Entre Protohistoire et Antiquité tardive : les perles cylindriques en verre à décor de plumes

Michel Feugère

 

Le décor de « plumes » sur des objets en verre polychrome est presque aussi ancien que le matériau lui-même : les artisans n’ont pas tardé à s’apercevoir qu’à haute température, le verre visqueux formait des fils permettant d’obtenir des effets très décoratifs, notamment si le verre rapporté contrastait avec la couleur du fond. Et en rayant transversalement le décor avec un objet dur, avant que l’objet ne soit solidifié, on obtenait des effets de « plumes » (Fig. 1) qui ont donc été largement employés à une très haute époque. Les premiers balsamaires ornés de cette manière sont datés en Mésopotamie du 16e au 13e s. av. n. ère. (Barag 1985, 35-37 ).

L’invention des perles est relativement tardive par rapport à celle du matériau, qu’on a d’abord utilisé comme placage précieux avant d’en faire des objets mobiliers. On considère que les premières perles cylindriques en verre sont illustrées par une découverte, sans doute effectuée dans le Nord de la Mésopotamie, qu’on date de la deuxième moitié du 15e au 14e s. av. n. ère : un collier de perles ovoïdes et biconiques a été retrouvé avec des sections cylindriques de verre bleu considérées comme des lingots, chaque section d’un poids de 40 g suggérant que le verre avait à cette époque une valeur égale à l’or (Stern, Schlick-Nolte 1994, 126-129).

Continuer la lecture de Entre Protohistoire et Antiquité tardive : les perles cylindriques en verre à décor de plumes

Les objets d’un vicus : Horbourg-Wihr

 

Michel Feugère

 

Compte rendu de : M. Higelin, Activités économiques et vie domestique d’un quartier du vicus de Horbourg-Wihr (68). Etude spatiale et fonctionnelle du mobilier (1er – 3e siècle) (Monogr. Instrumentum, 61), Drémil Lafage 2019.

 

Après une période où les catalogues d’objets romains concernaient surtout des musées, les  corpus qui ont été étudiés depuis quelques décennies ont largement mis à contribution les fouilles récentes. Si les méthodes ont été en grande partie élaborées dans le cadre de l’archéologie programmée (Lattes), c’est essentiellement le secteur préventif qui a bénéficié de ces outils, ce qui peut se comprendre compte tenu des volumes de données concernés. Les méthodes de sélection et de comptage n’étant pas encore uniformes, il n’est pas toujours facile de comparer les quantités d’objet traités, mais le travail publié aujourd’hui par M. Higelin prend toute sa place dans la liste, assez brève, des sites ayant bénéficié d’études d’objets à caractère exhaustif, ou presque. Continuer la lecture de Les objets d’un vicus : Horbourg-Wihr

Jouer dans l’Antiquité

 

 

 

Compte rendu de V. Dasen (dir.), Ludique. Jouer dans l’Antiquité. Cat. expo. Lugdunum, Musée & Théâtres romains, Lyon, 2019, 143 p.
ISBN 9789461614902.

Exposition jusqu’au 1er décembre 2019.

 

Trente ans après la dernière exposition vue en France sur ce thème (May 1992), le Musée de Lyon explore à nouveau le monde des jeux et des jouets. Fidèle à son sujet et à la dimension sociale, voire cosmologique du jeu dans l’Antiquité, l’exposition lyonnaise (qui reprend un projet monté à Nyon [CH] en 2014 : Veni, vidi, ludique) se présente comme un apprentissage ludique qui entend faire écho à la formule d’Aristote : « Joue et tu deviendras sérieux  » !

Activité de l’esprit qui peut mobiliser les mains ou le corps tout entier, le jeu est d’abord une construction imaginaire qui n’a pas forcément besoin de manipuler des objets, mais il peut aussi laisser des traces matérielles qui interpellent l’archéologue. Beaucoup de jeux, même s’ils ne sont plus guère pratiqués à l’ère des consoles et des parties en ligne, sont encore dans nos mémoires et nous pouvons donc reconnaître, dans les musées et dans les fouilles, certains accessoires qui nous rappellent les jeux d’antan.  Mais jusqu’où ? C’est tout le défi de la démarche développée ici par V. Dasen et son équipe. Continuer la lecture de Jouer dans l’Antiquité

Lancement du programme GeoDOAD

(Géolocalisation Dynamique des Objets Archéologiques Datés)

La visualisation des données de la recherche est devenue ces dernières années un enjeu majeur, non seulement pour les besoins de communication des laboratoires, mais aussi et peut-être surtout parce que « la forme contient du fond » : les outils qui permettent de tester de manière dynamique un raisonnement, d’apprécier une courbe évolutive ou une carte de répartition, font partie intégrante du processus de réflexion des chercheurs. Le projet GéoDoAD, qui vient d’être accepté par l’Université Lumière Lyon 2 dans le cadre de son appel à projets interdisciplinaires, s’intéresse à la visualisation des données chronologiques dans le domaine de l’archéologie.

Continuer la lecture de Lancement du programme GeoDOAD

 

Michel Feugère, Elise Vigier

La visualisation des données de la recherche est devenue ces dernières années un enjeu majeur, non seulement pour les besoins de communication des laboratoires, mais aussi et peut-être surtout parce que « la forme contient du fond » : les outils qui permettent de tester de manière dynamique un raisonnement, d’apprécier une courbe évolutive ou une carte de répartition, font partie intégrante du processus de réflexion des chercheurs. Le projet GéoDoAD, qui vient d’être accepté par l’Université Lumière Lyon 2 dans le cadre de son appel à projets interdisciplinaires, s’intéresse à la visualisation des données chronologiques dans le domaine de l’archéologie.

Continuer la lecture de Lancement du programme GeoDOAD

Le fonds d’archives Abauzit déposé au laboratoire ArAr

Michel Feugère

 

Pierre Abauzit, né à Bélarga (Hérault) en 1928, est décédé à Béziers en 2017. Durant la plus grande partie de sa vie, il a fait partie de cette espèce aujourd’hui pratiquement éteinte des archéologues amateurs, motivé par une insatiable curiosité et une énergie impressionnante. Chez lui, cet intérêt s’est d’abord appliqué à la préhistoire et à l’Age du Bronze1, mais avec la disponibilité de la retraite, il s’est transformé en une passion plus généraliste pour la documentation, en particulier pour des séries spécifiques d’objets archéologiques.

Continuer la lecture de Le fonds d’archives Abauzit déposé au laboratoire ArAr

Mission archéologique du château de Belvoir (Israël) 2019

Anne Baud, Anne Flammin

C’est la 7e année qu’une équipe pluridisciplinaire composée d’archéologues, d’architectes, de topographes, de tailleurs de pierre … se rend en Israël pour étudier le château croisé de Belvoir sous la direction d’Anne Baud (ArAr) et de Jean-Michel Poisson (Ciham). Cette mission est financée par le Ministère des Affaires Étrangères, les laboratoires lyonnais ArAr (UMR 5138) et Ciham (UMR 5648), ainsi que le CRFJ (Centre de Recherche Français à Jérusalem).

En 2019, l’équipe s’est attachée à finir :

Continuer la lecture de Mission archéologique du château de Belvoir (Israël) 2019

Les Humanités numériques ont déjà une histoire

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : P. Mounier, Les Humanités Numériques (coll. Interventions), Ed. MSH, Paris 2018. http://books.openedition.org/editionsmsh/12006

 

La culture humaniste est-elle en train de disparaître ? Ou de se réinventer une modernité grâce au numérique ? Le concept recouvre-t-il une menace pour la culture ? Contient-il au contraire une promesse d’avenir, voire de survie ? Pour répondre à ces questions, Pierre Mounier, directeur-adjoint d’OpenEdition, retrace d’abord l’histoire de ce qui est aujourd’hui une discipline.

Continuer la lecture de Les Humanités numériques ont déjà une histoire

ArteBib #1 – Les objets de Bibracte dans Artefacts

Elise Vigier, Alyssa Giraudo

Dans le cadre du plan national pour la science ouverte, l’EPCC Bibracte a lancé le projet Bibracte Numérique (BibNum). Cette initiative vise à créer un écosystème archéologique numérique en mettant en place un flux documentaire du terrain accessible aux utilisateurs et en rendant les données de la recherche disponibles sur le web. Cette publication des données passe notamment par la numérisation de l’ensemble de la documentation disponible concernant le site (archives, rapports de fouilles, cartes, dessins, photographies …). Les différents volets de cette opération et l’exploitation des données sont pris en charge par plusieurs projets, dont HyperThésau (AAP 2018 LabEx IMU) pour le data-mining des archives et la constitution d’un thésaurus-métier et le projet ArteBib pour la numérisation des objets archéologiques issus des fouilles anciennes et récentes réalisées sur l’oppidum. Continuer la lecture de ArteBib #1 – Les objets de Bibracte dans Artefacts