Les objets d’un vicus : Horbourg-Wihr

 

Michel Feugère

 

Compte rendu de : M. Higelin, Activités économiques et vie domestique d’un quartier du vicus de Horbourg-Wihr (68). Etude spatiale et fonctionnelle du mobilier (1er – 3e siècle) (Monogr. Instrumentum, 61), Drémil Lafage 2019.

 

Après une période où les catalogues d’objets romains concernaient surtout des musées, les  corpus qui ont été étudiés depuis quelques décennies ont largement mis à contribution les fouilles récentes. Si les méthodes ont été en grande partie élaborées dans le cadre de l’archéologie programmée (Lattes), c’est essentiellement le secteur préventif qui a bénéficié de ces outils, ce qui peut se comprendre compte tenu des volumes de données concernés. Les méthodes de sélection et de comptage n’étant pas encore uniformes, il n’est pas toujours facile de comparer les quantités d’objet traités, mais le travail publié aujourd’hui par M. Higelin prend toute sa place dans la liste, assez brève, des sites ayant bénéficié d’études d’objets à caractère exhaustif, ou presque.

L’agglomération de Horbourg-Wihr, dont une inscription nous apprend qu’elle avait le statut de vicus, fait l’objet d’une surveillance et de travaux archéologiques depuis les années 60, mais le mobilier examiné ici provient de fouilles préventives menées par Archéologie Alsace en 2008 et 2012 sur deux parcelles contiguës du lieu-dit Kreuzfeld, totalisant 3,4 ha d’un quartier périphérique de l’agglomération, dont l’extension maximale au IIe s. est estimée à c. 90 ha. L’étude de M. Higelin concerne une sélection de 2039 restes correspondant  à 1417 objets, obtenue en regroupant tous les artefacts quel que soit leur matériau, en incluant les scories mais en éliminant les clous (plus de 80 kg). Cette double question, sélection et comptage, est sensible pour comparer les séries de sites ; j’ai proposé récemment que chaque étude déclare de façon liminaire les critères de choix et les comptages correspondant, ce qui permettrait éventuellement de recalculer les chiffres pour ne comparer que des séries élaborées selon les mêmes critères  (Protocoles…, 2018). Un tableau de ce type aurait été bien utile ici au début du chap. 3, « Conditions et méthodologie de l’étude », p. 33-38).


Bien que 86,8% des objets proviennent d’un contexte stratigraphique, le corpus est considéré comme un seul ensemble, les phasage chronologique des différentes fouilles n’ayant pas permis de classer les objets par lots chronologiques. L’essentiel du travail se retrouve donc dans deux approches développées successivement, celle des catégories fonctionnelles  (chap. 4, p. 39-93) et celle de l’analyse spatiale (chap. 5, p. 95-131). Ces deux démarches sont bien sûr également indispensables, mais on aurait pu aussi tenter d’apprécier l’évolution de ces critères dans le temps,ajoutant ainsi une dimension historique à l’étude du quartier et de ses activités. Le principe des courbes de datation probabiliste pondérées, en particulier, aurait ici trouvé toute son application.

Le chapitre 4 fournit donc l’occasion de mentionner les parallèles typologiques, ce qui allège d’autant le catalogue (strictement descriptif) et fournit surtout l’occasion de mettre en valeur certains aspects particulièrement nouveaux des séries mises au jour à Horbourg-Wihr. L’outillage agro-pastoral est très bien représenté, avec plusieurs manches en bois intégralement conservés (une faucille et un couteau à écharner). Un curieux type d’échardonnoir, dont 9 exemplaires sont connus en Alsace avec quelques rares attestations aux environs, fournit un cas rare de forme régionale. La fonction de ces outils est interrogée en parallèle à d’autres découvertes effectuées dans des agglomérations, comme celles des dents de gros râteaux dont on peut se demander s’ils ne servaient pas à étaler le gravier des recharges de rues et de chemins, ce qui en ferait des outils plus urbains que ruraux.

L’artisanat du métal, une des fonctions récurrentes de ces villages-rues, est illustré par le travail du fer, des alliages cuivreux et du plomb. Mais dans le vicus d’Horbourg-Wihr, on travaillait aussi le bois, le cuir et sans doute d’autres choses que nous ne distinguons que de manière approximative, avec des outils polyvalents et des traces discrètes. Une partie de ces activités devait du reste être liées à l’équipement et l’entretien des véhicules, placé un peu plus loin (p. 78-79). Le domaine immobilier et l’aménagement domestique sont évoqués eux aussi à partir d’objets disparates, souvent peu explicites pour des objets qui sont souvent des assemblages complexes.

Les objets personnels parlent, eux aussi de manière allusive, des vêtements et de la manière d’être des hommes et des femmes du vicus. Parure et habillement, dans l’Antiquité et notamment dans les provinces, sont en effet le support privilégié de l’identité : sexe, âge, métier et condition sociale sont autant de critères qui conditionnent l’apparence de chacun. Pour les fibules, M. Higelin note la rareté des types militaires, même si ce caractère n’est pas toujours facile à reconnaître. La plus grande partie du corpus se compose soit de types décoratifs du Ier s., soit de broches émaillées ou non. Les autres objets de parure et ceux qui sont destinés aux soins du corps sont discutés à la suite, avec les parallèles adéquats, mais sans les éléments de synthèse (comptages, statistiques…) qui seraient bien utiles à l’appréciation des différentes catégories entre elles.

L’analyse spatiale du mobilier a fait l’objet sur ce site d’une démarche très poussée, favorisée par les méthodes d’enregistrement et de localisation des mobiliers permettant (pour 89,6% des objets) l’édition de cartes. Dans cette partie, l’exposé bénéficie de tableaux de comptages et de vignettes qui rendent la lecture à la fois instructive et agréable. Ainsi, pour reprendre un cas déjà évoqué, les outils agricoles se retrouvent principalement à l’arrière des bâtiments, où on peut supposer l’existence de jardins, mais les dents de râteaux ont été recueillies, au contraire, dans une galerie bordant la voie en façade. Les ateliers travaillant le fer d’une part, les alliages cuivreux d’autre part, sont clairement désignés par la répartitions des rebuts typiques (fig. 81 et p. 121-125). Un dépôt d’outils alignés « sous un mur qui n’a pu être observé » (p. 125 et fig. 113), n’est malheureusement pas discuté en détail. Se rattache-t-il au domaine de la production comme le suggère sa mention dans ce chapitre ? Le choix d’enfouir ces outils n’aurait-il pas plutôt une signification religieuse, par exemple celle d’un dépôt marquant le début ou la fin d’une entreprise artisanale ? Deux autres dépôts mentionnés ensuite (p. 125), cette fois de vaisselle de bronze, ont été retrouvés l’un près de la façade arrière d’un bâtiment, l’autre au fond d’un puits. Leur datation vers le milieu du IIIe s., ou peu après, incite à les relier à un autre phénomène, celui de l’insécurité de toute la période 250/280.

Ces riches données sont ensuite réévaluées dans un chap. 6 (« Synthèse et interprétations », p. 133-145) qui reprend, cas par cas, les activités attestées à partir des données étudiées. Les scories en calotte n’ayant pas fait l’objet d’une étude spécifique, le statut de la forge de la parcelle 17 ne peut être précisé, pas davantage, du reste, que celui de l’atelier de bronzier. Dans un village traversé par une voie, cependant, on peut s’attendre à rencontrer les ateliers des artisans sur lesquels repose l’entretien des objets quotidiens.

L’élevage et, d’une manière générale, l’exploitation des animaux sont souvent plus difficiles à mettre en évidence à partir des objets, mais ce passage mobilise une carte de répartition des restes de castor, lièvre, loup et ours (étude de O. Putelat) qui vient heureusement étayer l’hypothèse d’un travail des peaux dans la partie centrale de la fouille. A noter, cependant, l’absence d’un artisanat des matières dures d’origine animale, peu pratiqué à la campagne et réservé, à l’époque romaine, aux alentours des centres urbains qui recevaient les animaux de boucherie.

Cette synthèse fait apparaître des spécificités qui sont avant tout régionales, comme le faciès économique, mais aussi la caractéristique des aménagements domestiques : la rareté des lampes à huile, par exemple, est une caractéristique de toute la région. Pour la catégorie des accessoires personnels et notamment des fibules, il faut cependant se méfier d’une comparaison entre « datation typologique » et chronologie d’un contexte. La première, souvent proposée il y a plusieurs décennies, n’est pas gravée dans le marbre et ne résulte finalement que de la compilation des secondes. Il faut donc, au contraire, regrouper les contextes datés dans la région pour en déduire la période d’utilisation d’un type (et non d’un groupe, ce qui est fait par exemple dans les pages typologiques d’Artefacts).

Le catalogue (p. 163-251) se compose de notices classiques, remplacées par des tableaux pour les plus grosses séries où des notices individuelles auraient été trop répétitives (scories, coulures…). Il est organisé par catégories fonctionnelles (production agro-pastorale, travail du métal…), suivant en cela la logique générale de l’ouvrage (v. supra), mais mentionne, chaque fois que cela est possible, la datation du contexte de découverte. Les planches suivent naturellement le même ordre et associent systématiquement une photo et un dessin, à la même échelle, un choix luxueux mais qui apporte, il est vrai, un confort de lecture inégalé surtout quand il s’agit comme ici de dessins simplifiés sans ombrage. Certaines photos ne sont pas doublées d’un dessin mais agrémentées de sections, un compromis satisfaisant pour un grand nombre d’objets.

Dans la mesure où « le principal objectif de cette étude consistait à caractériser les activités économiques et l’environnement matériel des habitants de ce quartier » (p. 147), on peut dire que le défi a été relevé avec brio.  M. Higelin a présenté le corpus de Horbourg-Wihr avec soin et compétence, établissant pour les catalogues de ce type un standard exigeant qui pourra servir de modèle. Pour qui s’intéresse aux objets archéologiques et à l’instrumentum en général, une publication de ce type est précieuse parce qu’on pourra s’y référer facilement. Au-delà de cet aspect documentaire, chaque fouille possède ses caractéristiques et ses difficultés propres, auxquelles le spécialiste doit adapter son projet. Sans doute aurait-on pu aller plus loin dans l’exploitation des données chronologiques, notamment, mais une telle démarche aurait entraîné l’A. loin de Horbourg-Wihr. Avec cet ouvrage de grande qualité, il illustre à nouveau le potentiel scientifique des objets archéologiques pour approcher non seulement la vie quotidienne, mais aussi sans doute l’identité d’une communauté gallo-romaine.

 

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Les objets d’un vicus : Horbourg-Wihr." Le Fil d'ArAr, 28/06/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/560.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.