Archives par mot-clé : Architecture

Étudier et/ou restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

L’histoire de l’architecture médiévale a été écrite, à partir du milieu du XIXe siècle, par des hommes dont la formation, le parcours professionnel et les objectifs étaient variés. Tous ont élaboré leurs propres méthodes d’analyse et leurs propres grilles de lecture du bâti médiéval, qui sont à l’origine de nos pratiques en histoire de l’art et en archéologie. 

S’intéresser à ces hommes et à leurs travaux : tel est l’objectif de ces manifestations intitulées Étudier et restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes et enjeux qui se déclinent en deux volets : la journée d’études virtuelles (I), ici présentée, et le colloque international (II), qui aura lieu en visioconférence du 3 au 5 juin 2021. Ces deux rencontres proposent de mettre en œuvre, à l’échelle de l’Europe occidentale, une approche épistémologique des sciences médiévales consacrées au bâti castral, civil ou religieux. 

D’abord prévue en mars 2021, la première journée a été organisée sous une forme virtuelle en raison de la crise sanitaire qui interdisait de l’organiser en présentiel au mois de juin. Les communications proposées ci-dessous concernent particulièrement les motivations et les enjeux de l’étude ou de la restauration du bâti médiéval dans un large XIXe siècle.

Programme 

« Introduction » par Laura FOULQUIER et Anelise NICOLIER (ArAr, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138)

« Les enjeux de l’observation et de l’étude des édifices médiévaux. Histoire et perspectives » par Alain GUERREAU (CNRS) 

 « Les archéologues au-dessus du sol en Belgique (1850-1950) » par Philippe MIGNOT (Agence wallonne du Patrimoine, Belgique)

« Patrimoine et reconnaissance. L’architecte et l’art de capitaliser sur le bâti médiéval dans la seconde moitié du XIXe siècle » par Olivier PRISSET (Université de Tours, InTRu) 

« Auguste Bernard versus l’abbé Roux. Les répercussions historiographiques d’une querelle scientifique et politique au milieu du XIXe siècle » par Olivia PUEL (Laboratoire ArAr, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138)

« Le Père de la Croix et l’archéologie chrétienne à la fin du XIXe siècle » par Bonnie EFFROS (Université de Liverpool, Angleterre)

 « Restaurations et réactions face à la disparition : naissance d’un intérêt pour le patrimoine médiéval dans les abbayes cisterciennes de Franche-Comté aux XIXe et début du XXe siècles » par Clémentine VILLIEN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP – UMR 8589) 

 « Georges Rohault de Fleury et l’invention du Moyen Âge : un regard sur Pise » par Fabiana SUSINI (Université de Florence, Ville de Pise, Italie) et Fanny WEITEL (Université de Strasbourg, Ville de Pise, Italie)

« Restituer les couvents médiévaux à l’aube du XXe siècle. La Gallia dominicana de l’architecte Georges Rohault de Fleury » par Haude MORVAN (Université de Bordeaux Montaigne) 

Comité scientifique 

Bonnie Effros, Professeure d’Histoire économique et sociale, Université de Liverpool

Nicolas Faucherre, Professeur d’Histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Université d’Aix-Marseille

Alain Guerreau, Historien médiéviste, Directeur de recherche honoraire au CNRS

Jean-Marie Guillouët, Maître de conférences en Histoire de l’art médiéval, Université de Nantes

Dale Kinney, Professeure émérite d’Histoire de l’art, Université Bryn Mawr (Pennsylvanie)

Haude Morvan, Maître de conférences en Histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne

Jean-Michel Poisson, Maître de conférences honoraire en Histoire et archéologie du Moyen Âge, EHESS

Nicolas Prouteau, Maître de conférences en Archéologie médiévale, Université
de Poitiers

Comité d’organisation 

Le comité d’organisation est composé des membres du groupe de recherche L’architecture médiévale à l’épreuve des sociétés modernes, sous la direction de Laura Foulquier, docteure en histoire de l’art médiéval, Anelise Nicolier, docteure en histoire de l’art médiéval et Olivia Puel, docteure en archéologie médiévale. 

Rencontres franco-suisses sur l’artisanat urbain – épisode 1 : Une table-ronde très productive !

Marine Lépée

La table-ronde intitulée « Méthodologie de l’identification des lieux de l’artisanat et du commerce dans les villes antiques » a réuni chercheurs suisses et français vendredi 15 novembre à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. L’idée de cette première réunion est née de l’intérêt commun des deux organisateurs, B. Clément et M. Lépée (ArAr, équipe 1, axe 2), pour la question de l’économie urbaine et de son cadre architectural (fig. 1).

Continuer la lecture de Rencontres franco-suisses sur l’artisanat urbain – épisode 1 : Une table-ronde très productive !

Étudier le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

Anelise Nicolier, Olivia Puel, Laura Foulquier

Journées d’études organisées à Lyon les 26 et 27 mars 2020

Appel à communications

« Le dix-neuvième siècle fut, dans une assez large mesure, à l’égard du Moyen Âge, ce que le seizième siècle avait été à l’égard de l’Antiquité gréco-romaine » : ainsi Michel de Bouärd introduisait-il, en 1975, son Manuel d’archéologie médiévale (M. de Bouärd, Manuel d’archéologie médiévale. De la fouille à l’histoire,
Paris : Sedes, 1975).

La fondation par François Guizot de l’Inspection générale des Monuments historiques, en 1830, et du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, en 1834, accompagna une prise de conscience patrimoniale1 et l’émergence des disciplines nouvelles2. La création d’une chaire d’archéologie médiévale à l’École des Chartes, à Paris, dès 1847, marquait symboliquement la reconnaissance du monument comme un objet digne d’intérêt dans un champ de recherches jusque-là focalisé sur les sources d’archives. Les nombreux voyages que Prosper Mérimée effectua dans toute la France, pour les Monuments historiques, avec l’appui des institutions locales et des sociétés savantes, témoignent en outre de l’ampleur nationale de l’entreprise. Les questionnaires envoyés à toutes les communes françaises par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, sous la direction de Narcisse-Achille Salvandy, en 1838 et en 1847, trahissent quant à eux la priorité que l’État accordait alors au patrimoine médiéval3. Cette politique patrimoniale, largement centralisée, se poursuivit pendant la seconde moitié du XIXe siècle et, dès les années 1880, la création de nouveaux cours et la multiplication des sociétés savantes4 favorisaient l’étude des monuments médiévaux et, surtout, des édifices chrétiens.

Continuer la lecture de Étudier le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

  1. P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire : la nation **. Le territoire, l’état, le patrimoine, Paris : Gallimard, 1986. []
  2. E. et J. Gran-Aymerich, « L’archéologie au CNRS : origine et mise en place », reprint des Cahiers pour l’histoire du CNRS, n°9, 1990 ; L. Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris : CTHS, 1998 ; S. Talenti, L’histoire de l’architecture en France : émergence d’une discipline (1863-1914), Paris : Picard, 2000 []
  3. X. Charmes, Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (histoire et documents), Paris : Imprimerie nationale, 1886, 2 vol. []
  4. J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition en France : les sociétés savantes en France aux XIXe et XXe siècles, Paris : CTHS, 1995 []