Archives de catégorie : Compte-rendus

Emile Espérandieu, soldat-archéologue

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de M. Altit-Morvillez, Emile Espérandieu (1857-1939). Un archéologue entre institution militaire et monde académique (Archives et Histoire de l’Archéologie, 4), Drémil Lafage 2021.

 

Avec ce nouveau volume de la collection AHA consacrée à l’histoire de l’archéologie, M. Altit-Morvillez s’intéresse à une personnalité marquante de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle : Emile Espérandieu, surtout connu aujourd’hui pour son grand œuvre, le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, mais dont toute la carrière s’avère représentative d’un moment-clé de l’histoire de l’archéologie française et européenne. Le nouvel éclairage  de cet ouvrage provient du classement et de l’analyse des archives Espérandieu, que l’auteure a pu étudier au Palais du Roure, à Avignon. Cette documentation originale, en très grande partie inédite, représente environ 15000 lettres, reçues de 2500 correspondants ; elle a été étudiée par l’auteure dans une thèse soutenue en 2014.

Continuer la lecture de Emile Espérandieu, soldat-archéologue

Mercure gallo-romain

Michel Feugère

 

Compte-rendu de M. Migeon, Le culte de Mercure en Narbonnaise, dans les Trois Gaules et en Germanies. Approche épigraphique, Ier siècle – IVe siècle après J.-C. (Monogr. Instrumentum, 69), Drémil Lafage 2020.

 

Le dieu le plus vénéré en Gaule, selon César, méritait bien une synthèse de poids, que matérialise cet imposant volume de 760 pages ; nous la devons non pas à un historien professionnel, mais à un ‘héros du quotidien’, selon l’expression consacrée cette année, un aide-soignant qui a entrepris avec passion un mémoire de maîtrise, puis un DEA à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, avant de s’atteler, toujours sur Mercure, à une thèse achevée, sous la direction du Prof. Ch. Guittard, en 2015. Tombé malade, Marc Migeon est malheureusement décédé juste après l’achèvement de sa thèse, qu’il n’a donc pas eu la joie de voir publiée.

Le lecteur qui ouvre ce livre pour la première fois ne peut donc manquer d’avoir à l’esprit ce parcours tragique ; mais très vite, il est captivé par la méthode, l’ambition et la masse de travail mobilisée pour cette somme. Le projet, placé dans le prolongement d’études déjà anciennes (Lambrechts, Benoit et d’autres) est aussi vaste que rigoureux. Pour replacer son objet d’étude dans le paysage religieux de la Gaule, M. Migeon commence par établir la liste des divinités attestées par l’épigraphie dans chaque cité de la Gaule (p. 25-141). Pour ne pas tomber dans le biais d’une documentation irrégulièrement répartie, il établit dans chaque cas la proportion des inscriptions « religieuses » et autres, le pourcentage variant en effet considérablement selon les cas. A l’aide de tableaux éclairants, il établit ensuite le nombre de mentions de Mercure dans les inscriptions religieuses, interrogeant dès lors l’idée d’une « hégémonie de Mercure » souvent mentionnée dans l’historiographie.

La deuxième partie, tout aussi imposante, (p. 143-305) est consacrée aux relations entre « Mercure, le culte impérial et les autres ». L’importance du culte impérial en Gaule, et son rôle bien mis en valeur dans la romanisation des cités de la Gaule1, a en effet conduit nombre de dévots à qualifier la divinité à laquelle ils s’adressaient d’Auguste. L’association au culte impérial varie énormément selon les provinces, étant par exemple deux fois plus fréquente en Lyonnaise qu’en Narbonnaise et en Aquitaine ; il se pose donc la question de l’interprétation à donner aux différents corpus. Leur analyse fine fait apparaître des groupes micro-régionaux, transparaissant à travers l’usage de formules spécifiques. L’analyse, très fouillée, est croisée avec le statut des dédicants ; ce dernier est abordé à partir des données onomastiques.

La troisième et dernière partie (p. 307-577)  est consacrée aux « fonctions de Mercure et de ses dévots ». Il s’agit ici, finalement, de croiser les sources épigraphiques et contextuelles pour analyser en profondeur le rôle qu’a pu jouer Mercure en Gaule, et auprès de qui. L’analyse des épithètes du dieu forme une première série de sources, à considérer en rapport avec les lieux de dévotion et les noms des dédicants. Les associations de divinités en sont une autre, mais pour la fonction du dieu, les contextes de découvertes sont les plus précieux ; or, une proportion importante sont des remplois, donc des inscriptions dont le contexte d’origine est inconnu. Malgré tout, il semble qu’en-dehors des sanctuaires importants, on évoque Mercure quand on prend des risques, celui d’un voyage ou peut-être celui de la traversée de contrées dangereuses, comme les forêts.

La conclusion, assez brève (p 579-582), reprend les principaux acquis de ce travail monumental. Oui, Mercure est bien le dieu le plus honoré en Gaule et dans les Germanies, mais pas partout, il s’en faut de beaucoup : près de la moitié des cités n’en livrent aucune attestation, et en Narbonnaise, par exemple, le dieu n’est présent que dans dix-sept cités sur vingt-sept. Le même constat peut être fait partout, avec des paradoxes surprenants : Mercure, dieu des Limites (notamment), reste absent de beaucoup d’espaces frontaliers. Et César lui-même, source importante de la vision romaine de Mercure, avance des interprétations que l’épigraphie ne confirme nullement, comme l’idée d’un dieu « inventeur des Arts ».

Au-delà de la tendance à la simplification, qui touche les auteurs antiques autant que les modernes, il faut garder à l’esprit le fait que Mercure a dû ‘rhabiller’ une divinité indigène pré-existante. De même que César, selon l’expression de Chr. Goudineau, a ‘inventé’ la Gaule parce que cette idée servait ses intérêts politiques, il a pu proposer dans le même esprit une supposée prééminence de Mercure qui servait ses intérêts. Dès lors et plus encore par la suite, devenant souvent Auguste et associé au culte impérial, Mercure a donc été embauché, malgré lui, dans une entreprise bien romaine : la propagande impériale.

Complété par un impressionnant catalogue (p. 583-728), l’ouvrage de Marc Migeon nous redonne ainsi à redécouvrir un dieu que, suivant aveuglément César, nous considérions comme constitutif de la Gaule. La réalité est, comme souvent, plus complexe et le travail de cet épigraphiste trop tôt disparu apporte de précieux éléments de réflexion. Son livre restera, n’en doutons pas, comme une contribution de première importance à l’histoire de la religion antique et de l’histoire de la Gaule.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Mercure gallo-romain." Le Fil d'ArAr, 28/04/2021, https://lefildarar.hypotheses.org/4173.
  1. W. Van Andringa, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IVe siècle apr. J.-C). Paris, Errance, 2002. []

Instrumentum fundi

St. Mauné

 

Compte-rendu de : Guillaume Huitorel, Outils, bâtiments et structures d’exploitation des campagnes du nord de la Gaule. Essai de caractérisation des équipements et des activités des établissements ruraux (Ier-Ve s. ap. J.-C.) (Monographies Instrumentum 66), Éditions Mergoil, Drémil-Lafage 2020.

 

Les innombrables découvertes qui accompagnent le formidable développement de l’archéologie préventive depuis une trentaine d’années, ou proviennent de fouilles programmées, constituent un véritable écueil à l’analyse et au traitement scientifique global des données. Ce foisonnement rend difficile les synthèses, et l’accélération du rythme des trouvailles oblige les chercheurs à segmenter leurs travaux dans l’espace ou dans le temps. Ce constat qui concerne peu ou prou toutes les périodes étudiées depuis le Néolithique moyen est particulièrement prégnant pour l’époque romaine et pour l’étude de l’outillage et des structures de production, en contexte rural, même si quelques monographies de fouille comme celle, remarquable, de Champion-Hamois, permettent de disposer d’études de cas heuristiques.

Continuer la lecture de Instrumentum fundi

Lire et écrire dans l’Antiquité

Michel Feugère

Compte-rendu de Anne Kolb (ed.), Literacy in Ancient Everyday Life. De Gruyter, Berlin 2018.

 

Apprécier l’aptitude à lire et à écrire dans les sociétés anciennes est un vaste sujet, envisagé ici à la fois, d’abord, d’un point de vue très général, avec six contributions ; et plus précisément ensuite dans l’Antiquité romaine, avec douze autres articles centrés sur cette période qui voit, dans la plupart des cultures occidentales en-dehors du monde gréco-romain proprement dit, les provinces passer du règne de l’oralité à une culture écrite. Tous ces travaux sont issus d’une conférence internationale tenue à l’Université de Zürich, dont on a donc ici les Actes. Continuer la lecture de Lire et écrire dans l’Antiquité

Gloire aux Graffiti !

Morgane Andrieu

 

Compte-rendu de M. Corbier, M. Fuchs, P.-Y. Lambert, R. Sylvestre (dir)., Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture, Actes du IIIe colloque Ductus, Association internationale pour l’étude des inscriptions mineures (Paris, EPHE, 22-24 octobre 2015), Éditions Mergoil, Dremil-Lafage, 2020 (Monographies instrumentum, 65), 250 p.

 

Il suffit de feuilleter ce petit bijou d’épigraphie publié par Ductus, l’association internationale pour l’étude des inscriptions [dites] mineures, pour se rappeler que l’écriture était omniprésente à l’époque romaine. L’ouvrage, largement illustré, réunit 23 contributions consacrées aux graffites (ou graffiti) – ces dessins ou écritures “en liberté” qui diffèrent des inscriptions “officielles” taillées en capitales sur pierre ou sur bronze, comme peuvent l’être les dédicaces de monuments et les inscriptions honorifiques, par exemple. Cet ouvrage vise donc à étoffer la recherche et le discours sur un matériel épigraphique et archéologique trop longtemps négligé : les graffiti sur éléments architecturaux (briques, tuiles, colonnes, murs, etc.) et sur les objets du quotidien (vaisselle, instrumentum, etc.). Continuer la lecture de Gloire aux Graffiti !

Morgane Andrieu

 

Compte-rendu de M. Corbier, M. Fuchs, P.-Y. Lambert, R. Sylvestre (dir)., Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture, Actes du IIIe colloque Ductus, Association internationale pour l’étude des inscriptions mineures (Paris, EPHE, 22-24 octobre 2015), Éditions Mergoil, Dremil-Lafage, 2020 (Monographies instrumentum, 65), 250 p.

 

Il suffit de feuilleter ce petit bijou d’épigraphie publié par Ductus, l’association internationale pour l’étude des inscriptions [dites] mineures, pour se rappeler que l’écriture était omniprésente à l’époque romaine. L’ouvrage, largement illustré, réunit 23 contributions consacrées aux graffites (ou graffiti) – ces dessins ou écritures “en liberté” qui diffèrent des inscriptions “officielles” taillées en capitales sur pierre ou sur bronze, comme peuvent l’être les dédicaces de monuments et les inscriptions honorifiques, par exemple. Cet ouvrage vise donc à étoffer la recherche et le discours sur un matériel épigraphique et archéologique trop longtemps négligé : les graffiti sur éléments architecturaux (briques, tuiles, colonnes, murs, etc.) et sur les objets du quotidien (vaisselle, instrumentum, etc.). Continuer la lecture de Gloire aux Graffiti !

Du nouveau sur Cluny

Arlette Maquet

 

 

Compte-rendu de : Anne Baud, Christian Sapin, avec la collaboration de Walter Berry, Anne Flammin et Fabrice Henrion, Cluny. Les origines du monastère et de ses églises, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques CTHS, Collection Archéologie et Histoire de l’art no 35, 2019, 223 pages.

 

Encore un livre sur Cluny ! On a déjà tant écrit sur la grande abbaye bourguignonne qu’on pourrait se demander si on ne connaît pas déjà tout. Ce livre est là justement pour nous démontrer qu’il n’en est rien, d’abord parce qu’il est dirigé par les meilleurs spécialistes du genre qui ont réuni autour d’eux une équipe de chercheurs de grand niveau, ensuite parce que cet ouvrage constitue un bilan d’étape. C’est l’aboutissement de nombreuses années de recherches qui apportent des éléments nouveaux et … pointent ce qui reste encore à réaliser ! L’ouvrage, préfacé par Ch. Bonnet, comporte un sommaire (p. 5), une table des matières (p. 220-223) et une bibliographie (p. 203-217). En revanche, il n’y a pas de table des illustrations, probablement en raison du trop grand nombre de celles-ci (elles sont numérotées par chapitre), cependant une table précise la source des relevés, plans et images. Signalons tout de suite la très grande qualité des photos de l’ouvrage : celles des fouilles actuelles (p. 154-155) faisant heureusement écho à celles de l’époque de K. J. Conant (p. 45), comme c’est également le cas pour les relevés. Chaque coupe est soigneusement localisée dans le site par une vignette schématique. Après une introduction générale, l’ouvrage est divisé en sept chapitres et se clôt d’abord par des conclusions et perspectives puis par un dossier d’annexes identifiées de A à G.

Continuer la lecture de Du nouveau sur Cluny

Cluny revisité

Jacque Bujard

 

Compte-rendu de : Anne Baud, Christian Sapin, avec la collaboration de Walter Berry, Anne Flammin et Fabrice Henrion, Cluny. Les origines du monastère et de ses églises, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques CTHS, Collection Archéologie et Histoire de l’art no 35, 2019, 223 pages.

 

« Peut-on connaître réellement et complètement un site de l’importance de l’abbaye de Cluny ? ». C’est par cette question liminaire que débute la très belle publication consacrée l’an dernier aux origines du monastère et de ses églises par Anne Baud et Christian Sapin, avec la collaboration de Walter Berry, Anne Flammin et Fabrice Henrion. Ses auteurs lui donnent une réponse lapidaire : « Certainement pas » ! Force est néanmoins de constater que cet ouvrage jette un regard renouvelé des premiers siècles d’existence de l’abbaye, voire propose, sur nombre de points, des conclusions bien différentes de celles généralement adoptées jusqu’ici. Continuer la lecture de Cluny revisité

Bulliot intime

 

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : J.-L. Flouest, coll. J. Lequime (dir.) — J.-G. Bulliot, correspondance familiale (Archives et Histoire de l’Archéologie, 2), Co-ed. Mergoil / Pas de l’Âne, Drémil-Lafage 2020.

 

Ce deuxième volume des « Archives et Histoire de l’Archéologie » tranche avec le premier. Là où des actes de colloque proposaient des synthèses de haute volée sur les origines d’une discipline, l’archéologie de l’Age du Fer (compte-rendu ici), cet ouvrage aborde la personnalité d’un chercheur, Jacques-Gabriel Bulliot (1817-1902) à travers le prisme de sa vie familiale et plus exactement de la correspondance qu’il a entretenue pendant près de cinquante ans (1855-1902), d’abord avec sa femme Marie, puis après le décès de cette dernière, avec sa fille Thérèse. Il a sans doute écrit à ses autres enfants, mais le lot publié ici, conservé à la bibliothèque municipale d’Autun, vient évidemment de la succession de sa fille.

Continuer la lecture de Bulliot intime

Joseph Déchelette et son temps

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : S. Péré-Noguès (dir.) — La construction d’une archéologie européenne (1865-1914). Colloque en hommage à Joseph Déchelette (Archives et Histoire de l’Archéologie, 1), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2019.

 

Avec cet ouvrage, les éditions Mergoil lancent une nouvelle collection, confiée à deux chercheurs du laboratoire toulousain Traces (UMR 5608) : Sandra Péré-Noguès (enseignante-chercheure à Toulouse) et Noël Coye (préhistorien rattaché au pôle des Eyzies). Adoptant une perspective réflexive et épistémologique, la collection « s’adresse aux spécialistes comme au grand public, afin de mettre à leur disposition études et sources retraçant l’histoire de la discipline archéologique, sans limitation géographique ni chronologique ». Ce premier volume répond parfaitement à ce projet en revenant sur une période charnière de la construction de l’archéologie européenne, celle qui va de la décision de créer un Musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en-Laye au déclenchement de la première Guerre Mondiale. Continuer la lecture de Joseph Déchelette et son temps

Goths occidentaux et mérovingiens

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de : E. Boube, A. Corrochano, J. Hernandez (éds.), coll. J.-L. Boudartchouk, M. Kazanski, P. Périn,  Du Royaume Goth au Midi mérovingien. Actes des 34e Journées d’Archéologie Mérovingienne de Toulouse, 6, 7 et 8 novembre 2013 (Mém. Ausonius, 56 ; Mém. AFAM, 35), Bordeaux 2019.

 

Chaque publication d’Actes des journées d’Archéologie Mérovingienne publiés par l’association française du même nom (AFAM ) est désormais un évènement, tant ces volumes jouent aujourd’hui un rôle structurant dans la recherche française sur cette période charnière. Autrefois mal aimée, la phase qui mène de l’Antiquité au Moyen Âge bénéficie depuis 1979, au sein de l’AFAM,  de chercheurs nombreux et passionnés, regroupés au sein d’une structure associative organisant des colloques dont les actes, on le voit ici, sont de de plus en plus impressionnants.

Continuer la lecture de Goths occidentaux et mérovingiens

Romaines mais vernies

Amaury Gilles

 

 

Compte-rendu de P. Gohier, Les céramiques à glaçure plombifère antiques en Gaule méridionale et dans la vallée du Rhône (Ier siècle av. J.-C. – IIIe siècle ap. J.-C.) (Archéologie et Histoire romaine, 40), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2018, 466 p.

 

Le présent ouvrage est issu de la thèse de doctorat de Pauline Gohier. Ce travail réalisé sous la direction de J.-P. Brun a été soutenu en décembre 2016. Il s’agit d’un ouvrage de 466 pages comprenant de nombreuses illustrations en couleur.

Ce travail traite des céramiques à glaçure plombifère d’époque romaine et s’adresse tout particulièrement à un public de céramologues, ou d’archéologues intéressés par l’artisanat dans le monde antique et les savoirs techniques. En effet, dans le cadre d’une étude de site, on est bien souvent confronté à la difficulté d’aborder cette catégorie de céramique, toujours découverte en faible quantité. Les rares vases sont le plus souvent fragmentaires.

Continuer la lecture de Romaines mais vernies

Cors romains

Michel Feugère

 

 

 

 

Compte-rendu de : Chr. Vendries (dir.) — Cornua de Pompei. Trompettes romaines de la gladiature (Presses Univ. de Rennes), Rennes 2019.

 

Le passé a un son, qui nous semble à jamais évanoui, mais que des circonstances exceptionnelles parviennent cependant, parfois, à nous faire retrouver. C’est à l’un de ces évènements, la destruction d’une petite ville campanienne en 79 de notre ère, que l’on doit le programme de recherche dont découle aujourd’hui ce  livre, fruit du travail effectué par Chr. Vendries et ses collaborateurs à partir de 2014 à Rome (EFR), à Naples (Musée National), à Bruxelles (MIM) et enfin à Paris (C2RMF et IRCAM).

Continuer la lecture de Cors romains

Céramique romaine du nord de la Gaule

Vincent Merkenbreack

 

Compte-rendu de : Amélie Corsiez, La céramique romaine de cinq pagi du Nord de la Gaule (p. Laudunensis, Suessionensis, Tardunensis, Noviomensis et Vermandensis) : caractérisation, chronologie, fonctions et économie (Archéol. et Hist. Romaine, 41), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2018 (ISBN : 978-2-35518-089-7). Préface de Xavier Deru.

 

L’ouvrage d’Amélie Corsiez découle de la thèse soutenue par cette dernière en 2016 et constitue un gros travail de synthèse réalisé pour l’essentiel à l’échelle de l’actuel département de l’Aisne, zone administrative de ses investigations céramologiques. Ce cadre géographique correspond pour partie aux limites administratives de trois cités de la Gaule Belgique, à savoir les Rèmes, les Suessions et les Viromanduens. Continuer la lecture de Céramique romaine du nord de la Gaule

Lugdunum, métropole antique !

Morgane Andrieu

 

 

Compte-rendu de : Fr. Bérard, M. Poux (dir.), Lugdunum et ses campagnes. Actualité de la recherche (Archéologie et Histoire romaine, 38), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2018, 370 p. ISBN 978-2-35518-064-4

 

Précédé d’une préface de H. Savay-Guerraz, qui vient de quitter la direction de Lugdunum-musée et théâtres romains, cet ouvrage de 370 pages rassemble 11 articles principalement issus du XVIIe Congrès de l’Association Guillaume Budé qui s’est tenu à Lyon du 26 au 30 août 2013.  Dirigé par Fr. Bérard et M. Poux et dédié à la mémoire de Ch. Goudineau, cet ouvrage recueille une partie des communications archéologiques présentées lors des sessions de la Commission des Antiquités régionales du congrès (8 communications sur 15). L’ensemble est enrichi par plusieurs travaux plus récents comme des études épigraphiques relevant de découvertes inédites, ou le réexamen des données concernant l’aqueduc du Gier. Les principaux actes du congrès, L’Homme et ses Passions, sont publiés dans un volume à part (Les Belles lettres, 2016) et ne concernent pas directement l’archéologie. Continuer la lecture de Lugdunum, métropole antique !

On écrit sur les murs…

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de Rudolf Wachter (dir.), Pompejanische Wandinschriften (Sammlung Tusculum). Berlin, De Gruyter, 2019. ISBN 978-3110649437

 

Les graffites pariétaux de Pompéi ont depuis longtemps retenu l’attention des antiquaires, puis des archéologues et historiens, en mettant en lumière un aspect nouveau des usages de l’écriture dans les sociétés romaines : dans le domaine public, des inscriptions assez nombreuses étaient peintes, notamment les publicités électorales ou commerciales ; et à la maison, dans l’obscurité des couloirs et autres recoins discrets, on n’hésitait pas à confier aux murs des messages de natures très diverses : souhaits, exploits amoureux, désirs ou frustrations, mais aussi blagues de potache, listes de courses…, etc. Continuer la lecture de On écrit sur les murs…