Instrumentum fundi

St. Mauné

 

Compte-rendu de : Guillaume Huitorel, Outils, bâtiments et structures d’exploitation des campagnes du nord de la Gaule. Essai de caractérisation des équipements et des activités des établissements ruraux (Ier-Ve s. ap. J.-C.) (Monographies Instrumentum 66), Éditions Mergoil, Drémil-Lafage 2020.

 

Les innombrables découvertes qui accompagnent le formidable développement de l’archéologie préventive depuis une trentaine d’années, ou proviennent de fouilles programmées, constituent un véritable écueil à l’analyse et au traitement scientifique global des données. Ce foisonnement rend difficile les synthèses, et l’accélération du rythme des trouvailles oblige les chercheurs à segmenter leurs travaux dans l’espace ou dans le temps. Ce constat qui concerne peu ou prou toutes les périodes étudiées depuis le Néolithique moyen est particulièrement prégnant pour l’époque romaine et pour l’étude de l’outillage et des structures de production, en contexte rural, même si quelques monographies de fouille comme celle, remarquable, de Champion-Hamois, permettent de disposer d’études de cas heuristiques.

L’ouvrage de Guillaume Huitorel, récemment publié aux éditions Mergoil, tiré d’une belle thèse de doctorat dirigée par Paul Van Ossel et soutenue à la fin de l’année 2017 à l’Université Paris-Nanterre (UMR ARSCAN, équipe GAMA) constitue un joli démenti à ce bilan un peu pessimiste. Il montre aussi qu’en la matière, les thèses, surtout lorsqu’elles reposent sur des inventaires précis et raisonnés, constituent un apport scientifique de premier plan aux questions soulevées par cette multiplication des objets d’étude. Il est d’ailleurs regrettable qu’elles ne soient pas prises en compte dans les bilans de la recherche archéologique en France (CNRA). C’est se priver d’un précieux outil d’analyse pour l’orientation des futures recherches et ignorer les apports de nouvelles générations de chercheurs, qui se doivent d’être soutenues et encouragées.

Ce beau livre en quadrichromie de 556 pages, agrémentées de 237 illustrations diverses, comporte trois parties distinctes qui précédent deux annexes et le répertoire des 140 sites pris en compte, ainsi qu’une riche bibliographie. Il faut remercier une nouvelle fois les éditions Mergoil et leur directrice Claire Léger pour l’investissement consenti dans la publication des travaux de jeunes docteurs, ainsi que Michel Feugère qui dirige la collection des Monographies Instrumentum.

La lecture de l’ouvrage, notamment illustré par des restitutions et schémas explicatifs particulièrement didactiques, est très agréable. L’objectif est de traiter l’instrumentum fundi, c’est-à-dire « l’ensemble des équipements immobiliers et mobiliers qui participent aux activités des établissements ruraux », qu’elles soient agricoles ou artisanales. Le champ chronologique retenu couvre une longue période, comprise entre le Ier s. av. et le VIe s. ap. J.-C. La zone d’étude prise en compte s’étend de la rivière Vilaine (France) jusqu’au limes germanique et du nord au sud, des Pays-Bas jusqu’au nord du massif central : une vaste zone donc, à cheval sur plusieurs provinces.

L’analyse proposée par l’auteur est prudente, et les biais ou les manques ne sont pas contournés ou sous-estimés, ce qui témoigne de son honnêteté intellectuelle ; elle repose sur une bonne maîtrise de l’historiographie de son domaine d’étude et sur l’exposé préalable du traitement des informations. Les résultats des fouilles de 313 établissements ruraux ont été examinés et au final, 140 d’entre eux ont été sélectionnés, comportant 628 bâtiments et structures d’exploitation, et 877 outils. Ce dernier total peut paraitre faible mais il faut rappeler qu’en raison de phénomènes de récupération systématique, les outils en métal (fer essentiellement) ont pour la plupart été recyclés. Dès lors, on ne sera pas surpris du fait que c’est là que réside la faiblesse principale de l’analyse, ce que reconnaît à de multiples reprises l’auteur.

L’originalité de ce travail vient du croisement des données avec les contextes de découverte — les deux s’éclairant mutuellement — et de la présentation thématique des résultats, par secteur d’activité. Avant toute chose, G.H. propose pour les équipements immobiliers une répartition systémique en cinq types (bâtiments, aires ouvertes, récipients immobiliers, structures de combustion, appareils) puis 14 classes fonctionnelles qui se répartissent ensuite en 40 sous-classes. On trouve dans ce tableau, fort utile, toutes les structures susceptibles d’être mises au jour lors d’une fouille archéologique : il s’agit donc d’un véritable outil d’analyse fonctionnelle, d’autant qu’il intègre les typologies déjà existantes. Sont examinées une par une l’ensemble des rubriques du tableau à partir des données matérielles disponibles. G.H. livre donc ici une sorte de manuel fort pratique pour tout ruraliste de l’Antiquité, reposant sur des identifications comparatives mais parfois, aussi, sur des comparaisons ethnographiques. Dans un second temps, sont examinés ce que l’on peut définir comme des outils, c’est-à-dire des objets utilisés avec les mains pour produire ou fabriquer, directement ou indirectement, à différents stades, des denrées agricoles ou des produits artisanaux ou transformés.

Cette partie factuelle de 220 pages, qui constitue le cœur de l’ouvrage, constitue la base de l’analyse rapide et efficace qui suit, et s’intéresse aux différentes activités des établissements ruraux, regroupées par catégories (agriculture et alimentation végétale ; élevage et alimentation carnée ; artisanat des végétaux, des sous-produits animaux ; matières minérales). Une fois les critères d’identification immobilière et mobilière clairement exposés, il devient en effet commode de balayer celles-ci et de montrer leur extrême diversité. Pour finir, l’auteur livre une synthèse — qu’il nomme fort prudemment « Essai de synthèse » — qui entend aborder la difficile question de l’interprétation socio-économique à donner à ces résultats. G.H. s’interroge sur les notions d’investissement, d’innovation et de hiérarchisation des établissements ruraux. Il fait la remarque salutaire de la possibilité du recours, pour les établissements considérés comme « familiaux » par Pierre Ouzoulias, d’une main-d’œuvre extérieure et parvient à s’extirper des pesanteurs idéologiques. Surtout, il propose qu’il faut envisager, même sur des petites exploitations, la production de surplus destinés à tirer des revenus de la terre ou de l’artisanat. Dans une économie dynamique soutenue par une demande croissante en lien avec une démographie stimulante, la recherche du profit était plus répandue qu’on peut le croire et c’est sans doute elle qui explique la diffusion du progrès et la recherche de gains de productivité, bien perceptible par les investissements réalisés dans l’instrumentum fundi.

L’ouvrage de Guillaume Huitorel constitue, à l’échelle des Gaules, une référence désormais incontournable et l’on peut souhaiter que, sur le modèle qu’il a créé, d’autres thèses soient consacrées à d’autres zones de ce vaste territoire. De leur confrontation pourraient en effet être tirées de fructueuses comparaisons, utiles à l’analyse de la société rurale antique du monde romain.

 

Stéphane Mauné est Directeur de Recherche au CNRS, UMR5140 ASM-LabEx Archimede Montpellier

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.