Archives par mot-clé : écriture

Lire et écrire dans l’Antiquité

Michel Feugère

Compte-rendu de Anne Kolb (ed.), Literacy in Ancient Everyday Life. De Gruyter, Berlin 2018.

 

Apprécier l’aptitude à lire et à écrire dans les sociétés anciennes est un vaste sujet, envisagé ici à la fois, d’abord, d’un point de vue très général, avec six contributions ; et plus précisément ensuite dans l’Antiquité romaine, avec douze autres articles centrés sur cette période qui voit, dans la plupart des cultures occidentales en-dehors du monde gréco-romain proprement dit, les provinces passer du règne de l’oralité à une culture écrite. Tous ces travaux sont issus d’une conférence internationale tenue à l’Université de Zürich, dont on a donc ici les Actes. Continuer la lecture de Lire et écrire dans l’Antiquité

Gloire aux Graffiti !

Morgane Andrieu

 

Compte-rendu de M. Corbier, M. Fuchs, P.-Y. Lambert, R. Sylvestre (dir)., Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture, Actes du IIIe colloque Ductus, Association internationale pour l’étude des inscriptions mineures (Paris, EPHE, 22-24 octobre 2015), Éditions Mergoil, Dremil-Lafage, 2020 (Monographies instrumentum, 65), 250 p.

 

Il suffit de feuilleter ce petit bijou d’épigraphie publié par Ductus, l’association internationale pour l’étude des inscriptions [dites] mineures, pour se rappeler que l’écriture était omniprésente à l’époque romaine. L’ouvrage, largement illustré, réunit 23 contributions consacrées aux graffites (ou graffiti) – ces dessins ou écritures “en liberté” qui diffèrent des inscriptions “officielles” taillées en capitales sur pierre ou sur bronze, comme peuvent l’être les dédicaces de monuments et les inscriptions honorifiques, par exemple. Cet ouvrage vise donc à étoffer la recherche et le discours sur un matériel épigraphique et archéologique trop longtemps négligé : les graffiti sur éléments architecturaux (briques, tuiles, colonnes, murs, etc.) et sur les objets du quotidien (vaisselle, instrumentum, etc.). Continuer la lecture de Gloire aux Graffiti !

Morgane Andrieu

 

Compte-rendu de M. Corbier, M. Fuchs, P.-Y. Lambert, R. Sylvestre (dir)., Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture, Actes du IIIe colloque Ductus, Association internationale pour l’étude des inscriptions mineures (Paris, EPHE, 22-24 octobre 2015), Éditions Mergoil, Dremil-Lafage, 2020 (Monographies instrumentum, 65), 250 p.

 

Il suffit de feuilleter ce petit bijou d’épigraphie publié par Ductus, l’association internationale pour l’étude des inscriptions [dites] mineures, pour se rappeler que l’écriture était omniprésente à l’époque romaine. L’ouvrage, largement illustré, réunit 23 contributions consacrées aux graffites (ou graffiti) – ces dessins ou écritures “en liberté” qui diffèrent des inscriptions “officielles” taillées en capitales sur pierre ou sur bronze, comme peuvent l’être les dédicaces de monuments et les inscriptions honorifiques, par exemple. Cet ouvrage vise donc à étoffer la recherche et le discours sur un matériel épigraphique et archéologique trop longtemps négligé : les graffiti sur éléments architecturaux (briques, tuiles, colonnes, murs, etc.) et sur les objets du quotidien (vaisselle, instrumentum, etc.). Continuer la lecture de Gloire aux Graffiti !

Écrire à Lugdunum

 

Morgane Andrieu

Résultat de recherche d'images pour "logo latinnow"

Depuis bientôt 2 mois, le laboratoire ArAr accueille un nouveau projet consacré au recensement, à l’étude et à la valorisation des graffites sur céramique de Lyon antique (Lugdunum). L’intérêt de ces derniers témoins de la « petite écriture » dépasse largement le cadre de la colonie romaine, capitale des Gaules…

Les provinces du nord-ouest de l’Empire romain sont sujettes à de profonds bouleversements linguistiques : le patchwork de langues locales qui existait à l’Âge du Fer est remplacé par le Latin qui devient la langue dominante avant la fin de l’époque impériale, tandis que la culture orale est progressivement remplacée par celle de l’écrit (Fig. 1). Ce thème est central pour comprendre la « romanisation » et son processus ne peut être étudié sans prendre en compte les bouleversements majeurs qu’elle génère. Ces phénomènes restent pourtant inexplorés, à tel point qu’on ne sait pas précisément quand, ni pourquoi ou de quelles façons ces transformations ont lieu, ni comment elles s’articulent avec les autres phénomènes sociaux. Continuer la lecture de Écrire à Lugdunum