Chroniques d’archéologie glaciaire (2) : 2023, une année au top

Eric THIRAULT, PU Lyon2, Laboratoire ArAr

En 2019, nous avions présenté le programme de travail mis au point dans le département de la Savoie (France) pour étudier les vestiges archéologiques potentiellement présents sur les passages de col situés dans des environnements gelés (https://archeorient.hypotheses.org/12640). A l’issue de la 9e campagne de prospection en 2023, où en sommes-nous ? Les découvertes sont-elles à la hauteur de nos attentes ? Quel avenir pour cette enquête par temps de changement climatique accéléré ? Explications.

1. Un constat sans appel

Les Alpes subissent un réchauffement climatique plus fort que le reste de l’Europe et ce depuis plusieurs décennies. En conséquence, la fonte des glaciers, constante depuis la fin du Petit Âge Glaciaire (environ le milieu du 19e s. de notre ère), s’accélère. Cette fonte, très visible sur les grands appareils (Mer de Glace, glacier des Bossons, etc.) affecte aussi les glaciers de haute altitude qui perdent en surface et en épaisseur. De même, la diminution de l’enneigement hivernal et les épisodes caniculaires réduisent année après année les surfaces de neige pérenne (les névés), y compris sur les glaciers : la ligne de neige (altitude au-delà de laquelle la neige hivernale ne fond pas sur un glacier) remonte. En conséquence, de vastes espaces sont désormais déglacés et/ou exempts de neige durant une partie croissante de l’année (Bosson et al. 2023 ; https://www.iceandlife.com/). Ainsi, les restes des activités humaines sont-ils mis au jour et parmi eux, des vestiges putrescibles (bois, textiles, cuirs, etc.) conservés depuis des siècles, voire des millénaires, dans ces congélateurs naturels.

Depuis 1991 et la découverte de la momie naturelle d’Ötzi, l’homme mort sur le glacier du Similaun à la frontière austro-italienne, la recherche des vestiges à très haute altitude s’est peu à peu constituée en discipline spécialisée en Autriche, Italie, Suisse puis en France (Reitmaier dir. 2021, Tremblay-Cormier dir. 2022). A vrai dire, il ne s’agit pas vraiment d’une sous-discipline de l’archéologie, mais plus d’une adaptation de méthodes éprouvées (prospection de surface, topographie, géomorphologie, etc.) à des environnements de très haute altitude. Le plus souvent, le travail s’effectue sans autre équipement que ceux des montagnards (fig. 1).

Fig. 1. La méthode de prospection est basée sur l’observation et la description in situ des objets. A : prospection sur le glacier situé sous le passage du Colerin (Bessans, F), 3200 m d’altitude environ, 23/09/2022 ; B : prise d’information, 19/09/2023. Au premier plan, un long bois in situ. Relevé de la position au GPS, photographie, enregistrement sur un fichier d’inventaire. Cliché Equipe de prospection.

Quelques secteurs seulement requièrent du matériel d’alpinisme, surtout pour assurer la sécurité sur les glaciers à vif (fig. 2). En bref, l’archéologie glaciaire dans les Alpes est un prolongement altitudinal de l’archéologie des milieux de montagne.

Fig. 2. La prospection des glaciers nécessite parfois le recours aux techniques de l’alpinisme. L. Tremblay-Cormier C. Landry examinent la partie basse, très crevassée, du glacier de Derrière le Clapier à Bessans (F), vers 2900 d’altitude. Cliché E. Thirault, 25/08/2023.

Sauf sur un point : dans les Alpes, le travail des équipes qui opèrent dans les environnements gelés est focalisé, dans la grande majorité, sur les itinéraires qui permettent de relier deux vallées et tout particulièrement les passages de cols, puisqu’ils sont les points les plus élevés de ces itinéraires. C’est ainsi une archéologie des réseaux, des déplacements pastoraux et commerciaux, des circulations de biens qui est développée. Quelques rares cas d’étude relèvent d’autres problématiques : pèlerinage au sommet comme à Rochemelon en Savoie, attesté depuis 1358 (Tracq 1998), vestiges de la guerre des tranchées 1914-1918 dans le Sud-Tyrol italien (Nicolis 2021), activité minière (Nutz 2022). Ces aspects mériteraient d’être développés mais la documentation demeure rare à ce jour. Les accidents de personnes (alpinistes depuis le 18e s., etc.) et les accidents d’avion sortent quant à eux du périmètre de la recherche archéologique (Thirault à paraître).

Très haute altitude ? En-deçà de 2600 m environ dans les Alpes françaises, l’englacement holocène a été négligeable hormis pour les langues glaciaires telles que la Mer de Glace, et le déneigement estival a toujours été important (plusieurs mois par an). Dans ces conditions, la préservation des vestiges putrescibles est impossible, sauf conditions très particulières (cavités souterraines : mines, karsts, etc.). Au-delà de 2600 m, tout est possible, même si après 30 ans de recherches, aucune découverte aussi exceptionnelle que celle d’Ötzi n’a été faite…

Tout est possible, à condition d’agir et vite : la fonte estivale s’accélère depuis plusieurs années. Certes, les étés caniculaires sont connus depuis plusieurs décennies (2003 par exemple), mais le processus s’amplifie : de ce point de vue l’année 2022 a été inégalée (Collectif 2023 ; Séchet 2023 https://www.meteo-paris.com/actualites/changement-climatique-une-fonte-record-des-glaciers-en-2022), et 2023 a été à peine moins dramatique pour les glaciers.

2. Sauvegarder par l’étude : la carte et le terrain

Dans ce contexte, que faire ? Il est impossible de préserver ces milieux gelés qui sont condamnés à plus ou moins brève échéance si la tendance se poursuit, et les vestiges archéologiques avec eux. Sensibiliser les usagers de la haute montagne pour signaler des découvertes fortuites est indispensable mais, pensons-nous, insuffisant. Il faut agir vite et fort, sous peine de regrets d’ici une ou deux décennies.

En 2003, la découverte fortuite d’une statue en bois sur le passage du Colerin, à 3200 m d’altitude en Savoie, a entraîné la mise en place des premières explorations de 2007 à 2009 (Thirault 2022a). En 2018, la reprise de prospections méthodiques sur ce site a permis de confirmer l’abondance des vestiges, pour la plupart en bois ; un deuxième col, l’Autaret (3070 m), lui aussi sur la crête frontalière avec l’Italie, a livré des vestiges archéologiques la même année. Dès lors, nous nous sommes fixés pour but de prospecter tous les passages de cols englacés de la crête frontalière, en commençant par la commune de Bessans où les deux cols précités sont localisés.

Que faire ensuite ? Explorer tous les cols des Alpes françaises situés au-dessus de 2600 m ? Vaste programme… Il fallait trouver une méthode de sélection. Nous avons mis au point un protocole prédictif qui permet de localiser les secteurs les plus propices à la préservation d’objets putrescibles jusqu’à nos jours. Pour cela, nous utilisons les ressources géographiques disponibles en ligne sur le Geoportail de l’IGN : l’examen numérique des cartes topographiques actuelles, du fond de carte type 1950, de la carte dite d’État Major levée dans les années 1860 et des photographies aériennes verticales permet de visualiser l’évolution de l’englacement des secteurs de haute montagne avec une résolution suffisante pour nos recherches (fig. 3).

Fig. 3. La méthode de reconnaissance cartographique repose sur l’examen des ressources mises en ligne sur le site web Geoportail de l’Institut Géographique National (www.geoportail.gouv.fr). Ici, exemple du col de Chavière à 2800 m en limite entre les communes de Modane au sud et de Pralognan-Vanoise au nord. A : carte dite de l’Etat-Major, 1864 ; B : carte IGN type 1950, date de levée imprécise (milieu 20e s.) ; C : carte topographique publiée en 2020 par l’IGN ; D : prospection en cours sur le versant nord dans les éboulis morainiques mis en place durant le PAG (cliché E. Thirault 3/09/2022). Le déglacement de ce col est effectif depuis au moins le milieu du 20e, mais la présence de névés, visibles sur les orthophotos de l’IGN des dernières décennies, a probablement aidé à la préservation de mobiliers archéologiques en bois antérieurs au PAG (cf. fig. 7).

Ainsi, il est aisé d’identifier les cols qui ont été pris par les glaces durant le Petit Age Glaciaire, gage de conservation de vestiges putrescibles depuis au moins le Moyen-Age. Parmi ceux-ci, un premier choix a été fait quand l’englacement ou l’enneigement étaient encore significatifs vers 1950, gage de préservation de ces vestiges fragiles à cette date. L’examen des orthophotographies permet ensuite d’évaluer l’enneigement résiduel estival (névés) et l’englacement dans les dernières décennies, ce qui permet de jauger des chances de retrouver des vestiges putrescibles aujourd’hui. Sur cette base, à partir de 2020, nous avons peu à peu étendu notre zone de travail à toute la ligne de crête frontalière avec l’Italie pour pister des itinéraires est-ouest, tout en explorant les cols qui permettent de franchir le massif de la Vanoise dans l’axe nord-sud (fig. 4).

Fig. 4. Carte de répartition des principaux « grands » cols  et des cols « secondaires » englacés dans les Alpes du Nord françaises (départements de la Savoie et de la Haute-Savoie). Carte E. Thirault.

Le temps de travail sur le terrain est conditionné par les conditions météorologiques qui limitent la période d’observation à moins de deux mois en août et septembre. Les disponibilités de l’équipe ne sont pas non plus extensibles… Depuis 2018, une campagne annuelle d’une à deux semaines est organisée avec le soutien financier du Ministère de la Culture (Service régional de l’Archéologie), du Conseil départemental de la Savoie (Conservation du Patrimoine) et du laboratoire ArAr. Une autorisation de prospection est délivrée par le SRA et par le Parc National de la Vanoise pour les secteurs concernés.

3. 2022-2023 : coup de chaud !

L’année 2022 a été une année charnière : la canicule estivale qui a fait suite à un enneigement faible durant l’hiver précédent a entrainé une fonte drastique des glaces, une disparition des névés jusqu’à plus de 3400 m et par voie de conséquence, des découvertes en plus grand nombre (fig. 5).

Fig. 5. Les milieux de haute altitude dans les Alpes subissent le réchauffement climatique de manière accélérée ces dernières décennies. L’exemple du passage du Colerin est symptomatique : le glacier situé sous le col, versant français, est déjà une relique de calotte glaciaire du Néoglaciaire / Petit Age Glaciaire. Depuis que nous assurons un suivi sur ce col en 2007, sa superficie et son épaisseur ont diminué avec une accélération notable en 2022 : perte de plus de 2 mètres d’épaisseur, segmentation du glacier en deux appareils, vidange du lac de fonte. En 2023, la situation s’est encore aggravé par des glissements de versant qui recommencent à recouvrir la zone de jonction entre l’éboulis sous le col et la glace, très riche en vestiges : le « congélateur » glacé devient un champ de pierres et de boue. A : situation vue de la moraine frontale le 24/09/2019 ; B : même vue le 24/08/2022 ; le col est à l’arrière-plan dans l’échancrure la plus à gauche. Clichés E. Thirault.

Face à ce constat de la dégradation accélérée des conditions de conservation, nous avons décidé de doubler la mise : en 2023, un mois de terrain a été consacré aux prospections de haute altitude, avec le plus souvent deux équipes distinctes. La force de travail a ainsi été quadruplée par rapport aux deux années précédentes, avec, en plus du partage de responsabilités avec Valentin Lafont et Thibaut Avinenc (doctorants de l’Université Lyon 2), l’aide précieuse de collègues archéologues alpinistes (Christophe Landry, Inrap, et Laurie Tremblay-Cormier, Musée-Château d’Annecy) et détectoriste (Léo Lacheray, Inrap) qui ont permis d’aborder des secteurs dangereux sur des glaciers crevassés et de mettre au jour des restes métalliques, difficiles à identifier dans ces environnements minéraux.

Outre la Savoie, nous avons décidé d’explorer en 2023 le département de la Haute-Savoie afin d’évaluer le potentiel archéologique des secteurs englacés présents dans le massif du Mont-Blanc et des Aiguilles Rouges (fig. 6).

Fig. 6. En 2023, nos prospections se sont étendues à la Haute-Savoie. Ici, le col du Géant dans le massif du Mont-Blanc, à 3340 m environ, à la frontière. Vue vers le sud : plusieurs dizaines de mètres de glace recouvrent le socle rocheux et la neige est encore bien présente grâce à une chute dans les jours précédant notre passage. De ce fait, les observations ont été limitées à un petit replat rocheux qui apparait sous le col au premier plan. En arrière-plan, de gauche à droite, le refuge Torino, la plate-forme d’arrivée du téléphérique SkyWay et le sommet du Grand Flambeau (3560 m). Cliché E. Thirault, 25/09/2023.

A ce jour, après un automne très doux jusqu’en octobre, la neige a enfin recouvert les sites, protégeant pour quelques mois encore les vestiges putrescibles qu’ils conservent. Mais à quoi servent tous ces efforts ?

4. Un bilan brut : des objets par milliers depuis 3500 ans

Depuis 2018, ce sont 32 passages de cols englacés qui ont été prospectés ou approchés entre 2600 et 3400 m d’altitude (fig. 4) : 26 en Maurienne-Vanoise-Tarentaise (Savoie) et 6 dans les massifs du Mont-Blanc et des Aiguilles Rouges (Haute-Savoie). Presque tous livrent des traces de passages humains, mais tous ne sont pas pour autant des sites archéologiques. En effet, notre enquête ne prend pas en compte les vestiges de la civilisation des loisirs, pour laquelle aucune problématique archéologique n’est développée à ce jour. Ainsi, les objets en plastique, les boites de conserve, les militaria du 20e siècle (munitions, fils de fer barbelés, etc.) et autres fragments de sacs à dos ne sont pas collectés, sauf exception. Grosso modo, nous excluons les objets dont la datation avérée est postérieure à 1950 environ. De même, la présence relevée sur plusieurs cols de quelques fragments de bois informes non datés ou d’objets uniques (un couvre-chef en feutre, par exemple) ne suffit pas à les désigner comme des sites archéologiques mais, tout au plus, comme des reliques très dégradées ou des objets uniques (et récents).

Sur cette base, treize sites archéologiques sont avérés en Savoie et Haute-Savoie, avec une chronologie étendue du milieu du 2e millénaire BCE (âge du Bronze moyen) à 1950 (fig. 4 ; Thirault 2022b) : sept d’entre eux livrent des mobiliers antérieurs au début du Petit Age Glaciaire ; trois ont livré des bois et des os animaux datés par le radiocarbone entre le 17e et le 20e siècle, période de grande fluctuation de la courbe de calibration ; un col recèle les traces d’un stationnement militaire de la 2e Guerre mondiale, un autre col préserve quelques fragments d’avion accidenté en 1930 sur le glacier de Derrière le Clapier à Bessans, déjà bien documenté par les textes (Tracq 2000). Enfin, nous attendons les datations sur les bois du dernier col de cette liste. Le ratio col prospecté/site découvert est donc de 1 pour 2,5, proportion qui se réduit à 1 pour 4,5 si nous ne comptons que les découvertes antérieures au PAG.

A un niveau régional, les découvertes sur les passages à très haute altitude démontrent que les itinéraires ne sont pas inféodés aux passages les plus bas en altitude, passages déjà bien documentés par les textes depuis l’Antiquité pour certains. Au contraire, nos découvertes appuient l’idée de circulations capillaires, au plus court en temps de parcours, quitte à traverser des secteurs qui nous semblent aujourd’hui presque relever de l’alpinisme. La notion de « grand col » chère aux historiens doit donc être relativisée : il existe une pluralité de passages possibles à travers la montagne, qui sont empruntés par les humains et leurs bêtes de somme selon les besoins et les intentions (Thirault 1999). Entre les « grands » cols du Petit Saint-Bernard et du Mont-Cenis, l’actuelle frontière entre la France et l’Italie, naguère entre les duchés de Savoie et du Piémont, est traversée par au moins cinq cols fréquentés depuis l’âge du Bronze pour certains : du nord au sud, les cols de la Galise, de la Lose, du Colerin, d’Arnès et de l’Autaret. Le massif de la Vanoise est lui aussi traversé de toutes parts, et pas seulement par les cols « historiques » des Encombres, de la Vanoise et de l’Iseran : les cols de Chavière et de la Rocheure, prospectés depuis 2022, livrent des preuves de passages durant l’Antiquité et le Haut Moyen-Age (fig. 7).

Fig. 7. Prospections 2022 en Vanoise. Découverte d’un couvercle en bois monoxyle avec poignée, à 2800 m d’altitude sous le col de Chavière, versant nord (commune de Pralognan). Cliché X. Deparnay, 27/08/2022. Une mesure radiocarbone permet de le dater entre 220 et 360 de notre ère, soit la période gallo-romaine.

Néanmoins, l’intensité et les temporalités de ces circulations ne peuvent pas encore être appréhendées de manière satisfaisante par l’archéologie. En effet, les milliers de bois bruts ou façonnés que nous avons déjà collectés sur ces passages, ne sont pas datables en eux-mêmes car ils ne correspondent à aucune typologie connue. Le recours aux datations radiocarbone est donc impératif pour compléter les éclairages chronométriques livrés par les rarissimes objets datables : tessons de céramique, monnaies, clous, fers de trait, etc. A ce jour, nous disposons de près de 70 mesures radiocarbone réparties sur 9 sites, obtenues pour la plupart grâce au programme national Artémis et pour une petite part, sur un projet financé en 2017 par la Maison de l’Orient et de la Méditerranée. Ce chiffre est appréciable mais il ne représente qu’un très faible pourcentage des matériaux putrescibles collectés. Les datations obtenues constituent donc des bornes chronométriques précieuses mais elles n’autorisent pas encore de vision synthétique sur les circulations en altitude. En fait, l’appréhension de ce phénomène ne pourra pleinement être accomplie que par des enquêtes de terrain qui intègrent tous les types de sites archéologiques, du fond de vallée au col, comme les travaux menés sur les versants du col du Petit Saint-Bernard l’ont bien montré (Rey et al. 2008a et b, 2010).

5. Et ensuite ?

Il faudra poursuivre les prospections là-haut, sans conteste : 2024 sera la dixième campagne et elle promet encore de belles découvertes car sur les sites que nous avons déjà identifiés, le déglacement et le déneigement se poursuivent sans répit désormais. La période annuelle durant laquelle la neige assure une protection pour les vestiges putrescibles se réduit d’année en année. La collecte est donc la seule mesure de sauvegarde possible. Certes, il existe encore des secteurs où l’englacement sur les cols est encore très important, comme au cœur du massif du Mont Blanc (fig. 6), ce qui rend pour l’instant les prospections difficiles. Ces secteurs ne constituent donc pas une priorité immédiate, mais ils doivent eux aussi être surveillés. Leur tour viendra. Affaire à suivre, donc…

Bibliographie

Bosson et al. 2023 : J.-B. Bosson, M. Huss, S. Cauvy-Fraunié, J.-C. Clément, G. Costes, M. Fischer, J. Poulenard, F. Arthaud, « Future emergence of new ecosystems caused by glacial retreat », Nature, 620, pp. 562‑569.

Collectif 2023 : Collectif, State of the Global Climate 2022 / État du climat mondial en 2022, 1316, Geneva : World meteorological organization [en ligne], URL : https://library.wmo.int/viewer/66214

Nicolis 2021 : F. Nicolis, « Ungefiltert und erschütternd. Suren des Gebirgskriegs in Trentino », in T. Reitmaier (dir.), Gletscher-Archäologie. Kulturerbe in Zeiten des Klimawandels. Archäologie im Deutschland, Sonderheft, 21, 2021, p. 34‑38.

Nutz 2022 : B. Nutz, « L’archéologie glaciaire en Autriche : les mines d’or de Carinthie », in : L. Tremblay Cormier (dir.), Archéologie glaciaire. Vestiges des cimes, Musées d’Annecy & Silvana Editoriale, Annecy & Cinisello Balsamo, 2022, p. 62‑72.

Reitmayer 2021 : T. Reitmayer (dir.), Gletscher-Archäologie. Kulturerbe in Zeiten des Klimawandels, Archäologie in Deutschland, Sonderheft no 21, 2021, 112 p.

Rey et al. 2008a : P.-J. Rey, I. André, J.-M. Treffort, « Les versants du Petit Saint-Bernard de la Préhistoire à l’Antiquité : nouvelles données sur les premières occupations de la montagne autour d’un passage transalpin », in H. Richard, D. Garcia (dir.), Le peuplement de l’arc alpin, Paris, Comité des Travaux Historiques et Scientifiques (Documents préhistoriques, édition électronique),  p.149‑175.

Rey et al. 2008b : P.-J. Rey, J.-M. Treffort, B. Moulin, C. Oberlin, I. André, « Archéologie des versants du Petit-Saint-Bernard. Première approche de la dynamique de l’occupation humaine autour d’un grand passage alpin, de la Préhistoire au début du Moyen Âge », in Desmet M., Magny M., Mocci F. dir. ― Du climat à l’homme. Dynamique holocène de l’environnement dans le Jura et les Alpes. Actes du colloque GDR JURALP, Aix-en-Provence, 15-16 nov. 2007, Chambéry (Cahiers de Paléoenvironnement 6), p. 209‑224.

Rey et al. 2010 : .P.-J. Rey, C. Batigne-Vallet, J.Collombet, C. Delhon, L. Martin, B. Moulin, J. Poulenard, N. Scoccimarro, D. Sordoillet, S. Thiébault, J.-M. Treffort, « Approche archéologique et environnementale des premiers peuplements alpins autour du col du Petit-Saint-Bernard (Savoie, vallée d’Aoste) : un bilan d’étape », in S. Tzortzis et X. Delestre (dir.), Archéologie de la montagne européenne : actes de la table ronde internationale de Gap, 29 septembre – 1er octobre 2008, Paris / Aix-en-Provence, Errance / Centre Camille Jullian (Bibliothèque d’Archéologie méditerranéenne et africaine ; 4),  p.197‑210.

Séchet 2023: G. Séchet, « Changement climatique : une fonte record des glaciers en 2022 » [en ligne], URL : https://www.meteo-paris.com/actualites/changement-climatique-une-fonte-record-des-glaciers-en-2022

Thirault 1999 : E. Thirault, « Franchir la crête : de l’Histoire à la Préhistoire dans les Alpes occidentales. », in A. Beeching dir.: Circulations et identités culturelles alpines à la fin de la Préhistoire. Matériaux pour une étude (programme collectif CIRCALP 1997/1998)., Centre d’Archéologie Préhistorique, Valence : coll. « Travaux du Centre d’Archéologie Préhistorique de Valence », 2, p. 19‑37.

Thirault 2022a : E. Thirualt, « L’archéologie des cols englacés en France : naissance d’une nouvelle discipline dans la vallée d’Avérole (Bessans, Savoie) », in L. Tremblay Cormier (dir.), Archéologie glaciaire. Vestiges des cimes, Musées d’Annecy & Silvana Editoriale, Annecy & Cinisello Balsamo, 2022, p. 44‑55.

Thirault 2022 b : E. Thirault, « Mines et glaciers : nouvelles perspectives de recherche en Préhistoire dans les alpes francaises », in F. Surmely. dir. ― Archéologie en milieu de montagne dans la région Auvergne-Rhône-Alpes, Actes de la Table-ronde du 6 décembre 2019 à Clermont-Ferrand, vol. 4, Clermont-Ferrand : Presses universitaires Blaise-Pascal, coll. « coll. Terra Mater », pp. 19‑53.

Thirault à paraître : E. Thirault, « Sauvegarder par l’étude : le patrimoine archéologique des environnements gelés dans les Alpes françaises » in Actes du colloque international « Les patrimoines archéologiques face aux changements climatiques. Enjeux de connaissance, de conservation et de valorisation des vestiges en milieux humides, immergés et glaciaires », Lyon 24-26 novembre 2022.

Tracq 1998 : Tracq F., « Rochemelon (3538 m) : une montagne d’histoire entre pèlerinage et alpinisme », L’Histoire en Savoie magazine (supplément). [accessible en ligne], URL :https://www.ssha.fr/dossiers-thematiques/rochemelon-3538-m-une-montagne-d-histoire-entre-pelerinage-et-alpinisme

Tracq 2000 : F. TRACQ, « A Bessans, entre Lombarde et Ribon, l’avion du col de l’Arselle », Bessans Jadis et Aujourd’hui, n° 43, 2000, p. 55‑59.

Tremblay Cormier 2022 : Tremblay Cormier L. (dir.), Archéologie glaciaire. Vestiges des cimes, Annecy & Cinisello Balsamo : Musées d’Annecy & Silvana Editoriale, 126 p.



Citer ce billet
Éric Thirault (2024, 13 mars). Chroniques d’archéologie glaciaire (2) : 2023, une année au top. Le Fil d'ArAr. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/w0kb

2 réflexions sur « Chroniques d’archéologie glaciaire (2) : 2023, une année au top »

  1. Enquête très intéressante, un travail indispensable pour la connaissance. Je n’imaginais pas que le glacier de la figure 5 avait autant fondu d’une année sur l’autre, le réchauffement est bien visible. Bravo aux prospecteurs.

  2. C’est vraiment très intéressant et urgent d’effectuer ces prospections, merci pour cette belle énergie et pour ce patrimoine collectif.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.