Magic !

Michel Feugère

 

 

 

 

Compte rendu de A. Parker, S. McKie (eds.), Material Approaches to Roman Magic. Occult Objects & Supernatural Substances (TRAC, Themes in Roman Archaeology, 2), Oxford & Philadelphia 2018.

 

Comme la religion, la magie antique est désormais à la mode. Ce volume, issu du colloque TRAC 2015 (Theoretical Roman Archaeology Conference), organisé par A. Parker sous le titre Charmed I’m Sure: Roman Magic – Old Theory, New Approaches, en témoigne comme d’autres ouvrages parus ces dernières années ou sous presse1. Alors que le colloque tenu au Mans en 2015, et dont les Actes viennent de paraître, s’intéressait avant tout aux sanctuaires et aux “espaces sacrés”2, la démarche part ici de l’objet occulte et des substances associées, c’est-à-dire de la matérialité des supports mobiliers. Continuer la lecture de Magic !

  1. D. Boschung, J.N. Bremmer [eds.], The Materiality of Magic, Paderborn 2015 ; C. Houlbrook, N. Armitage (eds), The Materiality of Magic: An Artefactual Investigation into Ritual Practices and Popular Belief, Oxford 2015 ; A. Mastrocinque, J. Sanzo, M. Scapini [eds.], Ancient Magic, then and now, Norhausen, sous presse. []
  2. I. Bertrand, M. Monteil, St. Raux dir., Mobiliers et sanctuaires dans les provinces romaines occidentales [fin du Ier s. av. – Ve s. ap. J.-C.]. La place des productions manufacturées dans les espaces sacrés et dans les pratiques religieuses. Actes des Rencontres Internationales Instrumentum 2015 [Monogr. Instrumentum, 63], Drémil-Lafage 2019. []

ArteBib #2 – Construction d’une collection de référence

Elise Vigier, Alyssa Giraudo

 

Le projet ArteBib (lauréat 2e vague AAP CollEx-Persée) vise à intégrer les objets archéologiques du site de Bibracte au sein de la base de données en ligne Artefacts afin de créer une collection de référence pour la fin de l’âge du Fer. Un premier billet présentant les objectifs du projet, ses partenaires, ses enjeux scientifiques et techniques a déjà été publié ici-même

La numérisation concerne trois ensembles d’objets : les objets publiés dans la Collection Bibracte (lot 1), le mobilier issu des fouilles anciennes conservé au Musée d’Archéologie Nationale de Saint-Germain-en-Laye (lot 2) et celui conservé au Musée Rolin d’Autun (lot 3). Nous présentons ici la méthode de traitement des données du lot 1. Continuer la lecture de ArteBib #2 – Construction d’une collection de référence

L’occupation du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive

Séminaire 2018 du groupe “Antiquité tardive” d’ArAr
Organisé par Céline Brun (CNRS), Anne Flammin (CNRS), Franck Gabayet (Inrap) et Magalie Guérit (Inrap)

 

Le groupe pluridisciplinaire et transversal aux quatre équipes thématiques d’ArAr sur l’Antiquité tardive a été créé en 2018 par C. Brun, A. Flammin , F. Gabayet , M. Guérit. Il a pour objectif, dans un premier temps, de présenter un état des lieux des connaissances sur cette période en Auvergne-Rhône-Alpes et d’échanger autour de l’actualité, tant en milieu urbain que rural, en contexte domestique ou funéraire et sur plusieurs thématiques. Il s’agit d’un thème transversal qui doit permettre de réunir les membres du laboratoire travaillant aussi bien sur l’Antiquité que sur le Moyen Age, archéologues généralistes ou bien spécialistes. Continuer la lecture de L’occupation du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive

Raisonnement, procédure et fonction du classement typologique – à propos de fibules romaines à décor niellé

Michel Feugère

 

Ce billet se propose d’interroger la manière dont un archéologue établit une typologie, comment il procède et ce qu’il peut en attendre. Si l’exemple traité ici concerne une série de fibules romaines, on s’efforce de considérer un raisonnement applicable à n’importe quelle série d’objets. Depuis ses origines et les mouvements encyclopédistes des XVIIIe et XIXe siècles, l’archéologie utilise en effet le mobilier produit et utilisé par les hommes du passé pour caractériser ces mêmes cultures. L’objet fabriqué, parce qu’il est adapté à une fonction et qu’il bénéficie de la technologie du moment, est un reflet direct des besoins et de la manière de penser des hommes d’autrefois. L’objet importé, de son côté, introduit une nouveauté qui s’inscrit dans un mouvement dynamique entre les cultures. Il est révélateur des décalages qui peuvent exister entre elles, et porte en lui-même le germe d’influences techniques et culturelles. Continuer la lecture de Raisonnement, procédure et fonction du classement typologique – à propos de fibules romaines à décor niellé

Regards sur… Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique

Alexis Bonnefoy

Ce billet reprend une communication donnée le 3 mai 2019 au séminaire HiBiSA (Historiographie et bibliographie des sciences de l’Antiquité) « Regards sur… »
(Organisation : L. Fauchier et E. Favier, Hisoma UMR 5189).

 

Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu

C’est peu de dire que l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu a profondément renouvelé la numismatique celtique. Et pourtant, rien ne le prédestinait à cette discipline. Né à Paris en 1905, il obtient un doctorat en médecine de la faculté de Paris en 1930 avant de s’installer à Bruxelles où il dirige un laboratoire pharmaceutique. Néanmoins, il nourrit déjà un intérêt pour l’histoire. Lecteur assidu de la Bibliothèque royale de Belgique, il fréquente régulièrement le Cabinet des Médailles. C’est dans ce contexte qu’il se lie d’amitié avec Paul Naster, numismate, archéologue et historien belge. Ce dernier (1987, 1) explique que c’est en 1947 qu’a lieu la rencontre entre Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique : lors d’un séjour à Rennes, des monnaies gauloises trouvées dans les environs lui sont présentées et suscitent immédiatement sa curiosité et son intérêt. Cette rencontre fortuite marque le début d’une nouvelle et très grande carrière. A plus de 40 ans, en 1949, Colbert de Beaulieu revient à Paris et reprend des études d’histoire à l’EPHE, qui aboutissent à un doctorat ès-lettres vingt ans plus tard. Parallèlement, il entre au CNRS dès 1951 et y devient directeur de recherche en 1971. Dès 1948, il commence aussi une frénétique activité de publication. Jusqu’en 1983, il publie un total de plus de 300 articles (Guihard 2016a, 26), auxquels il faut ajouter des monographies dont le Traité de numismatique celtique paru en 1973, son opus magnum. Continuer la lecture de Regards sur… Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique

Étudier le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

Anelise Nicolier, Olivia Puel, Laura Foulquier

Journées d’études organisées à Lyon les 26 et 27 mars 2020
Appel à communications

« Le dix-neuvième siècle fut, dans une assez large mesure, à l’égard du Moyen Âge, ce que le seizième siècle avait été à l’égard de l’Antiquité gréco-romaine » : ainsi Michel de Bouärd introduisait-il, en 1975, son Manuel d’archéologie médiévale (M. de Bouärd, Manuel d’archéologie médiévale. De la fouille à l’histoire,
Paris : Sedes, 1975).

La fondation par François Guizot de l’Inspection générale des Monuments historiques, en 1830, et du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, en 1834, accompagna une prise de conscience patrimoniale1 et l’émergence des disciplines nouvelles2. La création d’une chaire d’archéologie médiévale à l’École des Chartes, à Paris, dès 1847, marquait symboliquement la reconnaissance du monument comme un objet digne d’intérêt dans un champ de recherches jusque-là focalisé sur les sources d’archives. Les nombreux voyages que Prosper Mérimée effectua dans toute la France, pour les Monuments historiques, avec l’appui des institutions locales et des sociétés savantes, témoignent en outre de l’ampleur nationale de l’entreprise. Les questionnaires envoyés à toutes les communes françaises par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, sous la direction de Narcisse-Achille Salvandy, en 1838 et en 1847, trahissent quant à eux la priorité que l’État accordait alors au patrimoine médiéval3. Cette politique patrimoniale, largement centralisée, se poursuivit pendant la seconde moitié du XIXe siècle et, dès les années 1880, la création de nouveaux cours et la multiplication des sociétés savantes4 favorisaient l’étude des monuments médiévaux et, surtout, des édifices chrétiens.

Continuer la lecture de Étudier le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

  1. P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire : la nation **. Le territoire, l’état, le patrimoine, Paris : Gallimard, 1986. []
  2. E. et J. Gran-Aymerich, « L’archéologie au CNRS : origine et mise en place », reprint des Cahiers pour l’histoire du CNRS, n°9, 1990 ; L. Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris : CTHS, 1998 ; S. Talenti, L’histoire de l’architecture en France : émergence d’une discipline (1863-1914), Paris : Picard, 2000 []
  3. X. Charmes, Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (histoire et documents), Paris : Imprimerie nationale, 1886, 2 vol. []
  4. J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition en France : les sociétés savantes en France aux XIXe et XXe siècles, Paris : CTHS, 1995 []

Lampes antiques à Malibu

Lucie Motta





Compte-rendu de J. Bussière, B. Lindros Wohl, Ancient Lamps in the J. Paul Getty Museum, Malibu 2017.



Dans la continuité de sa politique de publication de ses collections (dont la glyptique en 1992, les ambres antiques en 2012, les mosaïques romaines  en 2016, et les terres-cuites de Grande-Grèce en 2016), le Jean-Paul Getty Museum de Los Angeles publie en 2017 ses lampes antiques, publication électronique avec un très modeste tirage papier. Avec ce catalogue ,Jean Bussière (UPR 217 et UMR140-390), en collaboration avec Birgitta Lindros Whol (Université de Californie, Northridge), offre alors sa dernière contribution, posthume, au monde scientifique et plus spécifiquement lychnologique.

Continuer la lecture de Lampes antiques à Malibu

Sur la piste humaine

Michel Feugère

 

 

 

 

 

Compte rendu de B. Morizot, Sur la piste animale, Actes-Sud, Arles 2018.

 

À la fois naturaliste et philosophe, B. Morizot a regroupé dans son recueil “Sur la piste animale” plusieurs articles permettant de découvrir son approche très personnelle du “pistage”, avec des loups, des ours, la panthère des neiges et même des lombrics (oui, ceux de son lombricomposteur…!). Pourquoi donc vouloir rendre compte de cet ouvrage dans un blog qui s’adresse principalement (pensiez-vous jusqu’ici) aux archéologues ? Continuer la lecture de Sur la piste humaine

Palais et châteaux : appel à contributions et à posters

Anelise Nicolier

 

Depuis 1998, le colloque de Paray-le-Monial réunit chaque année, en octobre, chercheurs, universitaires et professionnels du patrimoine autour de thèmes liés à l’histoire de l’art et à
l’archéologie en Europe occidentale. L’édition 2019 innove avec :

  1.  La création d’un carnet de recherche hébergé par la plateforme Hypothèses et
    intitulé Carnets parodiens d’histoire de l’art et archéologie.
  2. Un appel à contributions à l’attention des jeunes chercheurs (masterants,
    doctorants, jeunes docteurs) invités à proposer un article en lien avec le thème du
    colloque. Les articles retenus par le comité de lecture seront publiés dans le Carnet.
  3. Un appel à posters à l’attention des jeunes chercheurs également et portant sur le
    thème du colloque : les posters seront exposés le jour du colloque et, éventuellement, lors d’autres manifestations scientifiques ou culturelles, et ils seront publiés dans le Carnet.

Continuer la lecture de Palais et châteaux : appel à contributions et à posters

Écrire à Lugdunum

 

Morgane Andrieu

Résultat de recherche d'images pour "logo latinnow"

Depuis bientôt 2 mois, le laboratoire ArAr accueille un nouveau projet consacré au recensement, à l’étude et à la valorisation des graffites sur céramique de Lyon antique (Lugdunum). L’intérêt de ces derniers témoins de la “petite écriture” dépasse largement le cadre de la colonie romaine, capitale des Gaules…

Les provinces du nord-ouest de l’Empire romain sont sujettes à de profonds bouleversements linguistiques : le patchwork de langues locales qui existait à l’Âge du Fer est remplacé par le Latin qui devient la langue dominante avant la fin de l’époque impériale, tandis que la culture orale est progressivement remplacée par celle de l’écrit (Fig. 1). Ce thème est central pour comprendre la « romanisation » et son processus ne peut être étudié sans prendre en compte les bouleversements majeurs qu’elle génère. Ces phénomènes restent pourtant inexplorés, à tel point qu’on ne sait pas précisément quand, ni pourquoi ou de quelles façons ces transformations ont lieu, ni comment elles s’articulent avec les autres phénomènes sociaux. Continuer la lecture de Écrire à Lugdunum

Abbaye Saint-Martin de Savigny (Rhône) : la chapelle Saint-Léger

Olivia Puel

 

Localisée à 26 km au nord-ouest de la ville archiépiscopale (figure 1), l’abbaye Saint-Martin de Savigny fut au Moyen Âge l’un des monastères majeurs du diocèse de Lyon. La chapelle Saint-Léger, seul bâtiment conservé dans l’emprise de cet établissement, a fait l’objet d’une étude archéologique du bâti en 2017. Cette opération programmée a fait suite aux interventions réalisées sur les différents édifices cultuels et conventuels, entre 2006 et 2012, dans le cadre d’une thèse d’archéologie médiévale. Elle a été réalisée à la faveur d’une opportunité nouvelle offerte par les propriétaires, qui souhaitaient que ce lieu de culte bénéficie, à son tour, d’un réexamen critique. Continuer la lecture de Abbaye Saint-Martin de Savigny (Rhône) : la chapelle Saint-Léger

Le Gué-de-Sciaux. Un sanctuaire gaulois et gallo-romain chez les Pictons

 

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : I. Bertrand (dir.), Le sanctuaire du Gué-de-Sciaux à Antigny (Vienne, FR) : genèse et évolution d’un lieu de culte Picton (Ier s. av. – IVe s. ap. J.-C.), (A.P.C., Mém. L), Chauvigny 2018, 2 vol. (70€)

 

Les sanctuaires antiques de la Gaule romaine font depuis quelque temps l’objet d’un intérêt renouvelé, intérêt dont témoignent plusieurs synthèses et actes de colloques parus en France ces dernières années. Pour autant,  les publications de fouilles de sanctuaires ne se bousculent pas, sans doute à cause de l’abondance et de la complexité des données à décrire, comprendre et publier dès qu’on commence à explorer un site de quelque importance. C’est dire toute l’attention qu’il faut apporter à ce livre, qui impressionne déjà par son volume : pas moins de 1025 pages et 824 illustrations, souvent des planches de grande taille, le tout sous une présentation agréable qui laisse une large place à la couleur. Continuer la lecture de Le Gué-de-Sciaux. Un sanctuaire gaulois et gallo-romain chez les Pictons

Entre Protohistoire et Antiquité tardive : les perles cylindriques en verre à décor de plumes

Michel Feugère

 

Le décor de “plumes” sur des objets en verre polychrome est presque aussi ancien que le matériau lui-même : les artisans n’ont pas tardé à s’apercevoir qu’à haute température, le verre visqueux formait des fils permettant d’obtenir des effets très décoratifs, notamment si le verre rapporté contrastait avec la couleur du fond. Et en rayant transversalement le décor avec un objet dur, avant que l’objet ne soit solidifié, on obtenait des effets de “plumes” (Fig. 1) qui ont donc été largement employés à une très haute époque. Les premiers balsamaires ornés de cette manière sont datés en Mésopotamie du 16e au 13e s. av. n. ère. (Barag 1985, 35-37 ).

L’invention des perles est relativement tardive par rapport à celle du matériau, qu’on a d’abord utilisé comme placage précieux avant d’en faire des objets mobiliers. On considère que les premières perles cylindriques en verre sont illustrées par une découverte, sans doute effectuée dans le Nord de la Mésopotamie, qu’on date de la deuxième moitié du 15e au 14e s. av. n. ère : un collier de perles ovoïdes et biconiques a été retrouvé avec des sections cylindriques de verre bleu considérées comme des lingots, chaque section d’un poids de 40 g suggérant que le verre avait à cette époque une valeur égale à l’or (Stern, Schlick-Nolte 1994, 126-129).

Continuer la lecture de Entre Protohistoire et Antiquité tardive : les perles cylindriques en verre à décor de plumes

Les objets d’un vicus : Horbourg-Wihr

 

Michel Feugère

 

 

 

 

Compte rendu de : M. Higelin, Activités économiques et vie domestique d’un quartier du vicus de Horbourg-Wihr (68). Etude spatiale et fonctionnelle du mobilier (1er – 3e siècle) (Monogr. Instrumentum, 61), Drémil Lafage 2019.

 

Après une période où les catalogues d’objets romains concernaient surtout des musées, les  corpus qui ont été étudiés depuis quelques décennies ont largement mis à contribution les fouilles récentes. Si les méthodes ont été en grande partie élaborées dans le cadre de l’archéologie programmée (Lattes), c’est essentiellement le secteur préventif qui a bénéficié de ces outils, ce qui peut se comprendre compte tenu des volumes de données concernés. Les méthodes de sélection et de comptage n’étant pas encore uniformes, il n’est pas toujours facile de comparer les quantités d’objet traités, mais le travail publié aujourd’hui par M. Higelin prend toute sa place dans la liste, assez brève, des sites ayant bénéficié d’études d’objets à caractère exhaustif, ou presque. Continuer la lecture de Les objets d’un vicus : Horbourg-Wihr

Jouer dans l’Antiquité

 

 

 

Compte rendu de V. Dasen (dir.), Ludique. Jouer dans l’Antiquité. Cat. expo. Lugdunum, Musée & Théâtres romains, Lyon, 2019, 143 p.
ISBN 9789461614902.

Exposition jusqu’au 1er décembre 2019.

 

Trente ans après la dernière exposition vue en France sur ce thème (May 1992), le Musée de Lyon explore à nouveau le monde des jeux et des jouets. Fidèle à son sujet et à la dimension sociale, voire cosmologique du jeu dans l’Antiquité, l’exposition lyonnaise (qui reprend un projet monté à Nyon [CH] en 2014 : Veni, vidi, ludique) se présente comme un apprentissage ludique qui entend faire écho à la formule d’Aristote : “Joue et tu deviendras sérieux ” !

Activité de l’esprit qui peut mobiliser les mains ou le corps tout entier, le jeu est d’abord une construction imaginaire qui n’a pas forcément besoin de manipuler des objets, mais il peut aussi laisser des traces matérielles qui interpellent l’archéologue. Beaucoup de jeux, même s’ils ne sont plus guère pratiqués à l’ère des consoles et des parties en ligne, sont encore dans nos mémoires et nous pouvons donc reconnaître, dans les musées et dans les fouilles, certains accessoires qui nous rappellent les jeux d’antan.  Mais jusqu’où ? C’est tout le défi de la démarche développée ici par V. Dasen et son équipe. Continuer la lecture de Jouer dans l’Antiquité