Vacuna, une déesse sabine. Premiers résultats des fouilles archéologiques du sanctuaire de Leone à Montenero Sabino (Italie)

Aldo Borlenghi et Marylise Marmara

Après les sondages de 2019 et les prospections réalisées en 2020, une première campagne de fouilles archéologiques extensives a eu lieu au mois de juillet 2021 sur le site du sanctuaire romain de la déesse sabine Vacuna à Montenero Sabino (Rieti, Italie).

Fig. 1. Fouilles en cours sur le site du sanctuaire.

Le chantier-école universitaire, co-dirigé par Aldo Borlenghi (maître de conférences, université Lumière Lyon 2, UMR 5138-ArAr) et Marylise Marmara (archéologue, université Lumière Lyon 2, UMR 5138-ArAr et UMR5133-Archéorient) avec Bérénice Chamel (anthropologue, UMR 5133 Archéorient) et Lucie Motta (céramologue, UMR 5138-ArAr), a vu la participation de 10 étudiants spécialisés (Master ASA, Master Mondes anciens et Licence 3 archéologie). La mission archéologique, financée par l’université Lyon 2 (Projet VACUNA, APPI 2020-2021), l’UMR 5138 ArAr et l’UMR 5133 Archéorient, a été réalisée en collaboration avec Alessandro Betori (Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per l’area metropolitana di Roma e la provincia di Rieti) et en partenariat avec A. Angelini du Centro Nazionale della Ricerca (ITABC CNR – Istituto per le Tecnologie applicate ai Beni Culturali, Consiglio Nazionale delle Ricerche, siège de Montelibretti, Rome), la commune de Montenero Sabino et l’association Stud’Archéo.

Contexte archéologique

Dans la commune de Montenero Sabino, le site archéologique de la localité de Leone, entièrement recouvert de végétation, occupe une terrasse définie par des murs en pierre qui affleurent encore (Borlenghi, Giletti, Poux 2020). Le site est situé sur un terrain élevé, dans une position stratégique par rapport au passage de l’axe routier antique entourant la colline à l’est et du gué traversant le ruisseau Montenero. Des voies de communication secondaires se dirigeaient vers le massif montagneux entre Casaprota et San Giovanni Reatino, à l’est duquel se développait la via Salaria augustéenne (Giletti 2012).

De cette zone provient une inscription votive gravée sur une pierre monolithique légèrement effilée vers le haut avec une base et un cadre supérieur (h. 0,93 m ; l. 0,36-0,29 m ; épaisseur 0,20 m), découverte vers 1950. Après que les propriétaires en aient fait don à la municipalité en décembre dernier, la stèle est conservée au Palazzo Bonacasata, dans le centre de Montenero Sabino. L’inscription, attribuable à la seconde moitié du Ier siècle av. J.-C., est une dédicace à la déesse Vacuna par Quintus Tossius (AE 1979, 199 ; Borlenghi, Betori, Giletti 2020, p. 55-56) : Q(intus) Tossius Q(uinti) [f(ilius)] / Vaconae / d(ono) d(edit) l(ibens) m(erito). – « A Vacona/Vacuna Quintus Tossius, fils de Quintus, a fait ce don de son plein gré ».

Fig. 2. Don officiel de la stèle offerte à la déesse Vacuna, le 19 décembre 2021 au Palazzo Bonacasata à Montenero Sabino.

Sur les hauteurs de la colline de Leone, la terrasse, bordée au moins sur les côtés nord, ouest et sud par des murs en pierre sèche partiellement conservés de 50-60 cm de large, apparaît comme un espace artificiel plat, d’une superficie d’environ 1000 m2. Le mur du côté nord est bien conservé en hauteur et composé de blocs de taille moyenne à grande.

Durant l’été 2019, une campagne préliminaire de sondages menée par une équipe de l’université Lumière Lyon 2 a permis d’identifier la présence de vestiges antiques, d’évaluer leur état de conservation, de préciser leur stratigraphie et leur chronologie, ainsi que de déterminer leur attribution à une aire cultuelle, à laquelle se réfère l’inscription de Quintus Tossius à la déesse Vacuna.

L’existence d’un lieu de culte a été confirmée par la découverte d’offrandes votives en terre cuite et par la découverte d’un grand bâtiment (env. 250 m2) à plusieurs pièces de la fin du IIIe ou du début du IIe s. av. J.-C., peut-être un temple, au centre de la terrasse médiane. La première occupation du sanctuaire, datée entre le IIIe siècle avant J.-C. et la moitié du Ier siècle après J.-C., est suivie d’une période d’abandon, puis d’une nouvelle fréquentation, encore non clairement déterminée, au cours de l’Antiquité tardive. Aux IXe-XIIe siècles de notre ère, un ensemble de sépultures datées par radiocarbone (C. Oberlin, centre de datation par le radiocarbone de Lyon) y a été installée, peut-être en relation avec une église chrétienne. Les sources mentionnent une église de S. Giovanni in Leone.

Les investigations non invasives menées en 2020 (Schmitt, Borlenghi 2020) ont également permis d’identifier l’éventuelle extension du sanctuaire de Vacuna, dont l’installation pourrait avoir concerné une plus grande partie de la colline. Les études géophysiques et le relevé de la colline par LiDAR ont encore souligné le potentiel archéologique de la zone.

Objectifs

Concentrée sur la partie nord-ouest de la terrasse, la campagne, menée sur une surface de plus de 200 m2, avait deux objectifs principaux.

Tout d’abord, celui de mettre en évidence la présence de nouveaux murs ou de tranchées de récupération du bâtiment d’époque républicaine, sans oublier les fosses ou les dépôts votifs autour de ce dernier. La fouille s’est concentrée en particulier sur la pièce nord-ouest, dont les murs et le sol en opus signinum avaient déjà été découverts au cours des sondages de 2019.

Le second objectif de la campagne était de poursuivre la fouille des sépultures médiévales à inhumation afin de tenter de délimiter l’aire funéraire présente. La fouille a été réalisée selon les méthodes spécifiques à l’archéothanatologie. L’étude des ossements en laboratoire permettra l’identification biologique individuelle (âge, sexe et stature) ainsi que la recherche de pathologies et d’indicateurs d’activité.

L’ouverture du site sur une grande surface a permis d’obtenir une image plus complète des structures présentes. Le décapage du secteur immédiatement à l’ouest du bâtiment républicain a permis de mettre au jour une couche de tuiles, peut-être liées à l’effondrement d’une toiture.

Fig. 3. Aire des fouilles à la fin de la campagne archéologique.

Résultats et perspectives

Les données de la campagne 2021 confirment largement les phases d’occupation déjà proposées en 2019. Une occupation de la terrasse au IIIe siècle avant J.-C. est bien confirmée par le remplissage de la grande fosse F22 (diam. 2-2,30 m ; prof. 1,27 m). Celle-ci, déjà identifiée en 2019 (Motta 2020 ; Motta à paraître), semble présenter les caractéristiques d’un dépôt votif (l’étude du mobilier est en cours). Une grande quantité de céramique à vernis noir et de céramique commune à feu, avec parfois des graphites, a été découverte.

Fig. 4. Fosse F22 en cours de fouille.

Six autres fosses ont également été identifiées, dont quatre ont été entièrement ou partiellement investiguées. Certaines, dès leur position stratigraphique, pourraient dater de cette période ou être légèrement postérieures.

Un sondage mené au niveau de l’angle nord-ouest de la terrasse a permis d’observer le chaînage des murs nord et ouest de celle-ci. Le mur nord, précédemment attribué au IIIe s. av. J.-C. pourrait ainsi dans son état actuel correspondre à un aménagement plus récent.

La fouille du grand bâtiment républicain a été initiée. La pièce nord-occidentale a été partiellement fouillée jusqu’au sol en opus signinum, selon une stratégie qui a permis de mieux préserver et observer la stratigraphie du remplissage interne, fondamentale pour comprendre les phases d’utilisation et d’abandon.

Les nouvelles recherches, bien que limitées à une seule pièce, fournissent de nouvelles informations sur la décoration du sol, caractérisée par un quadrillage losangé en filets pointillé et par un panneau central avec une fleur à six pétales. Il s’agit d’un type d’emblema qu’on ne retrouve pas dans les temples, contrairement au décor à losanges, attesté dans les cellae de plusieurs complexes du centre et du sud de l’Italie. Dans l’attente de nouvelles investigations, si l’on considère également le dauphin observé en 2019 sur le sol d’un autre espace, il serait plus probable d’interpréter le bâtiment comme une maison à pastàs, avec une salle de banquet et des pièces dédiées aux activités annexes au culte.

Fig. 5. Pièce nord-ouest du bâtiment républicain: sol en opus signinum, avec le décor à quadrillage losangé en filets pointillé et le panneau central avec une fleur a six pétales.

Fig. 6. Panneau central de la pièce nord-ouest en cours de fouille.

En l’absence d’une étude complète de la céramique, aucune nouvelle donnée sur la période d’abandon du bâtiment, qui s’est produite au plus tard vers le milieu du 1er siècle après J.-C., n’est apparue jusqu’à présent. Cependant, la découverte d’un fragment de lampe datant de la fin du 1er au milieu du 2e siècle après J.-C. indique que la zone a continué à être été fréquentée à une période plus tardive. Du matériel des IIIe et IVe siècles est également attesté sur le site, dans la couche supérieure du remplissage de la pièce nord-ouest, mais aussi dans les couches extérieures au bâtiment, où une monnaie de l’empereur Gallien permet de remonter jusqu’au milieu du IIIe siècle apr. J.-C.

Dix nouvelles sépultures médiévales ont été identifiées, dont six ont été entièrement fouillées pendant la présente campagne, tandis que trois, dont deux installées à l’intérieur du bâtiment républicain, seront fouillées lors de la prochaine campagne. Établis selon un axe est-ouest, ces aménagements sépulcraux sont de plusieurs types : il s’agit en grande majorité de fosses simples étroites sans aménagements particuliers ou avec une ceinture de blocs et dans un cas, d’une fosse avec un coffrage et une couverture de dalles.

Fig. 7. Fouille d’une des sépultures.

La nouvelle campagne prévue en 2022 permettra d’avancer dans le dégagement du bâtiment républicain et de ses sols, dont l’état de conservation est exceptionnel, afin de mieux cerner son plan, son architecture et sa chronologie. L’objectif sera également de conclure la fouille des sépultures médiévales ainsi que des fosses déjà localisées.

Bibliographie

Borlenghi A., Betori A., Giletti F., La dea Vacuna: attestazioni e geografia del culto in Sabina. Novità dal territorio di Montenero Sabino (RI), in Archeologia Classica 71, 2020, p. 41-84.

Borlenghi A., Giletti F., Poux M., Montenero e Vacuna, Antichità e sviluppo del territorio di Montenero Sabino, vol. 2, Rieti 2020.

Giletti F., Dai Sabini ai Romani, Antichità e sviluppo del territorio di Montenero Sabino, vol. 1, Rieti 2012.

Motta L., Les céramiques de la fosse 22 (IIIe s. av. n.è.) du sanctuaire sabin de Montenero Sabino (Rieti, Italie), in SFECAG, Actes du Congrès de Lyon, 2020, p. 415-421.

Motta L., Le sanctuaire de Vacuna à Montenero Sabino, loc. Leone (Rieti) à l’aube de la conquête romaine : une culture locale entre traditions locales et importations, in Baylé A.-L., Jaillet Martin (éd.), Dépasser la limite, deuxième rencontre des jeunes chercheurs sur l’Italie préromaine, revue en ligne Frontières, Lyon, à paraître.

Anne Schmitt, Aldo Borlenghi, « Sanctuaire sabin et romain de la déesse Vacuna », Le Fil d’ArAr, 12/08/2020 (https://lefildarar.hypotheses.org/3809).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.