Étudier et/ou restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux

L’histoire de l’architecture médiévale a été écrite, à partir du milieu du XIXe siècle, par des hommes dont la formation, le parcours professionnel et les objectifs étaient variés. Tous ont élaboré leurs propres méthodes d’analyse et leurs propres grilles de lecture du bâti médiéval, qui sont à l’origine de nos pratiques en histoire de l’art et en archéologie. 

S’intéresser à ces hommes et à leurs travaux : tel est l’objectif de ces manifestations intitulées Étudier et restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes et enjeux qui se déclinent en deux volets : la journée d’études virtuelles (I), ici présentée, et le colloque international (II), qui aura lieu en visioconférence du 3 au 5 juin 2021. Ces deux rencontres proposent de mettre en œuvre, à l’échelle de l’Europe occidentale, une approche épistémologique des sciences médiévales consacrées au bâti castral, civil ou religieux. 

D’abord prévue en mars 2021, la première journée a été organisée sous une forme virtuelle en raison de la crise sanitaire qui interdisait de l’organiser en présentiel au mois de juin. Les communications proposées ci-dessous concernent particulièrement les motivations et les enjeux de l’étude ou de la restauration du bâti médiéval dans un large XIXe siècle.

Programme 

« Introduction » par Laura FOULQUIER et Anelise NICOLIER (ArAr, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138)

« Les enjeux de l’observation et de l’étude des édifices médiévaux. Histoire et perspectives » par Alain GUERREAU (CNRS) 

 « Les archéologues au-dessus du sol en Belgique (1850-1950) » par Philippe MIGNOT (Agence wallonne du Patrimoine, Belgique)

« Patrimoine et reconnaissance. L’architecte et l’art de capitaliser sur le bâti médiéval dans la seconde moitié du XIXe siècle » par Olivier PRISSET (Université de Tours, InTRu) 

« Auguste Bernard versus l’abbé Roux. Les répercussions historiographiques d’une querelle scientifique et politique au milieu du XIXe siècle » par Olivia PUEL (Laboratoire ArAr, Archéologie et Archéométrie, UMR 5138)

« Le Père de la Croix et l’archéologie chrétienne à la fin du XIXe siècle » par Bonnie EFFROS (Université de Liverpool, Angleterre)

 « Restaurations et réactions face à la disparition : naissance d’un intérêt pour le patrimoine médiéval dans les abbayes cisterciennes de Franche-Comté aux XIXe et début du XXe siècles » par Clémentine VILLIEN (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, LaMOP – UMR 8589) 

 « Georges Rohault de Fleury et l’invention du Moyen Âge : un regard sur Pise » par Fabiana SUSINI (Université de Florence, Ville de Pise, Italie) et Fanny WEITEL (Université de Strasbourg, Ville de Pise, Italie)

« Restituer les couvents médiévaux à l’aube du XXe siècle. La Gallia dominicana de l’architecte Georges Rohault de Fleury » par Haude MORVAN (Université de Bordeaux Montaigne) 

Comité scientifique 

Bonnie Effros, Professeure d’Histoire économique et sociale, Université de Liverpool

Nicolas Faucherre, Professeur d’Histoire de l’art et archéologie du Moyen Âge, Université d’Aix-Marseille

Alain Guerreau, Historien médiéviste, Directeur de recherche honoraire au CNRS

Jean-Marie Guillouët, Maître de conférences en Histoire de l’art médiéval, Université de Nantes

Dale Kinney, Professeure émérite d’Histoire de l’art, Université Bryn Mawr (Pennsylvanie)

Haude Morvan, Maître de conférences en Histoire de l’art médiéval, Université Bordeaux-Montaigne

Jean-Michel Poisson, Maître de conférences honoraire en Histoire et archéologie du Moyen Âge, EHESS

Nicolas Prouteau, Maître de conférences en Archéologie médiévale, Université
de Poitiers

Comité d’organisation 

Le comité d’organisation est composé des membres du groupe de recherche L’architecture médiévale à l’épreuve des sociétés modernes, sous la direction de Laura Foulquier, docteure en histoire de l’art médiéval, Anelise Nicolier, docteure en histoire de l’art médiéval et Olivia Puel, docteure en archéologie médiévale. 



Citer ce billet
lfoulquier (2021, 30 avril). Étudier et/ou restaurer le bâti médiéval (1850-1950). Acteurs, méthodes, enjeux. Le Fil d'ArAr. Consulté le 21 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/qsye

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.