Tous les articles par Michel Feugère

Emile Espérandieu, soldat-archéologue

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de M. Altit-Morvillez, Emile Espérandieu (1857-1939). Un archéologue entre institution militaire et monde académique (Archives et Histoire de l’Archéologie, 4), Drémil Lafage 2021.

 

Avec ce nouveau volume de la collection AHA consacrée à l’histoire de l’archéologie, M. Altit-Morvillez s’intéresse à une personnalité marquante de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle : Emile Espérandieu, surtout connu aujourd’hui pour son grand œuvre, le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, mais dont toute la carrière s’avère représentative d’un moment-clé de l’histoire de l’archéologie française et européenne. Le nouvel éclairage  de cet ouvrage provient du classement et de l’analyse des archives Espérandieu, que l’auteure a pu étudier au Palais du Roure, à Avignon. Cette documentation originale, en très grande partie inédite, représente environ 15000 lettres, reçues de 2500 correspondants ; elle a été étudiée par l’auteure dans une thèse soutenue en 2014.

Continuer la lecture de Emile Espérandieu, soldat-archéologue

Mercure gallo-romain

Michel Feugère

 

Compte-rendu de M. Migeon, Le culte de Mercure en Narbonnaise, dans les Trois Gaules et en Germanies. Approche épigraphique, Ier siècle – IVe siècle après J.-C. (Monogr. Instrumentum, 69), Drémil Lafage 2020.

 

Le dieu le plus vénéré en Gaule, selon César, méritait bien une synthèse de poids, que matérialise cet imposant volume de 760 pages ; nous la devons non pas à un historien professionnel, mais à un ‘héros du quotidien’, selon l’expression consacrée cette année, un aide-soignant qui a entrepris avec passion un mémoire de maîtrise, puis un DEA à l’Université Blaise Pascal de Clermont-Ferrand, avant de s’atteler, toujours sur Mercure, à une thèse achevée, sous la direction du Prof. Ch. Guittard, en 2015. Tombé malade, Marc Migeon est malheureusement décédé juste après l’achèvement de sa thèse, qu’il n’a donc pas eu la joie de voir publiée.

Le lecteur qui ouvre ce livre pour la première fois ne peut donc manquer d’avoir à l’esprit ce parcours tragique ; mais très vite, il est captivé par la méthode, l’ambition et la masse de travail mobilisée pour cette somme. Le projet, placé dans le prolongement d’études déjà anciennes (Lambrechts, Benoit et d’autres) est aussi vaste que rigoureux. Pour replacer son objet d’étude dans le paysage religieux de la Gaule, M. Migeon commence par établir la liste des divinités attestées par l’épigraphie dans chaque cité de la Gaule (p. 25-141). Pour ne pas tomber dans le biais d’une documentation irrégulièrement répartie, il établit dans chaque cas la proportion des inscriptions « religieuses » et autres, le pourcentage variant en effet considérablement selon les cas. A l’aide de tableaux éclairants, il établit ensuite le nombre de mentions de Mercure dans les inscriptions religieuses, interrogeant dès lors l’idée d’une « hégémonie de Mercure » souvent mentionnée dans l’historiographie.

La deuxième partie, tout aussi imposante, (p. 143-305) est consacrée aux relations entre « Mercure, le culte impérial et les autres ». L’importance du culte impérial en Gaule, et son rôle bien mis en valeur dans la romanisation des cités de la Gaule1, a en effet conduit nombre de dévots à qualifier la divinité à laquelle ils s’adressaient d’Auguste. L’association au culte impérial varie énormément selon les provinces, étant par exemple deux fois plus fréquente en Lyonnaise qu’en Narbonnaise et en Aquitaine ; il se pose donc la question de l’interprétation à donner aux différents corpus. Leur analyse fine fait apparaître des groupes micro-régionaux, transparaissant à travers l’usage de formules spécifiques. L’analyse, très fouillée, est croisée avec le statut des dédicants ; ce dernier est abordé à partir des données onomastiques.

La troisième et dernière partie (p. 307-577)  est consacrée aux « fonctions de Mercure et de ses dévots ». Il s’agit ici, finalement, de croiser les sources épigraphiques et contextuelles pour analyser en profondeur le rôle qu’a pu jouer Mercure en Gaule, et auprès de qui. L’analyse des épithètes du dieu forme une première série de sources, à considérer en rapport avec les lieux de dévotion et les noms des dédicants. Les associations de divinités en sont une autre, mais pour la fonction du dieu, les contextes de découvertes sont les plus précieux ; or, une proportion importante sont des remplois, donc des inscriptions dont le contexte d’origine est inconnu. Malgré tout, il semble qu’en-dehors des sanctuaires importants, on évoque Mercure quand on prend des risques, celui d’un voyage ou peut-être celui de la traversée de contrées dangereuses, comme les forêts.

La conclusion, assez brève (p 579-582), reprend les principaux acquis de ce travail monumental. Oui, Mercure est bien le dieu le plus honoré en Gaule et dans les Germanies, mais pas partout, il s’en faut de beaucoup : près de la moitié des cités n’en livrent aucune attestation, et en Narbonnaise, par exemple, le dieu n’est présent que dans dix-sept cités sur vingt-sept. Le même constat peut être fait partout, avec des paradoxes surprenants : Mercure, dieu des Limites (notamment), reste absent de beaucoup d’espaces frontaliers. Et César lui-même, source importante de la vision romaine de Mercure, avance des interprétations que l’épigraphie ne confirme nullement, comme l’idée d’un dieu « inventeur des Arts ».

Au-delà de la tendance à la simplification, qui touche les auteurs antiques autant que les modernes, il faut garder à l’esprit le fait que Mercure a dû ‘rhabiller’ une divinité indigène pré-existante. De même que César, selon l’expression de Chr. Goudineau, a ‘inventé’ la Gaule parce que cette idée servait ses intérêts politiques, il a pu proposer dans le même esprit une supposée prééminence de Mercure qui servait ses intérêts. Dès lors et plus encore par la suite, devenant souvent Auguste et associé au culte impérial, Mercure a donc été embauché, malgré lui, dans une entreprise bien romaine : la propagande impériale.

Complété par un impressionnant catalogue (p. 583-728), l’ouvrage de Marc Migeon nous redonne ainsi à redécouvrir un dieu que, suivant aveuglément César, nous considérions comme constitutif de la Gaule. La réalité est, comme souvent, plus complexe et le travail de cet épigraphiste trop tôt disparu apporte de précieux éléments de réflexion. Son livre restera, n’en doutons pas, comme une contribution de première importance à l’histoire de la religion antique et de l’histoire de la Gaule.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Mercure gallo-romain." Le Fil d'ArAr, 28/04/2021, https://lefildarar.hypotheses.org/4173.
  1. W. Van Andringa, La religion en Gaule romaine. Piété et politique (Ier-IVe siècle apr. J.-C). Paris, Errance, 2002. []

Lire et écrire dans l’Antiquité

Michel Feugère

Compte-rendu de Anne Kolb (ed.), Literacy in Ancient Everyday Life. De Gruyter, Berlin 2018.

 

Apprécier l’aptitude à lire et à écrire dans les sociétés anciennes est un vaste sujet, envisagé ici à la fois, d’abord, d’un point de vue très général, avec six contributions ; et plus précisément ensuite dans l’Antiquité romaine, avec douze autres articles centrés sur cette période qui voit, dans la plupart des cultures occidentales en-dehors du monde gréco-romain proprement dit, les provinces passer du règne de l’oralité à une culture écrite. Tous ces travaux sont issus d’une conférence internationale tenue à l’Université de Zürich, dont on a donc ici les Actes. Continuer la lecture de Lire et écrire dans l’Antiquité

Instrumentum inscriptum: un module épigraphique pour Artefacts

Michel Feugère

 

Le projet de construire un outil adapté à l’enregistrement et l’analyse des inscriptions sur objets archéologiques remonte maintenant à quelques années. Je l’avais évoqué dans un billet de blog en 2017, car c’est cette année-là que, dans le cadre d’une candidature ERC sur l’épigraphie, j’avais proposé à Alex Mullen, la coordonnatrice de  LatinNow, deux projets français, dont cet outil. Les projets ayant été acceptés, et avec les délais nécessaires à la mise en place d’une convention entre le Cnrs et l’Université de Nottingham, c’est en août 2020 que le travail a pu commencer de manière effective. Continuer la lecture de Instrumentum inscriptum: un module épigraphique pour Artefacts

Ganivet – canif – knife

Michel Feugère

 

En relisant cet été le manuscrit d’un ouvrage anglais sur les instruments à écrire antiques, je corrigeai machinalement la traduction française de « pen-knike » par « canif », précisant même dans mes notes qu’un canif est un couteau de poche, de petite taille et surtout pliant, ce que les « couteaux à affûter les calames », ou du moins les objets que l’on identifie aujourd’hui comme tels, ne sont jamais. Par acquis de conscience, j’ouvris ensuite le Harrap’s : quelle ne fut pas ma surprise de constater que canif se traduit bien en anglais par …. « penknife » ! Quelque peu perturbé par ce coup bas de la bible des anglicistes, j’ai tenté de fouiller dans l’origine des mots, fouilles dont les résultats sont — comme toujours— imprévisibles et surprenants.

Continuer la lecture de Ganivet – canif – knife

Signacula ex aere : épigraphie et matérialité

Michel Feugère

Fig. 1 — Theodor Mommsen, Heinrich Dressel et Otto Hirschfeld  (Wikipedia).

On considère généralement que l’instrumentum inscriptum a reçu ses lettres de noblesse académique quand Th. Mommsen, H. Dressel, O. Hirschfeld (fig. 1) et d’autres savants allemands ont inséré dans différents volumes du CIL (Corpus Inscriptionum Latinarum), publiés à partir de 1863, des estampilles sur amphores, tuiles ou autres céramiques, des graffites et divers objets inscrits, ustensiles, instruments ou simples supports de textes auxquels on n’avait jusque là accordé que peu d’intérêt. Ce projet pharaonique de l’Académie des Sciences de Berlin-Brandenbourg (BBAW) a été mené avec tant de brio que ses différents volumes, constamment réédités depuis le XIXe  s., et en partie mis en ligne désormais, constituent encore aujourd’hui la bible des épigraphistes de l’Antiquité romaine (pour une histoire des recherches sur l’instrumentum inscriptum : Buonopane 2017 ; étude des signacula dans le CIL : Braito 2014). Continuer la lecture de Signacula ex aere : épigraphie et matérialité

Bulliot intime

 

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : J.-L. Flouest, coll. J. Lequime (dir.) — J.-G. Bulliot, correspondance familiale (Archives et Histoire de l’Archéologie, 2), Co-ed. Mergoil / Pas de l’Âne, Drémil-Lafage 2020.

 

Ce deuxième volume des « Archives et Histoire de l’Archéologie » tranche avec le premier. Là où des actes de colloque proposaient des synthèses de haute volée sur les origines d’une discipline, l’archéologie de l’Age du Fer (compte-rendu ici), cet ouvrage aborde la personnalité d’un chercheur, Jacques-Gabriel Bulliot (1817-1902) à travers le prisme de sa vie familiale et plus exactement de la correspondance qu’il a entretenue pendant près de cinquante ans (1855-1902), d’abord avec sa femme Marie, puis après le décès de cette dernière, avec sa fille Thérèse. Il a sans doute écrit à ses autres enfants, mais le lot publié ici, conservé à la bibliothèque municipale d’Autun, vient évidemment de la succession de sa fille.

Continuer la lecture de Bulliot intime

Joseph Déchelette et son temps

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : S. Péré-Noguès (dir.) — La construction d’une archéologie européenne (1865-1914). Colloque en hommage à Joseph Déchelette (Archives et Histoire de l’Archéologie, 1), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2019.

 

Avec cet ouvrage, les éditions Mergoil lancent une nouvelle collection, confiée à deux chercheurs du laboratoire toulousain Traces (UMR 5608) : Sandra Péré-Noguès (enseignante-chercheure à Toulouse) et Noël Coye (préhistorien rattaché au pôle des Eyzies). Adoptant une perspective réflexive et épistémologique, la collection « s’adresse aux spécialistes comme au grand public, afin de mettre à leur disposition études et sources retraçant l’histoire de la discipline archéologique, sans limitation géographique ni chronologique ». Ce premier volume répond parfaitement à ce projet en revenant sur une période charnière de la construction de l’archéologie européenne, celle qui va de la décision de créer un Musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en-Laye au déclenchement de la première Guerre Mondiale. Continuer la lecture de Joseph Déchelette et son temps

Goths occidentaux et mérovingiens

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de : E. Boube, A. Corrochano, J. Hernandez (éds.), coll. J.-L. Boudartchouk, M. Kazanski, P. Périn,  Du Royaume Goth au Midi mérovingien. Actes des 34e Journées d’Archéologie Mérovingienne de Toulouse, 6, 7 et 8 novembre 2013 (Mém. Ausonius, 56 ; Mém. AFAM, 35), Bordeaux 2019.

 

Chaque publication d’Actes des journées d’Archéologie Mérovingienne publiés par l’association française du même nom (AFAM ) est désormais un évènement, tant ces volumes jouent aujourd’hui un rôle structurant dans la recherche française sur cette période charnière. Autrefois mal aimée, la phase qui mène de l’Antiquité au Moyen Âge bénéficie depuis 1979, au sein de l’AFAM,  de chercheurs nombreux et passionnés, regroupés au sein d’une structure associative organisant des colloques dont les actes, on le voit ici, sont de de plus en plus impressionnants.

Continuer la lecture de Goths occidentaux et mérovingiens

Cors romains

Michel Feugère

 

 

 

 

Compte-rendu de : Chr. Vendries (dir.) — Cornua de Pompei. Trompettes romaines de la gladiature (Presses Univ. de Rennes), Rennes 2019.

 

Le passé a un son, qui nous semble à jamais évanoui, mais que des circonstances exceptionnelles parviennent cependant, parfois, à nous faire retrouver. C’est à l’un de ces évènements, la destruction d’une petite ville campanienne en 79 de notre ère, que l’on doit le programme de recherche dont découle aujourd’hui ce  livre, fruit du travail effectué par Chr. Vendries et ses collaborateurs à partir de 2014 à Rome (EFR), à Naples (Musée National), à Bruxelles (MIM) et enfin à Paris (C2RMF et IRCAM).

Continuer la lecture de Cors romains

Etudier les objets archéologiques

Michel Feugère

 

En archéologie comme ailleurs, chaque spécialité tend à se segmenter en démarches complémentaires, qui deviennent à leur tour si complexes qu’on a bien du mal à en maîtriser toutes les étapes. C’est notamment le cas de l’étude des objets archéologiques, qui mobilise des compétences très variées et de plus en plus spécifiques. Nous souhaitons ici examiner, de manière synthétique, l’ensemble de cette démarche et ses prolongements dans le domaine de la recherche. Continuer la lecture de Etudier les objets archéologiques

On écrit sur les murs…

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de Rudolf Wachter (dir.), Pompejanische Wandinschriften (Sammlung Tusculum). Berlin, De Gruyter, 2019. ISBN 978-3110649437

 

Les graffites pariétaux de Pompéi ont depuis longtemps retenu l’attention des antiquaires, puis des archéologues et historiens, en mettant en lumière un aspect nouveau des usages de l’écriture dans les sociétés romaines : dans le domaine public, des inscriptions assez nombreuses étaient peintes, notamment les publicités électorales ou commerciales ; et à la maison, dans l’obscurité des couloirs et autres recoins discrets, on n’hésitait pas à confier aux murs des messages de natures très diverses : souhaits, exploits amoureux, désirs ou frustrations, mais aussi blagues de potache, listes de courses…, etc. Continuer la lecture de On écrit sur les murs…

Magic !

Michel Feugère

 

 

 

Compte rendu de A. Parker, S. McKie (eds.), Material Approaches to Roman Magic. Occult Objects & Supernatural Substances (TRAC, Themes in Roman Archaeology, 2), Oxford & Philadelphia 2018.

Comme la religion, la magie antique est désormais à la mode. Ce volume, issu du colloque TRAC 2015 (Theoretical Roman Archaeology Conference), organisé par A. Parker sous le titre Charmed I’m Sure: Roman Magic – Old Theory, New Approaches, en témoigne comme d’autres ouvrages parus ces dernières années ou sous presse1. Alors que le colloque tenu au Mans en 2015, et dont les Actes viennent de paraître, s’intéressait avant tout aux sanctuaires et aux « espaces sacrés »2, la démarche part ici de l’objet occulte et des substances associées, c’est-à-dire de la matérialité des supports mobiliers.

Continuer la lecture de Magic !

  1. D. Boschung, J.N. Bremmer [eds.], The Materiality of Magic, Paderborn 2015 ; C. Houlbrook, N. Armitage (eds), The Materiality of Magic: An Artefactual Investigation into Ritual Practices and Popular Belief, Oxford 2015 ; A. Mastrocinque, J. Sanzo, M. Scapini [eds.], Ancient Magic, then and now, Norhausen, sous presse. []
  2. I. Bertrand, M. Monteil, St. Raux dir., Mobiliers et sanctuaires dans les provinces romaines occidentales [fin du Ier s. av. – Ve s. ap. J.-C.]. La place des productions manufacturées dans les espaces sacrés et dans les pratiques religieuses. Actes des Rencontres Internationales Instrumentum 2015 [Monogr. Instrumentum, 63], Drémil-Lafage 2019. []