Chroniques d’archéologie glaciaire (2) : 2023, une année au top

Eric THIRAULT, PU Lyon2, Laboratoire ArAr

En 2019, nous avions présenté le programme de travail mis au point dans le département de la Savoie (France) pour étudier les vestiges archéologiques potentiellement présents sur les passages de col situés dans des environnements gelés (https://archeorient.hypotheses.org/12640). A l’issue de la 9e campagne de prospection en 2023, où en sommes-nous ? Les découvertes sont-elles à la hauteur de nos attentes ? Quel avenir pour cette enquête par temps de changement climatique accéléré ? Explications.

1. Un constat sans appel

Les Alpes subissent un réchauffement climatique plus fort que le reste de l’Europe et ce depuis plusieurs décennies. En conséquence, la fonte des glaciers, constante depuis la fin du Petit Âge Glaciaire (environ le milieu du 19e s. de notre ère), s’accélère. Cette fonte, très visible sur les grands appareils (Mer de Glace, glacier des Bossons, etc.) affecte aussi les glaciers de haute altitude qui perdent en surface et en épaisseur. De même, la diminution de l’enneigement hivernal et les épisodes caniculaires réduisent année après année les surfaces de neige pérenne (les névés), y compris sur les glaciers : la ligne de neige (altitude au-delà de laquelle la neige hivernale ne fond pas sur un glacier) remonte. En conséquence, de vastes espaces sont désormais déglacés et/ou exempts de neige durant une partie croissante de l’année (Bosson et al. 2023 ; https://www.iceandlife.com/). Ainsi, les restes des activités humaines sont-ils mis au jour et parmi eux, des vestiges putrescibles (bois, textiles, cuirs, etc.) conservés depuis des siècles, voire des millénaires, dans ces congélateurs naturels.

Depuis 1991 et la découverte de la momie naturelle d’Ötzi, l’homme mort sur le glacier du Similaun à la frontière austro-italienne, la recherche des vestiges à très haute altitude s’est peu à peu constituée en discipline spécialisée en Autriche, Italie, Suisse puis en France (Reitmaier dir. 2021, Tremblay-Cormier dir. 2022). A vrai dire, il ne s’agit pas vraiment d’une sous-discipline de l’archéologie, mais plus d’une adaptation de méthodes éprouvées (prospection de surface, topographie, géomorphologie, etc.) à des environnements de très haute altitude. Le plus souvent, le travail s’effectue sans autre équipement que ceux des montagnards (fig. 1).

Fig. 1. La méthode de prospection est basée sur l’observation et la description in situ des objets. A : prospection sur le glacier situé sous le passage du Colerin (Bessans, F), 3200 m d’altitude environ, 23/09/2022 ; B : prise d’information, 19/09/2023. Au premier plan, un long bois in situ. Relevé de la position au GPS, photographie, enregistrement sur un fichier d’inventaire. Cliché Equipe de prospection.

Quelques secteurs seulement requièrent du matériel d’alpinisme, surtout pour assurer la sécurité sur les glaciers à vif (fig. 2). En bref, l’archéologie glaciaire dans les Alpes est un prolongement altitudinal de l’archéologie des milieux de montagne.

Fig. 2. La prospection des glaciers nécessite parfois le recours aux techniques de l’alpinisme. L. Tremblay-Cormier C. Landry examinent la partie basse, très crevassée, du glacier de Derrière le Clapier à Bessans (F), vers 2900 d’altitude. Cliché E. Thirault, 25/08/2023.

Sauf sur un point : dans les Alpes, le travail des équipes qui opèrent dans les environnements gelés est focalisé, dans la grande majorité, sur les itinéraires qui permettent de relier deux vallées et tout particulièrement les passages de cols, puisqu’ils sont les points les plus élevés de ces itinéraires. C’est ainsi une archéologie des réseaux, des déplacements pastoraux et commerciaux, des circulations de biens qui est développée. Quelques rares cas d’étude relèvent d’autres problématiques : pèlerinage au sommet comme à Rochemelon en Savoie, attesté depuis 1358 (Tracq 1998), vestiges de la guerre des tranchées 1914-1918 dans le Sud-Tyrol italien (Nicolis 2021), activité minière (Nutz 2022). Ces aspects mériteraient d’être développés mais la documentation demeure rare à ce jour. Les accidents de personnes (alpinistes depuis le 18e s., etc.) et les accidents d’avion sortent quant à eux du périmètre de la recherche archéologique (Thirault à paraître).

Très haute altitude ? En-deçà de 2600 m environ dans les Alpes françaises, l’englacement holocène a été négligeable hormis pour les langues glaciaires telles que la Mer de Glace, et le déneigement estival a toujours été important (plusieurs mois par an). Dans ces conditions, la préservation des vestiges putrescibles est impossible, sauf conditions très particulières (cavités souterraines : mines, karsts, etc.). Au-delà de 2600 m, tout est possible, même si après 30 ans de recherches, aucune découverte aussi exceptionnelle que celle d’Ötzi n’a été faite…

Tout est possible, à condition d’agir et vite : la fonte estivale s’accélère depuis plusieurs années. Certes, les étés caniculaires sont connus depuis plusieurs décennies (2003 par exemple), mais le processus s’amplifie : de ce point de vue l’année 2022 a été inégalée (Collectif 2023 ; Séchet 2023 https://www.meteo-paris.com/actualites/changement-climatique-une-fonte-record-des-glaciers-en-2022), et 2023 a été à peine moins dramatique pour les glaciers.

2. Sauvegarder par l’étude : la carte et le terrain

Dans ce contexte, que faire ? Il est impossible de préserver ces milieux gelés qui sont condamnés à plus ou moins brève échéance si la tendance se poursuit, et les vestiges archéologiques avec eux. Sensibiliser les usagers de la haute montagne pour signaler des découvertes fortuites est indispensable mais, pensons-nous, insuffisant. Il faut agir vite et fort, sous peine de regrets d’ici une ou deux décennies.

En 2003, la découverte fortuite d’une statue en bois sur le passage du Colerin, à 3200 m d’altitude en Savoie, a entraîné la mise en place des premières explorations de 2007 à 2009 (Thirault 2022a). En 2018, la reprise de prospections méthodiques sur ce site a permis de confirmer l’abondance des vestiges, pour la plupart en bois ; un deuxième col, l’Autaret (3070 m), lui aussi sur la crête frontalière avec l’Italie, a livré des vestiges archéologiques la même année. Dès lors, nous nous sommes fixés pour but de prospecter tous les passages de cols englacés de la crête frontalière, en commençant par la commune de Bessans où les deux cols précités sont localisés.

Que faire ensuite ? Explorer tous les cols des Alpes françaises situés au-dessus de 2600 m ? Vaste programme… Il fallait trouver une méthode de sélection. Nous avons mis au point un protocole prédictif qui permet de localiser les secteurs les plus propices à la préservation d’objets putrescibles jusqu’à nos jours. Pour cela, nous utilisons les ressources géographiques disponibles en ligne sur le Geoportail de l’IGN : l’examen numérique des cartes topographiques actuelles, du fond de carte type 1950, de la carte dite d’État Major levée dans les années 1860 et des photographies aériennes verticales permet de visualiser l’évolution de l’englacement des secteurs de haute montagne avec une résolution suffisante pour nos recherches (fig. 3).

Fig. 3. La méthode de reconnaissance cartographique repose sur l’examen des ressources mises en ligne sur le site web Geoportail de l’Institut Géographique National (www.geoportail.gouv.fr). Ici, exemple du col de Chavière à 2800 m en limite entre les communes de Modane au sud et de Pralognan-Vanoise au nord. A : carte dite de l’Etat-Major, 1864 ; B : carte IGN type 1950, date de levée imprécise (milieu 20e s.) ; C : carte topographique publiée en 2020 par l’IGN ; D : prospection en cours sur le versant nord dans les éboulis morainiques mis en place durant le PAG (cliché E. Thirault 3/09/2022). Le déglacement de ce col est effectif depuis au moins le milieu du 20e, mais la présence de névés, visibles sur les orthophotos de l’IGN des dernières décennies, a probablement aidé à la préservation de mobiliers archéologiques en bois antérieurs au PAG (cf. fig. 7).

Ainsi, il est aisé d’identifier les cols qui ont été pris par les glaces durant le Petit Age Glaciaire, gage de conservation de vestiges putrescibles depuis au moins le Moyen-Age. Parmi ceux-ci, un premier choix a été fait quand l’englacement ou l’enneigement étaient encore significatifs vers 1950, gage de préservation de ces vestiges fragiles à cette date. L’examen des orthophotographies permet ensuite d’évaluer l’enneigement résiduel estival (névés) et l’englacement dans les dernières décennies, ce qui permet de jauger des chances de retrouver des vestiges putrescibles aujourd’hui. Sur cette base, à partir de 2020, nous avons peu à peu étendu notre zone de travail à toute la ligne de crête frontalière avec l’Italie pour pister des itinéraires est-ouest, tout en explorant les cols qui permettent de franchir le massif de la Vanoise dans l’axe nord-sud (fig. 4).

Fig. 4. Carte de répartition des principaux « grands » cols  et des cols « secondaires » englacés dans les Alpes du Nord françaises (départements de la Savoie et de la Haute-Savoie). Carte E. Thirault.

Le temps de travail sur le terrain est conditionné par les conditions météorologiques qui limitent la période d’observation à moins de deux mois en août et septembre. Les disponibilités de l’équipe ne sont pas non plus extensibles… Depuis 2018, une campagne annuelle d’une à deux semaines est organisée avec le soutien financier du Ministère de la Culture (Service régional de l’Archéologie), du Conseil départemental de la Savoie (Conservation du Patrimoine) et du laboratoire ArAr. Une autorisation de prospection est délivrée par le SRA et par le Parc National de la Vanoise pour les secteurs concernés.

3. 2022-2023 : coup de chaud !

L’année 2022 a été une année charnière : la canicule estivale qui a fait suite à un enneigement faible durant l’hiver précédent a entrainé une fonte drastique des glaces, une disparition des névés jusqu’à plus de 3400 m et par voie de conséquence, des découvertes en plus grand nombre (fig. 5).

Fig. 5. Les milieux de haute altitude dans les Alpes subissent le réchauffement climatique de manière accélérée ces dernières décennies. L’exemple du passage du Colerin est symptomatique : le glacier situé sous le col, versant français, est déjà une relique de calotte glaciaire du Néoglaciaire / Petit Age Glaciaire. Depuis que nous assurons un suivi sur ce col en 2007, sa superficie et son épaisseur ont diminué avec une accélération notable en 2022 : perte de plus de 2 mètres d’épaisseur, segmentation du glacier en deux appareils, vidange du lac de fonte. En 2023, la situation s’est encore aggravé par des glissements de versant qui recommencent à recouvrir la zone de jonction entre l’éboulis sous le col et la glace, très riche en vestiges : le « congélateur » glacé devient un champ de pierres et de boue. A : situation vue de la moraine frontale le 24/09/2019 ; B : même vue le 24/08/2022 ; le col est à l’arrière-plan dans l’échancrure la plus à gauche. Clichés E. Thirault.

Face à ce constat de la dégradation accélérée des conditions de conservation, nous avons décidé de doubler la mise : en 2023, un mois de terrain a été consacré aux prospections de haute altitude, avec le plus souvent deux équipes distinctes. La force de travail a ainsi été quadruplée par rapport aux deux années précédentes, avec, en plus du partage de responsabilités avec Valentin Lafont et Thibaut Avinenc (doctorants de l’Université Lyon 2), l’aide précieuse de collègues archéologues alpinistes (Christophe Landry, Inrap, et Laurie Tremblay-Cormier, Musée-Château d’Annecy) et détectoriste (Léo Lacheray, Inrap) qui ont permis d’aborder des secteurs dangereux sur des glaciers crevassés et de mettre au jour des restes métalliques, difficiles à identifier dans ces environnements minéraux.

Outre la Savoie, nous avons décidé d’explorer en 2023 le département de la Haute-Savoie afin d’évaluer le potentiel archéologique des secteurs englacés présents dans le massif du Mont-Blanc et des Aiguilles Rouges (fig. 6).

Fig. 6. En 2023, nos prospections se sont étendues à la Haute-Savoie. Ici, le col du Géant dans le massif du Mont-Blanc, à 3340 m environ, à la frontière. Vue vers le sud : plusieurs dizaines de mètres de glace recouvrent le socle rocheux et la neige est encore bien présente grâce à une chute dans les jours précédant notre passage. De ce fait, les observations ont été limitées à un petit replat rocheux qui apparait sous le col au premier plan. En arrière-plan, de gauche à droite, le refuge Torino, la plate-forme d’arrivée du téléphérique SkyWay et le sommet du Grand Flambeau (3560 m). Cliché E. Thirault, 25/09/2023.

A ce jour, après un automne très doux jusqu’en octobre, la neige a enfin recouvert les sites, protégeant pour quelques mois encore les vestiges putrescibles qu’ils conservent. Mais à quoi servent tous ces efforts ?

4. Un bilan brut : des objets par milliers depuis 3500 ans

Depuis 2018, ce sont 32 passages de cols englacés qui ont été prospectés ou approchés entre 2600 et 3400 m d’altitude (fig. 4) : 26 en Maurienne-Vanoise-Tarentaise (Savoie) et 6 dans les massifs du Mont-Blanc et des Aiguilles Rouges (Haute-Savoie). Presque tous livrent des traces de passages humains, mais tous ne sont pas pour autant des sites archéologiques. En effet, notre enquête ne prend pas en compte les vestiges de la civilisation des loisirs, pour laquelle aucune problématique archéologique n’est développée à ce jour. Ainsi, les objets en plastique, les boites de conserve, les militaria du 20e siècle (munitions, fils de fer barbelés, etc.) et autres fragments de sacs à dos ne sont pas collectés, sauf exception. Grosso modo, nous excluons les objets dont la datation avérée est postérieure à 1950 environ. De même, la présence relevée sur plusieurs cols de quelques fragments de bois informes non datés ou d’objets uniques (un couvre-chef en feutre, par exemple) ne suffit pas à les désigner comme des sites archéologiques mais, tout au plus, comme des reliques très dégradées ou des objets uniques (et récents).

Sur cette base, treize sites archéologiques sont avérés en Savoie et Haute-Savoie, avec une chronologie étendue du milieu du 2e millénaire BCE (âge du Bronze moyen) à 1950 (fig. 4 ; Thirault 2022b) : sept d’entre eux livrent des mobiliers antérieurs au début du Petit Age Glaciaire ; trois ont livré des bois et des os animaux datés par le radiocarbone entre le 17e et le 20e siècle, période de grande fluctuation de la courbe de calibration ; un col recèle les traces d’un stationnement militaire de la 2e Guerre mondiale, un autre col préserve quelques fragments d’avion accidenté en 1930 sur le glacier de Derrière le Clapier à Bessans, déjà bien documenté par les textes (Tracq 2000). Enfin, nous attendons les datations sur les bois du dernier col de cette liste. Le ratio col prospecté/site découvert est donc de 1 pour 2,5, proportion qui se réduit à 1 pour 4,5 si nous ne comptons que les découvertes antérieures au PAG.

A un niveau régional, les découvertes sur les passages à très haute altitude démontrent que les itinéraires ne sont pas inféodés aux passages les plus bas en altitude, passages déjà bien documentés par les textes depuis l’Antiquité pour certains. Au contraire, nos découvertes appuient l’idée de circulations capillaires, au plus court en temps de parcours, quitte à traverser des secteurs qui nous semblent aujourd’hui presque relever de l’alpinisme. La notion de « grand col » chère aux historiens doit donc être relativisée : il existe une pluralité de passages possibles à travers la montagne, qui sont empruntés par les humains et leurs bêtes de somme selon les besoins et les intentions (Thirault 1999). Entre les « grands » cols du Petit Saint-Bernard et du Mont-Cenis, l’actuelle frontière entre la France et l’Italie, naguère entre les duchés de Savoie et du Piémont, est traversée par au moins cinq cols fréquentés depuis l’âge du Bronze pour certains : du nord au sud, les cols de la Galise, de la Lose, du Colerin, d’Arnès et de l’Autaret. Le massif de la Vanoise est lui aussi traversé de toutes parts, et pas seulement par les cols « historiques » des Encombres, de la Vanoise et de l’Iseran : les cols de Chavière et de la Rocheure, prospectés depuis 2022, livrent des preuves de passages durant l’Antiquité et le Haut Moyen-Age (fig. 7).

Fig. 7. Prospections 2022 en Vanoise. Découverte d’un couvercle en bois monoxyle avec poignée, à 2800 m d’altitude sous le col de Chavière, versant nord (commune de Pralognan). Cliché X. Deparnay, 27/08/2022. Une mesure radiocarbone permet de le dater entre 220 et 360 de notre ère, soit la période gallo-romaine.

Néanmoins, l’intensité et les temporalités de ces circulations ne peuvent pas encore être appréhendées de manière satisfaisante par l’archéologie. En effet, les milliers de bois bruts ou façonnés que nous avons déjà collectés sur ces passages, ne sont pas datables en eux-mêmes car ils ne correspondent à aucune typologie connue. Le recours aux datations radiocarbone est donc impératif pour compléter les éclairages chronométriques livrés par les rarissimes objets datables : tessons de céramique, monnaies, clous, fers de trait, etc. A ce jour, nous disposons de près de 70 mesures radiocarbone réparties sur 9 sites, obtenues pour la plupart grâce au programme national Artémis et pour une petite part, sur un projet financé en 2017 par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Ce chiffre est appréciable mais il ne représente qu’un très faible pourcentage des matériaux putrescibles collectés. Les datations obtenues constituent donc des bornes chronométriques précieuses mais elles n’autorisent pas encore de vision synthétique sur les circulations en altitude. En fait, l’appréhension de ce phénomène ne pourra pleinement être accomplie que par des enquêtes de terrain qui intègrent tous les types de sites archéologiques, du fond de vallée au col, comme les travaux menés sur les versants du col du Petit Saint-Bernard l’ont bien montré (Rey et al. 2008a et b, 2010).

5. Et ensuite ?

Il faudra poursuivre les prospections là-haut, sans conteste : 2024 sera la dixième campagne et elle promet encore de belles découvertes car sur les sites que nous avons déjà identifiés, le déglacement et le déneigement se poursuivent sans répit désormais. La période annuelle durant laquelle la neige assure une protection pour les vestiges putrescibles se réduit d’année en année. La collecte est donc la seule mesure de sauvegarde possible. Certes, il existe encore des secteurs où l’englacement sur les cols est encore très important, comme au cœur du massif du Mont Blanc (fig. 6), ce qui rend pour l’instant les prospections difficiles. Ces secteurs ne constituent donc pas une priorité immédiate, mais ils doivent eux aussi être surveillés. Leur tour viendra. Affaire à suivre, donc…

Bibliographie

Bosson et al. 2023 : J.-B. Bosson, M. Huss, S. Cauvy-Fraunié, J.-C. Clément, G. Costes, M. Fischer, J. Poulenard, F. Arthaud, « Future emergence of new ecosystems caused by glacial retreat », Nature, 620, pp. 562‑569.

Collectif 2023 : Collectif, State of the Global Climate 2022 / État du climat mondial en 2022, 1316, Geneva : World meteorological organization [en ligne], URL : https://library.wmo.int/viewer/66214

Nicolis 2021 : F. Nicolis, « Ungefiltert und erschütternd. Suren des Gebirgskriegs in Trentino », in T. Reitmaier (dir.), Gletscher-Archäologie. Kulturerbe in Zeiten des Klimawandels. Archäologie im Deutschland, Sonderheft, 21, 2021, p. 34‑38.

Nutz 2022 : B. Nutz, « L’archéologie glaciaire en Autriche : les mines d’or de Carinthie », in : L. Tremblay Cormier (dir.), Archéologie glaciaire. Vestiges des cimes, Musées d’Annecy & Silvana Editoriale, Annecy & Cinisello Balsamo, 2022, p. 62‑72.

Reitmayer 2021 : T. Reitmayer (dir.), Gletscher-Archäologie. Kulturerbe in Zeiten des Klimawandels, Archäologie in Deutschland, Sonderheft no 21, 2021, 112 p.

Rey et al. 2008a : P.-J. Rey, I. André, J.-M. Treffort, « Les versants du Petit Saint-Bernard de la Préhistoire à l’Antiquité : nouvelles données sur les premières occupations de la montagne autour d’un passage transalpin », in H. Richard, D. Garcia (dir.), Le peuplement de l’arc alpin, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (Documents préhistoriques, édition électronique),  p.149‑175.

Rey et al. 2008b : P.-J. Rey, J.-M. Treffort, B. Moulin, C. Oberlin, I. André, « Archéologie des versants du Petit-Saint-Bernard. Première approche de la dynamique de l’occupation humaine autour d’un grand passage alpin, de la Préhistoire au début du Moyen Âge », in Desmet M., Magny M., Mocci F. dir. ― Du climat à l’homme. Dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes. Actes du colloque GDR JURALP, Aix-en-Provence, 15-16 nov. 2007, Chambéry (Cahiers de Paléoenvironnement 6), p. 209‑224.

Rey et al. 2010 : .P.-J. Rey, C. Batigne-Vallet, J.Collombet, C. Delhon, L. Martin, B. Moulin, J. Poulenard, N. Scoccimarro, D. Sordoillet, S. Thiébault, J.-M. Treffort, « Approche archéologique et environnementale des premiers peuplements alpins autour du col du Petit-Saint-Bernard (Savoie, vallée d’Aoste) : un bilan d’étape », in S. Tzortzis et X. Delestre (dir.), Archéologie de la montagne européenne : actes de la table ronde internationale de Gap, 29 septembre – 1er octobre 2008, Paris / Aix-en-Provence, Errance / Centre Camille Jullian (Bibliothèque d’Archéologie méditerranéenne et africaine ; 4),  p.197‑210.

Séchet 2023: G. Séchet, « Changement climatique : une fonte record des glaciers en 2022 » [en ligne], URL : https://www.meteo-paris.com/actualites/changement-climatique-une-fonte-record-des-glaciers-en-2022

Thirault 1999 : E. Thirault, « Franchir la crête : de l’Histoire à la Préhistoire dans les Alpes occidentales. », in A. Beeching dir.: Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998)., Centre d’Archéologie Préhistorique, Valence : coll. « Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence », 2, p. 19‑37.

Thirault 2022a : E. Thirualt, « L’archéologie des cols englacés en France : naissance d’une nouvelle discipline dans la vallée d’Avérole (Bessans, Savoie) », in L. Tremblay Cormier (dir.), Archéologie glaciaire. Vestiges des cimes, Musées d’Annecy & Silvana Editoriale, Annecy & Cinisello Balsamo, 2022, p. 44‑55.

Thirault 2022 b : E. Thirault, « Mines et glaciers : nouvelles perspectives de recherche en Préhistoire dans les alpes francaises », in F. Surmely. dir. ― Archéologie en milieu de montagne dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, Actes de la Table-ronde du 6 décembre 2019 à Clermont-Ferrand, vol. 4, Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise-Pascal, coll. « coll. Terra Mater », pp. 19‑53.

Thirault à paraître : E. Thirault, « Sauvegarder par l’étude : le patrimoine archéologique des environnements gelés dans les Alpes françaises » in Actes du colloque international « Les patrimoines archéologiques face aux changements climatiques. Enjeux de connaissance, de conservation et de valorisation des vestiges en milieux humides, immergés et glaciaires », Lyon 24-26 novembre 2022.

Tracq 1998 : Tracq F., « Rochemelon (3538 m) : une montagne d’histoire entre pèlerinage et alpinisme », L’Histoire en Savoie magazine (supplément). [accessible en ligne], URL :https://www.ssha.fr/dossiers-thematiques/rochemelon-3538-m-une-montagne-d-histoire-entre-pelerinage-et-alpinisme

Tracq 2000 : F. TRACQ, « A Bessans, entre Lombarde et Ribon, l’avion du col de l’Arselle », Bessans Jadis et Aujourd’hui, n° 43, 2000, p. 55‑59.

Tremblay Cormier 2022 : Tremblay Cormier L. (dir.), Archéologie glaciaire. Vestiges des cimes, Annecy & Cinisello Balsamo : Musées d’Annecy & Silvana Editoriale, 126 p.

Mission à Civitella d’Agliano (Viterbe, Italie), #1. Octobre 2023.

Du 10 au 22 octobre 2023, Cécile Batigne et Céline Brun[1] ont réalisé la première mission d’étude des céramiques du site de Musarna dans le cadre du nouveau programme Shelby White – Leon Levy pour la publication de la domus du secteur D[2], sous la direction de Vincent Jolivet[3].

Musarna, un site étrusco-romain sur le territoire de Tarquinia

Fouillé par l’École française de Rome entre 1983 à 2003, le site de Musarna (commune de Viterbe, Italie) est une colonie de Tarquinia fondée à la fin du IVe siècle av. J.-C. avec une double fonction, militaire et agricole[4]. Après la conquête romaine, vers 280 av. J.-C., la cité, entourée de plaines fertiles, est demeurée occupée jusqu’au début du VIIe siècle ap. J.-C., sans certitude de continuité. Les recherches archéologiques ont porté sur son urbanisme et ses monuments privés, son enceinte, ses ensembles funéraires d’époque hellénistique et impériale, mais aussi sur le paysage agraire qui l’environne.

Situation de Musarna dans le territoire de Tarquinia.

L’habitat occupe un plateau de 5 hectares entièrement urbanisé selon un plan orthogonal, partagé en deux par une rue principale nord/sud qui croise à angle droit cinq axes secondaires ; au centre, ce cardo s’élargit pour former une place rectangulaire. Les douze îlots ainsi délimités étaient apparemment divisés à l’origine en trois parcelles contiguës.

Au sud de la place centrale, les recherches ont essentiellement porté sur la partie nord des îlots C, à l’ouest, et D, à l’est. Dans l’îlot C, les fouilles ont permis de mettre au jour un édifice balnéaire de la fin du IIe siècle av. J.-C., construit en englobant les vestiges d’un temple remontant probablement à la première moitié du siècle précédent[5].

Dans l’îlot D, une domus de plan canonique, actuellement datée de la première moitié du Ier siècle av. J.-C., a été fouillée entre 1988 et 1991. Orientée ouest/est, elle s’inscrit dans un rectangle de 18 x 27 m, soit une superficie totale de 486 m2 – en excluant ses dépendances, de l’ordre de 370 m2, au moins, qui la prolongent dans sa partie postérieure. Les fauces donnent dans un atrium tétrastyle doté d’alae, flanqué à droite par des cubicula, à gauche par un balneum et une culina ; la partie postérieure est occupée au centre, par un tablinum, flanqué à gauche par un oecus, à droite par un triclinium relié à un espace allongé donnant accès aux espaces de service, répartis autour d’une grande citerne.

Plan de la domus de Musarna

Cette domus ne représente qu’une phase de la fréquentation de cette partie du site, pour laquelle huit phases ont été distinguées, ceci préliminairement à l’étude définitive des structures et du mobilier :

  1. L’occupation antérieure à la fondation du site (3000-325 av. J-C.) ;
  2. La fondation du site et les premières traces d’occupation (325-250 av. J.-C.) ;
  3. La construction d’une première domus, sans doute de caractère public (250 av. J-C. ?) ;
  4. L’occupation de cette première domus (250-75 av. J.-C. ?) ;
  5. La construction au même emplacement de la seconde domus (75 av. J.-C. ?) ;
  6. L’occupation de la seconde domus (75 av.-600 ap. J.-C. ?), divisée en quatre sous-phases, préaugustéenne, augustéenne, impériale et tardo-antique ;
  7. L’abandon et la destruction de la seconde domus (à partir de 600 ap. J.-C. ?) ;
  8. Les labours et l’arasement (seconde moitié du XXe siècle).

Si les différentes phases correspondent à une succession d’interventions avérées dans ce secteur de la ville, les datations proposées à ce stade seront naturellement appelées à être révisées et précisées au fil de l’étude, qui devrait être achevée fin 2025.

Organisation du travail collectif

La publication de la domus doit passer nécessairement par la reprise des études qui ont déjà été effectuées depuis le début des fouilles de ce secteur, soit par des étudiants pour des travaux universitaires, soit par des chercheurs. Concernant le matériel archéologique, il convient donc aujourd’hui de coordonner l’ensemble des spécialistes qui ont en charge l’étude des mobiliers de différentes natures. Plus spécifiquement, il est nécessaire que les spécialistes des différentes catégories techniques de céramiques – ce que l’on appelle « classes » en Italie et qui se déclinent en céramiques à vernis noir, céramiques à paroi fine, céramiques communes, sigillées, amphores, lampes … – se coordonnent afin de composer une analyse la plus homogène possible.

La Rocca Albornoz, Viterbe (Italie)

Pour commencer ce chantier, une première réunion de travail a eu lieu à Viterbe le 16 octobre avec deux collègues céramologues, Caterina Coletti et Liliana Guspini, et un spécialiste de l’instrumentum, Marco Rossi. Il s’agissait d’accorder nos méthodes de comptage et d’inventaire et d’organiser le travail de chacun. Une première enquête a été réalisée au musée de la Rocca Albornoz de Viterbe, magnifique palais qui accueille les caisses de Musarna dans ses réserves et où le site bénéficie d’une salle d’exposition au premier étage, avec notamment la mosaïque des bains hellénistiques portant une inscription en langue étrusque.

Musarna (Viterbe, Italie), mosaïque des bains.

Grâce au très bon accueil réservé par sa conservatrice, Sara De Angelis, il a été possible d’y explorer les vitrines et de recenser les caisses du site : l’inventaire systématique des 428 caisses de mobilier du site de Musarna déposées à la Rocca Albornoz a permis de créer une base de données.

Musée de la Rocca Albornoz, réserves.

Pour la publication de la domus, il faudra reprendre l’étude de 18 d’entre elles ; elles seront déplacées dans le village de Civitella d’Agliano (Viterbe), où des réserves permettant à la Surintendance d’Etrurie méridionale de stocker du matériel archéologique contiennent déjà 173 autres caisses provenant du site[6].

Vérification de l’inventaire de l’instrumentum trouvé dans la domus de Musarna (Rocca Albornoz).

Céramiques communes, sigillées et datation

Grâce à l’assistance de Letizia Arancio et Olverino Arcangeli sur place pour l’organisation pratique, Cécile Batigne et Céline Brun ont repris les études des céramiques communes et sigillées entreposées depuis 2 ans dans les réserves de Civitella d’Agliano. Une première mission avait été effectuée en décembre 2022[7] pour faire le point sur les céramiques communes à revêtement interne rouge de Musarna, dites « céramiques à vernis rouge pompéien » (VRP), dont une production est suspectée sur place ou dans la région proche. La publication est sous presse dans les actes du congrès international de la Société Française d’Etude de la Céramique Antique en Gaule ayant eu lieu à Hyères en mai 2023[8].

L’étude, par Cécile Batigne, de l’ensemble des céramiques communes de l’emplacement de la domus est presque achevée, avec les deux tiers des fragments déjà revus, dessinés et contrôlés (soit environ 37 000 fragments sur 52 700).

L’étude faite par Céline Brun des céramiques domestiques produites en Afrique du Nord et retrouvées dans les niveaux impériaux du site (sigillées africaines et céramiques communes africaines) est très avancée, les dessins et photos ayant également été effectués. Sa prochaine mission consistera à faire l’étude des terres sigillées italiques.

Ainsi, lorsque les céramiques fines, les céramiques à vernis noir et les sigillées essentiellement, seront étudiées, il sera possible de proposer des datations plus précises pour les US qui constituent la stratigraphie des différents secteurs de la domus de Musarna. À partir de là, nous serons en capacité de proposer une chronologie plus fine valable pour l’ensemble de la fréquentation de cette zone D, phase par phase.

La prochaine session d’étude aura lieu fin janvier 2024.


[1] CNRS, UMR5138 (Laboratoire ArAr, Archéologie et Archéométrie, Lyon, Villeurbanne).

[2] “Musarna, a Late Etrusco-Roman House in the Territory of Tarquinia Excavated by the École Française de Rome between 1985 and 1991”. https://whitelevy.fas.harvard.edu/people/vincent-jolivet.

[3] Directeur de Recherche émérite au CNRS, UMR 8546 (AOROC).

[4] Synthèse sur le site, avec bibliographie : V. Jolivet, Civita Musarna tra passato, presente e futuro, AIAC FOLD&R, www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2013-283.pdf.

[5] H. Broise, V. Jolivet (dir.), Musarna 2. Les bains hellénistiques, Rome, 2004 (CÉFR, 344).

[6] Le maire du village, Giuseppe Mottura, a entrepris de restaurer des appartements vides du centre historique et il offre aujourd’hui un hébergement pour une trentaine de personnes (chercheurs, fouilleurs ou étudiants). Celles-ci peuvent ainsi venir travailler dans un cadre parfaitement adapté, sorte de résidence de chercheurs.

[7] https://www.arar.mom.fr/presentation/vie-du-laboratoire/retour-de-mission-musarna

[8] Batigne et al. 2023 : « Céramiques communes à revêtement interne « rouge pompéien » (VRP) d’Etrurie méridionale. Caractérisation et genèse ». A paraître en décembre 2023.

Insolitus : objets et contextes peu ordinaires

20 octobre 2023
MSH Lyon-St-Étienne

Programme :

10h – accueil des participants
10h20 – Les haches de pierre en contexte gallo-romain | B. Bober (Agence Bibliographique de l’Enseignement Supérieur)
10h40 – Un étrange sarcophage italique en terre cuite à Narbonne | V. Ploux (CRESEM UR7397)
11h – Céramiques communes : des fonctions encore indéterminées | C. Batigne (ArAr UMR 5138) et É. Bertrand (SAVL, ArAr UMR 5138)
11h20 – Deux objets indéterminés de la nécropole antique du 65 avenue du Point du Jour (Lyon 5e) | A. Morel (Université Lyon 2)
11h40 – Des clavettes funéraires romaines aux fonctions inconnues découvertes en Auvergne-Rhône-Alpes | S. Bigot (Inrap, ArAr UMR 5138)
12h – pause repas
14h – Les cruches biansées de type Agde – Une forme insolite au sein de la vaisselle tardo-républicaine | Q. Sueur (Landesamt für Denkmalpflege im Regierungspräsisidium Stuttgart, ArAr UMR 5138)
14h40 – Un outil en bois de cervidé découvert dans la villa de Keradennec, Saint-Frégant (Finistère) | A. Zedda (Université Paris IV)
15h – pause
15h20 – L’équipement équestre romain : quelques découvertes dans des contextes peu ordinaires | A. Carbone (Éveha, ArAr UMR 5138) et G. Morillon (Archeodunum SA, ArAr UMR 5138)
16h – discussions et conclusion

Lien visio disponible : envoyez un mail à Alyssa Turgis

Stage de découverte de la céramologie au musée de Saint-Romain-en-Gal (69)

Du 11 au 14 avril 2023, quinze étudiants en Licence d’histoire et d’archéologie de l’université Lumière Lyon 2 ont pu bénéficier d’un bel accueil au musée de Saint-Romain-en-Gal pour un stage de découverte de la céramologie, organisé par le Laboratoire ArAr et le musée de Saint-Romain-en-Gal.

Céline Brun (IE céramologue au Laboratoire ArAr), organisatrice de ce stage en collaboration avec Maria Paraskeva (responsable des Collections du musée), avait invité trois céramologues à dispenser des cours théoriques et animer des séances pratiques, tandis que le personnel du musée proposait plusieurs visites et présentations permettant aux étudiants de découvrir les différents métiers et activités exercés au sein de ce musée de site.

Ainsi, la matinée de chaque journée était consacrée à des cours théoriques au sujet des différentes catégories de céramique et l’après-midi à la mise en pratique du tri et de l’inventaire. Le choix du mobilier pour cet enseignement pratique s’est porté sur du mobilier inédit du site de Saint-Romain-en-Gal redécouvert lors du récent chantier des collections du musée. Les séances pratiques, encadrées par les céramologues et les membres de l’équipe du service des Collection du musée, ont eu lieu dans les réserves du musée. Elles ont évidemment constitué des moments forts du séjour.

Ce sont Séverine Lemaître (Univ. Poitiers – ArAr), Armand Desbat (ArAr) et Cécile Batigne (ArAr), trois céramologues héritiers de l’école lyonnaise de céramologie, qui ont assuré cet enseignement : ils ont d’abord exposé les méthodes de la céramologie (inventaire, quantification, dessin), puis ont présenté les typologies des principales catégories de céramiques romaines attestées dans la région AURA : sigillées, gobelets en céramique à paroi fine, céramique peinte, céramiques de cuisine, amphores.

Les cours théoriques et séances de TP ont été accompagnées de conférences et de visites des services du musée tels que les réserves, l’atelier de restauration, le parc d’archéologie expérimentale, la bibliothèque mais aussi les collections permanentes du musée. Ainsi, les étudiants ont pu rencontrer Maria Paraskeva et Sébastien Fily (service des Collections), Tessa Pirillo (Atelier de restauration de mosaïques), Christophe Caillaud (service de l’archéologie expérimentale) et Estelle Cherfils (centre de documentation). Ils ont également conversé avec la directrice du musée, Emilie Alonso, qui a leur consacré un moment privilégié pour leur présenter le projet d’établissement.

Ces temps d’échange entre les professionnels du musée et les étudiants leur ont permis de prendre connaissance des différentes actions menées par le musée mais aussi, bien sûr, de prendre connaissance de la variété des métiers qui s’y déploient.

Grâce à l’université Lumière Lyon 2 et au musée de Saint-Romain-en-Gal, les étudiants ont bénéficié d’un très bel accueil, tous frais payés, pendant 4 jours de stage. Cette semaine a été couronnée par le week-end qui a suivi au Domaine des Allobroges, où des opérations d’archéologie expérimentale étaient consacrées à la réalisation de pain et à la fabrication de meules.

Insolitus : contextes et usages peu ordinaires – appel à communication

L’étude des vestiges matériels est le point de départ de la recherche archéologique, et notre principale source de connaissance sur les cultures passées. Elle est le support d’un discours sur les techniques de production et les modes de consommation de ces artefacts.

Ces dernières décennies, le développement des fouilles préventives a permis une augmentation exponentielle des données disponibles. Certaines séries d’objets commencent à être bien connues, et leurs contextes et fonctions facilement identifiables. Malgré cette masse de données, certains artefacts apportent plus de questionnements que de réponses. En effet, il arrive régulièrement que le contexte de découverte soit insolite, ou que l’usage (ou la réutilisation) soit inattendu.

L’objectif de cette journée est de pouvoir présenter des données que nous ne présentons pas ailleurs, car ne rentrant pas dans un thème précis ; mais également de pouvoir échanger des idées et des hypothèses de réflexion à propos de ces objets insolites.

Dans une perspective de science ouverte et de valorisation des participations de chacun, les communications de cette journée feront l’objet d’une publication (date prévue : première moitié de 2024) dans la revue en open access Archéologies. Sociétés, réseaux, matériaux du laboratoire ArAr (UMR 5138).

Thème(s) :
• Contexte et usages
• Actualité de la recherche

Cadre chronologique et géographique : du Néolithique à l’époque moderne, en Europe et sur le bassin méditerranéen.

Modalités :
La proposition de communication se fera sous la forme d’un résumé d’une page max. (format .doc/.docx ou pdf), à envoyer avant le 1er septembre 2023, à stephanie.bigot@inrap.fr, ldechavagnac@grandlyon.com et alyssa.giraudo@gmail.com.

Ce document doit comprendre :

  • Nom, prénom, rattachement de l’auteur
  • Titre de la communication
  • Résumé de la communication de 1 000 signes maximum, avec quelques illustrations (optionnel).
  • Le format de présentation choisi :
    • 10 min : présentation contexte + corpus + hypothèses s’il y en a
    • 30 min : contexte + corpus + hypothèses + parallèles possibles

Compte-rendu de la journée d’étude “Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation” du 15 juin 2022

Alyssa Turgis

Le 15 juin 2022, s’est tenue la journée d’étude “Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation” du thème 2 de l’axe “Culture matérielle : céramiques et artefacts”, organisée par Alyssa Turgis, Antony Carbone et Stéphanie Bigot.

L’idée d’organiser cette journée d’étude est d’abord venue du constat d’un manque. Ce manque, c’est celui d’une méthode commune pour interpréter le faciès matériel d’un site, ou pour comparer le faciès de plusieurs sites.

Les interrogations autour des faciès se sont particulièrement fait sentir ces dernières années. Elles sont à mettre en relation avec l’expansion de l’archéologie préventive, qui a généré de nombreux jeux de données relatives à un seul site (inventaire céramologique, inventaire de petit mobilier). Durant les dernières décennies du XXe s., plusieurs publications en céramologie et en instrumentum avaient entrepris de normaliser les méthodes de comptage et de classement des objets archéologiques. Ces bases étant désormais communes à la majorité des chercheurs, nous pouvons nous demander comment interpréter ces données quantitatives sur un site et éventuellement les comparer.

Cette journée ne proposait pas d’établir un modèle théorique répondant à ces problématiques. Il s’agissait plutôt de se réunir pour discuter de nos approches, de nos méthodes, et des écueils rencontrés afin de susciter une réflexion sur ce sujet et sur ses enjeux. C’est pourquoi nous avons voulu privilégier les études de cas portant sur des données quantitatives récentes.


Emilie Comes-Trinidad (chercheur associé UMR 5138) et Anne-Lise Dabry (céramologue indépendante) ont présenté le mobilier du dépotoir du castrum de Chalencon (07). Le site du château de Chalencon, sis au nord de la vallée de l’Eyrieux, en Ardèche centrale, a bénéficié de deux campagnes archéologiques (une prospection thématique en 2016 et la fouille de la section nord de l’enceinte en 2017) dans le cadre d’une thèse d’archéologie réalisée au sein du Cepam, sous la codirection de Ph. Jansen (Université Côte d’Azur) et A. Baud (Université Lyon 2). Une nouvelle campagne de fouilles a été réalisée en 2021 sur le site, qui a livré les vestiges de l’angle nord-est d’un bâtiment castral, flanqué d’une tour semi-circulaire et comblé par un épais niveau de dépotoir. L’analyse du riche mobilier recueilli dans cette strate livre un premier témoignage de la culture matérielle des élites castrales tardo-médiévales à Chalencon et plus largement dans la vallée de l’Eyrieux. 

Le site 
Le château de Chalencon est mentionné dans les sources dès le XIe siècle, installé sur une colline surplombant au nord-ouest le bourg ecclésial, formé autour de l’église Saint-Pierre. L’histoire du château est intimement liée à celle du bourg, lequel, placé sous la seigneurie directe des comtes du Valentinois connaît une évolution sociale, économique et urbaine significative dès la fin du XIIIe siècle (Comes-Trinidad 2021, vol. 3, 284-285). 

Le site castral, fortement ruiné, est formé d’une plateforme sommitale entourée d’une enceinte construite à flanc de rocher et flanquée d’au moins une tour semi-circulaire visible au sud. Un deuxième système d’enceinte – identifié en partie en 2017 et dont on ignore, pour l’heure, les relations avec le premier – ceinturait le sommet du promontoire et ses probables bâtiments, tour-maîtresse et logis (ou aula). 

Les fouilles de 2021
La campagne de fouille menée en 2021 (Comes-Trinidad 2022) a permis de dégager au centre de la plateforme sommitale l’angle nord-est d’un bâtiment castral, bâti au plus tard au XIIe siècle – début du XIIIe siècle et flanqué au cours du XIIIe siècle d’une tour semi-circulaire. Rapidement abandonné, l’édifice est comblé d’un épais niveau de dépotoir. 

Les ensembles matériels issus des niveaux de démolition et de récupération puis de comblement renvoient à un horizon chronologique tardo-médiéval (entre la fin du XIIIe siècle et le XVe siècle), en accord avec l’abandon précoce du site et la récupération systématique des matériaux déjà mis en évidence par les fouilles de la muraille en 2017 (Comes-Trinidad, Meunier 2017). Le site est réoccupé au plus tôt à la fin de la période moderne, converti en terre agricole et en terrasses de culture sur les faces sud et est. 

Le mobilier du dépotoir
La surface de comblement explorée en 2021 à l’intérieur de l’angle nord-est du bâtiment (US 2019) et dans une moindre mesure à l’extérieur (US 2027 et 2029), se caractérise par un mobilier relativement fragmenté, en position de rejet. L’absence totale d’un niveau de démolition à l’intérieur et la présence d’une très grande quantité de clous liés au gros-œuvre et à l’ameublement renvoient à une action de démontage des maçonneries. Cette observation s’accorde avec la très grande quantité de fragments d’os de faune (plus de 5300) recueillie dans le niveau US 2019 dont certains sont brûlés et/ou portent des traces de boucherie et renvoient clairement à un niveau de dépotoir, constitué à la suite de l’abandon du bâtiment. 

L’ensemble des artéfacts prélevés dans ce contexte (soit 4257 fragments de céramique, 64 fr. de verre, 176 fr. de métal, 45 kgs de fragments d’os de faune ainsi que 111 kgs de TCA) a été intégralement inventorié ; seuls les mobiliers céramiques et métalliques ont fait l’objet d’une première analyse. Les lots de céramique et les fragments de faune bénéficieront d’une étude plus fournie à la fin de l’année 2021.

Les premières études permettent de dresser un panorama chronologique centré sur une période allant du XIIIe au XVe siècle. Plus particulièrement, les très grosses quantités de fragments céramiques des US 2019 (NR 4257, NMI 336) et 2027 (NR 143, NMI 10) et dans une moindre mesure US 2029 (NR 131, NMI 8) montrent une association déjà remarquée dans les niveaux de démolition de fragments de oules à bandeau, dont la production cesse au cours du XIIIe siècle, et de marmites à bords à méplat, qui font leur apparition dans le vaisselier rhônalpin au milieu du XIIIe siècle et perdurent aux siècles suivants. La présence de fragments de céramique rouge glaçurée, postérieurs au XIIe siècle et de la dizaine de fragments de céramiques claires glaçurées permet d’étirer timidement la chronologie jusqu’au début la période moderne.

Témoignages de la culture matérielle des élites castrales de Chalencon
Les assemblages de mobilier identifiés par les premières analyses s’accordent aux contextes d’abandon étudiés dans d’autres châteaux de Rhône-Alpes et du Languedoc (Brion : Laffont 2004, Essertines : Piponnier 1993; Montréal-de-Sos : Guillot 2017) et embrassent une large variété de domaines : activités domestiques et de service, aménagement architectural et mobilier,  équipement de l’animal, artisanat et équipement militaire. Ces assemblages présentent toutefois plusieurs particularismes micro-régionaux, voire locaux, déjà mis en valeur par d’autres opérations dans la vallée de l’Eyrieux.

  • Mobilier céramique

Les assemblages issus du dépotoir sont caractéristiques des XIIIe-XIVe siècles, tant au niveau des formes que de de la représentativité des différents groupes techniques.

La typo-chronologie avancée ici est conforme dans les grandes lignes au faciès céramologique observé à échelle régionale soit une sur-représentation des céramiques ayant eu à refroidir en atmosphère réductrice, malgré le développement timide des cuissons à refroidissement en atmosphère oxydante et des productions glaçurées. S’ajoute également à cela l’omniprésence des récipients destinés à la cuisson (marmites) et dans une moindre mesure au stockage (oules, cruches) des aliments et liquides. La vaisselle de table, qui ne se développe vraiment qu’à l’époque moderne pour la céramique, n’est représentée à cette époque que par de la vaisselle en verre (verre à pied, gobelets) ainsi que de rares pichets en céramique, faisant l’objet d’un décor particulièrement soigné (US 2018). Toutefois, certaines particularités micro-régionales, déjà mises en évidence lors d’opérations précédentes menées dans un rayon autour de 30 km autour de Chalencon, dans des contextes de l’extrême fin du Moyen Âge[1] et confirmées par la présente étude permettent d’affiner un peu ce faciès. L’une des caractéristiques principales est la manifestation tardive et discrète des céramiques communes rouges et l’absence des pâtes kaolinitiques refroidies en atmosphère réductrice. Ce dernier phénomène, observé à Chalencon mais également au Cheylard et sur les sites prospectés dans la vallée de l’Eyrieux, semble être une particularité du nord de l’Ardèche. Toutefois, le nombre réduit d’opérations archéologiques dans cette zone géographique ne permet pas d’approfondir davantage les analyses.

Enfin, se pose la question d’une possible persistance un peu plus tardive des oules à bord en bandeau. En effet, leur timide coexistence avec autant de marmites à bord triangulaire orienterait plutôt vers une datation fin XIIIe-XIVe siècle, par ailleurs plus cohérente avec le mobilier métallique davantage centré sur le XIVe siècle. L’étude céramologique devrait permettre d’apporter de nouveaux éléments à ce questionnement.

  • Mobilier métallique

Les activités domestiques et de service, principalement liées à la préparation et la consommation des repas, sont quantitativement les plus représentées notamment par le vaisselier céramique et les fragments de verre auxquels il convient d’ajouter les fragments osseux de faune, dont l’étude ultérieure livrera de précieuses données sur les pratiques culinaires et les modes de consommation des élites tardo-médiévales. 

Le mobilier métallique, quant à lui, est caractérisé par une surreprésentation des clous de gros-œuvre (72%), conséquence du démontage et de la récupération des maçonneries. Les différents types de clous identifiés par les typo-chronologies de référence, se rattachent tant à la charpente, au plancher qu’à la structure et à l’ameublement, notamment en bois. La clouterie est complétée en cela par la vaste quantité de fragments de TCA dégagée (111 kgs) ainsi que les plaquettes de schiste, employées dans cette partie de la vallée de l’Eyrieux comme habillage de canalisations (Comes-Trinidad 2016). Les ferrures et ornements de coffre rencontrés dans les niveaux d’abandon ainsi que les placages en os, gravés de fins motifs géométriques concernent davantage le petit ameublement orné, de type coffres et coffrets. 

Les autres catégories de mobilier représentées, exception faite de l’équipement animal (marqué par une grande quantité de clous de maréchalerie soit 13% du mobilier métallique) concerne, à parts égales, l’armement, l’artisanat et la parure.  

L’armement représente 21% du mobilier métallique (hors clouterie de gros-œuvre et de maréchalerie) et regroupe notamment des fers de trait à tête pyramidale et emmanchement à douille circulaire, des bouterolles caractéristiques des dépotoirs et niveaux d’abandon castraux des XIVe-XVe siècles (Serdon 2003 ; Piponnier 1993, fig. 102) ainsi qu’un fer de lance formé d’une flamme et de deux languettes de renforts. Cet ensemble métallique est complété par une trentaine de fragments  de trompe d’appel en céramique. 

La parure est représentée par des appliques en alliage cuivreux, une paillette en laiton doré ainsi qu’un élégant mordant de ceinturon caractéristique du XIVe siècle (Legros 2001, fig. 12).

Enfin, les fragments associés à l’artisanat et la production ne renvoient pas à un type d’artisanat clairement identifiable. 

Conclusion
Les fouilles menées en 2021 au château de Chalencon (07) ont permis de dégager l’angle d’un bâtiment castral et de confirmer la chronologie d’abandon relativement haute du site. La campagne a notamment mis en évidence le comblement du bâtiment, interprété comme un dépotoir consécutif à la récupération des maçonneries. Riche d’enseignements, ce dépotoir livre un premier aperçu de la culture matérielle du site, qui s’accorde avec les autres contextes d’abandon observés dans des châteaux proches. Toutefois, plusieurs particularités sont signalées concernant principalement le faciès céramique et confirment la tendance micro-régionale observée lors de plusieurs opérations archéologiques depuis 2011.

Les études complémentaires en cours (céramologique, archéozoologique), dont les résultats devraient être livrés à la fin de l’année 2022, permettront d’apporter des éléments précieux à la connaissance des modes de vie et de consommation des élites castrales tardo-médiévales dans la vallée de l’Eyrieux et plus largement dans le centre de l’Ardèche.

[1] Le Cheylard en 2011 : MAZA G. (dir.) 2012: Le Cheylard – Aric, Aménagement de la zone d’activités (Ardèche, 07). Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Chaponnay/Lyon, Archeodunum/SRA Rhône-Alpes. Prospections dans la vallée de l’Eyrieux à Gluiras, Pranles, St-Barthélémy et St-Christol en 2018 :
COMES-TRINIDAD E., MEUNIER C.
2020a :  Gluiras (07 – Ardèche): lieux-dits Château Saint-Jean, le Coulet et Champlauvier. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes.
2020b :  Pranles (07 – Ardèche): centre et lieux-dits Saint- Jean, Vabre d’Auzène et Vabre Vieux, le Bouschet. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes.
2020c :  Saint-Barthélemy-le-Meil (07 – Ardèche): château et hameau de Burianne. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes. 2020d :  Saint-Christol (07 – Ardèche): centre et lieu-dit Faveyrolles. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes.


La communication de Alyssa Turgis, doctorante contractuelle, portait sur l’ébauche de méthodologie de comparaison sur laquelle elle travaille depuis 2017, et qui l’occupe encore aujourd’hui dans le cadre d’une thèse (dir. M. Poux et S. Loudcher). Cette méthodologie consiste en l’utilisation complémentaire des techniques d’étude du petit mobilier et des méthodes de la science des données (AFC, clustering, machine learning….). A travers l’exemple de l’étude de mobilier réalisée dans le cadre d’un master 2 sur l’agglomération antique de Vendeuil-Caply, elle nous a présenté un cas pratique et les réflexions menées autour de cette thématique.

Dans les Gaules et les Germanies, les sites sont de nature diverse : sanctuaire, habitat, nécropole, camp militaire … Ils livrent un grand nombre d’objets archéologiques touchant à tous les aspects de la vie quotidienne : la parure, les activités culinaires, les soins du corps, l’armement, l’ameublement … Ces objets, dont la variabilité des formes et des matériaux est grande, sont autant les marqueurs de la culture matérielle d’un groupe social que les indices d’occupation d’un site.

Etude de cas
Vendeuil-Caply est une commune se situant dans l’actuel département de l’Oise dans la région des Hauts-de-France. L’agglomération de Vendeuil-Caply se trouve sur la voie secondaire reliant Beauvais à Amiens, à la limite du territoire des Bellovaques sur une zone de partage des eaux. Deux autres voies romaines passaient à proximité, ce qui permettait à l’agglomération d’être très bien reliée au reste du territoire et de se présenter comme une plaque tournante économique et peut-être même politique. Elle a été estimée à 130 ha par prospection aérienne, où seules quelques zones ont été fouillées.

De 2013 à 2017, la fouille a porté sur une emprise de 1 110m² au sud-est du Grand théâtre. Cette zone a été divisée arbitrairement en quatre secteurs. Le secteur 1, le plus à l’est, présente peu de structures construites, et le substrat calcaire apparaît en plusieurs endroits. Le secteur 2, situé au centre, est principalement caractérisé par des tranchées de récupération, des sols en tuileau et des radiers de fondation. Les structures sont très mal conservées et leur lecture reste difficile. Les deux derniers secteurs sont les mieux conservés, et présentent de nombreuses structures bien lisibles. Dans l’angle nord-ouest de l’emprise de fouille, les secteurs 3 et 4 sont respectivement caractérisés par un grand bâtiment maçonné et par le long caniveau et les boutiques de céramiques.

L’enjeu de l’étude a été de savoir dans quelle mesure les différents assemblages de mobilier pouvaient se révéler pertinents dans la perspective d’une caractérisation de la nature des installations observées. Deux hypothèses d’interprétation ont été confrontées : d’une par celle d’un espace cultuel (hypothèse proposée par l’équipe en 2015 et 2017), et d’autre part celle d’un quartier d’agglomération sans structures cultuelles. Pour cela, la mise en parallèle du lot d’objets de Vendeuil-Caply avec d’autres ensembles significatifs a été la clef de voûte de la démonstration. Toutefois, le problème de l’hétérogénéité des données disponibles s’est posé, que la mise en place d’une méthodologie de comparaison rigoureuse a permis de relativiser.

La zone fouillée connaît une occupation hachée, moins importante durant les phases 4 et 5. L’occupation du secteur 2 est surtout connue durant la phase 4 à 6. Le début de l’occupation du secteur 3 commence à la phase 3 et augmente à la phase 4. Enfin, le secteur 4 connaît une phase 3 prolifique. En reprenant la totalité des données, nous nous apercevons que le commerce et le domestique sont étroitement liés. Aucune structure de production n’a été mise en évidence, et les traces de commerce restent tout de même assez tenues et ne sont pas retrouvées en contexte artisanal (figures 1 et 2).

Figure 1 – Répartition des catégories fonctionnelles, tous secteurs confondus (DAO : A. Turgis)
Figure 2 – Evolution chronologique de l’occupation du site par secteur ; en noir : évolution globale de l’occupation (DAO : A. Turgis)

La zone correspondrait donc à un espace principalement domestique, sauf pour le secteur 4 qui se compose d’un caniveau et de boutiques attestées, le tout majoritairement occupé durant les phases 3-4 à 6, avec une concentration sur les secteurs 3 et 4. L’ensemble des données révèle donc une étroite liaison entre activités domestiques et commerciales. Les indices permettant de caractériser ces dernières restent toutefois assez ténus et ne sont associées à aucun contexte artisanal.

Il apparaît donc, de prime abord, que le faciès mobilier de Vendeuil-Caply ne peut correspondre à celui d’un sanctuaire : les catégories fonctionnelles sont très diverses, et l’ameublement et la parure sont les mieux représentés. Comme le dit E. Roux dans sa thèse, « toutes les agglomérations étudiées sont caractérisées par une accumulation de mobilier, qui touche à tous les domaines de la vie quotidienne. A l’échelle de la région, les comparaisons […] montrent que, quel que soit les agglomérations, elles livrent toutes un mobilier dense et diversifié, qui représente la plupart voire tous les domaines de la vie quotidienne » (Roux 2013, 297).

Méthode exposée
La comparaison entre plusieurs sites est un exercice toujours délicat qui nécessite une rigueur méthodologique, en établissant un corpus de référence selon des critères précis, et en homogénéisant les données afin de pouvoir comparer des éléments comparables. Ce point est un enjeu important dans la caractérisation des faciès mobiliers, et est censé être facilité par l’utilisation d’un même classement fonctionnel et d’un même vocabulaire. Dans les faits, ce n’est pas partout le cas, et cela complique grandement ce type de manipulation des données.

Les méthodes de la science des données peuvent nous apporter des renseignements significatifs sur les assemblages de mobiliers et les faciès de site. La méthode exposée n’était qu’une ébauche de celle qui est en train d’être développée dans le cadre de la thèse commencée en 2021 (figure 3). La question de la possibilité ou non de caractériser un faciès d’un type d’occupation par l’analyse massive de données de la recherche est en effet une des problématiques de ce travail, comme celle de l’apport du numérique dans l’étude des sites et des objets archéologiques du Haut-Empire. A terme, cette méthode permettrait de disposer d’un outil de traitement massif de données de la recherche pour tenter de répondre à plusieurs questions que tout archéologue se pose, notamment celle de la caractérisation et de l’interprétation des faciès mobiliers.

Figure 3 – Méthode proposée (DAO : A. Turgis)

Après une pause méridienne, Antony Carbone nous a présenté une communication sur la caractérisation des espaces et activités domestiques des cenacula de Sainte-Colombe par l’étude du petit mobilier.

 En 2017, une vaste opération de fouilles archéologiques conduite par Benjamin Clément (université de Franche Comté, UMR6249) s’est déroulée sur la commune de Sainte-Colombe (Rhône). Menée sur une parcelle de 7000 m², elle a mis au jour un quartier suburbain, occupé de la toute fin du règne d’Auguste jusqu’au Haut Moyen-Âge. La période qui nous intéresse s’étend de la moitié du Ier s. apr. J.-C. à l’année 69, date à laquelle un incendie a détruit une grande partie du quartier. Durant cette trentaine d’années, se développe une place de marché entourée de boutiques, elle-même surmontée par des appartements. La violence de l’incendie a été telle qu’il a fossilisé une grande partie des structures en terre et bois de ce complexe. À certains endroits, l’état de conservation exceptionnel des vestiges immobiliers et mobiliers a permis d’explorer les structures des étages, effondrés dans les boutiques. Celle-ci sont constituées d’une pièce principale accessible depuis un portique, et d’une arrière-boutique. Les traces archéologiques et les bois carbonisés permettent de restituer avec précision les accès en façade : elle est construite en bois et intègre d’un côté le seuil donnant sur la boutique et de l’autre une porte ouvrant sur la cage d’escalier indépendante menant à l’appartement. De cet escalier, on ne conserve que la première marche en pierre et parfois la suite de la volée sous forme de restes carbonisés. À l’étage, le volume est divisé en trois grandes parties : une zone arrière au débouché de l’escalier qui surplombe l’arrière-boutique, une zone médiane surplombant la boutique et une zone avant située au-dessus du portique.

L’étude d’une première unité de vie (A18/A26 – figure 4) a montré l’existence d’une cuisine et d’une chambre (armature de pied de lit, lampe à huile) dans la zone arrière, peut-être séparées par une porte verrouillée. La cuisine en particulier est documentée par des vestiges architecturaux (table à feu), céramiques et mobiliers (divers instruments liés à la cuisine au chaudron). Les strigiles conservés là étaient facilement accessibles aux occupants se rendant aux thermes. En zone centrale, les mobiliers fournissent peu d’indices sur les activités qui s’y tenaient. Les objets d’ameublement autorisent à restituer la présence de plusieurs coffre(t)s dont on conserve les parties métalliques. La centaine de clous de chaussure appartiennent probablement à un équipement militaire, tout comme une boucle de ceinturon et une armature de jouguet découvert au même endroit. La zone avant était riche en objets d’usage quotidien et peut être interprétée comme un séjour : elle bénéficie à la fois d’une grande superficie et d’une bonne luminosité. Plusieurs centaines de fragments de charnières en os permettent de restituer un meuble à portes verticales dans le quart nord-ouest de la pièce, contenant entre autres un lot d’ex-votos en tôle d’argent. À l’exception des strigiles, c’est dans la frange sud de la pièce, qu’étaient conservés l’essentiel des objets de parure et de toilette de l’appartement (pince à épiler, tablettes à broyer, perles en fritte, bagues, pyxides). On ne peut pas dire avec certitude si le mobilier personnel de cette pièce était simplement stocké ou utilisé dans cette pièce. En tout cas, sa luminosité devait être un atout pour les pratiques de soin du corps. Le mobilier ludique était également nombreux. Une grande serrure retrouvée contre l’emmarchement en pierre montre que la cage d’escalier permettant d’accéder au logement était verrouillée au rez-de-chaussée.

Figure 4 – L’appartement A18/A26 – zone médiane (DAO : A. Carbone)

La deuxième unité de vie étudiée (A17/A27/A35) a elle aussi livré des vestiges d’une cuisine en zone arrière : table à feu, céramiques culinaires, vaisselle de service en bronze. On y trouve aussi des éléments liés à l’équipement équestre (hipposandale, agrafe de harnais) et à l’équipement militaire (applique de ceinturon, garde d’épée). La zone centrale a livré une soixantaine de clous de chaussure, appartenant à une paire de caligae. Ils peuvent eux aussi être mis en relation avec du matériel militaire puisqu’on y a trouvé aussi un pugio. Les quelques mobiliers domestiques appartiennent à l’ameublement ou aux portes. À nouveau, une serrure a été découverte contre l’emmarchement en pierre et est interprétée comme le verrou équipant la porte de la cage d’escalier. Quelques outils (peson, quenouilles, aiguilles) mettent en évidence un travail des textiles domestique.
En zone avant,  le mobilier domestique attestait l’existence d’au moins un coffre. Les vestiges de celui-ci étaient associés à un lot exceptionnel d’armes, qui conduisent à l’interpréter comme un rangement de type  « cantine militaire ». Cet équipement se compose d’une cuirasse segmentée, d’un gladius et d’un pilum. Il n’est évidemment pas complet, en l’absence de fourniment et du reste de l’armement défensif, mais une partie a pu être stockée ailleurs, comme en témoigne la plaque de cingulum de la zone arrière et le poignard découvert dans de la zone centrale.

La quantité de mobiliers retrouvés dans chacun des deux appartements permet d’ébaucher une approche comparative de ces deux habitations mitoyennes, contemporaines et d’état de conservation identique (figure 5). Les zones arrières des deux appartements sont des espaces de service : chacune d’entre elles était équipée d’une cuisine dans la frange méridionale.

Figure 5 – Tableau comparatif du mobilier de deux appartements, par domaine et catégorie selon le découpage spatial (NMI).

En A18/A26, la partie septentrionale de la zone arrière livrait du mobilier interprété comme ceux d’une chambre à coucher ; ce n’est pas le cas en A17/A27/A35. Les parties métalliques de coffrets sont quasi inexistantes dans les deux appartements. Enfin, du mobilier équestre (hipposandale et agrafe de harnais) a été découvert en zone arrière de l’appartement A17/A27/A35. Cette catégorie n’est pas absente de l’appartement A18/A26 mais se retrouve en zone médiane.
Ces zones médianes sont de vastes espaces, qui devaient être relativement sombres en raison de leur éloignement avec les sources de lumière restituées sur les façades occidentale et orientale des appartements. Les mobiliers sont assez rares et fournissent peu d’indices sur l’organisation de l’espace. De rares parties métalliques de meuble permettent de restituer au moins un coffre ou coffret dans chacun des deux appartements. En A17/A27/A35, cette même zone a livré un lot d’instruments de travail du textile. En A18/A26, c’est en zone arrière qu’on retrouve un témoin de ces activités. Plus largement, les outils de travail du textile sont fréquents dans les niveaux d’étage du Bourg. La production textile occupe en effet une place centrale dans l’économie domestique antique et les outils nécessaires à cette activité sont aussi retrouvés en nombre dans les domus de Pompéi. Enfin, les zones médianes des deux appartements ont livré des parties de balance. À nouveau, la fréquence avec laquelle les parties de balance sont retrouvées dans les étages suggère que le contrôle du poids des marchandises qui rentraient et sortaient de la sphère domestique devait être une opération banale.
La zone avant est interprétée comme la pièce de vie principale des appartements. Particulièrement lumineuse, elle ouvrait sur la place de marché et donnait sur le Rhône et le centre monumental de Vienne. Ce sont les espaces qui ont livré le mobilier le plus prestigieux. Toutefois, le faciès mobilier diffère d’un appartement à l’autre. En A18/A26, la nature du mobilier domestique permettait de restituer au moins une armoire. En A17/A27/A35, les charnières en fer orientent plutôt vers un coffre. Les objets de parure et de toilette sont inconnus en A17/A27/A35, alors qu’ils sont nombreux et exclusifs à cette zone en A18/A26. Le mobilier ludique était également nombreux et divers dans l’unité A18/A26 alors qu’il est totalement absent en A17/A27/A35. La même remarque vaut pour le mobilier religieux, même si les ex-voto de A18/A26 n’appartiennent pas au culte domestique. En tout cas, l’habitation A17/A27/A35 n’a pas livré de vestige de laraire, contrairement à A18/A26. La zone avant de A17/A27/A35 est surtout marquée par la présence d’un équipement de légionnaire presque complet, rangé dans un coffre. Les militaria se retrouvent d’ailleurs dans toutes les zones de cet appartement. Enfin, le logement A18/26 a également livré quelques militaria, mais ceux-ci proviennent exclusivement de la zone médiane.

L’analyse du mobilier de ces deux appartements, confrontés aux vestiges architecturaux et céramiques, permet de donner un premier aperçu de l’équipement d’une unité de vie des classes moyennes urbaines (cenacula) rarement appréhendées en dehors des cités du Vésuve. D’autres appartements, d’état de conservation variable, ont pu être mis en évidence au Bourg et il sera intéressant de proposer à terme une synthèse portant sur l’ensemble de ceux-ci (figures 6 et 7).

Figure 6 – Comparaison des équipements mobiliers de deux appartements (DAO : A. Carbone)
Figure 7 – Coupe restituée d’une boutique surmontée d’un appartement (Clément, Carbone 2021, fig. 18)

Enfin, Charles Vuillermin nous a parlé des résultats de son mémoire portant sur les restes de boucliers découverts au Clos de la Visitation, Lyon. Situé sur la colline de Fourvière à Lyon, le site du Clos de la Visitation a été fouillé préventivement en 2015 et, depuis 2019, dans le cadre d’une fouille programmée menée par Benjamin Clément (université de Franche Comté, UMR6249). Il a pour particularité d’avoir livré une grande quantité de militaria datés des Ier et IIe siècles, dont les niveaux de destruction sont interprétés comme étant en lien avec la Bataille de Lyon de 197.

De nombreuses ferrures ont été retrouvées dans le bâtiment de stockage principal du site (B02). Elles ont attiré l’attention des fouilleurs qui ont décidé d’en faire un sujet de mémoire sur le petit mobilier (sous la dir. de M. Poux, S. Carrara et B. Clément). L’étude, qui touche à sa fin, a permis d’identifier ces ferrures comme deux types de renfort de bouclier : des orles (type 1), protégeant le bord des boucliers et des bandes de renfort (type 2), qui renforcent le plateau à l’arrière (figure 8). Cette découverte a été en grande partie possible grâce à
la bonne conservation du bois des boucliers (figure 9), fossilisé par la corrosion du fer.

Figure 8 – Tableau de synthèse des caractéristiques des ferrures (DAO : C. Vuillermin)
Figure 9 – Exemple de différentes orientations des ferrures de type 1 et 2 (DAO : C. Vuillermin)

Le second volet du mémoire a permis de proposer une restitution de la forme de ces boucliers à partir du bois conservé dans les orles (figure 10). On a aussi établi deux méthodes pour le calcul du NMI et proposé une réflexion sur les conditions d’enfouissement de ces boucliers à partir
de leur répartition et de leur taphonomie.

Figure 10 – Restitution avec placement des orles et bandes de renfort à l’échelle (DAO : C. Vuillermin)

Les organisateurs remercient chaleureusement chaque intervenant, et souhaitent souligner la qualité de chacune des communications. Un grand merci également aux auditeurs, qui ont pris part avec énergie aux différentes discussions de la journée.

Le mobilier arverne : les céramiques de la place des Carmes à CLermont-Ferrand

La fouille de la Place des Carmes à Clermont-Ferrand, réalisée sous la direction de M. Zabéo (Archeodunum SAS), a permis d’étudier des occupations gallo-romaines et médiévales situées en périphérie de l’antique Augustonemetum. Cette fouille qui a concerné une superficie d’environ 2000 m² a révélé l’existence d’une zone funéraire et un secteur d’habitat. Ce billet propose d’évoquer brièvement le mobilier céramique découvert, afin d’en souligner le potentiel.

Le mobilier céramique associé à ces vestiges est particulièrement abondant (fig. 1), totalisant pour la période antique 3200 individus et plus de 21 000 fragments. Les contextes archéologiques offrent ainsi des ensembles bien cernés sur le plan stratigraphique et quantitativement volumineux. Il s’agit en particulier de comblements de celliers.

Fig. 1 – Collecte du mobilier lors de la fouille. Cliché : équipe de fouille.

Certaines structures renfermaient par ailleurs des vases particulièrement bien conservés fournissant un large panel des formes en usage pour le service (fig. 2) ou la préparation des mets (fig. 3) à Clermont-Ferrand entre le milieu du Ier s. et le début du IIIe s.

Fig. 2 – Diverses formes en céramiques fines et communes dédiées au service. Cliché : D. Baldassari.
Fig. 3 – Jatte, pots, marmite composant la batterie de cuisine.
Cliché : D. Baldassari.

Le mobilier lié aux structures funéraires correspond à des bassines ou matulae (Bet et Pouenat 2021) servant de cercueils à des sujets périnataux (Fig. 4), parfois associés à des dépôts de mobilier (Fig. 5).

Fig. 4 – Exemple d’enfant déposé dans une bassine. Cliché : équipe de fouille.
Fig. 5 – Biberon, cruche en verre, gobelet en paroi fine et médaillon en bois de cerf associé à deux monnaies dans la sépulture F.1286. Cliché D. Baldassari.

Durant la seconde moitié du IIe s. et le IIIe s., les dépôts peuvent rassembler une importante accumulation de vases : vaisselle de table en sigillée, pots et cruches miniatures.

Un grand nombre de ces objets a fait l’objet de prélèvements et d’analyses par le laboratoire Nicolas Garnier afin de mieux comprendre leur rôle dans le rituel funéraire.

Ces données apportent d’importants compléments aux thèses récentes (Trescarte 2013 ; Chabert 2019 ; Lauranson 2019 ; Riou 2020) et plus largement aux nombreux travaux consacrés aux ateliers de potiers en Auvergne.

Fig. 6 – Dépôt de vases à vocation funéraire. Cliché D. Baldassari.

Certains de ces vases livrent ponctuellement le nom de leur propriétaire, parfois de manière très lisible (fig. 7).

Fig. 7 – Jatte en céramique claire sur laquelle est inscrit : MARIA. Cliché D. Baldassari.

Les données statistiques fournies par cette fouille permettront de progresser dans la définition du faciès céramique au Haut-Empire à Clermont-Ferrand et la caractérisation des courants d’échanges drainant Augustonemetum. Une partie de ces résultats seront publiés dans les actes du colloque de la SFECAG 2022. Ils font écho aux recherches déjà menées en Limagne par plusieurs docteurs et chercheurs associés au laboratoire Arar (Trescarte 2013 ; Chabert 2019 ; Lauranson 2019 ; Riou 2020).

Plus d’infos

Opération d’archéologie préventive conduite par Archeodunum entre mai et septembre 2019 sur la commune de Clermont-Ferrand (Auvergne), à la Place des Carmes-Déchaux, en préalable au réaménagement de la place.

Prescription et contrôle scientifique : Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes

Maîtrise d’ouvrage : Clermont Auvergne Métropole

Co-maîtrise d’ouvrage : Manufacture de Pneumatiques Michelin

Opérateur archéologique : Archeodunum (Responsable : Marco Zabeo)

Notice de valorisation

Téléchargez la plaquette détaillant ces principaux résultats

Reportage sur le site et web-interview par Clermont Auvergne Métropole

Bibliographie

Bet et Pouenat 2021
Bet P. et Pouenat P. – Des bassins pleins d’aisance : matulae de Lezoux, Charbonnier-les-Mines et d’ailleurs, in : Bet P., et Dousteyssieur B. (éd.) – Eclats arvernes. Fragments archéologiques (Ier – Ve siècle apr. J.-C.). Tome 2., Pu Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, p. 158‑159.
Chabert 2019
Chabert S. – La céramique arverne durant l’Antiquité tardive et le haut Moyen Âge (fin IIIe-milieu VIIIe siècle): approche chrono-typologique, économique et culturelle, Suppl. à la RACF n° 71, FERACF, Tours, 376 p.
Lauranson 2019
Lauranson R. – Céramologie d’un oppidum arverne : chronologie et fonction de la vaisselle céramique du site de Corent (63) : IIe  s av.-IIe  s. apr.J.C., Thèse de doctorat. universite Lyon 2, Lyon, 3 vol. p.
Riou 2020
Riou M. – La production de céramiques non sigillées à Lezoux durant le Haut-Empire (Ier siècle ap. J.-C./début du IIIe s.) Approche typo-chronologique et archéométrique, Thèse de doctorat. Lyon 2, Lyon, 2 vol. p.
Trescarte 2013
Trescarte J. – Les céramiques de la cité des arvernes au haut-empire : production, diffusion et consommation (Ier siècle avant J.-C. – IIIe siècle après J.-C.), Thèse de doctorat. Université Blaise Pascal, Clermont-Ferrand, 2 vol.

Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation

Chers/chères collègues, Nous vous convions à une journée thématique intitulée « Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation » portée par l’axe 2 du laboratoire ArAr « Culture matérielle : céramiques et artefacts ». Elle se tiendra le 15 juin 2022 à l’espace Marc Bloch à la MSH LSE 14 av. Berthelot (7e). Le lien pour suivre l’évènement sera communiqué aux personnes inscrites auprès des organisateurs.

Télécharger le programme et l’affiche.

Stéphanie Bigot, Antony Carbone et Alyssa Turgis
Chercheur et doctorants au laboratoire ArAr UMR 5138 – MOM – Lyon

Illustration en tête de billet : Archeodunum SAS.

Appel à communication – Culture matérielle d’un site : caractérisation d’un faciès et interprétation –

Journée d’étude axe “Culture matérielle : céramiques et artefacts”. Laboratoire ArAr – UMR 5138.

Thème 2 : Contextes et consommation – usages et fonctions

Argumentaire :

L’étude des vestiges matériels est le point de départ de la recherche archéologique et notre principale source de connaissance sur les cultures passées. Elle est le support d’un discours sur les techniques de production et les modes de consommation de ces artefacts.

Au cours des dernières décennies, plusieurs publications ont entrepris de définir une méthode d’étude relative au classement (Batigne-Vallet, Lemaître 2008 : 212‑214 ; Briand et al. 2013 ; Feugère et al. 2018), au décompte (Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 ; Demierre et al. 2013) et à la représentation des mobiliers archéologiques (Arcelin, Rigoir 1979 ; Feugère et al. 1982 ; Abert et al. 2021). Il n’existe toutefois pas de consensus établi pour comparer et d’interpréter le faciès d’un site ou pour comparer deux faciès.

Plusieurs événements scientifiques ont eu lieu autour de ce sujet et de ses enjeux (Ballet et. al. 2018 ; Berthon, Ducreux 2020). Cette journée d’étude viendra compléter les réflexions déjà menées en proposant des études de cas récents (en privilégiant des données quantifiées), mais aussi en ayant un aspect méthodologique en présentant des méthodes d’analyse et  d’interprétation (quantification, classement, outil d’analyse, etc). Ce temps d’échange mettra également en avant l’actualité de la recherche.

Ainsi, en résumé, cette journée d’étude se propose de réfléchir aux questions suivantes : qu’apporte l’interprétation des faciès mobilier dans la caractérisation de la culture matérielle d’une population ? Comment interpréter les différents résultats ?

Thèmes :

  • Caractérisation d’un faciès mobilier (usages et fonctions) : étude de cas et synthèse
  • Méthode d’étude
  • Actualité de la recherche

Modalités de soumission :

La proposition de communication se fera sous la forme d’un résumé d’une page max. (format .doc/.docx ou pdf), à envoyer avant le 30 avril 2022, à antony.carbone@gmail.com, stephanie.bigot@inrap.fr et alyssa.giraudo@gmail.com. Ce document comprendra :

  • nom, prénom, rattachement de l’auteur
  • le titre de la communication
  • un résumé de la communication de 1 000 signes maximum, avec quelques illustrations si vous le souhaitez.

La journée sera retransmise à distance : il est possible de communiquer également à distance. Merci de nous le préciser lors de votre proposition.

Bibliographie :

Abert et al. 2021 : Abert F., Linlaud M., Feugère M., Guide pour illustrer le mobilier archéologique non céramique, Drémil Lafage : Monique Mergoil, coll. « Hors Collection », 15.

Arcelin, Rigoir 1979 : Arcelin P., Rigoir Y., Normalisation du dessin en céramologie, s.l. : s.n., coll. « Documents d’Archéologie méditerranéenne », 1.    

Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 : Arcelin P., Tuffreau-Libre M., La quantification des céramiques: conditions et protocole, Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, coll. « Bibracte », 2.     

Ballet et al. 2018 : Ballet P., Lemaître S., Bertrand I. (éd.), De la Gaule à l’Orient méditerranéen: fonctions et statuts des mobiliers archéologiques dans leur contexte, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, coll. « Archéologie et culture ».

Batigne-Vallet, Lemaître 2008 : Batigne-Vallet C., Lemaître S., « Le mobilier céramique d’un site antique du Vieux-Lyon fréquenté entre le deuxième quart du Ier s. av. J.-C. et le début du Ve s. ap. J.-C. : le Musée Gadagne », Revue archéologique de Narbonnaise, 41, pp. 211‑260.  

Berthon, Ducreux 2020 : Berthon A. A., Ducreux A., Grands ensembles de petit mobilier: méthodes et résultats. Actes de la table ronde Corpus. Clermont-Ferrand, 10-11 mars 2016, Drémil Lafage : Monique Mergoil, coll. « Monographies Instrumentum », 67.      

Briand et al. 2013 : Briand A., Dubreucq É., Ducreux A., Feugère M., Galtier C., Girard B., Josset D., Mulot A., Taillandier V., Tisserand N., « Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum », Les Nouvelles de l’archéologie, 131, pp. 14‑19.

Demierre et al. 2013 : Demierre M., Dubreucq É., Girard B., Roux É., « La quantification des mobiliers d’instrumentum », nda, 131, pp. 10‑14.

Feugère et al. 1982 : Feugère M., Foy D., Vallauri L., « Normalisation du dessin en archéologie : le mobilier non-céramique (métal, verre, os, bois, terre cuite) », Documents d’archéologie méridionale. Série Méthodes et Techniques, 2.  

Feugère et al. 2018: Feugère M., Berthon A., Bohbot H., Bourrieau Y., Callewaert M., Carbone A., Catté L., Defaix P., Eyango L., Gilles A., Giraudo A., Landrieux C., Mosca P., Pringalle M.-P., Soulat J., Tournier C., Vigier E., Viroulet B., « Artefacts, nature, structure et utilisation », Archéologies Numériques, 18, 1.

Il faut que ça brille ! Vases à engobe micacé et autres pièces de vaisselle en territoire Ségusiave

Amaury Gilles

Durant l’été 2020, une équipe d’Archeodunum conduite par Camille Nouet a mené une fouille dans l’agglomération antique d’Aquae Segatae (secteur de Moingt à Montbrison), Rue du Repos, à proximité des thermes de Sainte-Eugénie. Ce billet propose d’évoquer brièvement les apports de l’étude du mobilier céramique découvert lors de cette opération.

Cette fouille a révélé des vestiges denses, principalement d’époque romaine. Le mobilier céramique collecté totalise plus de 8000 fragments et plus de 1000 vases documentant la vie matérielle des Ségusiaves entre le milieu du Ier s. et le haut Moyen-Âge, l’essentiel du corpus se rapportant au Haut-Empire, car passé le milieu du IIIe s., les vestiges font l’objet de récupérations diverses. Les réoccupations éventuelles durant l’Antiquité tardive ou le haut Moyen-Âge livrent des vestiges arasés et les lots de mobilier sont trop hétérogènes et trop indigents pour cerner la chronologie des vestiges précisément.

Les données recueillies lors de cette fouille sont particulièrement intéressantes dans la mesure où ce secteur méridional du département de la Loire a encore fait l’objet de peu d’investigations archéologiques. Les données céramologiques pour le territoire ségusiave (Dumoulin 2007) se concentrent autour de la région de Roanne et plus au nord dans l’agglomération de La Pacaudière. Plus proches de Montbrison, les recherches menées à Saint-Romain-Le-Puy – Chézieux ont surtout concerné des vestiges plus anciens que ceux traités ici.

Le mobilier des premières occupations offre avant tout des repères chronologiques, même s’il faut mentionner la découverte de plusieurs vases déposés, parfois recouverts d’une tuile ou d’un couvercle et qui ont fait l’objet de prélèvements par le laboratoire Nicolas Garnier afin d’identifier les traces organiques laissées par leur contenu et éclairer les motivations de ces dépôts (fig. 1).

Exemple de pots déposés. clichés. D. Baldassari
 

 

Le comblement de deux fossés, au cours de la phase d’abandon du IIIe s. a livré un important corpus particulièrement intéressant, car un grand nombre d’objets sont exceptionnellement bien conservés (fig. 2-5). De plus, certains comportent des défauts de fabrication – chauffe excessive entrainant des déformations voire des bulles visibles sur certaines parois – suggérant la proximité d’un atelier de potiers. Parmi ces nombreux vases, on constate une grande variété de cruches et de bouilloires. Dans l’ensemble, ces céramiques communes montrent de belles finitions : lissage, engobe micacé adhérent.

fig. 2 : Cruche carénée à engobe micacé. Cliché D. Baldassari
fig. 3 : Cruche. Cliché D. Baldassari
fig. 4 : Pot à engobe micacé Cliché A. Gilles
fig. 5 : Pot à cuire Cliché D. Baldassari

La fréquence (3 bords sur un maigre total de 15) des amphores levantines dites « carotte » (Vipard 1995) produites notamment dans la région de Beyrouth, ayant pu contenir des dattes, apparaît ici comme une anomalie que nous n’expliquons pas.

Parmi les pièces remarquables mises au jour, il faut signaler la découverte d’une nouvelle inscription calendaire (fig. 6) sur Dr. 20, étudiée par M. Andrieu, rejoignant un corpus de marques relativement restreint (Berni Millet 2019). Ces marques indiquent le jour où débutait le séchage de l’amphore.

fig. 6 : Inscription calendaire sur amphores Dressel 20 de Bétique Cliché D. Baldassari

Les lampes à huile en terre cuite sont rares, 10 à 20 fois moins fréquentes qu’à Vienne par exemple suivant les ensembles de comparaison. Les habitants avaient sans doute recours à d’autres procédés pour s’éclairer. Ce constat prend d’autant plus de poids, lorsque l’on retire des neuf fragments inventoriés trois objets de type Loeschcke XIII décrits dans la littérature successivement comme lampe à suif ou comme abreuvoir à oiseau (Elaigne 1996 ; voir la discussion argumentée dans Malagoli 2016 : 336‑339 ; Galliègue 2017 : 786). Deux d’entre elles sont quasiment intactes et de fabrication vraisemblablement locale (fig. 7).

Fig. 7 : Lampe ou abreuvoir à oiseau Loeschcke XIII. Cliché D. Baldassari.

À la suite de ces recherches, il faut encore rappeler la rareté des fouilles réalisées dans la vallée du Giers, qui a pu être un axe de circulation important entre la région de Montbrison et la vallée du Rhône. Cet axe naturel expliquerait la présence faible mais régulière de céramiques ligériennes dans les cuisines des maisons viennoises et dans l’autre sens les occurrences de vaisselle de table et de cuisine d’origine rhodanienne (Fig. 8) à Montbrison.

Fig. 8 : Médaillon d’applique en sigillée claire B. Ech. 1. Cliché. A. Gilles.

La fouille de la rue du Repos a également fourni quelques vases témoignant d’occupations plus tardives, datées de l’Antiquité tardive (IVe s. – VIe s.), période pour laquelle on manque encore cruellement de données. Il s’agit soit de vases importés de la vallée du Rhône, soit de céramiques grises lissées (coupes carénées, mortier à collerette) partageant de nombreux points communs avec le répertoire des céramiques estampées grises dites DS.P.


Opération d’archéologie préventive conduite entre juillet et octobre 2020 sur la commune de Montbrison-Moingt (Loire), Rue du Repos, avant la construction d’une gendarmerie.

Prescription et contrôle scientifique : Service Régional de l’Archéologie d’Auvergne-Rhône-Alpes.

Maîtrise d’ouvrage : SCI Caserne Montbrison

Opérateur archéologique : Archeodunum (Responsable : Camille Nouet)


Notice de valorisation : http://www.archeodunum.com/montbrison-2020/

Bibliographie

Berni Millet 2019
Berni Millet P. – Calendar graffiti on Dressel 20 amphorae, in : Bezeczky T. (ed.) , Amphora Research in Castrum Villa on Brijuni Island, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, Wien, p. 125‑145.

Elaigne 1996
Elaigne S. – Eléments pour une nouvelle interprétation des « lampes à suif » (type Loeschcke XIII), in : , SFÉCAG, Actes du congrès de Dijon, 16-19 mai 1996, SFÉCAG, Marseille, p. 461‑465.

Dumoulin 2007
Dumoulin F. – La céramique des Ségusiaves, du IIIe siècle av. n.è. au IIIe siècle de n.è., Université Lyon 2, Lyon, 2 vol.

Galliègue 2017
Galliègue A. – Les lampes à huile en céramique de Lyon-Lugdunum, de la fondation de la colonie (43 av. J.-C.) jusqu’au début du IVe siècle ap. J.-C.: Production et consommation, Thèse de doctorat. Université Lyon 2, Lyon, 2 vol. p.

Malagoli 2016
Malagoli Cl. – Les lampes à huile en terre cuite dans le Centre-est de la Gaule (Ier siècle av. – IVe siècle ap. J.-C.) Production, diffusion et consommation, Thèse de doctorat. Univ. Franche-Comté, Besançon, 3 vol., 1090 p. p.

Vipard 1995
Vipard P. – Les amphores carottes (forme Schöne-Mau XV) : état de la question, in : SFÉCAG, Actes du congrès de Rouen, 25-28 mai 1995, SFECAG, Marseille, p. 51‑77.

Vacuna, une déesse sabine. Premiers résultats des fouilles archéologiques du sanctuaire de Leone à Montenero Sabino (Italie)

Aldo Borlenghi et Marylise Marmara

Après les sondages de 2019 et les prospections réalisées en 2020, une première campagne de fouilles archéologiques extensives a eu lieu au mois de juillet 2021 sur le site du sanctuaire romain de la déesse sabine Vacuna à Montenero Sabino (Rieti, Italie).

Fig. 1. Fouilles en cours sur le site du sanctuaire.

Le chantier-école universitaire, co-dirigé par Aldo Borlenghi (maître de conférences, université Lumière Lyon 2, UMR 5138-ArAr) et Marylise Marmara (archéologue, université Lumière Lyon 2, UMR 5138-ArAr et UMR5133-Archéorient) avec Bérénice Chamel (anthropologue, UMR 5133 Archéorient) et Lucie Motta (céramologue, UMR 5138-ArAr), a vu la participation de 10 étudiants spécialisés (Master ASA, Master Mondes anciens et Licence 3 archéologie). La mission archéologique, financée par l’université Lyon 2 (Projet VACUNA, APPI 2020-2021), l’UMR 5138 ArAr et l’UMR 5133 Archéorient, a été réalisée en collaboration avec Alessandro Betori (Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per l’area metropolitana di Roma e la provincia di Rieti) et en partenariat avec A. Angelini du Centro Nazionale della Ricerca (ITABC CNR – Istituto per le Tecnologie applicate ai Beni Culturali, Consiglio Nazionale delle Ricerche, siège de Montelibretti, Rome), la commune de Montenero Sabino et l’association Stud’Archéo.

Contexte archéologique

Dans la commune de Montenero Sabino, le site archéologique de la localité de Leone, entièrement recouvert de végétation, occupe une terrasse définie par des murs en pierre qui affleurent encore (Borlenghi, Giletti, Poux 2020). Le site est situé sur un terrain élevé, dans une position stratégique par rapport au passage de l’axe routier antique entourant la colline à l’est et du gué traversant le ruisseau Montenero. Des voies de communication secondaires se dirigeaient vers le massif montagneux entre Casaprota et San Giovanni Reatino, à l’est duquel se développait la via Salaria augustéenne (Giletti 2012).

De cette zone provient une inscription votive gravée sur une pierre monolithique légèrement effilée vers le haut avec une base et un cadre supérieur (h. 0,93 m ; l. 0,36-0,29 m ; épaisseur 0,20 m), découverte vers 1950. Après que les propriétaires en aient fait don à la municipalité en décembre dernier, la stèle est conservée au Palazzo Bonacasata, dans le centre de Montenero Sabino. L’inscription, attribuable à la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C., est une dédicace à la déesse Vacuna par Quintus Tossius (AE 1979, 199 ; Borlenghi, Betori, Giletti 2020, p. 55-56) : Q(intus) Tossius Q(uinti) [f(ilius)] / Vaconae / d(ono) d(edit) l(ibens) m(erito). – « A Vacona/Vacuna Quintus Tossius, fils de Quintus, a fait ce don de son plein gré ».

Fig. 2. Don officiel de la stèle offerte à la déesse Vacuna, le 19 décembre 2021 au Palazzo Bonacasata à Montenero Sabino.

Sur les hauteurs de la colline de Leone, la terrasse, bordée au moins sur les côtés nord, ouest et sud par des murs en pierre sèche partiellement conservés de 50-60 cm de large, apparaît comme un espace artificiel plat, d’une superficie d’environ 1000 m2. Le mur du côté nord est bien conservé en hauteur et composé de blocs de taille moyenne à grande.

Durant l’été 2019, une campagne préliminaire de sondages menée par une équipe de l’université Lumière Lyon 2 a permis d’identifier la présence de vestiges antiques, d’évaluer leur état de conservation, de préciser leur stratigraphie et leur chronologie, ainsi que de déterminer leur attribution à une aire cultuelle, à laquelle se réfère l’inscription de Quintus Tossius à la déesse Vacuna.

L’existence d’un lieu de culte a été confirmée par la découverte d’offrandes votives en terre cuite et par la découverte d’un grand bâtiment (env. 250 m2) à plusieurs pièces de la fin du IIIe ou du début du IIe s. av. J.-C., peut-être un temple, au centre de la terrasse médiane. La première occupation du sanctuaire, datée entre le IIIe siècle avant J.-C. et la moitié du Ier siècle après J.-C., est suivie d’une période d’abandon, puis d’une nouvelle fréquentation, encore non clairement déterminée, au cours de l’Antiquité tardive. Aux IXe-XIIe siècles de notre ère, un ensemble de sépultures datées par radiocarbone (C. Oberlin, centre de datation par le radiocarbone de Lyon) y a été installée, peut-être en relation avec une église chrétienne. Les sources mentionnent une église de S. Giovanni in Leone.

Les investigations non invasives menées en 2020 (Schmitt, Borlenghi 2020) ont également permis d’identifier l’éventuelle extension du sanctuaire de Vacuna, dont l’installation pourrait avoir concerné une plus grande partie de la colline. Les études géophysiques et le relevé de la colline par LiDAR ont encore souligné le potentiel archéologique de la zone.

Objectifs

Concentrée sur la partie nord-ouest de la terrasse, la campagne, menée sur une surface de plus de 200 m2, avait deux objectifs principaux.

Tout d’abord, celui de mettre en évidence la présence de nouveaux murs ou de tranchées de récupération du bâtiment d’époque républicaine, sans oublier les fosses ou les dépôts votifs autour de ce dernier. La fouille s’est concentrée en particulier sur la pièce nord-ouest, dont les murs et le sol en opus signinum avaient déjà été découverts au cours des sondages de 2019.

Le second objectif de la campagne était de poursuivre la fouille des sépultures médiévales à inhumation afin de tenter de délimiter l’aire funéraire présente. La fouille a été réalisée selon les méthodes spécifiques à l’archéothanatologie. L’étude des ossements en laboratoire permettra l’identification biologique individuelle (âge, sexe et stature) ainsi que la recherche de pathologies et d’indicateurs d’activité.

L’ouverture du site sur une grande surface a permis d’obtenir une image plus complète des structures présentes. Le décapage du secteur immédiatement à l’ouest du bâtiment républicain a permis de mettre au jour une couche de tuiles, peut-être liées à l’effondrement d’une toiture.

Fig. 3. Aire des fouilles à la fin de la campagne archéologique.

Résultats et perspectives

Les données de la campagne 2021 confirment largement les phases d’occupation déjà proposées en 2019. Une occupation de la terrasse au IIIe siècle avant J.-C. est bien confirmée par le remplissage de la grande fosse F22 (diam. 2-2,30 m ; prof. 1,27 m). Celle-ci, déjà identifiée en 2019 (Motta 2020 ; Motta à paraître), semble présenter les caractéristiques d’un dépôt votif (l’étude du mobilier est en cours). Une grande quantité de céramique à vernis noir et de céramique commune à feu, avec parfois des graphites, a été découverte.

Fig. 4. Fosse F22 en cours de fouille.

Six autres fosses ont également été identifiées, dont quatre ont été entièrement ou partiellement investiguées. Certaines, dès leur position stratigraphique, pourraient dater de cette période ou être légèrement postérieures.

Un sondage mené au niveau de l’angle nord-ouest de la terrasse a permis d’observer le chaînage des murs nord et ouest de celle-ci. Le mur nord, précédemment attribué au IIIe s. av. J.-C. pourrait ainsi dans son état actuel correspondre à un aménagement plus récent.

La fouille du grand bâtiment républicain a été initiée. La pièce nord-occidentale a été partiellement fouillée jusqu’au sol en opus signinum, selon une stratégie qui a permis de mieux préserver et observer la stratigraphie du remplissage interne, fondamentale pour comprendre les phases d’utilisation et d’abandon.

Les nouvelles recherches, bien que limitées à une seule pièce, fournissent de nouvelles informations sur la décoration du sol, caractérisée par un quadrillage losangé en filets pointillé et par un panneau central avec une fleur à six pétales. Il s’agit d’un type d’emblema qu’on ne retrouve pas dans les temples, contrairement au décor à losanges, attesté dans les cellae de plusieurs complexes du centre et du sud de l’Italie. Dans l’attente de nouvelles investigations, si l’on considère également le dauphin observé en 2019 sur le sol d’un autre espace, il serait plus probable d’interpréter le bâtiment comme une maison à pastàs, avec une salle de banquet et des pièces dédiées aux activités annexes au culte.

Fig. 5. Pièce nord-ouest du bâtiment républicain: sol en opus signinum, avec le décor à quadrillage losangé en filets pointillé et le panneau central avec une fleur a six pétales.

Fig. 6. Panneau central de la pièce nord-ouest en cours de fouille.

En l’absence d’une étude complète de la céramique, aucune nouvelle donnée sur la période d’abandon du bâtiment, qui s’est produite au plus tard vers le milieu du 1er siècle après J.-C., n’est apparue jusqu’à présent. Cependant, la découverte d’un fragment de lampe datant de la fin du 1er au milieu du 2e siècle après J.-C. indique que la zone a continué à être été fréquentée à une période plus tardive. Du matériel des IIIe et IVe siècles est également attesté sur le site, dans la couche supérieure du remplissage de la pièce nord-ouest, mais aussi dans les couches extérieures au bâtiment, où une monnaie de l’empereur Gallien permet de remonter jusqu’au milieu du IIIe siècle apr. J.-C.

Dix nouvelles sépultures médiévales ont été identifiées, dont six ont été entièrement fouillées pendant la présente campagne, tandis que trois, dont deux installées à l’intérieur du bâtiment républicain, seront fouillées lors de la prochaine campagne. Établis selon un axe est-ouest, ces aménagements sépulcraux sont de plusieurs types : il s’agit en grande majorité de fosses simples étroites sans aménagements particuliers ou avec une ceinture de blocs et dans un cas, d’une fosse avec un coffrage et une couverture de dalles.

Fig. 7. Fouille d’une des sépultures.

La nouvelle campagne prévue en 2022 permettra d’avancer dans le dégagement du bâtiment républicain et de ses sols, dont l’état de conservation est exceptionnel, afin de mieux cerner son plan, son architecture et sa chronologie. L’objectif sera également de conclure la fouille des sépultures médiévales ainsi que des fosses déjà localisées.

Bibliographie

Borlenghi A., Betori A., Giletti F., La dea Vacuna: attestazioni e geografia del culto in Sabina. Novità dal territorio di Montenero Sabino (RI), in Archeologia Classica 71, 2020, p. 41-84.

Borlenghi A., Giletti F., Poux M., Montenero e Vacuna, Antichità e sviluppo del territorio di Montenero Sabino, vol. 2, Rieti 2020.

Giletti F., Dai Sabini ai Romani, Antichità e sviluppo del territorio di Montenero Sabino, vol. 1, Rieti 2012.

Motta L., Les céramiques de la fosse 22 (IIIe s. av. n.è.) du sanctuaire sabin de Montenero Sabino (Rieti, Italie), in SFECAG, Actes du Congrès de Lyon, 2020, p. 415-421.

Motta L., Le sanctuaire de Vacuna à Montenero Sabino, loc. Leone (Rieti) à l’aube de la conquête romaine : une culture locale entre traditions locales et importations, in Baylé A.-L., Jaillet Martin (éd.), Dépasser la limite, deuxième rencontre des jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine, revue en ligne Frontières, Lyon, à paraître.

Anne Schmitt, Aldo Borlenghi, « Sanctuaire sabin et romain de la déesse Vacuna », Le Fil d’ArAr, 12/08/2020 (https://lefildarar.hypotheses.org/3809).

Les graffites de Limoges

Morgane Andrieu (ArAr, UMR5138)

Guillaume Florent (HALMA, UMR8160)

Dans le cadre de nos travaux sur la naissance et l’adoption de l’écriture en Gaule romaine, nous avons eu l’opportunité de lancer un nouveau programme de recherches sur les graffites antiques de Limoges (Augustoritum). Ce projet, qui bénéficie du soutien de l’AAPC et du SRA Nouvelle-Aquitaine, a démarré cette année par une première mission intensive de collecte documentaire dans les collections muséales et au dépôt archéologique de la ville. Plus d’une vingtaine de bénévoles se sont réunis pour passer au peigne fin les innombrables caisses de céramique issues de fouilles plus ou moins récentes. Ce travail a été mené sous la direction de Guillaume Florent (HALMA, UMR 8164) et de Morgane Andrieu (ArAr, UMR 5138).

Continuer la lecture de Les graffites de Limoges

Ateliers et productions : Trier, Classer, déterminer l’origine des artefacts

Chers/chères collègues,
 
Nous vous convions à une journée thématique intitulée « Ateliers, typologies et diffusion » portée par l’axe 2 du laboratoire ArAr « Culture matérielle : céramiques et artefacts ». Elle se tiendra le vendredi 7 janvier 2022 à l’espace Marc Bloch de la MSH Lyon-Saint-Etienne, 14 av. Berthelot à Lyon, 7e exclusivement en ligne suite à l’évolution des préconisations sanitaires.
Le lien pour suivre l’évènement sera communiqué aux personnes inscrites auprès des organisateurs.
 

Téléchargez le programme et la fiche d’inscription

Continuer la lecture de Ateliers et productions : Trier, Classer, déterminer l’origine des artefacts

Apprise et oubliée : l’écriture en devenir

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de N. Moncunill Martí, M. Ramírez-Sánchez (eds.), Aprender la escritura, olvidar la escritura. Nuevas perspectivas sobre la historia de la escritura en el Occidente romano (Anejos de Veleia, ser. minor, 4), Vitoria-Gasteiz 2021.

 

Quand ils s’intéressent à l’écriture, les historiens de l’Antiquité se concentrent généralement sur l’apparition de la ‘literacy’. De ce point de vue, l’originalité de cet ouvrage apparaît dès le titre : si on adopte le temps long, le processus d’acquisition de l’écriture n’est nullement linéaire : il y a effectivement des périodes où la pratique se généralise, et d’autres où elle régresse. Ainsi, après les progrès notoires de l’Antiquité, le haut Moyen Age voit l’écriture se recroqueviller, limitée aux clercs qui copient aussi les œuvres  du passé. Plus tard, un processus d’apprentissage généralisé se met en place et une proportion croissante de la population réapprend à lire et à écrire.

Continuer la lecture de Apprise et oubliée : l’écriture en devenir

Blog du laboratoire Archéologie et Archéométrie

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search