Les graffites de Limoges

Morgane Andrieu (ArAr, UMR5138)

Guillaume Florent (HALMA, UMR8160)

Dans le cadre de nos travaux sur la naissance et l’adoption de l’écriture en Gaule romaine, nous avons eu l’opportunité de lancer un nouveau programme de recherches sur les graffites antiques de Limoges (Augustoritum). Ce projet, qui bénéficie du soutien de l’AAPC et du SRA Nouvelle-Aquitaine, a démarré cette année par une première mission intensive de collecte documentaire dans les collections muséales et au dépôt archéologique de la ville. Plus d’une vingtaine de bénévoles se sont réunis pour passer au peigne fin les innombrables caisses de céramique issues de fouilles plus ou moins récentes. Ce travail a été mené sous la direction de Guillaume Florent (HALMA, UMR 8164) et de Morgane Andrieu (ArAr, UMR 5138).

Des débuts prometteurs

Une première campagne de collecte des graffites sur céramique antique et médiévale s’est déroulée à Limoges du 31 mai au 18 juin 2021.

Fig. 1 – À la recherche des graffites sur céramique de Limoges (Affiche Fanny Blanc)

 
Cette mission intensive a mobilisé plus d’une vingtaine de bénévoles réunis pour passer au peigne fin le dépôt archéologique de la ville. Mené sous la direction de Guillaume Florent (HALMA, UMR 8164) et de Morgane Andrieu (ArAr, UMR 5138), ce travail a permis de retrouver 350 graffites sur céramique, issus de 34 opérations archéologiques réalisées en divers points de l’agglomération antique et médiévale de Limoges. Ces découvertes s’ajoutent à la cinquantaine de graffites déjà signalés dans le Bulletin de la Société Archéologique et Historique du Limousin, les Travaux d’Archéologie Limousine et plusieurs rapports d’archéologie préventive.

L’écriture dans un espace cultuel

L’intérêt pour ce type d’inscriptions est déjà ancien à Limoges. Deux assiettes gravées ont été découvertes dans le jardin de l’hôpital en 1987 [1]. Toutes deux, étudiées par M. Lejeune, sont votives et mêlent anthroponymes gaulois et formulations latines, tel que libens uotum soluit (abrégé L.V.S.) sur l’une d’elles [2]. La poursuite des fouilles à proximité dès 1989, puis plus tardivement en 1998, a largement conforté l’hypothèse émise initialement, à savoir celle de l’existence d’un sanctuaire au cœur de la ville précoce[3]. Le mobilier céramique associé à ces opérations, dirigées par Jean-Pierre Loustaud (AAHL) et Christophe Maniquet (INRAP), a fait l’objet d’un nouvel examen par l’équipe bénévole. Soixante nouveaux graffites ont été découverts à cette occasion, lesquels devraient contribuer à mieux comprendre le rôle et le poids de l’écriture en contexte cultuel (fig. 2).

Fig. 2 – Graffite post-cocturam sous fond d’assiette en terra nigra des ateliers de Saintes, trouvée dans le sanctuaire de Limoges, fin Ier s. av. J.-C. ou début du Ier s. ap J.-C. (Cliché G. Florent)
 
Écrire et graver au quotidien

Le reste des graffites recensés au cours de la campagne de juin 2021, au nombre de 290, relève de contextes d’habitat et documente des préoccupations plus triviales, dépourvues de connotations religieuses.

Fig. 3 – Lettres TR et M[… sur la paroi externe d’une coupe en sigillée VeA1, datation fin Ier-début IIe s. ap. J.-C., contexte d’habitat (Cliché G. Florent)

Des noms, abrégés ou non, sont interprétés comme des marques d’appartenance. Ils sont souvent localisés sous le fond des récipients en sigillée (fig. 3-4) ou dans la partie supérieure des pots à cuire et des gobelets (fig. 5).

Fig. 4 – Graffites inscrits sous le fond d’une assiette en sigillée italique de type Consp. 12.3, fin du Ier s. av. J.-C., sanctuaire (Cliché G. Florent)
Fig. 5 – Graffite IVLIA inscrit sur le col d’un pot à cuire en céramique rugueuse sombre daté du Ier s. ap. J.-C., sanctuaire (Cliché G. Florent)

Les indications chiffrées sont davantage associées aux cruches et aux pots à provision (fig. 6). Enfin quelques motifs figurés isolés tels que des éléments végétaux, des palmettes, des étoiles (fig. 7) et des verges (fig. 8) ont été observés.

Fig. 6 – Graffite TPIIIS, abréviation pour un poids de 3,5 livres, inscrit sur le col d’un pot à provision en céramique commune claire, contexte d’habitat du IIIe s. ap. J.-C. (Cliché G. Florent)
Fig. 7 – Graffite ante-cocturam sur anse de cruche, antiquité, contexte d’habitat (Cliché G. Florent)
Fig. 8 – Graffite post-cocturam sur l’épaule d’un gobelet en sigillée de mode A, IIIe siècle ap. J.-C., contexte d’habitat (Cliché G. Florent)
Perspectives estivales

À l’issue de la campagne de juin 2021, un total de 350 graffites a donc pu être recueilli. Ces données épigraphiques inédites devraient nous permettre de mieux comprendre les habitudes scripturales des habitants de Limoges (Augustoritum) en fonction des différents contextes étudiés (cultuel, domestique, artisanal, funéraire).

Pour l’heure, l’examen des contextes datés du début de l’Antiquité au Moyen Âge montre que cette pratique est en net recul après le IIIe siècle, la vaisselle en terre cuite n’étant plus dès lors porteuse que de très rares motifs anépigraphes sous forme de croix ou de croix inscrite dans un cercle.

L’été a aussi été consacré à une extension de la recherche des graffites aux réserves du Musée des Beaux-Arts de Limoges ainsi qu’à leur enregistrement (relevés et photographies). L’objectif est, d’ici la fin de l’année 2022, d’offrir un accès en ligne complet et ouvert au catalogue en cours de constitution, au travers de la base de données épigraphiques PETRAE (Université Bordeaux Montaigne, Institut Ausonius, https://petrae.huma-num.fr/fr/).


[1]    (Lejeune, 1989)

[2]    (Lambert 1994 : 147)

[3]    (Maniquet, 1999 ; Maniquet, Loustaud, 2016)



Bibliographie

Lambert P.-Y. 1994 : La Langue gauloise, Paris, éd. Errance, 239 p.

Lejeune M. 1989 : Graffites gaulois à Limoges, Travaux d’Archéologie Limousine, 9, p. 31-34.

Maniquet C. 1999 : Limoges (87) – Ancien Centre Hospitalier Régional. Chantier de la Faculté de Droit (2e phase). Le « sanctuaire augustéen » d’Augustoritum et l’évolution d’un îlot situé au pied du forum, Document Final de Synthèse de fouille archéologique préventive, Service Régional de l’Archéologie du Limousin.

Maniquet C., Loustaud J.-P. 2016 : Fossé périurbain et sanctuaire central : nouvelles recherches sur le rituel de fondation de la ville d’Augustoritum/Limoges, Travaux d’Archéologie Limousine, 36, p. 61-136.

Citer ce billet : florent1, "Les graffites de Limoges." Le Fil d'ArAr, 08/12/2021, https://lefildarar.hypotheses.org/4427.