Apprise et oubliée : l’écriture en devenir

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de N. Moncunill Martí, M. Ramírez-Sánchez (eds.), Aprender la escritura, olvidar la escritura. Nuevas perspectivas sobre la historia de la escritura en el Occidente romano (Anejos de Veleia, ser. minor, 4), Vitoria-Gasteiz 2021.

 

Quand ils s’intéressent à l’écriture, les historiens de l’Antiquité se concentrent généralement sur l’apparition de la ‘literacy’. De ce point de vue, l’originalité de cet ouvrage apparaît dès le titre : si on adopte le temps long, le processus d’acquisition de l’écriture n’est nullement linéaire : il y a effectivement des périodes où la pratique se généralise, et d’autres où elle régresse. Ainsi, après les progrès notoires de l’Antiquité, le haut Moyen Age voit l’écriture se recroqueviller, limitée aux clercs qui copient aussi les œuvres  du passé. Plus tard, un processus d’apprentissage généralisé se met en place et une proportion croissante de la population réapprend à lire et à écrire.

Dans une bonne partie de la Méditerranée nord-occidentale, au cours des siècles qui ont vu s’étendre la conquête romaine, un certain nombre de peuples ont dû, également, désapprendre leurs écritures, et souvent, en même temps, la langue qu’elles servaient à noter : cela a été le cas des utilisateurs de l’écriture libyco-berbère, de l’intérieur du Maghreb jusqu’aux Canaries, mais aussi des scripteurs turdétans, au Sud de l’Espagne, des utilisateurs des différentes variétés d’écriture paléo-hispanique au Sud-Ouest de la péninsule, et bien sûr des Ibères, qui ont perdu à l’arrivée des Romains à la fois leur langue et leur écriture. En Italie, les Lépontiques du Sud des Alpes centrales parlaient une variante locale du Celtique ancien  qu’ils notaient à l’aide d’un système d’écriture original, dérivé de l’étrusque, l’alphabet rhétique : ils ont dû y renoncer avec la romanisation au Ier s. av. n. ère. Chez les Sabins, le système d’écriture Sabellien s’est contenté d’ajouter des signes graphiques aux systèmes empruntés contemporains, mais Rome a là aussi joué un rôle unificateur. Tous ces exemples sont abordés par les contributions préromaines de cet ouvrage, qui en occupent environ les trois-quarts.

Un peu comme de nos jours, où l’étude des accents spéciaux en Europe mériterait une étude dédiée, l’utilisation de caractères spéciaux veut à chaque fois rendre compte de spécificités irréductibles : un accent tonique, une diphtongue ou une manière particulière de prononcer une voyelle, qui n’appartient qu’à cette langue, dans cette région : c’est par exemple le cas de la réforme de l’alphabet osque, vers 300 av. J.-C., qui cherche à rendre compte de la prononciation de <í> et <ú>, en fonction de leur position dans le mot. Mais dans la création d’un système d’écriture cohérent, en adaptant un système étranger, chaque langue doit préciser une nouvelle norme : ainsi, pour l’usage des lettres C, K et Q entre le grec et le latin, sans doute en passant par l’étrusque.

Les provinces romaines font ici l’objet de moins de contributions, nécessairement plus dispersées dans le temps et dans l’espace. Avec des corpus beaucoup plus fournis que précédemment, l’épigraphie romaine doit gérer des quantités de données considérables et demandant, de fait, une mise à jour permanente. Le corpus de PETRAE sur les inscriptions d’Aquitaine renoue ainsi avec les vastes projets du XIXe siècle. Là où les premiers inventaires reposaient sur des réseaux et des investissements humains de plusieurs décennies1, les projets actuels se heurtent aux problèmes techniques que pose le traitement de données massives, mais aussi à la pérennité des outils informatiques qui, en quelques décennies, ont connu plusieurs révolutions. Néanmoins et bien qu’en phase d’enrichissement permanente, ce type de corpus permet d’ores et déjà de réfléchir aux origines de la literacy en territoire aquitain, à la persistance de la langue gauloise au début de l’Empire et aux implications sociales de la langue, notamment grâce à la pris en compte des défixions.

A l’échelle d’une province romaine bien documentée comme la Britannia, les inventaires les plus avancés mettent en lumière le rôle de deux structures essentielles dans la diffusion de l’écriture et de la lecture : l’armée et les villes. Pour autant, une appréciation générale du niveau de ‘literacy’ à une époque donnée se heurte à de sérieux problèmes théoriques. Il faut évidemment prendre en compte les écrits de toutes les classes sociales et pas seulement les plus favorisées, donc non seulement les inscriptions lapidaires mais aussi tous les graffites et, d’une manière générale, l’instrumentum inscriptum. Mais comment quantifier des documents aussi différents, et souvent datés selon des échelles très diverses ? Malgré les difficultés, les évolutions récentes, qui regroupent l’étude des inscriptions, tous supports confondus, et les instruments de l’écriture, vont clairement dans le bon sens : plus on s’intéresse à des objets modestes, plus on dispose de contextes archéologiques bien datés, autorisant une analyse fine des phénomènes liés à l’écriture.

Adopter l’écriture n’est pas seulement, en soi, un changement radical de gestion de  la mémoire, des personnes et des choses. C’est aussi et surtout, comme ce volume le met en valeur, une manière pour une société de s’adapter résolument à un monde qui change. C’est la raison pour laquelle les évolutions de langue et d’écriture, qui traversent toutes les contributions de ce recueil, sont des moments privilégiés pour observer la prise en charge de ces évolutions. L’exemple du Kazakhstan, cité dans l’un des derniers articles, est révélateur : ce pays a en effet décidé, en 2018, de se détourner de l’alphabet cyrillique pour adopter l’alphabet latin. Passant ainsi d’un système de 32 caractères à 26 lettres, le pays va devoir gérer les transformations d’usage, d’orthographe et, inévitablement, de langue qui vont découler de cette décision. Cela passera, sans doute, par la mise en place d’un certain nombre de signes diacritiques permettant de noter les tensions entre la langue et l’écriture.

Cette approche dynamique de la ‘literacy’ nous rappelle que les sociétés traversent chacune à leur tour, et à leur rythme, les étapes permettant une  adaptation optimale à leur environnement. Héritiers de l’une des plus vieilles langues européennes, nos collègues basques ont réussi, avec ce recueil savant, à tracer des liens très stimulants entre l’Antiquité et notre monde moderne.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Apprise et oubliée : l’écriture en devenir." Le Fil d'ArAr, 27/08/2021, https://lefildarar.hypotheses.org/4331.

 

 

  1. Voir la biographie récente d’E. Espérandieu : https://lefildarar.hypotheses.org/4327 []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.