Tous les articles par Alyssa Turgis

Compte-rendu de la journée d’étude “Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation” du 15 juin 2022

Alyssa Turgis

Le 15 juin 2022, s’est tenue la journée d’étude “Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation” du thème 2 de l’axe “Culture matérielle : céramiques et artefacts”, organisée par Alyssa Turgis, Antony Carbone et Stéphanie Bigot.

L’idée d’organiser cette journée d’étude est d’abord venue du constat d’un manque. Ce manque, c’est celui d’une méthode commune pour interpréter le faciès matériel d’un site, ou pour comparer le faciès de plusieurs sites.

Les interrogations autour des faciès se sont particulièrement fait sentir ces dernières années. Elles sont à mettre en relation avec l’expansion de l’archéologie préventive, qui a généré de nombreux jeux de données relatives à un seul site (inventaire céramologique, inventaire de petit mobilier). Durant les dernières décennies du XXe s., plusieurs publications en céramologie et en instrumentum avaient entrepris de normaliser les méthodes de comptage et de classement des objets archéologiques. Ces bases étant désormais communes à la majorité des chercheurs, nous pouvons nous demander comment interpréter ces données quantitatives sur un site et éventuellement les comparer.

Cette journée ne proposait pas d’établir un modèle théorique répondant à ces problématiques. Il s’agissait plutôt de se réunir pour discuter de nos approches, de nos méthodes, et des écueils rencontrés afin de susciter une réflexion sur ce sujet et sur ses enjeux. C’est pourquoi nous avons voulu privilégier les études de cas portant sur des données quantitatives récentes.


Emilie Comes-Trinidad (chercheur associé UMR 5138) et Anne-Lise Dabry (céramologue indépendante) ont présenté le mobilier du dépotoir du castrum de Chalencon (07). Le site du château de Chalencon, sis au nord de la vallée de l’Eyrieux, en Ardèche centrale, a bénéficié de deux campagnes archéologiques (une prospection thématique en 2016 et la fouille de la section nord de l’enceinte en 2017) dans le cadre d’une thèse d’archéologie réalisée au sein du Cepam, sous la codirection de Ph. Jansen (Université Côte d’Azur) et A. Baud (Université Lyon 2). Une nouvelle campagne de fouilles a été réalisée en 2021 sur le site, qui a livré les vestiges de l’angle nord-est d’un bâtiment castral, flanqué d’une tour semi-circulaire et comblé par un épais niveau de dépotoir. L’analyse du riche mobilier recueilli dans cette strate livre un premier témoignage de la culture matérielle des élites castrales tardo-médiévales à Chalencon et plus largement dans la vallée de l’Eyrieux. 

Le site 
Le château de Chalencon est mentionné dans les sources dès le XIe siècle, installé sur une colline surplombant au nord-ouest le bourg ecclésial, formé autour de l’église Saint-Pierre. L’histoire du château est intimement liée à celle du bourg, lequel, placé sous la seigneurie directe des comtes du Valentinois connaît une évolution sociale, économique et urbaine significative dès la fin du XIIIe siècle (Comes-Trinidad 2021, vol. 3, 284-285). 

Le site castral, fortement ruiné, est formé d’une plateforme sommitale entourée d’une enceinte construite à flanc de rocher et flanquée d’au moins une tour semi-circulaire visible au sud. Un deuxième système d’enceinte – identifié en partie en 2017 et dont on ignore, pour l’heure, les relations avec le premier – ceinturait le sommet du promontoire et ses probables bâtiments, tour-maîtresse et logis (ou aula). 

Les fouilles de 2021
La campagne de fouille menée en 2021 (Comes-Trinidad 2022) a permis de dégager au centre de la plateforme sommitale l’angle nord-est d’un bâtiment castral, bâti au plus tard au XIIe siècle – début du XIIIe siècle et flanqué au cours du XIIIe siècle d’une tour semi-circulaire. Rapidement abandonné, l’édifice est comblé d’un épais niveau de dépotoir. 

Les ensembles matériels issus des niveaux de démolition et de récupération puis de comblement renvoient à un horizon chronologique tardo-médiéval (entre la fin du XIIIe siècle et le XVe siècle), en accord avec l’abandon précoce du site et la récupération systématique des matériaux déjà mis en évidence par les fouilles de la muraille en 2017 (Comes-Trinidad, Meunier 2017). Le site est réoccupé au plus tôt à la fin de la période moderne, converti en terre agricole et en terrasses de culture sur les faces sud et est. 

Le mobilier du dépotoir
La surface de comblement explorée en 2021 à l’intérieur de l’angle nord-est du bâtiment (US 2019) et dans une moindre mesure à l’extérieur (US 2027 et 2029), se caractérise par un mobilier relativement fragmenté, en position de rejet. L’absence totale d’un niveau de démolition à l’intérieur et la présence d’une très grande quantité de clous liés au gros-œuvre et à l’ameublement renvoient à une action de démontage des maçonneries. Cette observation s’accorde avec la très grande quantité de fragments d’os de faune (plus de 5300) recueillie dans le niveau US 2019 dont certains sont brûlés et/ou portent des traces de boucherie et renvoient clairement à un niveau de dépotoir, constitué à la suite de l’abandon du bâtiment. 

L’ensemble des artéfacts prélevés dans ce contexte (soit 4257 fragments de céramique, 64 fr. de verre, 176 fr. de métal, 45 kgs de fragments d’os de faune ainsi que 111 kgs de TCA) a été intégralement inventorié ; seuls les mobiliers céramiques et métalliques ont fait l’objet d’une première analyse. Les lots de céramique et les fragments de faune bénéficieront d’une étude plus fournie à la fin de l’année 2021.

Les premières études permettent de dresser un panorama chronologique centré sur une période allant du XIIIe au XVe siècle. Plus particulièrement, les très grosses quantités de fragments céramiques des US 2019 (NR 4257, NMI 336) et 2027 (NR 143, NMI 10) et dans une moindre mesure US 2029 (NR 131, NMI 8) montrent une association déjà remarquée dans les niveaux de démolition de fragments de oules à bandeau, dont la production cesse au cours du XIIIe siècle, et de marmites à bords à méplat, qui font leur apparition dans le vaisselier rhônalpin au milieu du XIIIe siècle et perdurent aux siècles suivants. La présence de fragments de céramique rouge glaçurée, postérieurs au XIIe siècle et de la dizaine de fragments de céramiques claires glaçurées permet d’étirer timidement la chronologie jusqu’au début la période moderne.

Témoignages de la culture matérielle des élites castrales de Chalencon
Les assemblages de mobilier identifiés par les premières analyses s’accordent aux contextes d’abandon étudiés dans d’autres châteaux de Rhône-Alpes et du Languedoc (Brion : Laffont 2004, Essertines : Piponnier 1993; Montréal-de-Sos : Guillot 2017) et embrassent une large variété de domaines : activités domestiques et de service, aménagement architectural et mobilier,  équipement de l’animal, artisanat et équipement militaire. Ces assemblages présentent toutefois plusieurs particularismes micro-régionaux, voire locaux, déjà mis en valeur par d’autres opérations dans la vallée de l’Eyrieux.

  • Mobilier céramique

Les assemblages issus du dépotoir sont caractéristiques des XIIIe-XIVe siècles, tant au niveau des formes que de de la représentativité des différents groupes techniques.

La typo-chronologie avancée ici est conforme dans les grandes lignes au faciès céramologique observé à échelle régionale soit une sur-représentation des céramiques ayant eu à refroidir en atmosphère réductrice, malgré le développement timide des cuissons à refroidissement en atmosphère oxydante et des productions glaçurées. S’ajoute également à cela l’omniprésence des récipients destinés à la cuisson (marmites) et dans une moindre mesure au stockage (oules, cruches) des aliments et liquides. La vaisselle de table, qui ne se développe vraiment qu’à l’époque moderne pour la céramique, n’est représentée à cette époque que par de la vaisselle en verre (verre à pied, gobelets) ainsi que de rares pichets en céramique, faisant l’objet d’un décor particulièrement soigné (US 2018). Toutefois, certaines particularités micro-régionales, déjà mises en évidence lors d’opérations précédentes menées dans un rayon autour de 30 km autour de Chalencon, dans des contextes de l’extrême fin du Moyen Âge[1] et confirmées par la présente étude permettent d’affiner un peu ce faciès. L’une des caractéristiques principales est la manifestation tardive et discrète des céramiques communes rouges et l’absence des pâtes kaolinitiques refroidies en atmosphère réductrice. Ce dernier phénomène, observé à Chalencon mais également au Cheylard et sur les sites prospectés dans la vallée de l’Eyrieux, semble être une particularité du nord de l’Ardèche. Toutefois, le nombre réduit d’opérations archéologiques dans cette zone géographique ne permet pas d’approfondir davantage les analyses.

Enfin, se pose la question d’une possible persistance un peu plus tardive des oules à bord en bandeau. En effet, leur timide coexistence avec autant de marmites à bord triangulaire orienterait plutôt vers une datation fin XIIIe-XIVe siècle, par ailleurs plus cohérente avec le mobilier métallique davantage centré sur le XIVe siècle. L’étude céramologique devrait permettre d’apporter de nouveaux éléments à ce questionnement.

  • Mobilier métallique

Les activités domestiques et de service, principalement liées à la préparation et la consommation des repas, sont quantitativement les plus représentées notamment par le vaisselier céramique et les fragments de verre auxquels il convient d’ajouter les fragments osseux de faune, dont l’étude ultérieure livrera de précieuses données sur les pratiques culinaires et les modes de consommation des élites tardo-médiévales. 

Le mobilier métallique, quant à lui, est caractérisé par une surreprésentation des clous de gros-œuvre (72%), conséquence du démontage et de la récupération des maçonneries. Les différents types de clous identifiés par les typo-chronologies de référence, se rattachent tant à la charpente, au plancher qu’à la structure et à l’ameublement, notamment en bois. La clouterie est complétée en cela par la vaste quantité de fragments de TCA dégagée (111 kgs) ainsi que les plaquettes de schiste, employées dans cette partie de la vallée de l’Eyrieux comme habillage de canalisations (Comes-Trinidad 2016). Les ferrures et ornements de coffre rencontrés dans les niveaux d’abandon ainsi que les placages en os, gravés de fins motifs géométriques concernent davantage le petit ameublement orné, de type coffres et coffrets. 

Les autres catégories de mobilier représentées, exception faite de l’équipement animal (marqué par une grande quantité de clous de maréchalerie soit 13% du mobilier métallique) concerne, à parts égales, l’armement, l’artisanat et la parure.  

L’armement représente 21% du mobilier métallique (hors clouterie de gros-œuvre et de maréchalerie) et regroupe notamment des fers de trait à tête pyramidale et emmanchement à douille circulaire, des bouterolles caractéristiques des dépotoirs et niveaux d’abandon castraux des XIVe-XVe siècles (Serdon 2003 ; Piponnier 1993, fig. 102) ainsi qu’un fer de lance formé d’une flamme et de deux languettes de renforts. Cet ensemble métallique est complété par une trentaine de fragments  de trompe d’appel en céramique. 

La parure est représentée par des appliques en alliage cuivreux, une paillette en laiton doré ainsi qu’un élégant mordant de ceinturon caractéristique du XIVe siècle (Legros 2001, fig. 12).

Enfin, les fragments associés à l’artisanat et la production ne renvoient pas à un type d’artisanat clairement identifiable. 

Conclusion
Les fouilles menées en 2021 au château de Chalencon (07) ont permis de dégager l’angle d’un bâtiment castral et de confirmer la chronologie d’abandon relativement haute du site. La campagne a notamment mis en évidence le comblement du bâtiment, interprété comme un dépotoir consécutif à la récupération des maçonneries. Riche d’enseignements, ce dépotoir livre un premier aperçu de la culture matérielle du site, qui s’accorde avec les autres contextes d’abandon observés dans des châteaux proches. Toutefois, plusieurs particularités sont signalées concernant principalement le faciès céramique et confirment la tendance micro-régionale observée lors de plusieurs opérations archéologiques depuis 2011.

Les études complémentaires en cours (céramologique, archéozoologique), dont les résultats devraient être livrés à la fin de l’année 2022, permettront d’apporter des éléments précieux à la connaissance des modes de vie et de consommation des élites castrales tardo-médiévales dans la vallée de l’Eyrieux et plus largement dans le centre de l’Ardèche.

[1] Le Cheylard en 2011 : MAZA G. (dir.) 2012: Le Cheylard – Aric, Aménagement de la zone d’activités (Ardèche, 07). Rapport final d’opération d’archéologie préventive, Chaponnay/Lyon, Archeodunum/SRA Rhône-Alpes. Prospections dans la vallée de l’Eyrieux à Gluiras, Pranles, St-Barthélémy et St-Christol en 2018 :
COMES-TRINIDAD E., MEUNIER C.
2020a :  Gluiras (07 – Ardèche): lieux-dits Château Saint-Jean, le Coulet et Champlauvier. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes.
2020b :  Pranles (07 – Ardèche): centre et lieux-dits Saint- Jean, Vabre d’Auzène et Vabre Vieux, le Bouschet. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes.
2020c :  Saint-Barthélemy-le-Meil (07 – Ardèche): château et hameau de Burianne. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes. 2020d :  Saint-Christol (07 – Ardèche): centre et lieu-dit Faveyrolles. Rapport final de l’opération de prospections thématiques 2018, Lyon, SRA Auvergne Rhône-Alpes.


La communication de Alyssa Turgis, doctorante contractuelle, portait sur l’ébauche de méthodologie de comparaison sur laquelle elle travaille depuis 2017, et qui l’occupe encore aujourd’hui dans le cadre d’une thèse (dir. M. Poux et S. Loudcher). Cette méthodologie consiste en l’utilisation complémentaire des techniques d’étude du petit mobilier et des méthodes de la science des données (AFC, clustering, machine learning….). A travers l’exemple de l’étude de mobilier réalisée dans le cadre d’un master 2 sur l’agglomération antique de Vendeuil-Caply, elle nous a présenté un cas pratique et les réflexions menées autour de cette thématique.

Dans les Gaules et les Germanies, les sites sont de nature diverse : sanctuaire, habitat, nécropole, camp militaire … Ils livrent un grand nombre d’objets archéologiques touchant à tous les aspects de la vie quotidienne : la parure, les activités culinaires, les soins du corps, l’armement, l’ameublement … Ces objets, dont la variabilité des formes et des matériaux est grande, sont autant les marqueurs de la culture matérielle d’un groupe social que les indices d’occupation d’un site.

Etude de cas
Vendeuil-Caply est une commune se situant dans l’actuel département de l’Oise dans la région des Hauts-de-France. L’agglomération de Vendeuil-Caply se trouve sur la voie secondaire reliant Beauvais à Amiens, à la limite du territoire des Bellovaques sur une zone de partage des eaux. Deux autres voies romaines passaient à proximité, ce qui permettait à l’agglomération d’être très bien reliée au reste du territoire et de se présenter comme une plaque tournante économique et peut-être même politique. Elle a été estimée à 130 ha par prospection aérienne, où seules quelques zones ont été fouillées.

De 2013 à 2017, la fouille a porté sur une emprise de 1 110m² au sud-est du Grand théâtre. Cette zone a été divisée arbitrairement en quatre secteurs. Le secteur 1, le plus à l’est, présente peu de structures construites, et le substrat calcaire apparaît en plusieurs endroits. Le secteur 2, situé au centre, est principalement caractérisé par des tranchées de récupération, des sols en tuileau et des radiers de fondation. Les structures sont très mal conservées et leur lecture reste difficile. Les deux derniers secteurs sont les mieux conservés, et présentent de nombreuses structures bien lisibles. Dans l’angle nord-ouest de l’emprise de fouille, les secteurs 3 et 4 sont respectivement caractérisés par un grand bâtiment maçonné et par le long caniveau et les boutiques de céramiques.

L’enjeu de l’étude a été de savoir dans quelle mesure les différents assemblages de mobilier pouvaient se révéler pertinents dans la perspective d’une caractérisation de la nature des installations observées. Deux hypothèses d’interprétation ont été confrontées : d’une par celle d’un espace cultuel (hypothèse proposée par l’équipe en 2015 et 2017), et d’autre part celle d’un quartier d’agglomération sans structures cultuelles. Pour cela, la mise en parallèle du lot d’objets de Vendeuil-Caply avec d’autres ensembles significatifs a été la clef de voûte de la démonstration. Toutefois, le problème de l’hétérogénéité des données disponibles s’est posé, que la mise en place d’une méthodologie de comparaison rigoureuse a permis de relativiser.

La zone fouillée connaît une occupation hachée, moins importante durant les phases 4 et 5. L’occupation du secteur 2 est surtout connue durant la phase 4 à 6. Le début de l’occupation du secteur 3 commence à la phase 3 et augmente à la phase 4. Enfin, le secteur 4 connaît une phase 3 prolifique. En reprenant la totalité des données, nous nous apercevons que le commerce et le domestique sont étroitement liés. Aucune structure de production n’a été mise en évidence, et les traces de commerce restent tout de même assez tenues et ne sont pas retrouvées en contexte artisanal (figures 1 et 2).

Figure 1 – Répartition des catégories fonctionnelles, tous secteurs confondus (DAO : A. Turgis)
Figure 2 – Evolution chronologique de l’occupation du site par secteur ; en noir : évolution globale de l’occupation (DAO : A. Turgis)

La zone correspondrait donc à un espace principalement domestique, sauf pour le secteur 4 qui se compose d’un caniveau et de boutiques attestées, le tout majoritairement occupé durant les phases 3-4 à 6, avec une concentration sur les secteurs 3 et 4. L’ensemble des données révèle donc une étroite liaison entre activités domestiques et commerciales. Les indices permettant de caractériser ces dernières restent toutefois assez ténus et ne sont associées à aucun contexte artisanal.

Il apparaît donc, de prime abord, que le faciès mobilier de Vendeuil-Caply ne peut correspondre à celui d’un sanctuaire : les catégories fonctionnelles sont très diverses, et l’ameublement et la parure sont les mieux représentés. Comme le dit E. Roux dans sa thèse, « toutes les agglomérations étudiées sont caractérisées par une accumulation de mobilier, qui touche à tous les domaines de la vie quotidienne. A l’échelle de la région, les comparaisons […] montrent que, quel que soit les agglomérations, elles livrent toutes un mobilier dense et diversifié, qui représente la plupart voire tous les domaines de la vie quotidienne » (Roux 2013, 297).

Méthode exposée
La comparaison entre plusieurs sites est un exercice toujours délicat qui nécessite une rigueur méthodologique, en établissant un corpus de référence selon des critères précis, et en homogénéisant les données afin de pouvoir comparer des éléments comparables. Ce point est un enjeu important dans la caractérisation des faciès mobiliers, et est censé être facilité par l’utilisation d’un même classement fonctionnel et d’un même vocabulaire. Dans les faits, ce n’est pas partout le cas, et cela complique grandement ce type de manipulation des données.

Les méthodes de la science des données peuvent nous apporter des renseignements significatifs sur les assemblages de mobiliers et les faciès de site. La méthode exposée n’était qu’une ébauche de celle qui est en train d’être développée dans le cadre de la thèse commencée en 2021 (figure 3). La question de la possibilité ou non de caractériser un faciès d’un type d’occupation par l’analyse massive de données de la recherche est en effet une des problématiques de ce travail, comme celle de l’apport du numérique dans l’étude des sites et des objets archéologiques du Haut-Empire. A terme, cette méthode permettrait de disposer d’un outil de traitement massif de données de la recherche pour tenter de répondre à plusieurs questions que tout archéologue se pose, notamment celle de la caractérisation et de l’interprétation des faciès mobiliers.

Figure 3 – Méthode proposée (DAO : A. Turgis)

Après une pause méridienne, Antony Carbone nous a présenté une communication sur la caractérisation des espaces et activités domestiques des cenacula de Sainte-Colombe par l’étude du petit mobilier.

 En 2017, une vaste opération de fouilles archéologiques conduite par Benjamin Clément (université de Franche Comté, UMR6249) s’est déroulée sur la commune de Sainte-Colombe (Rhône). Menée sur une parcelle de 7000 m², elle a mis au jour un quartier suburbain, occupé de la toute fin du règne d’Auguste jusqu’au Haut Moyen-Âge. La période qui nous intéresse s’étend de la moitié du Ier s. apr. J.-C. à l’année 69, date à laquelle un incendie a détruit une grande partie du quartier. Durant cette trentaine d’années, se développe une place de marché entourée de boutiques, elle-même surmontée par des appartements. La violence de l’incendie a été telle qu’il a fossilisé une grande partie des structures en terre et bois de ce complexe. À certains endroits, l’état de conservation exceptionnel des vestiges immobiliers et mobiliers a permis d’explorer les structures des étages, effondrés dans les boutiques. Celle-ci sont constituées d’une pièce principale accessible depuis un portique, et d’une arrière-boutique. Les traces archéologiques et les bois carbonisés permettent de restituer avec précision les accès en façade : elle est construite en bois et intègre d’un côté le seuil donnant sur la boutique et de l’autre une porte ouvrant sur la cage d’escalier indépendante menant à l’appartement. De cet escalier, on ne conserve que la première marche en pierre et parfois la suite de la volée sous forme de restes carbonisés. À l’étage, le volume est divisé en trois grandes parties : une zone arrière au débouché de l’escalier qui surplombe l’arrière-boutique, une zone médiane surplombant la boutique et une zone avant située au-dessus du portique.

L’étude d’une première unité de vie (A18/A26 – figure 4) a montré l’existence d’une cuisine et d’une chambre (armature de pied de lit, lampe à huile) dans la zone arrière, peut-être séparées par une porte verrouillée. La cuisine en particulier est documentée par des vestiges architecturaux (table à feu), céramiques et mobiliers (divers instruments liés à la cuisine au chaudron). Les strigiles conservés là étaient facilement accessibles aux occupants se rendant aux thermes. En zone centrale, les mobiliers fournissent peu d’indices sur les activités qui s’y tenaient. Les objets d’ameublement autorisent à restituer la présence de plusieurs coffre(t)s dont on conserve les parties métalliques. La centaine de clous de chaussure appartiennent probablement à un équipement militaire, tout comme une boucle de ceinturon et une armature de jouguet découvert au même endroit. La zone avant était riche en objets d’usage quotidien et peut être interprétée comme un séjour : elle bénéficie à la fois d’une grande superficie et d’une bonne luminosité. Plusieurs centaines de fragments de charnières en os permettent de restituer un meuble à portes verticales dans le quart nord-ouest de la pièce, contenant entre autres un lot d’ex-votos en tôle d’argent. À l’exception des strigiles, c’est dans la frange sud de la pièce, qu’étaient conservés l’essentiel des objets de parure et de toilette de l’appartement (pince à épiler, tablettes à broyer, perles en fritte, bagues, pyxides). On ne peut pas dire avec certitude si le mobilier personnel de cette pièce était simplement stocké ou utilisé dans cette pièce. En tout cas, sa luminosité devait être un atout pour les pratiques de soin du corps. Le mobilier ludique était également nombreux. Une grande serrure retrouvée contre l’emmarchement en pierre montre que la cage d’escalier permettant d’accéder au logement était verrouillée au rez-de-chaussée.

Figure 4 – L’appartement A18/A26 – zone médiane (DAO : A. Carbone)

La deuxième unité de vie étudiée (A17/A27/A35) a elle aussi livré des vestiges d’une cuisine en zone arrière : table à feu, céramiques culinaires, vaisselle de service en bronze. On y trouve aussi des éléments liés à l’équipement équestre (hipposandale, agrafe de harnais) et à l’équipement militaire (applique de ceinturon, garde d’épée). La zone centrale a livré une soixantaine de clous de chaussure, appartenant à une paire de caligae. Ils peuvent eux aussi être mis en relation avec du matériel militaire puisqu’on y a trouvé aussi un pugio. Les quelques mobiliers domestiques appartiennent à l’ameublement ou aux portes. À nouveau, une serrure a été découverte contre l’emmarchement en pierre et est interprétée comme le verrou équipant la porte de la cage d’escalier. Quelques outils (peson, quenouilles, aiguilles) mettent en évidence un travail des textiles domestique.
En zone avant,  le mobilier domestique attestait l’existence d’au moins un coffre. Les vestiges de celui-ci étaient associés à un lot exceptionnel d’armes, qui conduisent à l’interpréter comme un rangement de type  « cantine militaire ». Cet équipement se compose d’une cuirasse segmentée, d’un gladius et d’un pilum. Il n’est évidemment pas complet, en l’absence de fourniment et du reste de l’armement défensif, mais une partie a pu être stockée ailleurs, comme en témoigne la plaque de cingulum de la zone arrière et le poignard découvert dans de la zone centrale.

La quantité de mobiliers retrouvés dans chacun des deux appartements permet d’ébaucher une approche comparative de ces deux habitations mitoyennes, contemporaines et d’état de conservation identique (figure 5). Les zones arrières des deux appartements sont des espaces de service : chacune d’entre elles était équipée d’une cuisine dans la frange méridionale.

Figure 5 – Tableau comparatif du mobilier de deux appartements, par domaine et catégorie selon le découpage spatial (NMI).

En A18/A26, la partie septentrionale de la zone arrière livrait du mobilier interprété comme ceux d’une chambre à coucher ; ce n’est pas le cas en A17/A27/A35. Les parties métalliques de coffrets sont quasi inexistantes dans les deux appartements. Enfin, du mobilier équestre (hipposandale et agrafe de harnais) a été découvert en zone arrière de l’appartement A17/A27/A35. Cette catégorie n’est pas absente de l’appartement A18/A26 mais se retrouve en zone médiane.
Ces zones médianes sont de vastes espaces, qui devaient être relativement sombres en raison de leur éloignement avec les sources de lumière restituées sur les façades occidentale et orientale des appartements. Les mobiliers sont assez rares et fournissent peu d’indices sur l’organisation de l’espace. De rares parties métalliques de meuble permettent de restituer au moins un coffre ou coffret dans chacun des deux appartements. En A17/A27/A35, cette même zone a livré un lot d’instruments de travail du textile. En A18/A26, c’est en zone arrière qu’on retrouve un témoin de ces activités. Plus largement, les outils de travail du textile sont fréquents dans les niveaux d’étage du Bourg. La production textile occupe en effet une place centrale dans l’économie domestique antique et les outils nécessaires à cette activité sont aussi retrouvés en nombre dans les domus de Pompéi. Enfin, les zones médianes des deux appartements ont livré des parties de balance. À nouveau, la fréquence avec laquelle les parties de balance sont retrouvées dans les étages suggère que le contrôle du poids des marchandises qui rentraient et sortaient de la sphère domestique devait être une opération banale.
La zone avant est interprétée comme la pièce de vie principale des appartements. Particulièrement lumineuse, elle ouvrait sur la place de marché et donnait sur le Rhône et le centre monumental de Vienne. Ce sont les espaces qui ont livré le mobilier le plus prestigieux. Toutefois, le faciès mobilier diffère d’un appartement à l’autre. En A18/A26, la nature du mobilier domestique permettait de restituer au moins une armoire. En A17/A27/A35, les charnières en fer orientent plutôt vers un coffre. Les objets de parure et de toilette sont inconnus en A17/A27/A35, alors qu’ils sont nombreux et exclusifs à cette zone en A18/A26. Le mobilier ludique était également nombreux et divers dans l’unité A18/A26 alors qu’il est totalement absent en A17/A27/A35. La même remarque vaut pour le mobilier religieux, même si les ex-voto de A18/A26 n’appartiennent pas au culte domestique. En tout cas, l’habitation A17/A27/A35 n’a pas livré de vestige de laraire, contrairement à A18/A26. La zone avant de A17/A27/A35 est surtout marquée par la présence d’un équipement de légionnaire presque complet, rangé dans un coffre. Les militaria se retrouvent d’ailleurs dans toutes les zones de cet appartement. Enfin, le logement A18/26 a également livré quelques militaria, mais ceux-ci proviennent exclusivement de la zone médiane.

L’analyse du mobilier de ces deux appartements, confrontés aux vestiges architecturaux et céramiques, permet de donner un premier aperçu de l’équipement d’une unité de vie des classes moyennes urbaines (cenacula) rarement appréhendées en dehors des cités du Vésuve. D’autres appartements, d’état de conservation variable, ont pu être mis en évidence au Bourg et il sera intéressant de proposer à terme une synthèse portant sur l’ensemble de ceux-ci (figures 6 et 7).

Figure 6 – Comparaison des équipements mobiliers de deux appartements (DAO : A. Carbone)
Figure 7 – Coupe restituée d’une boutique surmontée d’un appartement (Clément, Carbone 2021, fig. 18)

Enfin, Charles Vuillermin nous a parlé des résultats de son mémoire portant sur les restes de boucliers découverts au Clos de la Visitation, Lyon. Situé sur la colline de Fourvière à Lyon, le site du Clos de la Visitation a été fouillé préventivement en 2015 et, depuis 2019, dans le cadre d’une fouille programmée menée par Benjamin Clément (université de Franche Comté, UMR6249). Il a pour particularité d’avoir livré une grande quantité de militaria datés des Ier et IIe siècles, dont les niveaux de destruction sont interprétés comme étant en lien avec la Bataille de Lyon de 197.

De nombreuses ferrures ont été retrouvées dans le bâtiment de stockage principal du site (B02). Elles ont attiré l’attention des fouilleurs qui ont décidé d’en faire un sujet de mémoire sur le petit mobilier (sous la dir. de M. Poux, S. Carrara et B. Clément). L’étude, qui touche à sa fin, a permis d’identifier ces ferrures comme deux types de renfort de bouclier : des orles (type 1), protégeant le bord des boucliers et des bandes de renfort (type 2), qui renforcent le plateau à l’arrière (figure 8). Cette découverte a été en grande partie possible grâce à
la bonne conservation du bois des boucliers (figure 9), fossilisé par la corrosion du fer.

Figure 8 – Tableau de synthèse des caractéristiques des ferrures (DAO : C. Vuillermin)
Figure 9 – Exemple de différentes orientations des ferrures de type 1 et 2 (DAO : C. Vuillermin)

Le second volet du mémoire a permis de proposer une restitution de la forme de ces boucliers à partir du bois conservé dans les orles (figure 10). On a aussi établi deux méthodes pour le calcul du NMI et proposé une réflexion sur les conditions d’enfouissement de ces boucliers à partir
de leur répartition et de leur taphonomie.

Figure 10 – Restitution avec placement des orles et bandes de renfort à l’échelle (DAO : C. Vuillermin)

Les organisateurs remercient chaleureusement chaque intervenant, et souhaitent souligner la qualité de chacune des communications. Un grand merci également aux auditeurs, qui ont pris part avec énergie aux différentes discussions de la journée.

Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation

Chers/chères collègues, Nous vous convions à une journée thématique intitulée « Culture matérielle : caractérisation d’un site et interprétation » portée par l’axe 2 du laboratoire ArAr « Culture matérielle : céramiques et artefacts ». Elle se tiendra le 15 juin 2022 à l’espace Marc Bloch à la MSH LSE 14 av. Berthelot (7e). Le lien pour suivre l’évènement sera communiqué aux personnes inscrites auprès des organisateurs.

Télécharger le programme et l’affiche.

Stéphanie Bigot, Antony Carbone et Alyssa Turgis
Chercheur et doctorants au laboratoire ArAr UMR 5138 – MOM – Lyon

Illustration en tête de billet : Archeodunum SAS.

Appel à communication – Culture matérielle d’un site : caractérisation d’un faciès et interprétation –

Journée d’étude axe “Culture matérielle : céramiques et artefacts”. Laboratoire ArAr – UMR 5138.

Thème 2 : Contextes et consommation – usages et fonctions

Argumentaire :

L’étude des vestiges matériels est le point de départ de la recherche archéologique et notre principale source de connaissance sur les cultures passées. Elle est le support d’un discours sur les techniques de production et les modes de consommation de ces artefacts.

Au cours des dernières décennies, plusieurs publications ont entrepris de définir une méthode d’étude relative au classement (Batigne-Vallet, Lemaître 2008 : 212‑214 ; Briand et al. 2013 ; Feugère et al. 2018), au décompte (Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 ; Demierre et al. 2013) et à la représentation des mobiliers archéologiques (Arcelin, Rigoir 1979 ; Feugère et al. 1982 ; Abert et al. 2021). Il n’existe toutefois pas de consensus établi pour comparer et d’interpréter le faciès d’un site ou pour comparer deux faciès.

Plusieurs événements scientifiques ont eu lieu autour de ce sujet et de ses enjeux (Ballet et. al. 2018 ; Berthon, Ducreux 2020). Cette journée d’étude viendra compléter les réflexions déjà menées en proposant des études de cas récents (en privilégiant des données quantifiées), mais aussi en ayant un aspect méthodologique en présentant des méthodes d’analyse et  d’interprétation (quantification, classement, outil d’analyse, etc). Ce temps d’échange mettra également en avant l’actualité de la recherche.

Ainsi, en résumé, cette journée d’étude se propose de réfléchir aux questions suivantes : qu’apporte l’interprétation des faciès mobilier dans la caractérisation de la culture matérielle d’une population ? Comment interpréter les différents résultats ?

Thèmes :

  • Caractérisation d’un faciès mobilier (usages et fonctions) : étude de cas et synthèse
  • Méthode d’étude
  • Actualité de la recherche

Modalités de soumission :

La proposition de communication se fera sous la forme d’un résumé d’une page max. (format .doc/.docx ou pdf), à envoyer avant le 30 avril 2022, à antony.carbone@gmail.com, stephanie.bigot@inrap.fr et alyssa.giraudo@gmail.com. Ce document comprendra :

  • nom, prénom, rattachement de l’auteur
  • le titre de la communication
  • un résumé de la communication de 1 000 signes maximum, avec quelques illustrations si vous le souhaitez.

La journée sera retransmise à distance : il est possible de communiquer également à distance. Merci de nous le préciser lors de votre proposition.

Bibliographie :

Abert et al. 2021 : Abert F., Linlaud M., Feugère M., Guide pour illustrer le mobilier archéologique non céramique, Drémil Lafage : Monique Mergoil, coll. « Hors Collection », 15.

Arcelin, Rigoir 1979 : Arcelin P., Rigoir Y., Normalisation du dessin en céramologie, s.l. : s.n., coll. « Documents d’Archéologie méditerranéenne », 1.    

Arcelin, Tuffreau-Libre 1998 : Arcelin P., Tuffreau-Libre M., La quantification des céramiques: conditions et protocole, Glux-en-Glenne : Centre archéologique européen du Mont Beuvray, coll. « Bibracte », 2.     

Ballet et al. 2018 : Ballet P., Lemaître S., Bertrand I. (éd.), De la Gaule à l’Orient méditerranéen: fonctions et statuts des mobiliers archéologiques dans leur contexte, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, coll. « Archéologie et culture ».

Batigne-Vallet, Lemaître 2008 : Batigne-Vallet C., Lemaître S., « Le mobilier céramique d’un site antique du Vieux-Lyon fréquenté entre le deuxième quart du Ier s. av. J.-C. et le début du Ve s. ap. J.-C. : le Musée Gadagne », Revue archéologique de Narbonnaise, 41, pp. 211‑260.  

Berthon, Ducreux 2020 : Berthon A. A., Ducreux A., Grands ensembles de petit mobilier: méthodes et résultats. Actes de la table ronde Corpus. Clermont-Ferrand, 10-11 mars 2016, Drémil Lafage : Monique Mergoil, coll. « Monographies Instrumentum », 67.      

Briand et al. 2013 : Briand A., Dubreucq É., Ducreux A., Feugère M., Galtier C., Girard B., Josset D., Mulot A., Taillandier V., Tisserand N., « Le classement fonctionnel des mobiliers d’instrumentum », Les Nouvelles de l’archéologie, 131, pp. 14‑19.

Demierre et al. 2013 : Demierre M., Dubreucq É., Girard B., Roux É., « La quantification des mobiliers d’instrumentum », nda, 131, pp. 10‑14.

Feugère et al. 1982 : Feugère M., Foy D., Vallauri L., « Normalisation du dessin en archéologie : le mobilier non-céramique (métal, verre, os, bois, terre cuite) », Documents d’archéologie méridionale. Série Méthodes et Techniques, 2.  

Feugère et al. 2018: Feugère M., Berthon A., Bohbot H., Bourrieau Y., Callewaert M., Carbone A., Catté L., Defaix P., Eyango L., Gilles A., Giraudo A., Landrieux C., Mosca P., Pringalle M.-P., Soulat J., Tournier C., Vigier E., Viroulet B., « Artefacts, nature, structure et utilisation », Archéologies Numériques, 18, 1.

L’instrumentum de l’agglomération secondaire de Vendeuil-Caply (Oise)

Alyssa Giraudo

Mémoire de master 2 (Archéologie et Humanités Numériques) sous la direction de M. Feugère, M. Poux et S. Loudcher, soutenu en septembre 2018. 

Le site de Vendeuil-Caply se situe dans l’actuel département de l’Oise (60) et s’implante dans le val Saint-Denis compris entre les collines du Catelet au nord-est, le Calmont au sud-ouest et le Froid-Mont à l’est. Avec une orientation est-ouest, la première occupation de la vallée remonte à la fin du règne d’Auguste, avec une période de forte construction au Ier s. apr. J.-C. Dans la deuxième moitié du IIe s. apr. J.-C. (v. 170) un incendie ravage la cité (Giraudo 2018, 7). Continuer la lecture de L’instrumentum de l’agglomération secondaire de Vendeuil-Caply (Oise)