Emile Espérandieu, soldat-archéologue

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de M. Altit-Morvillez, Emile Espérandieu (1857-1939). Un archéologue entre institution militaire et monde académique (Archives et Histoire de l’Archéologie, 4), Drémil Lafage 2021.

 

Avec ce nouveau volume de la collection AHA consacrée à l’histoire de l’archéologie, M. Altit-Morvillez s’intéresse à une personnalité marquante de la fin du XIXe et de la première moitié du XXe siècle : Emile Espérandieu, surtout connu aujourd’hui pour son grand œuvre, le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, mais dont toute la carrière s’avère représentative d’un moment-clé de l’histoire de l’archéologie française et européenne. Le nouvel éclairage  de cet ouvrage provient du classement et de l’analyse des archives Espérandieu, que l’auteure a pu étudier au Palais du Roure, à Avignon. Cette documentation originale, en très grande partie inédite, représente environ 15000 lettres, reçues de 2500 correspondants ; elle a été étudiée par l’auteure dans une thèse soutenue en 2014.

Né à Saint-Hippolyte-de-Caton, petit village des Cévennes entre Uzès et Alès, E. Espérandieu est un jeune protestant républicain qui choisit, à 18 ans, de devancer l’appel pour s’engager dans l’armée : il imagine revenir cinq ans plus tard pour aider son père à la ferme, mais la vie en décide autrement : ayant réussi le concours de Saint-Cyr, il choisit d’embrasser la carrière militaire, et se voit envoyé en Tunisie où il reste moins de deux ans (1881-1882). En Afrique, il découvre l’épigraphie romaine, et une passion pour l’Antiquité qui décide de sa vocation. Son inventaire des inscriptions du Kef1 lui permet d’entrer dans le monde académique, où ses premiers pas sont guidés par le P.  Delattre, encore R. Cagnat. La passion devient dévorante et, bientôt, la hiérarchie militaire se plaint de ce que le soldat est trop archéologue. Mais Espérandieu, qui n’a pas fait d’études avancées, découvre un monde inconnu et comprend qu’en publiant des documents inédits, on peut s’y faire une place. Il est soutenu dans ses efforts par un autre autodidacte indépendant, A. Allmer, et bientôt à Paris par S. Reinach, qui entrevoit le potentiel de ce jeune collaborateur.

Dans ces années de formation, Espérandieu découvre deux aspects non écrits de ce monde nouveau : d’une part, un provincial a une carte à jouer contre les élites parisiennes, très mal vues en province ; d’autre part, un réseau peut se construire entre des correspondants qui s’estiment, se renseignent mutuellement, échangent des services. Durant toute sa carrière, il joue sur ces deux tableaux, même une fois accepté dans les élites académiques. Mais le milieu n’est pas tendre et les très vives critiques soulevées par son inventaire des cachets d’oculistes2 lui rappellent qu’on ne sort pas sans risque de son champ de légitimité3.

En cette fin du XIXe siècle, la grande affaire de l’épigraphie est le projet monumental du CIL (Corpus Inscriptionum Latinarum), dirigé par un savant allemand prestigieux, l’immense Theodore Mommsen. Malgré la défaite de 1870, les épigraphistes français sont, bon gré mal gré, embauchés par les responsables du projet pour glaner les inscriptions inédites, signaler les publications locales peu connues et faire du CIL un répertoire aussi complet que possible. Espérandieu joue le jeu et s’attache ainsi la reconnaissance de nombre de savants allemands, dont il admire les qualités scientifiques. Malgré la dégradation des relations franco-allemandes jusqu’à la veille de la première Guerre mondiale, ce réseau scientifique maintient un lien d’estime réciproque entre les scientifiques des deux pays. En défendant par exemple le conservateur du musée de Metz, auquel l’administration refuse d’emporter ses affaires personnelles après la capitulation allemande, Espérandieu renforce ses réseaux internationaux ; il en bénéficiera à son tour quand il aura besoin de publier les sculptures de Germanie.

Né en 1902-1903, le projet du Recueil des bas-reliefs se présente d’emblée comme une revanche, qui « consolera la science française d’avoir laissé publier le Corpus des inscriptions de la Gaule par l’Allemagne » (S. Reinach, p. 171). En marge de ses inventaires épigraphiques, Espérandieu avait en effet noté quantité de reliefs et de sculptures qu’il regrettait de ne pas pouvoir publier dans le cadre très contraint du CIL. Il forme donc ce projet de corpus avec une double nouveauté : d’une part, les reliefs seront bien sûr illustrés, mais surtout, textes et images seront intégrés dans une même mise en page. Ce parti-pris, banal aujourd’hui, est alors révolutionnaire, et sa réalisation ne va pas sans poser des problèmes délicats aux imprimeurs. Malgré les difficultés multiples (nécessité de voyages, documentation des pierres, qualité des illustrations), Espérandieu se révèle l’homme de la situation. En témoignent la publication successive, sur une trentaine d’années, des onze volumes de cette œuvre monumentale 4

C’est, finalement, à ce projet encyclopédique qu’Espérandieu doit la reconnaissance tant espérée du milieu académique. A partir des années 20, il devient, grâce au Recueil, un membre à part entière de l’élite des savants. Utilisant au mieux ses réseaux français et étrangers (allemand notamment), Espérandieu a pu s’imposer à un moment où la recherche française voyait, face aux concurrences étrangères, les limites d’un système basé sur l’amateurisme. De façon très symbolique, Espérandieu disparaît en 1939, année de la création du Cnrs. Après la seconde guerre mondiale, le modèle d’une archéologie professionnelle s’impose dans les différents organismes concernés (recherche, musées, Culture …). Espérandieu reste le symbole d’une période embryonnaire de la discipline, où l’archéologie était réservée aux oisifs fortunés, aux prêtres … ou aux soldats.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Emile Espérandieu, soldat-archéologue." Le Fil d'ArAr, 20/06/2021, https://lefildarar.hypotheses.org/4327.

 

  1. E. Espérandieu, Epigraphie des environs du Kef – Inscriptions recueillies en 1882-1883, Champion, 1884. []
  2. E. Espérandieu, Recueil des cachets d’oculistes romains. RA, 1893, 1, 296-328 ; 1893, 2,
    16-33, 139-156, 309-338 ; 1894, 1, 54-64, 216-229, 379-388 ; 1894, 2, 44-59, 157-179. []
  3. M. Altit-Morvillez, Emile Espérandieu et les cachets d’oculistes romains []
  4. Vol. 1 (1907) ; Vol. 2 (1908) ; Vol. 3 (1910) ; Vol. 4 (1911) ; Vol. 5 (1913) ; Vol. 6 (1915) ; Vol. 7 (1918) ; Vol. 8 et 9 (1922-1925) ; Vol. 10 (1928-1931) ; Vol. 11 (1938). []

Une réflexion sur « Emile Espérandieu, soldat-archéologue »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.