’axe 2 du laboratoire ArAr « Culture matérielle : céramiques et artefacts ». Elle se tiendra le vendredi 7 janvier 2022 à l’espace Marc Bloch de la MSH Lyon-Saint-Etienne, 14 av. Berthelot à Lyon, 7e exclusivement en ligne suite à l’évolution des préconisations sanitaires.
Le lien pour suivre l’évènement sera communiqué aux personnes inscrites auprès des organisateurs.
 

Téléchargez le programme et la fiche d’inscription

Continuer la lecture de Ateliers et productions : Trier, Classer, déterminer l’origine des artefacts

Apprise et oubliée : l’écriture en devenir

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de N. Moncunill Martí, M. Ramírez-Sánchez (eds.), Aprender la escritura, olvidar la escritura. Nuevas perspectivas sobre la historia de la escritura en el Occidente romano (Anejos de Veleia, ser. minor, 4), Vitoria-Gasteiz 2021.

 

Quand ils s’intéressent à l’écriture, les historiens de l’Antiquité se concentrent généralement sur l’apparition de la ‘literacy’. De ce point de vue, l’originalité de cet ouvrage apparaît dès le titre : si on adopte le temps long, le processus d’acquisition de l’écriture n’est nullement linéaire : il y a effectivement des périodes où la pratique se généralise, et d’autres où elle régresse. Ainsi, après les progrès notoires de l’Antiquité, le haut Moyen Age voit l’écriture se recroqueviller, limitée aux clercs qui copient aussi les œuvres  du passé. Plus tard, un processus d’apprentissage généralisé se met en place et une proportion croissante de la population réapprend à lire et à écrire.

Continuer la lecture de Apprise et oubliée : l’écriture en devenir

Plaidoyer pour les vestiges de troisième zone

C.  Coquidé

 

Au lieu-dit La Condamine à Mornant (Rhône), une classique fouille d’archéologie préventive a été mise en place après le diagnostic d’une modeste emprise de quelques centaines de mètres carrés, dévolue à la construction d’une maison individuelle. Le très célèbre aqueduc romain du Gier, motif (attendu) de l’intervention, y a été exploré sur une quinzaine de mètres et a livré un exceptionnel (et inattendu) exutoire de trop-plein (Coquidé, en cours).

Mais là n’est pas le sujet de ce billet et ce canal ne sera plus mentionné, du moins pas en tant que tête d’affiche de l’étude. L’opération de Mornant La Condamine sert en effet d’alibi à un plaidoyer dont le propos pourrait être étendu à bien d’autres opérations de terrain. Il s’agit ici de mettre en lumière le potentiel de séries de structures archéologiques dont la mise au jour relève du hasard d’un décapage prescrit pour d’autres raisons.

Continuer la lecture de Plaidoyer pour les vestiges de troisième zone

Emile Espérandieu, soldat-archéologue

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de M. Altit-Morvillez, Emile Espérandieu (1857-1939). Un archéologue entre institution militaire et monde académique (Archives et Histoire de l’Archéologie, 4), Drémil Lafage 2021.

 

Avec ce nouveau volume de la collection AHA consacrée à l’histoire de l’archéologie, M. Altit-Morvillez s’intéresse à une personnalité marquante de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle : Emile Espérandieu, surtout connu aujourd’hui pour son grand œuvre, le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, mais dont toute la carrière s’avère représentative d’un moment-clé de l’histoire de l’archéologie française et européenne. Le nouvel éclairage  de cet ouvrage provient du classement et de l’analyse des archives Espérandieu, que l’auteure a pu étudier au Palais du Roure, à Avignon. Cette documentation originale, en très grande partie inédite, représente environ 15000 lettres, reçues de 2500 correspondants ; elle a été étudiée par l’auteure dans une thèse soutenue en 2014.

Continuer la lecture de Emile Espérandieu, soldat-archéologue

Étudier et/ou restaurer le bâti médiéval (1850-1950) – acte ii

Le colloque international Etudier et restaurer le bâti médiéval Acte II se tiendra forme d’un webinaire du 3 au 5 juin 2021.

L’histoire de l’architecture médiévale fut écrite, à partir du milieu du XIXe siècle, par des hommes dont la formation, le parcours professionnel et les objectifs étaient variés. Tous élaborèrent leurs propres méthodes d’analyse et leurs propres grilles de lecture du bâti médiéval, lesquelles sont à l’origine de nos pratiques en histoire de l’art et en archéologie.
« Étudier et restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes et enjeux »

S’intéresser à ces hommes et à leurs travaux, tel est l’objet de ce colloque international dont voici le programme (colloque_etudier_le_bati_medieval ), qui aura lieu du 3 au 5 juin 2021, ainsi que le lien pour s’inscrire (en amont) et les liens pour se connecter au webinaire (un lien par jour) :

Étudier et/ou restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

L’histoire de l’architecture médiévale a été écrite, à partir du milieu du XIXe siècle, par des hommes dont la formation, le parcours professionnel et les objectifs étaient variés. Tous ont élaboré leurs propres méthodes d’analyse et leurs propres grilles de lecture du bâti médiéval, qui sont à l’origine de nos pratiques en histoire de l’art et en archéologie. 

S’intéresser à ces hommes et à leurs travaux : tel est l’objectif de ces manifestations intitulées Étudier et restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes et enjeux qui se déclinent en deux volets : la journée d’études virtuelles (I), ici présentée, et le colloque international (II), qui aura lieu en visioconférence du 3 au 5 juin 2021. Ces deux rencontres proposent de mettre en œuvre, à l’échelle de l’Europe occidentale, une approche épistémologique des sciences médiévales consacrées au bâti castral, civil ou religieux. 

D’abord prévue en mars 2021, la première journée a été organisée sous une forme virtuelle en raison de la crise sanitaire qui interdisait de l’organiser en présentiel au mois de juin. Les communications proposées ci-dessous concernent particulièrement les motivations et les enjeux de l’étude ou de la restauration du bâti médiéval dans un large XIXe siècle.

Programme 

« Introduction » par Laura FOULQUIER et Anelise NICOLIER (ArAr, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138)

« Les enjeux de l’observation et de l’étude des édifices médiévaux. Histoire et perspectives » par Alain GUERREAU (CNRS) 

 « Les archéologues au-dessus du sol en Belgique (1850-1950) » par Philippe MIGNOT (Agence wallonne du Patrimoine, Belgique)

« Patrimoine et reconnaissance. L’architecte et l’art de capitaliser sur le bâti médiéval dans la seconde moitié du XIXe siècle » par Olivier PRISSET (Université de Tours, InTRu) 

« Auguste Bernard versus l’abbé Roux. Les répercussions historiographiques d’une querelle scientifique et politique au milieu du XIXe siècle » par Olivia PUEL (Laboratoire ArAr, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138)

« Le Père de la Croix et l’archéologie chrétienne à la fin du XIXe siècle » par Bonnie EFFROS (Université de Liverpool, Angleterre)

 « Restaurations et réactions face à la disparition : naissance d’un intérêt pour le patrimoine médiéval dans les abbayes cisterciennes de Franche-Comté aux XIXe et début du XXe siècles » par Clémentine VILLIEN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP – UMR 8589) 

 « Georges Rohault de Fleury et l’invention du Moyen Âge : un regard sur Pise » par Fabiana SUSINI (Université de Florence, Ville de Pise, Italie) et Fanny WEITEL (Université de Strasbourg, Ville de Pise, Italie)

« Restituer les couvents médiévaux à l’aube du XXe siècle. La Gallia dominicana de l’architecte Georges Rohault de Fleury » par Haude MORVAN (Université de Bordeaux Montaigne) 

Comité scientifique 

Bonnie Effros, Professeure d’Histoire économique et sociale, Université de Liverpool

Nicolas Faucherre, Professeur d’Histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Université d’Aix-Marseille

Alain Guerreau, Historien médiéviste, Directeur de recherche honoraire au CNRS

Jean-Marie Guillouët, Maître de conférences en Histoire de l’art médiéval, Université de Nantes

Dale Kinney, Professeure émérite d’Histoire de l’art, Université Bryn Mawr (Pennsylvanie)

Haude Morvan, Maître de conférences en Histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne

Jean-Michel Poisson, Maître de conférences honoraire en Histoire et archéologie du Moyen Âge, EHESS

Nicolas Prouteau, Maître de conférences en Archéologie médiévale, Université
de Poitiers

Comité d’organisation 

Le comité d’organisation est composé des membres du groupe de recherche L’architecture médiévale à l’épreuve des sociétés modernes, sous la direction de Laura Foulquier, docteure en histoire de l’art médiéval, Anelise Nicolier, docteure en histoire de l’art médiéval et Olivia Puel, docteure en archéologie médiévale. 

Pop up

Pop Up, c’est le nom de la nouvelle série en Histoire de l’Art sur le site de l’Université populaire de Lyon.

Cinq minutes pour aérer nos quatre murs et découvrir une nouvelle œuvre, chaque semaine.

Quoi de mieux pour débuter que L’origine du monde de Gustave Courbet ?

Le premier épisode est en ligne sur le site d’Arte radio : https://audioblog.arteradio.com/blog/157485/podcast/157487/pop-up-1-l-origine-du-monde-de-gustave-courbet

Retrouvez les épisodes suivants sur le site de l’Unipop : https://unipoplyon.fr/articles/serie/2020-2021

Mercure gallo-romain

Michel Feugère

 

Compte-rendu de M. Migeon, Le culte de Mercure en Narbonnaise, dans les Trois Gaules et en Germanies. Approche épigraphique, Ier siècle – IVe siècle après J.-C. (Monogr. Instrumentum, 69), Drémil Lafage 2020.

 

Le dieu le plus vénéré en Gaule, selon César, méritait bien une synthèse de poids, que matérialise cet imposant volume de 760 pages ; nous la devons non pas à un historien professionnel, mais à un ‘héros du quotidien’, selon l’expression consacrée cette année, un aide-soignant qui a entrepris avec passion un mémoire de maîtrise, puis un DEA à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, avant de s’atteler, toujours sur Mercure, à une thèse achevée, sous la direction du Prof. Ch. Guittard, en 2015. Tombé malade, Marc Migeon est malheureusement décédé juste après l’achèvement de sa thèse, qu’il n’a donc pas eu la joie de voir publiée.

Le lecteur qui ouvre ce livre pour la première fois ne peut donc manquer d’avoir à l’esprit ce parcours tragique ; mais très vite, il est captivé par la méthode, l’ambition et la masse de travail mobilisée pour cette somme. Le projet, placé dans le prolongement d’études déjà anciennes (Lambrechts, Benoit et d’autres) est aussi vaste que rigoureux. Pour replacer son objet d’étude dans le paysage religieux de la Gaule, M. Migeon commence par établir la liste des divinités attestées par l’épigraphie dans chaque cité de la Gaule (p. 25-141). Pour ne pas tomber dans le biais d’une documentation irrégulièrement répartie, il établit dans chaque cas la proportion des inscriptions “religieuses” et autres, le pourcentage variant en effet considérablement selon les cas. A l’aide de tableaux éclairants, il établit ensuite le nombre de mentions de Mercure dans les inscriptions religieuses, interrogeant dès lors l’idée d’une “hégémonie de Mercure” souvent mentionnée dans l’historiographie.

La deuxième partie, tout aussi imposante, (p. 143-305) est consacrée aux relations entre “Mercure, le culte impérial et les autres”. L’importance du culte impérial en Gaule, et son rôle bien mis en valeur dans la romanisation des cités de la Gaule1, a en effet conduit nombre de dévots à qualifier la divinité à laquelle ils s’adressaient d’Auguste. L’association au culte impérial varie énormément selon les provinces, étant par exemple deux fois plus fréquente en Lyonnaise qu’en Narbonnaise et en Aquitaine ; il se pose donc la question de l’interprétation à donner aux différents corpus. Leur analyse fine fait apparaître des groupes micro-régionaux, transparaissant à travers l’usage de formules spécifiques. L’analyse, très fouillée, est croisée avec le statut des dédicants ; ce dernier est abordé à partir des données onomastiques.

La troisième et dernière partie (p. 307-577)  est consacrée aux “fonctions de Mercure et de ses dévots”. Il s’agit ici, finalement, de croiser les sources épigraphiques et contextuelles pour analyser en profondeur le rôle qu’a pu jouer Mercure en Gaule, et auprès de qui. L’analyse des épithètes du dieu forme une première série de sources, à considérer en rapport avec les lieux de dévotion et les noms des dédicants. Les associations de divinités en sont une autre, mais pour la fonction du dieu, les contextes de découvertes sont les plus précieux ; or, une proportion importante sont des remplois, donc des inscriptions dont le contexte d’origine est inconnu. Malgré tout, il semble qu’en-dehors des sanctuaires importants, on évoque Mercure quand on prend des risques, celui d’un voyage ou peut-être celui de la traversée de contrées dangereuses, comme les forêts.

La conclusion, assez brève (p 579-582), reprend les principaux acquis de ce travail monumental. Oui, Mercure est bien le dieu le plus honoré en Gaule et dans les Germanies, mais pas partout, il s’en faut de beaucoup : près de la moitié des cités n’en livrent aucune attestation, et en Narbonnaise, par exemple, le dieu n’est présent que dans dix-sept cités sur vingt-sept. Le même constat peut être fait partout, avec des paradoxes surprenants : Mercure, dieu des Limites (notamment), reste absent de beaucoup d’espaces frontaliers. Et César lui-même, source importante de la vision romaine de Mercure, avance des interprétations que l’épigraphie ne confirme nullement, comme l’idée d’un dieu “inventeur des Arts”.

Au-delà de la tendance à la simplification, qui touche les auteurs antiques autant que les modernes, il faut garder à l’esprit le fait que Mercure a dû ‘rhabiller’ une divinité indigène pré-existante. De même que César, selon l’expression de Chr. Goudineau, a ‘inventé’ la Gaule parce que cette idée servait ses intérêts politiques, il a pu proposer dans le même esprit une supposée prééminence de Mercure qui servait ses intérêts. Dès lors et plus encore par la suite, devenant souvent Auguste et associé au culte impérial, Mercure a donc été embauché, malgré lui, dans une entreprise bien romaine : la propagande impériale.

Complété par un impressionnant catalogue (p. 583-728), l’ouvrage de Marc Migeon nous redonne ainsi à redécouvrir un dieu que, suivant aveuglément César, nous considérions comme constitutif de la Gaule. La réalité est, comme souvent, plus complexe et le travail de cet épigraphiste trop tôt disparu apporte de précieux éléments de réflexion. Son livre restera, n’en doutons pas, comme une contribution de première importance à l’histoire de la religion antique et de l’histoire de la Gaule.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Mercure gallo-romain." Le Fil d'ArAr, 28/04/2021, https://lefildarar.hypotheses.org/4173.

  1. W. Van Andringa, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IVe siècle apr. J.-C). Paris, Errance, 2002. []

Instrumentum fundi

St. Mauné

 

Compte-rendu de : Guillaume Huitorel, Outils, bâtiments et structures d’exploitation des campagnes du nord de la Gaule. Essai de caractérisation des équipements et des activités des établissements ruraux (Ier-Ve s. ap. J.-C.) (Monographies Instrumentum 66), Éditions Mergoil, Drémil-Lafage 2020.

 

Les innombrables découvertes qui accompagnent le formidable développement de l’archéologie préventive depuis une trentaine d’années, ou proviennent de fouilles programmées, constituent un véritable écueil à l’analyse et au traitement scientifique global des données. Ce foisonnement rend difficile les synthèses, et l’accélération du rythme des trouvailles oblige les chercheurs à segmenter leurs travaux dans l’espace ou dans le temps. Ce constat qui concerne peu ou prou toutes les périodes étudiées depuis le Néolithique moyen est particulièrement prégnant pour l’époque romaine et pour l’étude de l’outillage et des structures de production, en contexte rural, même si quelques monographies de fouille comme celle, remarquable, de Champion-Hamois, permettent de disposer d’études de cas heuristiques.

Continuer la lecture de Instrumentum fundi

Blog du laboratoire Archéologie et Archéométrie