L’occupation du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive

Séminaire 2018 du groupe « Antiquité tardive » d’ArAr
Organisé par Céline Brun (CNRS), Anne Flammin (CNRS), Franck Gabayet (Inrap) et Magalie Guérit (Inrap)

 

Le groupe pluridisciplinaire et transversal aux quatre équipes thématiques d’ArAr sur l’Antiquité tardive a été créé en 2018 par C. Brun, A. Flammin , F. Gabayet , M. Guérit. Il a pour objectif, dans un premier temps, de présenter un état des lieux des connaissances sur cette période en Auvergne-Rhône-Alpes et d’échanger autour de l’actualité, tant en milieu urbain que rural, en contexte domestique ou funéraire et sur plusieurs thématiques. Il s’agit d’un thème transversal qui doit permettre de réunir les membres du laboratoire travaillant aussi bien sur l’Antiquité que sur le Moyen Age, archéologues généralistes ou bien spécialistes. Continuer la lecture de L’occupation du territoire de la région Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive

Raisonnement, procédure et fonction du classement typologique – à propos de fibules romaines à décor niellé

Michel Feugère

Ce billet se propose d’interroger la manière dont un archéologue établit une typologie, comment il procède et ce qu’il peut en attendre. Si l’exemple traité ici concerne une série de fibules romaines, on s’efforce de considérer un raisonnement applicable à n’importe quelle série d’objets. Depuis ses origines et les mouvements encyclopédistes des XVIIIe et XIXe siècles, l’archéologie utilise en effet le mobilier produit et utilisé par les hommes du passé pour caractériser ces mêmes cultures. L’objet fabriqué, parce qu’il est adapté à une fonction et qu’il bénéficie de la technologie du moment, est un reflet direct des besoins et de la manière de penser des hommes d’autrefois. L’objet importé, de son côté, introduit une nouveauté qui s’inscrit dans un mouvement dynamique entre les cultures. Il est révélateur des décalages qui peuvent exister entre elles, et porte en lui-même le germe d’influences techniques et culturelles. Continuer la lecture de Raisonnement, procédure et fonction du classement typologique – à propos de fibules romaines à décor niellé

Regards sur… Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique

Alexis Bonnefoy

Ce billet reprend une communication donnée le 3 mai 2019 au séminaire HiBiSA (Historiographie et bibliographie des sciences de l’Antiquité) « Regards sur… »
(Organisation : L. Fauchier et E. Favier, Hisoma UMR 5189).

 

Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu

C’est peu de dire que l’œuvre de Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu a profondément renouvelé la numismatique celtique. Et pourtant, rien ne le prédestinait à cette discipline. Né à Paris en 1905, il obtient un doctorat en médecine de la faculté de Paris en 1930 avant de s’installer à Bruxelles où il dirige un laboratoire pharmaceutique. Néanmoins, il nourrit déjà un intérêt pour l’histoire. Lecteur assidu de la Bibliothèque royale de Belgique, il fréquente régulièrement le Cabinet des Médailles. C’est dans ce contexte qu’il se lie d’amitié avec Paul Naster, numismate, archéologue et historien belge. Ce dernier (1987, 1) explique que c’est en 1947 qu’a lieu la rencontre entre Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique : lors d’un séjour à Rennes, des monnaies gauloises trouvées dans les environs lui sont présentées et suscitent immédiatement sa curiosité et son intérêt. Cette rencontre fortuite marque le début d’une nouvelle et très grande carrière. A plus de 40 ans, en 1949, Colbert de Beaulieu revient à Paris et reprend des études d’histoire à l’EPHE, qui aboutissent à un doctorat ès-lettres vingt ans plus tard. Parallèlement, il entre au CNRS dès 1951 et y devient directeur de recherche en 1971. Dès 1948, il commence aussi une frénétique activité de publication. Jusqu’en 1983, il publie un total de plus de 300 articles (Guihard 2016a, 26), auxquels il faut ajouter des monographies dont le Traité de numismatique celtique paru en 1973, son opus magnum. Continuer la lecture de Regards sur… Jean-Baptiste Colbert de Beaulieu et la numismatique celtique

Étudier le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

Anelise Nicolier, Olivia Puel, Laura Foulquier

Journées d’études organisées à Lyon les 26 et 27 mars 2020

Appel à communications

« Le dix-neuvième siècle fut, dans une assez large mesure, à l’égard du Moyen Âge, ce que le seizième siècle avait été à l’égard de l’Antiquité gréco-romaine » : ainsi Michel de Bouärd introduisait-il, en 1975, son Manuel d’archéologie médiévale (M. de Bouärd, Manuel d’archéologie médiévale. De la fouille à l’histoire,
Paris : Sedes, 1975).

La fondation par François Guizot de l’Inspection générale des Monuments historiques, en 1830, et du Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, en 1834, accompagna une prise de conscience patrimoniale1 et l’émergence des disciplines nouvelles2. La création d’une chaire d’archéologie médiévale à l’École des Chartes, à Paris, dès 1847, marquait symboliquement la reconnaissance du monument comme un objet digne d’intérêt dans un champ de recherches jusque-là focalisé sur les sources d’archives. Les nombreux voyages que Prosper Mérimée effectua dans toute la France, pour les Monuments historiques, avec l’appui des institutions locales et des sociétés savantes, témoignent en outre de l’ampleur nationale de l’entreprise. Les questionnaires envoyés à toutes les communes françaises par le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques, sous la direction de Narcisse-Achille Salvandy, en 1838 et en 1847, trahissent quant à eux la priorité que l’État accordait alors au patrimoine médiéval3. Cette politique patrimoniale, largement centralisée, se poursuivit pendant la seconde moitié du XIXe siècle et, dès les années 1880, la création de nouveaux cours et la multiplication des sociétés savantes4 favorisaient l’étude des monuments médiévaux et, surtout, des édifices chrétiens.

Continuer la lecture de Étudier le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

  1. P. Nora (dir.), Les lieux de mémoire : la nation **. Le territoire, l’état, le patrimoine, Paris : Gallimard, 1986. []
  2. E. et J. Gran-Aymerich, « L’archéologie au CNRS : origine et mise en place », reprint des Cahiers pour l’histoire du CNRS, n°9, 1990 ; L. Therrien, L’histoire de l’art en France : genèse d’une discipline universitaire, Paris : CTHS, 1998 ; S. Talenti, L’histoire de l’architecture en France : émergence d’une discipline (1863-1914), Paris : Picard, 2000 []
  3. X. Charmes, Le Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (histoire et documents), Paris : Imprimerie nationale, 1886, 2 vol. []
  4. J.-P. Chaline, Sociabilité et érudition en France : les sociétés savantes en France aux XIXe et XXe siècles, Paris : CTHS, 1995 []

Lampes antiques à Malibu

Lucie Motta





Compte-rendu de J. Bussière, B. Lindros Wohl, Ancient Lamps in the J. Paul Getty Museum, Malibu 2017.



Dans la continuité de sa politique de publication de ses collections (dont la glyptique en 1992, les ambres antiques en 2012, les mosaïques romaines  en 2016, et les terres-cuites de Grande-Grèce en 2016), le Jean-Paul Getty Museum de Los Angeles publie en 2017 ses lampes antiques, publication électronique avec un très modeste tirage papier. Avec ce catalogue, Jean Bussière (UPR 217 et UMR140-390), en collaboration avec Birgitta Lindros Whol (Université de Californie, Northridge), offre alors sa dernière contribution, posthume, au monde scientifique et plus spécifiquement lychnologique.

Continuer la lecture de Lampes antiques à Malibu