Écrire à Lugdunum

 

Morgane Andrieu

Résultat de recherche d'images pour "logo latinnow"

Depuis bientôt 2 mois, le laboratoire ArAr accueille un nouveau projet consacré au recensement, à l’étude et à la valorisation des graffites sur céramique de Lyon antique (Lugdunum). L’intérêt de ces derniers témoins de la “petite écriture” dépasse largement le cadre de la colonie romaine, capitale des Gaules…

Les provinces du nord-ouest de l’Empire romain sont sujettes à de profonds bouleversements linguistiques : le patchwork de langues locales qui existait à l’Âge du Fer est remplacé par le Latin qui devient la langue dominante avant la fin de l’époque impériale, tandis que la culture orale est progressivement remplacée par celle de l’écrit (Fig. 1). Ce thème est central pour comprendre la « romanisation » et son processus ne peut être étudié sans prendre en compte les bouleversements majeurs qu’elle génère. Ces phénomènes restent pourtant inexplorés, à tel point qu’on ne sait pas précisément quand, ni pourquoi ou de quelles façons ces transformations ont lieu, ni comment elles s’articulent avec les autres phénomènes sociaux.

Fig. 1 – Scène d’école, bas relief de Neumagen (v. 180 ap. J.-C.) ;
Rheinisches Landesmuseum Trier (Allemagne), inv. 9921 (©photo: Thomas Zühmer).

Le programme européen LatinNow (2017-2022, financement ERC) dirigé par Alex Mullen (Université de Nottingham) rassemble une vingtaine de spécialistes qui ont pour objectif commun d’étudier ces processus de latinisation dans les provinces du nord-ouest de l’Empire romain. Ce projet interdisciplinaire associe sociolinguistique, archéologie et histoire culturelle ancienne. Il permet une analyse de grande envergure en transcendant les frontières au delà des limites géographiques et chronologiques qui s’imposent traditionnellement.

L’étude des graffites sur céramique de Lugdunum dont j’ai la responsabilité est l’un des deux projets français proposés et soutenus par Michel Feugère (ArAr), European senior adviser au sein du projet LatinNow. 

État de la recherche

La plupart des supports d’écriture autrefois privilégiés (cire, bois, papyrus, etc.) ont disparu en raison de leur putrescibilité. C’est pourquoi épigraphistes et archéologues se sont tournés vers les inscriptions lapidaires qui, bien que précieuses, véhiculent le plus souvent des textes stéréotypés, nous privant d’une grande partie des realia antiques. Au contraire, les inscriptions du quotidien, comme les graffites sur céramique, sont des vestiges de ce que M. Corbier (2011) appelle « l’écriture en liberté ». Ce choix académique qui, jusque dans les années 2000, donnait priorité à l’étude des textes monumentaux et funéraires est à l’origine du biais dont souffre aujourd’hui le paysage scientifique. C’est toute une partie de la production épigraphique qui est restée ignorée, celle-là même qui est produite en dehors des quartiers monumentaux et des nécropoles. Ce biais dans la recherche donne, par conséquent, l’impression que l’écriture était exclusivement réservée aux élites, aux commanditaires de monuments publiques et aux seuls personnages à même de s’offrir une stèle funéraire. Depuis, les études récentes montrent clairement que l’écriture est présente dans la vie quotidienne des Gallo-romains, y compris dans des quartiers d’artisans que l’on présumait analphabètes (Andrieu 2017). La prise en compte de toutes ces “petites” inscriptions offre désormais la possibilité d’étudier une autre écriture comme celle des établissements militaires (ex. : Galsterer 1983), des ateliers de potiers (Marichal 1988), des habitats privés (ex. : Rémy et al. 2000 ; Sylvestre 2004), des lieux de culte (ex.: Trescartes 2007 ; Molin, Brodeur, Mortreau 2015), etc.

De cette manière, le corpus des inscriptions manuscrites constitue une source inestimable pour étudier l’introduction et la diffusion de l’écriture dans les provinces de l’Empire. Avec l’essor des études consacrées aux graffites sur céramique, enduits peints et autres éléments de la vie quotidienne, qui sont d’ailleurs fréquemment découverts lors des fouilles archéologiques, c’est un nouvel univers qui s’offre à nos disciplines (archéologie, socio-linguistique, paléographie, etc.). L’étude des textes prend désormais en compte les supports de l’écriture et leurs contextes de découvertes ce qui permet une finesse dans l’analyse des pratiques de l’écriture qui peuvent être étudiées à l’échelle d’un site, d’une ville, d’une région, etc. Cet essors doit sans doute beaucoup au développement du traitement des “big data” en archéologie, avec notamment la mise en place de bases de données collaboratives et partagées en ligne (telles qu’Artefacts ou Petrae). Ce progrès dans la gestion de l’information et l’explosion quantitative de la donnée numérique, en plus de contraindre à de nouvelles manières de voir et analyser le monde, rend possible l’étude de données à grandes échelles ce qui constitue ainsi une avancée capitale pour suivre ces processus de latinisation et tenter d’isoler des particularités locales (géographiques, administratives, etc.).

La valeur de ces inscriptions est d’autant plus précieuse qu’elles font partie des seuls, sinon des derniers témoins d’écriture à notre disposition. Les graffites sur enduits peints et sur céramique sont d’ailleurs bien plus abondants que les inscriptions lapidaires comme le montrent les études récentes qui leur sont consacrées (Fuchs, Sylvestre, Schmidt Heidenreich 2012). Pourtant, cette source de connaissances considérable reste encore trop peu exploitée. L’Année épigraphique les référence plus volontiers depuis une vingtaine d’années mais leur place reste toute relative. Ainsi, entre 2000 et 2011, la revue ne mentionne que 21 graffites sur céramique provenant de Narbonnaise, province pourtant riche en épigraphie. À titre de comparaison, le nombre d’inscriptions que j’ai répertoriées en 2018 pour cette même province s’élève à plus de 850 exemplaires inédits (travaux en cours, LabEx Archimède).

 Fig. 2 – Exemple de notice d’Allmer et Dissard.

 

Aujourd’hui, notre panorama sur l’écriture de l’une des plus importantes villes de l’Empire romain, colonie romaine et capitale des Gaules, repose essentiellement sur les inscriptions officielles (administratives et religieuses) dont le nombre est évalué à plus de 900 textes (Fr. Bérard in Le Mer, Chomer 2007, 163-178, pour la quasi-totalité des inscriptions lapidaires funéraires et monumentales) et sur quelques autres inscriptions (pour la plupart sans contexte) publiées en 1892 par Allmer et Dissard. Malgré ces travaux pionniers, notre connaissance de l’écriture du quotidien dans la capitale des Trois Gaules reste très lacunaire, et demandait un inventaire réalisé selon les exigences de la recherche contemporaine. C’est ce qui a pu être entrepris cette année grâce au projet que nous avons initié dans le cadre de LatinNow .

Le travail consiste d’abord à retrouver toutes les inscriptions gravées sur la vaisselle en céramique conservée dans l’ensemble des réserves lyonnaises car la plupart de ces écritures n’ont jamais été signalées auparavant.

Fig. 3 – Mission de prospection et relevés, Juin 2019. LUGDUNUM, Musée et Théâtres romains (Lyon, France).

Ce recensement systématique organisé sous forme de missions de prospection dans les collections muséales et dépôts de fouilles (Fig. 3) est rendu possible grâce à l’aide de nombreux bénévoles et stagiaires, qui pour beaucoup viennent de l’association des amis du musée romain (GAROM). Chaque tesson fait l’objet d’un examen attentif, ceux portant une inscription sont provisoirement extraits des collections pour enregistrement (n° inventaire, photo + dessin) et étude. Ce travail d’envergure a commencé au musée gallo-romain de Lugdunum et livre déjà plus de 500 graffites inédits.

L’importance de travailler sur cette écriture à Lyon est primordiale, car si la colonie dispose d’un important corpus épigraphique lapidaire (en cours d’étude par François Bérard, ENS), les inscriptions monumentales, elles, sont très rares, et les inscriptions quotidiennes ne sont pas connues pour l’instant. Lyon est pourtant la capitale des Gaules, colonie romaine installée à proximité du sanctuaire des Trois Gaules où se réunissait annuellement le conseil des Gaules, véritable centre politique, religieux, administratif et financier. Située à un carrefour fluvial et routier, la ville brasse de nombreux échanges culturels susceptibles de transparaître dans l’écriture. Sa situation géographique, à la frontière de la province de Lyonnaise et de Narbonnaise, confère peut-être un faciès particulier à ce corpus qui pourra faire l’objet de comparaisons avec les corpus déjà étudiés en Lyonnaise (notamment à Chartres, à Autun, à Sens et au Mans) et en Narbonnaise (M. Andrieu, LabEx Archimède).

Ce corpus lyonnais, destiné à devenir l’un des plus gros corpus mondial de graffites romains, offrira de nouvelles perspectives, non seulement en ce qui concerne l’écriture de la vie quotidienne (en livrant des noms gaulois et latins, des dédicaces, des prix, des indications de provenance et de contenu, etc.), mais aussi pour l’étude de la « latinisation », à savoir la pénétration du latin et sa diffusion dans les différents contextes de la ville.

Fig. 4 – Dédicace à Mithra sur gobelet de type Déchelette 72. Prov.: mithraeum d’Angers (Maine-et-Loire)  (extrait de : Gallia 72-2, 2015, p. 425 / clichés : M. Molin, laboratoire « Pléiade »).

La vaisselle céramique est un outil précieux pour étudier l’écriture en contextes archéologiques car elle est présente partout (habitats, artisanats, lieux de cultes, militaires, etc.). Certains graffites participent à la caractérisation d’un site en faisant écho à l’environnement contextuel et aux différentes activités qui s’y déroulaient (artisanales, cultuelles, domestiques, etc.) (Fig. 4). La découverte de ces graffites à Lyon permettra peut-être de préciser la nature de certains sites archéologiques lyonnais dont l’identification demeure incertaine.

Le recensement des graffites de Lyon nous aidera à comprendre les effets de cette « latinisation » et de l’exposition à la culture romaine sur la population de cette capitale, dont le noyau originel était gaulois. Mais cette étude de cas ne profitera pas seulement à notre connaissance de Lyon antique puisqu’elle permettra de développer différents niveaux d’analyses utiles à l’ensemble du projet LatinNow, notamment au moyen de comparaisons avec les autres colonies romaines, des analyses sociolinguistiques détaillées et l’exploration de la nature des « literacies » dans les provinces du nord-ouest de l’Empire. En outre, notre projet pourra peut-être servir d’exemple pour conduire des enquêtes similaires ailleurs et nous permettre ainsi d’élargir notre connaissance des langues et de l’écriture dans l’Empire.

À l’échelle nationale, ce projet européen bénéficie du soutien et de la participation de six partenaires : le laboratoire ArAr (UMR 5138, CNRS) au sein duquel s’investissent tout particulièrement Michel Feugère (chercheur ArAr), Cécile Batigne-Vallet (directrice ArAr) et Armand Desbat (membre émérite ArAr), LUGDUNUM Musée et Théâtres romains (Resp. : Nicolas Dupont), le Service Archéologique de la Ville de Lyon avec Clémence Mège, Isabelle Munsch (directrice Anne Pariente), l’Institut National de recherches archéologiques préventives (INRAP), les sociétés Eveha et Archeodunum.

Résultat de recherche d'images pour "logo latinnow"Résultat de recherche d'images pour "logo arar"

 

 

 

 

Bibliographie

Allmer, Dissard 1888a : A. Allmer, P. Dissard, Trion, antiquités découvertes au quartier de Trion. Mémoires de l’académie de Lyon, XXV, 1888, 1re et 2e partie, 24-27 et 110-121.

Allmer, Dissard 1888b : A. Allmer, P. Dissard, Musée de Lyon : inscriptions antiques. Tome 4, Lyon, 1888.

Andrieu 2017 : M. Andrieu, Graffites en Gaule Lyonnaise. Contribution à l’étude des inscriptions gravées sur vaisselle céramique. Corpus d’Autun, Chartres et Sens (Monogr. Instrumentum, 54), Autun 2017.

Corbier 2011 : M. Corbier (éd.), L’écriture dans la maison romaine, Paris, De Boccard, 2011.

Evans 1987 : J. Evans, Graffiti and the Evidence of Literacy and Pottery use in Roman Britain. Archaeological Journal, 144, 1987.

Fuchs, Sylvestre, Schmidt Heidenreich 2012 : M. Fuchs, R. Sylvestre, C. Schmidt Heidenreich, Inscriptions mineures: nouveautés et réflexions. Actes du premier colloque Ductus (19-20 juin 2008, Université de Lausanne), Peter Lang 2012.

Galsterer 1983 : B. Galsterer, Die Graffiti auf der römischen Gefässkeramik aus Haltern, Münster, 1983.

Guillier, Thauré 2003 : G. Guillier, M. Thauré, Les graffites antiques de la cité des Aulerques Cénomans (G.A.C.A.C.) (Monogr. Instrumentum, 25), Montagnac 2003.

Kütter 2008 : J. Kütter, Graffiti auf römischer Gefässkeramik aus Neuss, Bonn, 2008.

Le Mer, Chomer 2007 : A.-C. Le Mer, C. Chomer, Carte Archéologique de la Gaule, 69/2 : Lyon. Paris 2007.

Marichal 1988 : R. Marichal, Les graffites de La Graufesenque. Paris, Éditions du C.N.R.S. (XLVIIe suppl.à Gallia), Paris 1988.

Molin, Brodeur, Mortreau 2015 : M. Molin, J. Brodeur, M. Mortreau, Les inscriptions du mithraeum d’Angers-Iuliomagus (Maine-et-Loire) : nouvelles données sur le culte de Mithra. Gallia [En ligne] 2015, 72-2, mis en ligne le 01 avril 2019, consulté le 01 juillet 2019. URL : http://journals.openedition.org/gallia/1002 ; DOI : 10.4000/gallia.1002

Rémy, Jospin, Bleu 2000 : B. Rémy, J.-P. Jospin, S. Bleu, Découvertes de nouveaux graffites sur céramique à Aoste (Isère), In: Revue archéologique de Narbonnaise, tome 33, 2000. pp. 194-201. DOI : https://doi.org/10.3406/ran.2000.1551

Sylvestre 2004 :

Sylvestre 2017 : R. Sylvestre, Les graffiti sur céramique d’Aventicum (Avenches). Éléments de réflexion sur la population du Caput Ciuitatis Heluetiorum (Doc. Musée Romain d’Avenches, 28), Avenches 2017.

Trescarte 2007 : J. Trescarte, Céramiques communes en contexte cultuel : le cas du puy de Dôme, sanctuaire sommital et agglomération du col de Ceyssat (Puy-de- Dôme). In : SFECAG, Actes du Congrès de Langres, Marseille : SFECAG, 2007, 367-394.

 

 

[Cite]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.