La Coupe de Phoebus

La Coupe de Phoebus


Dr. Morgane Andrieu
Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)
Membre du laboratoire ArAr UMR5138


Coupe de Phoebus, signature PHOEBI MANVS surplombant la scène de chasse (Photo F.-F. Duckert @musée de Millau)

Cette coupe apode en sigillée lisse porte un décor exceptionnel incisé à la main sur tout le pourtour du vase[1]. L’œuvre est signée par le décorateur, un certain Phoebus, qui a gravé son nom sous le fond et sur le haut du récipient : « PHOEBI » et « PHOEBI MANVS[2] ». On sait, grâce aux estampilles, que ce nom d’origine grecque a été porté par au moins deux potiers de La Graufesenque, dont un décorateur de moules[3] ayant travaillé dans les années 50-70 ap. J.-C.[4].

Signature de Phoebus, sur le haut du vase. Lettres latines avec empattements. PHOEBI.MANVS. Au dessus, frise décorative de petits cercles concentriques (Photo M. Andrieu, Inrap/ArAr)
Signature de Phoebus, sous le fond du vase. Lettres latines avec empattements. Ponctuation décorative à droite et à gauche (Photo M. Andrieu, Inrap/ArAr)

Le plus grand soin a été apporté aussi bien à l’écriture en latin, qui présente des lettres élégamment tracées avec empattements, qu’au décor poussé jusqu’aux plus petits détails. Le travail, d’une extrême finesse, témoigne d’une habileté extraordinaire. La précision du geste rappelle celle des luxueuses gravures contemporaines faites sur vaisselle en verre et en argent. Cette prouesse artistique et technique est d’autant plus admirable que la nature du support, de la céramique, rend l’exercice périlleux.

Coupe de Phoebus, Dionysos et sa panthère, signature PHOEBI MANVS et scène de chasse (Photo F.-F. Duckert @musée de Millau)

La coupe provient de la tombe 220 de la nécropole de La Vayssière, à l’Hospitalet-du-Larzac (Aveyron)[5]. Le site se trouve à 20 km au sud des célèbres ateliers de potiers de La Graufesenque (Millau). Mêlée à un amas de vases brisés et brûlés, cette offrande devait accompagner le défunt durant sa vie dans l’au-delà, au même titre que les autres objets trouvés dans la tombe[6]. L’ensemble a été daté de la fin du Ier siècle de notre ère.

Extrait du carnet de fouilles, document de travail d’A. Vernhet (CNRS). Le vase inscrit est localisé dans la tombe 220 (T.220) : “Drag. 22 à inscriptions” (source @musée de Millau)
Coupe de Phoebus, Neuf animaux autour d’un arbre ; à gauche, la scène de chasse, à droite un dauphin et deux échassiers tenant chacun un serpent dans le bec. Au pied de l’arbre, un rocher (?) (Photo F.-F. Duckert @musée de Millau)

Le décorateur a représenté deux scènes. Une première scène réunit neuf animaux autour d’un arbre majestueux (ci-dessus). D’un côté, quatre quadrupèdes, dont deux léopards, évoquent une partie de chasse[7]. De l’autre, se trouvent un dauphin et deux échassiers tenant chacun un serpent dans le bec (ci-dessous).

Coupe de Phoebus, Dauphin et échassiers aux serpents. À droite, vue partielle d’un personnage ailé tête en bas (Photo F.-F. Duckert @musée de Millau)

La seconde scène est partielle. On devine toutefois, à gauche d’un autre arbre, un personnage nu, ailé, dont il manque une partie de la tête et les bras. Il s’agit d’un amour (putto), la tête en bas. À sa droite, subsiste ce qui semble être la tête d’un animal à cornes (un bouc ?) se nourrissant de feuilles.

Coupe de Phoebus, Scène fragmentaire amour tête en bas et animal à cornes se nourrissant de feuilles (Photo de travail M. Andrieu, Inrap/ArAr)

À droite de l’arbre se dresse un homme chevelu, barbu, s’appuyant d’une main sur un long manche (thyrse ?) et tenant de l’autre main un petit vase sur pied à deux anses (canthare ?) (ci-dessous). Le personnage a pour seul vêtement une peau de bête nouée sur les épaules[8]. À ses pieds, une panthère est couchée. Ces attributs rappellent ceux du dieu grec Dionysos, le dieu du vin et de la vigne. Peut-être a-t-on ici Dionysos muni de son thyrse et de son canthare qui donne du vin à une panthère de son cortège, à l’image de ce que l’on connaît sur des représentations analogues[9]. Le vin, principal liquide sacrificiel, est associé à la mort et à la vie éternelle. Ce vase gravé puis déposé comme offrande dans la tombe 220 garantissait ainsi au défunt la protection du Dieu et la survie de son âme dans l’au-delà. Peut-être a-t-il servi pour le banquet funéraire.

Coupe de Phoebus, Dionysos et sa panthère (Photo F.-F. Duckert @musée de Millau)
Coupe de Phoebus, Vue détaillée de Dionysos (Photo de travail M. Andrieu, Inrap/ArAr)

Une main (celle de Phoebus ?) apparaît à la suite de l’inscription « Phoebi manus »[10]. Sortie d’une ligne horizontale, elle semble poser un couvercle sur un grand vase à deux anses. Ce cratère rappelle les urnes de type Hermet 7, produites à La Graufesenque dans les années 50-70 ap. J.-C.[11], dont plusieurs exemplaires trouvés à la Vayssière renfermaient les cendres des défunts[12]. Si le geste est bien celui d’une fermeture[13], nous aurions peut-être ici la représentation du scellement de l’urne du défunt.

Coupe de Phoebus, Vue détaillée de la main surplombant un vase à deux anses (Photo de travail M. Andrieu, Inrap/ArAr)

Certains vases en sigillée moulée semblent avoir été sélectionnés pour leurs décors particulièrement adaptés aux contextes religieux et funéraires[14]. Le décor de Phoebus réunit un ensemble d’éléments décoratifs adaptés au contexte funéraire dont il provient. On citera, par exemple, la scène de chasse (un thème en lien avec la mort et la renaissance)[15], le dauphin (symbolisant le voyage de l’âme) ou la représentation de Dionysos (dieu du vin, principale liquide sacrificiel), à croire que la coupe a fait l’objet, sinon d’une commande particulière, du moins d’une sélection pour la cérémonie.

Quatre autres bols à décors gravés, plus tardifs (160-250 ap. J.-C.), ont été découverts à La Graufesenque dans les années 1970. Leurs décors évoquaient aussi un répertoire funéraire[16].

Bol de La Graufesenque : développement des deux frises (Dessin C. Bémont, CNRS). Extrait de Bémont 1984, Décors gravés sur des vases tardifs de La Graufesenque (Aveyron), p. 66

L’étude méritera d’être complétée en accédant, notamment, aux données de fouille encore inédites. Ainsi, nous pourrons relire cet objet en lien avec les autres découvertes de la tombe 220. Plusieurs questions demeurent sans réponse. Sur les influences culturelles, par exemple : le nom grec du décorateur trouve-t-il d’autres parallèles au travers des objets sélectionnés dans la tombe ? Sur les signes caractéristiques du défunt  ; le mobilier funéraire apporte-t-il des indications sur l’individu incinéré ? Sur l’analyse du décor : que représente le demi-cercle devant l’un des léopards ? Si les attributs sont ceux de Dionysos, pourquoi le raisin est-il absent du décor (du moins dans la partie conservée) ? Pourrait-on être en présence d’un syncrétisme religieux, à l’image de ce qui est observé pour la statue de Javols[17] ?

En attendant de trouver réponse à ces questions, la coupe de Phoebus constitue, à plus d’un titre, une pièce unique et majeure de l’art funéraire au Ier siècle de notre ère.


À l’occasion de son 120e anniversaire, le musée de Millau et des Grands Causses vous invite à découvrir l’exposition AUTOCHTONIES Objets, pratiques et imaginaires ouverte au public jusqu’au 4 janvier prochain.

La coupe de Phoebus y est exposée et fera bientôt l’objet d’un article plus complet (en cours de rédaction).


[1] Le décor semble avoir été gravé après séchage de l’engobe et avant la cuisson du récipient.

[2] Nom au génitif suivi de manus, -us, f (la main). Traduction : « De la main de Phoebus ».

[3] https://www1.rgzm.de/samian/home/frames.htm

[4] (Au moins) deux potiers de ce nom ont été actifs à La Graufesenque, l’un autour des années 50-70, l’autre aux alentours des années 85-120 ap. J.-C. (Gavrielatos 2012, Names on gallo-roman terra sigillata (1st-3rd c. A.D), The University of Leeds : School of Classics, p. 65).

[5] Certains fragments, noircis, ont été exposés aux flammes.

[6] Vases entiers renversés dont une urne à deux anses, petite fiole en verre, miroir en bronze, canif avec manche en os, etc.

[7] Les comparaisons effectuées avec plusieurs poinçons décoratifs indiquent que la proie puisse être un grand lièvre (Pastor 2013, D.10 p. 148 ; Ferdière, Gendron 1989, n°2.09 p. 196).

[8] Peut-être s’agit-il de la pardalide (peau de léopard) comme semblent l’indiquer les motifs visibles sur l’avant-bras du personnage.

[9] Une scène comparable, trouvée dans l’atrium de la maison du Centenaire à Pompéi (68-79 ap. J.-C.), montre le dieu donnant du vin à sa panthère (fresque Bacchus et le Vésuve, musée de Naples). Le parallèle est d’autant plus intéressant que la scène décorait l’une des parois d’un laraire. Le laraire est un autel domestique où sont honorés les dieux du foyer (les Lares). Les Lares sont honorés surtout lors des évènements familiaux importants, comme les mariages ou les funérailles (Santrot 2007, p. 78). Une autre est visible sur une intaille conservée à la BNF (inv.: 2020.31)

[10] La main dessinée par le décorateur se fait-elle l’écho de l’inscription, « de la main de Phoebus… » ?

[11] Passelac M., Vernhet A. 1993, Lattara 6, cf. SIG-SG He7, p. 575.

[12] Vernhet 1987, La nécropole de la Vayssière à l’Hospitalet-du-Larzac (Aveyron), In : Nécropoles à incinération du Haut-Empire, Table ronde de Lyon. 30 et 31 mai 1986, Direction des Antiquités Historiques, Lyon, p. 87-92.

[13] Il semblerait que les vases cinéraires soient généralement couverts. Dans la plupart des cas, la couverture est assurée par un couvercle mais ce rôle est parfois dévolu à une coupe, une assiette, une autre forme ouverte indéterminée voire une pierre, un galet ou une tegula (Durand 2013, p. 32-33).

[14] Bird Joanna. Samian in religious and funerary contexts. In: Fulford M., Durham E., Seeing red, New economic and social perspectives on Gallo-Roman terra sigillata, Institute of classical studies, School of advanced study university of London, 2013, p. 326-339.

[15] Bird 2013, p. 337

[16] Bémont Colette. Décors gravés sur des vases tardifs de la Graufesenque (Aveyron). In: Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France, 1982, 1984. p. 65-70.

[17] La représentation de Javols semble réunir les répertoires iconographiques associés à différents dieux (Pailler 1989 ; Hatt 1991).


Insolitus 2024 – appel à communication

La précédente édition d’Insolitus nous a révélé le besoin des spécialistes des mobiliers de disposer d’un espace de
discussion sur les objets insolites, explorant à la fois leur contexte et leur utilisation. Son succès découle de la diversité
des sujets abordés et de l’expertise des intervenants impliqués. Forts de cette réussite, nous envisageons avec
enthousiasme de renouveler cette initiative. Plus encore, nous aspirons à approfondir cette dynamique en
développant une collaboration étroite entre le laboratoire ArAr et le laboratoire Artehis. Cette collaboration promet
non seulement d’élargir nos horizons de recherche, mais aussi de renforcer nos réseaux.
Ainsi, pour sa deuxième année, Insolitus se tiendra le 18 octobre 2024 à l’amphithéâtre de la MSH de Dijon. Rappelons
que cette journée vise à présenter des données inhabituelles, souvent absentes des thèmes conventionnels, tout en
favorisant un échange d’idées et de réflexions sur ces objets insolites. Nous envisageons également la publication
numérique des travaux présentés lors de cette journée.

Thème(s) :
– Contexte et usages
– Actualité de la recherche

Cadre chronologique et géographique : du Néolithique à l’époque moderne, en Europe et sur le bassin
méditerranéen.

Modalités de soumission :
La proposition de communication se fera sous la forme d’un résumé d’une page max. (format .doc/.docx ou pdf), à
envoyer avant le 8 septembre 2024, à mb.archeograph@gmail.com
Ce document doit comprendre :
– Nom, prénom, rattachement de l’auteur
– Titre de la communication
– Résumé de la communication de 1 000 signes maximum, avec quelques illustrations (optionnel).
– Le format de présentation choisi : 10 min (présentation contexte + corpus + hypothèses s’il y en a) OU (30 min : contexte + corpus + hypothèses + parallèles possibles)

Date & lieu :
18 octobre 2024 – Amphithéâtre de la MSH, Dijon (également en visioconférence).

Comité d’organisation :
Stéphanie Bigot, chargée de recherches, spécialiste des mobiliers – instrumentum, Inrap ARA, UMR 5138 ArAr, Lyon -stephanie.bigot@inrap.fr
Michaël Brunet, dessinateur et spécialiste instrumentum, UMR 6298 Artehis, Dijon – mb.archeograph@gmail.com
Bérangère Fort, chargée de recherches, spécialiste des mobiliers – instrumentum, Inrap BFC, UMR 6298 Artehis, Dijon – berangere.fort@inrap.fr
Alyssa Turgis, doctorante contractuelle à l’Université Lyon 2, UMR 5138 ArAr, Lyon – alyssa.giraudo@gmail.com