Sur la piste humaine

Michel Feugère

 

 

 

 

Compte rendu de B. Morizot, Sur la piste animale, Actes-Sud, Arles 2018.

 

À la fois naturaliste et philosophe, B. Morizot a regroupé dans son recueil “Sur la piste animale” plusieurs articles permettant de découvrir son approche très personnelle du “pistage”, avec des loups, des ours, la panthère des neiges et même des lombrics (oui, ceux de son lombricomposteur…!). Pourquoi donc vouloir rendre compte de cet ouvrage dans un blog qui s’adresse principalement (pensiez-vous jusqu’ici) aux archéologues ?

Parce que, contrairement aux apparences,  la démarche de B. Morizot nous intéresse au premier chef. En lisant ce livre, on comprend que l’auteur a développé, à travers la fréquentation des « bêtes », une manière d’aller vers la part animale qui subsiste en chacun de nous. Dans l’évolution des primates vers l’humanité, la survie de l’espère humaine a dû à un certain moment reposer sur cette capacité à pister, orientée naturellement au départ vers la recherche de gibier. En quittant la forêt et leur alimentation végétarienne,  nos ancêtres parcourant la savane ont dû devenir omnivores ; à partir de là, leurs repas dépendaient notamment de leurs qualités de pisteurs. Or, contrairement à ce qu’on peut croire dans une société largement dégagée de cette activité, “pister” un animal ne consiste pas seulement (encore que ce soit loin d’être facile) à repérer et suivre les traces physiques qu’il sème ça et là : empreintes sur un sol meuble, mais aussi trouée à peine visible dans les buissons, laissées, “grattis”… Lire ces traces permet aussi de voir qui a été là : combien d’individus, adultes ou non, en bonne santé ou fatigués. Suivre leur cheminement apprend aussi à comprendre leurs besoins, leur logique, leur mode de fonctionnement. Quand la piste s’interrompt, il faut parfois se mettre dans la peau de l’animal pisté pour deviner ses choix. Quel type de sol ou de végétation va-t-il rechercher à cette heure du jour, va-t-il se diriger vers l’ombre d’un couvert végétal, vers un point haut pour s’orienter, ou encore aller vers la fraîcheur d’une source ou d’un abri ?

Cette compréhension intime de l’animal pisté ne vous rappelle rien ? Elle est très proche, me semble-t-il, de la qualité d’attention que requiert dans notre métier la pratique de la prospection archéologique. Non sans raison : d’une part, le prospecteur lit dans le sol, ou dans le paysage, les traces d’un animal humain qui est passé par ici ou a vécu à cet endroit, non pas quelques heures auparavant mais il y a quelques centaines ou quelques milliers d’années. D’autre part, malgré le décalage chronologique, cet homme d’hier est de notre espèce, c’est l’animal le plus proche de nous, et certainement celui que nous pouvons comprendre le plus facilement. Quelle que soit la familiarité qu’on peut développer avec l’existence d’une meute de loups, d’un ours solitaire ou d’une panthère, nous serons toujours plus proches des humains d’hier que des animaux d’aujourd’hui.

Nous avons tous rencontré de ces prospecteurs qui paraissent avoir développé une sorte de sixième sens pour deviner où vont apparaître les traces recherchées, dans quelle direction un habitat a pu se développer ou se déplacer, où peut avoir été installée la nécropole ou le lieu de culte. Ces prospecteurs d’exception sont presque toujours des personnages attentifs à l’environnement naturel ; ils ont développé leur compréhension de la vie en apprenant à connaître en profondeur la flore ou la faune. Aucun hasard dans ces correspondances : les diverses manifestations de la vie offrent des points communs, liés aux fonctions fondamentales (survivre, chercher de la nourriture, boire, protéger ses petits). Dans le cas des sociétés humaines, les aspects sociaux sont plus développés et donc susceptibles de laisser des traces encore plus visibles. Mais il subsiste toujours dans les comportements humains des constantes fondamentales qui n’échapperont pas aux yeux avertis du pisteur. Dans ce sens, la lecture du livre de B. Morizot passionnera les archéologues qui cherchent à comprendre non pas “le terrain”, comme nous disons de manière un peu abusive, mais les humains d’hier qui y ont laissé leur trace.

 

 

[Cite]


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.