Mission à Civitella d’Agliano (Viterbe, Italie), #1. Octobre 2023.

Du 10 au 22 octobre 2023, Cécile Batigne et Céline Brun[1] ont réalisé la première mission d’étude des céramiques du site de Musarna dans le cadre du nouveau programme Shelby White – Leon Levy pour la publication de la domus du secteur D[2], sous la direction de Vincent Jolivet[3].

Musarna, un site étrusco-romain sur le territoire de Tarquinia

Fouillé par l’École française de Rome entre 1983 à 2003, le site de Musarna (commune de Viterbe, Italie) est une colonie de Tarquinia fondée à la fin du IVe siècle av. J.-C. avec une double fonction, militaire et agricole[4]. Après la conquête romaine, vers 280 av. J.-C., la cité, entourée de plaines fertiles, est demeurée occupée jusqu’au début du VIIe siècle ap. J.-C., sans certitude de continuité. Les recherches archéologiques ont porté sur son urbanisme et ses monuments privés, son enceinte, ses ensembles funéraires d’époque hellénistique et impériale, mais aussi sur le paysage agraire qui l’environne.

Situation de Musarna dans le territoire de Tarquinia.

L’habitat occupe un plateau de 5 hectares entièrement urbanisé selon un plan orthogonal, partagé en deux par une rue principale nord/sud qui croise à angle droit cinq axes secondaires ; au centre, ce cardo s’élargit pour former une place rectangulaire. Les douze îlots ainsi délimités étaient apparemment divisés à l’origine en trois parcelles contiguës.

Au sud de la place centrale, les recherches ont essentiellement porté sur la partie nord des îlots C, à l’ouest, et D, à l’est. Dans l’îlot C, les fouilles ont permis de mettre au jour un édifice balnéaire de la fin du IIe siècle av. J.-C., construit en englobant les vestiges d’un temple remontant probablement à la première moitié du siècle précédent[5].

Dans l’îlot D, une domus de plan canonique, actuellement datée de la première moitié du Ier siècle av. J.-C., a été fouillée entre 1988 et 1991. Orientée ouest/est, elle s’inscrit dans un rectangle de 18 x 27 m, soit une superficie totale de 486 m2 – en excluant ses dépendances, de l’ordre de 370 m2, au moins, qui la prolongent dans sa partie postérieure. Les fauces donnent dans un atrium tétrastyle doté d’alae, flanqué à droite par des cubicula, à gauche par un balneum et une culina ; la partie postérieure est occupée au centre, par un tablinum, flanqué à gauche par un oecus, à droite par un triclinium relié à un espace allongé donnant accès aux espaces de service, répartis autour d’une grande citerne.

Plan de la domus de Musarna

Cette domus ne représente qu’une phase de la fréquentation de cette partie du site, pour laquelle huit phases ont été distinguées, ceci préliminairement à l’étude définitive des structures et du mobilier :

  1. L’occupation antérieure à la fondation du site (3000-325 av. J-C.) ;
  2. La fondation du site et les premières traces d’occupation (325-250 av. J.-C.) ;
  3. La construction d’une première domus, sans doute de caractère public (250 av. J-C. ?) ;
  4. L’occupation de cette première domus (250-75 av. J.-C. ?) ;
  5. La construction au même emplacement de la seconde domus (75 av. J.-C. ?) ;
  6. L’occupation de la seconde domus (75 av.-600 ap. J.-C. ?), divisée en quatre sous-phases, préaugustéenne, augustéenne, impériale et tardo-antique ;
  7. L’abandon et la destruction de la seconde domus (à partir de 600 ap. J.-C. ?) ;
  8. Les labours et l’arasement (seconde moitié du XXe siècle).

Si les différentes phases correspondent à une succession d’interventions avérées dans ce secteur de la ville, les datations proposées à ce stade seront naturellement appelées à être révisées et précisées au fil de l’étude, qui devrait être achevée fin 2025.

Organisation du travail collectif

La publication de la domus doit passer nécessairement par la reprise des études qui ont déjà été effectuées depuis le début des fouilles de ce secteur, soit par des étudiants pour des travaux universitaires, soit par des chercheurs. Concernant le matériel archéologique, il convient donc aujourd’hui de coordonner l’ensemble des spécialistes qui ont en charge l’étude des mobiliers de différentes natures. Plus spécifiquement, il est nécessaire que les spécialistes des différentes catégories techniques de céramiques – ce que l’on appelle « classes » en Italie et qui se déclinent en céramiques à vernis noir, céramiques à paroi fine, céramiques communes, sigillées, amphores, lampes … – se coordonnent afin de composer une analyse la plus homogène possible.

La Rocca Albornoz, Viterbe (Italie)

Pour commencer ce chantier, une première réunion de travail a eu lieu à Viterbe le 16 octobre avec deux collègues céramologues, Caterina Coletti et Liliana Guspini, et un spécialiste de l’instrumentum, Marco Rossi. Il s’agissait d’accorder nos méthodes de comptage et d’inventaire et d’organiser le travail de chacun. Une première enquête a été réalisée au musée de la Rocca Albornoz de Viterbe, magnifique palais qui accueille les caisses de Musarna dans ses réserves et où le site bénéficie d’une salle d’exposition au premier étage, avec notamment la mosaïque des bains hellénistiques portant une inscription en langue étrusque.

Musarna (Viterbe, Italie), mosaïque des bains.

Grâce au très bon accueil réservé par sa conservatrice, Sara De Angelis, il a été possible d’y explorer les vitrines et de recenser les caisses du site : l’inventaire systématique des 428 caisses de mobilier du site de Musarna déposées à la Rocca Albornoz a permis de créer une base de données.

Musée de la Rocca Albornoz, réserves.

Pour la publication de la domus, il faudra reprendre l’étude de 18 d’entre elles ; elles seront déplacées dans le village de Civitella d’Agliano (Viterbe), où des réserves permettant à la Surintendance d’Etrurie méridionale de stocker du matériel archéologique contiennent déjà 173 autres caisses provenant du site[6].

Vérification de l’inventaire de l’instrumentum trouvé dans la domus de Musarna (Rocca Albornoz).

Céramiques communes, sigillées et datation

Grâce à l’assistance de Letizia Arancio et Olverino Arcangeli sur place pour l’organisation pratique, Cécile Batigne et Céline Brun ont repris les études des céramiques communes et sigillées entreposées depuis 2 ans dans les réserves de Civitella d’Agliano. Une première mission avait été effectuée en décembre 2022[7] pour faire le point sur les céramiques communes à revêtement interne rouge de Musarna, dites « céramiques à vernis rouge pompéien » (VRP), dont une production est suspectée sur place ou dans la région proche. La publication est sous presse dans les actes du congrès international de la Société Française d’Etude de la Céramique Antique en Gaule ayant eu lieu à Hyères en mai 2023[8].

L’étude, par Cécile Batigne, de l’ensemble des céramiques communes de l’emplacement de la domus est presque achevée, avec les deux tiers des fragments déjà revus, dessinés et contrôlés (soit environ 37 000 fragments sur 52 700).

L’étude faite par Céline Brun des céramiques domestiques produites en Afrique du Nord et retrouvées dans les niveaux impériaux du site (sigillées africaines et céramiques communes africaines) est très avancée, les dessins et photos ayant également été effectués. Sa prochaine mission consistera à faire l’étude des terres sigillées italiques.

Ainsi, lorsque les céramiques fines, les céramiques à vernis noir et les sigillées essentiellement, seront étudiées, il sera possible de proposer des datations plus précises pour les US qui constituent la stratigraphie des différents secteurs de la domus de Musarna. À partir de là, nous serons en capacité de proposer une chronologie plus fine valable pour l’ensemble de la fréquentation de cette zone D, phase par phase.

La prochaine session d’étude aura lieu fin janvier 2024.


[1] CNRS, UMR5138 (Laboratoire ArAr, Archéologie et Archéométrie, Lyon, Villeurbanne).

[2] “Musarna, a Late Etrusco-Roman House in the Territory of Tarquinia Excavated by the École Française de Rome between 1985 and 1991”. https://whitelevy.fas.harvard.edu/people/vincent-jolivet.

[3] Directeur de Recherche émérite au CNRS, UMR 8546 (AOROC).

[4] Synthèse sur le site, avec bibliographie : V. Jolivet, Civita Musarna tra passato, presente e futuro, AIAC FOLD&R, www.fastionline.org/docs/FOLDER-it-2013-283.pdf.

[5] H. Broise, V. Jolivet (dir.), Musarna 2. Les bains hellénistiques, Rome, 2004 (CÉFR, 344).

[6] Le maire du village, Giuseppe Mottura, a entrepris de restaurer des appartements vides du centre historique et il offre aujourd’hui un hébergement pour une trentaine de personnes (chercheurs, fouilleurs ou étudiants). Celles-ci peuvent ainsi venir travailler dans un cadre parfaitement adapté, sorte de résidence de chercheurs.

[7] https://www.arar.mom.fr/presentation/vie-du-laboratoire/retour-de-mission-musarna

[8] Batigne et al. 2023 : « Céramiques communes à revêtement interne « rouge pompéien » (VRP) d’Etrurie méridionale. Caractérisation et genèse ». A paraître en décembre 2023.



Citer ce billet
Cécile Batigne Vallet (2023, 25 octobre). Mission à Civitella d’Agliano (Viterbe, Italie), #1. Octobre 2023. Le Fil d'ArAr. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsyv

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.