Abbaye Saint-Martin de Savigny (Rhône) : la chapelle Saint-Léger

Olivia Puel

 

Localisée à 26 km au nord-ouest de la ville archiépiscopale (figure 1), l’abbaye Saint-Martin de Savigny fut au Moyen Âge l’un des monastères majeurs du diocèse de Lyon. La chapelle Saint-Léger, seul bâtiment conservé dans l’emprise de cet établissement, a fait l’objet d’une étude archéologique du bâti en 2017. Cette opération programmée a fait suite aux interventions réalisées sur les différents édifices cultuels et conventuels, entre 2006 et 2012, dans le cadre d’une thèse d’archéologie médiévale. Elle a été réalisée à la faveur d’une opportunité nouvelle offerte par les propriétaires, qui souhaitaient que ce lieu de culte bénéficie, à son tour, d’un réexamen critique.

Figure 1 – Localisation de l’abbaye de Savigny dans  l’ancien diocèse de Lyon
(cartographie : O. Puel).

Ce petit édifice carré, aux dimensions réduites (env. 5 m de côté), jouxtait l’église Sainte-Marie, elle-même localisée au sud-est du carré claustral (figure 2). Sa datation soulevait en effet d’importantes interrogations dans la mesure où les arguments traditionnellement convoqués semblaient se contredire : les chapiteaux des massifs d’angle plaidaient en faveur d’une construction au cours du XIe siècle alors que les obituaires de la fin du Moyen Âge, citant la sépulture de trois abbés morts entre 954 et 1044, suggéraient une existence antérieure.

Figure 2 – Localisation de la chapelle Saint-Léger dans l’emprise de l’abbaye de Savigny
(Arch. dép. du Rhône et de la métropole de Lyon, 2 pl 196).

L’analyse archéologique a permis de distinguer, pour la chapelle, cinq états de construction qui correspondent ou non avec ceux de l’église.

État 1 a et 1 b
Le premier état correspond à la construction de l’église Sainte-Marie qui est attribuable au IXe siècle, il est représenté par le mur nord de la chapelle alors largement ouvert vers le sud par une arcade mesurant 2,80 m de haut pour 2,20 m de large (figure 3). Il existe, sous le seuil partiellement conservé de cette ouverture, une maçonnerie en saillie qui devait supporter quelques marches d’escalier. Que desservait cette large arcade : un espace intérieur, comme une chapelle, un espace intermédiaire, comme un porche d’entrée, ou un espace extérieur ? L’archéologie n’a pas encore apporté de réponse définitive à cette question.

Figure 3 – Phasage archéologique du mur nord de la chapelle
(relevé : O. Puel, A. Tourasse, A. Devillechaise ; DAO : A. Devillechaise, O. Puel).

État 2
Le deuxième état désigne, par prudence, la première construction qui a pu occuper l’emplacement de la future chapelle. Les anomalies observées dans ses maçonneries homogènes (désaxement des massifs d’angle et de la voûte, présence de matériaux en remploi, présence possible d’un mur antérieur à la chapelle à l’est) conduisent en effet à envisager l’existence d’un premier bâtiment qui, en l’absence de toute connexion archéologique, pourrait être contemporain du / ou postérieur au premier état de l’église. Quelles que soient sa nature, sa fonction et son emprise exacte, cet espace correspond, en tout état de cause, au lieu d’inhumation des abbés Badin (936-954) et Gausmar (954-984).

État 3
Le troisième état correspond à la chapelle actuelle. Il englobe le mur ouest et une petite portion du mur sud ainsi que les quatre massifs d’angle supportant les arcs formerets et la voûte d’arêtes. Il correspond aussi, sur le mur nord, à un réaménagement de l’arcade de l’église alors bouchée en partie haute et dotée d’un linteau imposant qui devait reposer sur deux paires de colonnettes. À cet état appartiennent aussi les fragments d’un décor peint retrouvé, au nord et à l’est, sur les arcs formerets : il s’agissait de frises de grecques, destinées à donner l’illusion d’une plus grande hauteur, comme en témoigne le relevé et la restitution du décor de l’arc oriental (figure 4).

Figure 4 – Relevé et restitution du décor peint sur l’arc oriental de la chapelle
(relevé : C. Collomb, L. Eneau-Brun, O. Puel ; DAO : A. Devillechaise).

D’après les chapiteaux des colonnes d’angle, la construction de cette chapelle remonterait à la première moitié du XIe siècle. Or, Itier Ier qui, à la suite de l’intervention d’Odilon de Cluny, gouverna l’abbaye de Savigny à partir de 1018, fut le dernier abbé inhumé en ce lieu entre 1033 et 1044. Il est alors tentant de lui attribuer la construction de cet édifice : la fondation (ou la refondation) de cette chapelle était peut-être un moyen, pour cet ancien moine clunisien, d’être accepté par la communauté savinienne mais surtout de donner une impulsion nouvelle à cet établissement qui bénéficiait des faveurs des rois de Bourgogne.

État 4
Le quatrième état de construction de la chapelle correspond au deuxième état de l’église Sainte-Marie qui, dans la seconde moitié du XIe siècle, fut radicalement transformée dans le but de créer, à l’ouest, une avant-nef avec une chapelle haute. Il est représenté uniquement sur le mur nord qui subit lui aussi quelques transformations. La grande arcade des états précédents fut bouchée sur la moitié de sa largeur, du côté ouest, par le mur oriental de cette avant-nef. L’accès à la chapelle fut maintenu, sous la forme d’un couloir en chicane, depuis la nouvelle nef de l’église.

États 5 et 6
Les derniers états contemporains du monastère concernent essentiellement le mur est de la chapelle. Lors de l’état 5, à la fin du Moyen Âge, ce mur fut entièrement reconstruit – peut-être à la suite d’un effondrement – contre les massifs d’angle. Il était doté de deux petites baies latérales qui étaient vraisemblablement complétées par une fenêtre centrale. Lors de l’état 6, au XVIIIe siècle, une grande baie en calcaire doré remplaça ce dispositif. C’est à la même époque que le décor primitif de la chapelle fut recouvert d’un enduit au blanc de chaux.

La réalisation d’un sondage d’évaluation à l’ouest de la chapelle, dans une cave attenante, a également permis de mettre au jour un mur antérieur à tous les états évoqués ci-dessus. Large de 0,75 m, ce mur était scellé par une couche de terre charbonneuse datée par 14C de la fin du VIe ou de la première moitié du VIIe siècle. Il pourrait, en conséquence, être attribuable à l’établissement qui, avant même l’existence de l’abbaye, avait donné son nom à une importante circonscription territoriale, l’ager Saviniacensis.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.