Plaidoyer pour les vestiges de troisième zone

C.  Coquidé

 

Au lieu-dit La Condamine à Mornant (Rhône), une classique fouille d’archéologie préventive a été mise en place après le diagnostic d’une modeste emprise de quelques centaines de mètres carrés, dévolue à la construction d’une maison individuelle. Le très célèbre aqueduc romain du Gier, motif (attendu) de l’intervention, y a été exploré sur une quinzaine de mètres et a livré un exceptionnel (et inattendu) exutoire de trop-plein (Coquidé, en cours).

Mais là n’est pas le sujet de ce billet et ce canal ne sera plus mentionné, du moins pas en tant que tête d’affiche de l’étude. L’opération de Mornant La Condamine sert en effet d’alibi à un plaidoyer dont le propos pourrait être étendu à bien d’autres opérations de terrain. Il s’agit ici de mettre en lumière le potentiel de séries de structures archéologiques dont la mise au jour relève du hasard d’un décapage prescrit pour d’autres raisons.

Les occupations qui font l’objet d’une prescription de fouille du Service régional de l’archéologie (suivi Emmanuelle Boissard) sont d’un intérêt qui peut être qualifié de rang 1 ou 2, selon l’importance relative que les résultats affichent à la sortie de la phase « terrain ». Évidemment, une implantation isolée non repérée au diagnostic (tels un petit bâtiment, une sépulture, un dépôt de mobilier, …) sera explorée et immédiatement surclassée.

Ces catégories d’occupation en côtoient assez régulièrement d’autres, figurées par des vestiges erratiques ou peu caractérisés, que la fouille n’est pas en mesure de renseigner plus avant. Tous les faits archéologiques ne sont donc pas lotis à même enseigne. Il n’y a évidemment pas lieu de s’en offusquer, ce rendu est naturel, commandé par le métier lui-même qui veut que l’on organise les résultats et hiérarchise les lectures, les contextes les mieux renseignés étant à même de fournir une plus riche argumentation quant aux interprétations.

Que faire alors des vestiges qui relèvent de structures mal ou non datées qui, une fois décrites et inventoriées, demeurent occultés par les problématiques-vedettes de l’étude ? Ils adviennent assez régulièrement au gré des opérations et révèlent parfois une mise en place complexe, voire surprenante, aperçus d’une occupation du sol qui n’est pas plus anodine qu’une autre mieux affichée. Isolés sur un secteur « peu fréquenté » par la recherche, tous ces faits méritent de se retrouver symboliquement dans ce billet, témoins de potentiels en devenir. Intégrés à une zone concernée par d’autres projets, ils valent la peine d’être au moins compulsés.

Le site de Mornant La Condamine livre deux de ces cas de figure. Il s’agit en premier lieu d’un réseau fossoyé qui s’appuie sur les infrastructures servant l’aqueduc antique et se développe depuis la fin de son usage jusqu’au XVIIIe s. Le second cas porte sur un dépotoir contemporain dont la mise en place reflète autant le devenir de vaisselles et autres artefacts d’origines diverses entre le XIXe et le milieu du XXe s., qu’il donne un aperçu à hauteur d’homme des effets des remembrements qui ont suivi la seconde guerre mondiale et des usages de vie en plein champ.

 

  1. Un réseau fossoyé installé dans la durée (Fig. 1)

Après l’abandon du transport de l’eau vers Lyon, la voûte du canal antique et l’exutoire restent longtemps en place. Les colmatages argilo-sableux hydromorphes sont en effet épais dans la conduite et fossilisent le négatif de l’infrastructure latérale. Leur dépôt est beaucoup plus lent que ne l’est celui des remblais à tendance limoneuse et chargés de blocs divers qui prennent la suite du comblement une fois la voûte mise à mal. Dans cet intervalle de temps dont on ignore la durée, l’extrados affleure et est éventuellement signalé en surface par un léger talus. Ce n’est pourtant pas ce massif linéament maçonné qui fonde le réseau à venir.

Fig. 1 — Plan masse de la fouille et phasage du réseau fossoyé de l’Antiquité à nos jours. DAO : C. Coquidé, Inrap.

Le décapage des abords immédiats de l’ouvrage livre 5 fossés et 5 drains, ce qui représente une forte densité de vestiges pour une si modeste emprise.  Le développement du réseau s’appuie d’abord sur le fossé 14 qui servait de déversoir à l’exutoire. Celui-ci est, après abandon de l’aqueduc, prolongé au-travers et au-delà du canal vers le sud (3). Cette extension sert d’amorce à deux fossés perpendiculaires et de profils différents qui s’y appuient sans interférer avec elle (2 et 12). Seul le fossé 2 est plus tard curé et reçoit finalement des éléments issus de la voûte qui paraît ainsi (partiellement) démontée à dessein. Ces fossés, hors F 14, sont ensuite comblés et colmatés par une colluvion quasi stérile dénotant un environnement proche peu anthropisé. Son épaisseur surprend – près de 50 cm accumulés en une dizaine de siècles – alors que les millénaires précédents ne laissent presque aucune sédimentation au-dessus du socle rocheux primaire qui sous-tend les niveaux.

Une série de drains (implantés sur la colluvion) évacue plus tard les ruissellements collectés par l’aqueduc qui est alors colmaté aux deux tiers. Le drain 16 succède au drain 20 ; tous deux se jettent au haut du fossé 14, partiellement comblé mais toujours actif ; ils sont remplacés par le drain 18 branché cette fois sur l’ancien exutoire. La céramique qui apparaît à ce niveau est moderne (XVIe-XVIIIe s.), laissant à penser que l’échancrure du système d’évacuation antique installée sur le piédroit droit est encore assez tangible (peut-être sous la forme d’une petite dépression) pour canaliser des eaux longtemps après abandon. Deux autres drains (10 et 11), plus modestes, contribuent à assainir le terrain sans connexion stratigraphique avec les vestiges précédents ; ils livrent quelques tessons post-médiévaux.

Étonnamment, le tracé de l’aqueduc joue un rôle modéré dans la distribution des espaces qui transparaît grâce aux limites fossoyées. Son orientation elle-même ne se transmet pas aux faits postérieurs, tous s’accordent en effet sur l’inclinaison du fossé de l’exutoire qui sert de départ à la création de plusieurs parcelles dont on ignore l’épicentre. Aucun site rural n’est reconnu à proximité immédiate (en l’état des recherches). Sur le cadastre napoléonien, où aucune division parcellaire ne correspond à celle du plan-masse, le hameau de La Condamine est à 150 m au nord, un autre ensemble bâti est localisé 260 m au nord-est.

Sur l’emprise, les surfaces sont exploitées et évoluent en continu sur plus de 15 siècles puisque, même si les fossés ont disparu – éventuellement remplacés par des limites qui n’impactent pas le sous-sol – le terrain bénéficie dorénavant d’un drainage plus soutenu. C’est là qu’intervient in fine l’aqueduc romain, contrainte inamovible collectant des eaux ruisselées depuis l’amont de la pente et qu’il convient d’évacuer (Fig. 2).

Fig. 2 — Vue du décapage vers le sud-est. Cliché Inrap.

 

Fig. 3 — Détail du fossé 14 et des drains 20, 16 et 18, vue vers le sud. Cliché Inrap.

Les comblements des vestiges en creux sont aussi un moyen d’accéder à l’environnement des lieux que l’on explore. La parcelle fouillée ne fossilise que peu de mobiliers ou d’inclusions révélatrices d’une activité humaine. Des nodules de terre cuite sont néanmoins observées dans le remplissage de fond du fossé 3 venant de l’amont de la pente. Plus tardive, la céramique moderne issue du comblement supérieur du fossé 14 et du dernier drain (18) est fragmentée mais récurrente, signalant une exploitation accrue de ce secteur dès le XVIe-XVIIIe s. Quant à la puissance de la colluvion, elle dénote un changement notable dans le traitement des surfaces qui a permis de stabiliser au moins un temps la couverture superficielle.

 

  1. Un mobilier contemporain relégué sous l’extrados

Un mobilier relégué sous une portion de voûte encore in situ permet d’esquisser un lien inattendu avec l’époque contemporaine. Ce dépotoir (23), principalement constitué de verre, est relevé dans un espace libre préservé sous l’intrados. Son prélèvement a bénéficié, par le plus grand des hasards, de la présence dans l’équipe d’un spécialiste du verre moderne et contemporain (Séphane Brouillaud, Inrap). La collecte aurait eu lieu quoiqu’il en soit (par prélèvement de toutes les catégories de mobiliers sans égard pour leur joliesse mais en prêtant attention aux marqueurs significatifs, décors et estampilles) ; mais elle a bénéficié ici d’un regard plus averti qu’il ne l’aurait été dans d’autres circonstances.

Fig. 4 — Quelques vases en verre et faïence du dépotoir 23. Études et clichés S. Brouillaud, A. Horry, Inrap.

Certaines productions sont typiques de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle, notamment dans le registre de la verrerie domestique et pharmaceutique à usage privé (verres, bouteilles, vase, cendrier, pots à usage varié). Les marques mentionnées sur la verrerie d’emballage révèlent une mise en circulation de certaines pièces jusque dans les années 1946-1947. La céramique en faïence qui accompagne, dans une moindre mesure le lot, est plus récente, produite à partir des années 1920. Un chandelier et des conserves en fer complètent cet assemblage. Le milieu du XXe s. (la fin des années 1940) est ainsi considéré comme le terminus post quem d’un dépotoir qui rassemble des objets de la vie quotidienne sur largement plus d’un demi-siècle.

On ignore a priori si ces objets ont été déposés en une ou plusieurs fois et si le bris précède ou est concomitant de la déposition. Leur lieu d’origine interroge tout autant. Ce secteur est en effet localisé à distance de tout corps de bâtiment relevant de la période considérée (voir supra .1).

 

L’examen du cadastre napoléonien et de clichés du XXe s. permettent de proposer, à titre d’hypothèse, une réponse à ces interrogations. Au XIXe s., la parcelle 209 située immédiatement à l’est du décapage est très petite et porte un symbole quadrangulaire associé à une lettre illisible qui n’est pas celle de la terre labourable, du pré, de la vigne ou des vergers. Bien que le symbole ne soit pas de teinte carmin, comme le sont les édifices sur ce support, on peut envisager là un cabanon destiné à abriter des outils servant à travailler les parcelles, voire héberger un bœuf ou un cheval. Cette catégorie de bâti n’est pas rare en pleine campagne et peut être à même d’abriter un stock de récipients déclassés issus d’un foyer domestique. Entassés sur plusieurs décennies, voire sur un siècle, ils permettent une relative autonomie aux travailleurs des champs, assurant provisions et éclairage tout au long de la journée. Les nombreux récipients en verre de petites capacités ont pu aussi contenir divers produits et participer au traitement des cultures ou au soin des animaux (…).

Un cliché aérien daté des années 1950-1965 montre que, peu après la relégation de ce mobilier, l’environnement est encore très rural. En revanche, les petites parcelles ont été pragmatiquement intégrées aux plus vastes. C’est le cas de la parcelle 209 qui disparaît, sa surface ne livrant plus aucun aménagement particulier. Le remembrement qui a eu lieu a pu être le motif de l’arasement d’un cabanon devenu inutile. Si ses matériaux de construction ont pu être remployés ou brûlés, les mobiliers qu’il renfermait ont éventuellement trouvé une place, à moindre frais et à peu de distance, sous la voûte entrouverte de l’aqueduc antique dont la béance devait être perceptible depuis la surface. L’extension du dépotoir dans cette direction (vers l’est) et hors les limites du décapage archéologique est un dernier argument plaidant en faveur de l’apurement d’une surface agraire utile, incluant la destruction d’un abri qui devait être particulièrement encombré.

 

Pour conclure

Pour être mineurs et assez peu contextualisés, les vestiges de « troisième rang » mis au jour lors de cette fouille sont porteurs d’informations sur le temps long, relatives à l’occupation du sol, à l’évolution des formes liées à la scansion de l’espace ou à la rémanence de certaines limites au détriment d’autres. Les stratigraphies et les mobiliers sont révélateurs de la marque de l’Homme sur le paysage, tandis qu’un lot mobilier récent matérialise une consommation devenue industrielle dont les productions peuvent avoir plusieurs vies. Celui-ci s’intégrera d’ailleurs peut-être, comme d’autres ensembles avant lui (Brouillaud 2019), à un projet de publication sur ce thème. D’autres auteurs se sont attachés à cet exercice en exposant la variété de tels cas de figure (par exemple Fajon 2011, même si le titre affiché par l’article ne rend que partiellement compte de la richesse des exemples cités).

Ce billet qui a pour objectif d’attirer l’attention sur ces traces archéologiques mineures disséminées au grès des rapports, dit aussi l’importance des textes de conclusion, des résumés et des mots-clés dans la transmission de ces données. Que ceux qui abordent une nouvelle zone d’étude n’hésitent pas en retrouver les traces en compulsant la base de données Patriarche et les Bilans scientifiques régionaux puis les rapports d’opération, à la recherche de mondes anciens à peine entrevus.

 

Références bibliographies

Brouillaud 2019 : BROUILLAUD S. – Les verres opalins d’époque contemporaine issus du site du Puisoz à Vénissieux (Rhône), Revue archéologique de l’Est, T.68, 2019, p.355-366.

Coquidé, en cours : COQUIDE C. – Mornant (Rhône), La Condamine, 9 rue des Rossignols, Rapport final d’opération de fouille, Inrap Auvergne – Rhône-Alpes, Bron.

Fajon 2011: FAJON Ph. –L’archéologie et l’analyse du paysage : question de méthode ! ou Pourquoi l’archéologie s’intéresse-t-elle tant au paysage ?, In: Le paysage et l’archéologie : méthodes et outils de la reconstitution des paysages, Neuchâtel, 2010, Actes du 135e Congrès national des sociétés historiques et scientifiques, 135-2, éditions du CTHS, 2011, p. 33-48.

 

Citer ce billet : coquidecatherine, "Plaidoyer pour les vestiges de troisième zone." Le Fil d'ArAr, 30/06/2021, https://lefildarar.hypotheses.org/4379.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.