Jouer dans l’Antiquité

 

 

 

Compte rendu de V. Dasen (dir.), Ludique. Jouer dans l’Antiquité. Cat. expo. Lugdunum, Musée & Théâtres romains, Lyon, 2019, 143 p.
ISBN 9789461614902.

Exposition jusqu’au 1er décembre 2019.

 

Trente ans après la dernière exposition vue en France sur ce thème (May 1992), le Musée de Lyon explore à nouveau le monde des jeux et des jouets. Fidèle à son sujet et à la dimension sociale, voire cosmologique du jeu dans l’Antiquité, l’exposition lyonnaise (qui reprend un projet monté à Nyon [CH] en 2014 : Veni, vidi, ludique) se présente comme un apprentissage ludique qui entend faire écho à la formule d’Aristote : “Joue et tu deviendras sérieux ” !

Activité de l’esprit qui peut mobiliser les mains ou le corps tout entier, le jeu est d’abord une construction imaginaire qui n’a pas forcément besoin de manipuler des objets, mais il peut aussi laisser des traces matérielles qui interpellent l’archéologue. Beaucoup de jeux, même s’ils ne sont plus guère pratiqués à l’ère des consoles et des parties en ligne, sont encore dans nos mémoires et nous pouvons donc reconnaître, dans les musées et dans les fouilles, certains accessoires qui nous rappellent les jeux d’antan.  Mais jusqu’où ? C’est tout le défi de la démarche développée ici par V. Dasen et son équipe.

Un objet symétrique étranglé dans sa partie médiane est-il un coquetier, un bougeoir ou… un diabolo (p. 12)  ? Une figurine d’animal placée dans une tombe d’enfant a-t-elle pu servir de jouet (p. 27) ? Un cône en verre prolongée par une tige rectiligne est-il une toupie (p. 52) ? Des études poussées, en tracéologie par exemple, pourraient apporter des éléments de réponse ; mais ces objets rares s’effacent dès qu’on prend en compte les nombres d’attestations. A ce jeu-là, ce sont certainement les dés, les pions et les jetons qui gagnent la partie. Malheureusement, ces supports basiques permettent de jouer à plusieurs jeux très différents (latroncules, cinq lignes ou douze lignes, simples jeux de hasard…). C’est donc le contexte, à nouveau, qui peut dans une certaine mesure lever une partie des interrogations. Les ensembles funéraires ont été largement sollicités mais les seuls éléments conservés ne sont pas toujours explicites : manquent notamment les tables de jeu, en bois, qui varient selon le jeu pratiqué.

L’exposition fait une large part au monde grec qui, là encore, semble avoir tout inventé, ou presque. Les nombreuses images (vases peins, figurines…) sont complétées ou explicitées par des textes qui donnent souvent des précisions différentes, par exemple sur les règles. C’est probablement dans le monde grec qu’est née cette idée selon laquelle le jeu contient et représente le monde. Dans les villes romaines, les jeux pratiqués sur les marches des places publiques ne semblent pas relever des seuls loisirs : les joueurs qui s’y affrontent avec passion, mais sans haine, symbolisent la société idéale de l’otium romain.

Si textes et images gréco-romaines recèlent des trésors, l’analyse archéologique des objets ludiques, au sens large, représente certainement une source encore sous-exploitée. Dans les provinces nord-occidentales, musées et dépôts de fouilles conservent des milliers d’objets qui sont loin, il s’en faut, d’avoir été tous inventoriés et analysés. Grâce aux contextes archéologiques bien datés, ce gros travail, qui reste à faire dans le prolongement de l’exposition (en attendant : Dasen 2018), pourra aborder la question de la fréquence de certains accessoires (dés, pions…) dans des régions et à des époques qui restent à identifier. Quels jeux sont pratiqués à la ville, à la campagne ? Comment évoluent ces pratiques entre le début et la fin de l’Antiquité ? Et qui sont les joueurs, enfants ou adultes, hommes ou femmes, civils ou militaires ?

L’exposition de Lyon et les recherches associées s’inscrivent dans le cadre du programme ERC Locus Ludi – The Cultural Fabric of Play and Games in Classical Antiquity (2017-2022).

 

 

Bibliographie

Dasen 2018 : V. Dasen, Histoire et archéologie de la culture ludique dans le monde gréco-romain. Questions méthodologiques. Kentron 34, 2018 [Jeux et jouets), 23-50.

May 1992 : R. May (dir.), Catalogue de l’exposition Jouer dans l’Antiquité. Marseille 1992.

 

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Jouer dans l’Antiquité." Le Fil d'ArAr, 25/06/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/611.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.