webinaire programme du seminaire equipe 3 axe 1 : Du gisement à l’approvisionnement : extraction, transformation, diffusion, mise en oeuvre (1er semestre 2021)

Carrière de Cruas (Ardèche). cliché J. Tardieu.

 

04/02/2021, 18h-19h30

Introduction (H. Chopin, V. Kilgallon, Ch. Gaillard, UMR 5138 – Arar).

M. VACCA-GOUTOULLI (UMR 6573 – Centre Camille Jullian). La Carrière de l’Estel-sud à la Bégude de Vers-Pont du Gard (30)

L’étude archéologique de la carrière de l’Estel située en rive gauche du Gardon, 600 mètres à l’aval du Pont du Gard, débutait en 1998 par une fouille d’archéologie préventive suivie de trois campagnes de fouille programmée en 2000, 2001, 2002. Au cours de ces opérations, ce sont environ 8000 m2 de sols de carrières qui ont été étudiés et levés.  Les sols de carrière antiques, ceux de la carrière du XVIIIème jusqu’au début du XXème siècle ont été reconnus. Les thèmes abordés traitent des caractères physiques et mécaniques de la pierre, des stratégies d’extraction, du transport des blocs de grand appareil jusqu’au chantier de construction du pont, de l’habitat de carrier contemporain de la construction de l’aqueduc, de la nécropole antique occupant une partie du comblement de la carrière, de l’étude morpho-sédimentologique des dépôts naturels antiques et modernes.  Tous ces thèmes apportent des données sur le travail d’exploitation de la pierre dans un cadre social historiquement défini, et sur la manière dont les carriers se sont protégés contre le risque fluvial.

Carrière antique de l’Estel. Vue de la partie nord prise de l’Est. Été 2002. cliché V. Vachon, INRAP.

11/03/2021, 18h-19h30

Réunion d’équipe.

31/03/2021, 18h-19h30

A. BAUD, A. SCHMITT (UMR 5138 – Arar ; Université Lumière Lyon 2). L’approvisionnement en pierres dans les bâtiments savoyards du bord du Léman au Moyen Age.

L’architecture monumentale du bord du lac Léman en Haute-Savoie (ancien diocèse de Genève) bénéficient de différentes sources archéologiques et textuelles. Une prospection méthodique des bords du Léman a, en effet, permis de repérer certaines carrières de molasse susceptibles d’avoir été exploitées au Moyen Age comme celles du bois du Comte par exemple, dans le lit du ruisseau des Foges (Viry). Par ailleurs, les comptes de châtellenie de Ripaille fournissent un grand nombre d’informations sur les chantiers du château des comtes de Savoie du XIVe au XVe siècle. Plusieurs carrières de molasses sont nommées, la plupart non loin de Genève, de même celles de tuf qui se répartissent autour du chantier, sans oublier les galets provenant de l’Arve. On découvre également une organisation très bien rôdée du commanditaire et maître d’œuvre, jusqu’au carrier, puis bateliers et mains d’œuvre qui s’occupent du transport.

20/05/2021, 18h-19h30

G. MARTIN (INRAP, UMR 5138 Arar). Extraction, fabrication et diffusion des sarcophages en trachyte de la chaîne des Puys (Massif central, France) au premier Moyen Âge (Ve siècle-IXe siècle).

Depuis 2015, une équipe pluridisciplinaire[1] associant archéologues, géologues, spéléologues, tailleur de pierre, travaille, dans le cadre d’un projet collectif de recherche[2], autour d’un objet commun : l’étude de l’utilisation du trachyte. Il s’agit d’une roche volcanique de faible densité, dont l’exploitation amorcée durant l’Antiquité pour des blocs de construction se poursuit sous différentes formes jusqu’à l’Époque moderne. Notre équipe a axé ses recherches sur la fabrication et la diffusion des sarcophages durant le premier Moyen Âge à travers l’étude archéologique de plusieurs carrières.

À partir d’une date qui reste à préciser mais que l’on situe à la fin du IVe siècle ou au début du Ve siècle, cette pierre est utilisée pour la production de sarcophages et l’on assiste à l’ouverture de nouvelles carrières. Les sarcophages, d’abord rectangulaires, puis trapézoïdaux, vont alors se retrouver dans la plupart des nécropoles fouillées de la région.

A partir d’échantillons prélevés sur les cuves et les couvercles des sarcophages recensés il a été possible de remonter jusqu’à la carrière d’origine, et dès lors de proposer une carte de circulation de ces sarcophages.

Ainsi, lors de l’étude archéologique des carrières, des cavités de tailles variées laissent apparaître sur leurs parois les négatifs d’une extraction presque exclusive. Il s’agit d’arrachements caractérisant une production de sarcophage quasi standardisée. Les campagnes de fouilles ont mis au jour des fronts de taille, ensevelis sous les remblais issus de l’extraction, laissant apparaître de nombreuses traces d’outils caractéristiques qui permettent de reconstituer une partie de la chaîne opératoire.

Dans une carrière du volcan Sarcouy (au toponyme évocateur), un sarcophage en cours d’extraction, dans un état de conservation exceptionnel, a également été dégagé apportant des informations sur le travail du carrier mais aussi sur la période d’abandon et de stabilisation des cavités.

La présence de fragments de couvercle dans ces déblais indique que ces derniers étaient fabriqués en même temps que les cuves. Au Clierzou, c’est le fond d’une cuve que nous avons mis au jour, cela suggéré que malgré un relief que l’on sait conséquent, des modules aboutis sortait directement des cavités

Au niveau de l’ensemble des carrières, les sondages laissent apparaître des modes opératoires variables techniquement, parfois hésitants sinon malhabiles, notamment dans le rapport au matériau, suggérant une activité saisonnière qui ne serait pas uniquement le fait de professionnels.

L’extraction est donc très inégale, elle semble s’être étalée sur plusieurs siècles sous la forme de petits ateliers ou « concessions » venus se greffer les uns sur les autres, sans doute en fonction des commandes.

Par ailleurs, les parois des carrières ont pu être le support d’expressions artistiques ou cultuelles comme en témoigne une énigmatique sculpture à motif féminin qui rappel les canons antiques ou plusieurs graffitis probablement contemporains de l’extraction.

De plus, les découvertes ont permis de jeter les bases d’une quantification du nombre de sarcophages produit dans une cavité et d’établir un ratio du volume de roche extrait pour sortir un bloc brut.

Les premières estimations font état de plusieurs milliers, voire dizaines de milliers de sarcophages produits pendant toute la période mérovingienne. Les études montrent une carte de diffusion dans les nécropoles jusqu’à plus de 100 kilomètres des lieux d’extraction possiblement grâce à la pérennité du réseau viaire antique.

Devant l’ampleur du phénomène extractif, on ne peut que s’interroger sur les implications historiques et la dimension sociale d’une telle économie. Nos études sont balbutiantes mais elles permettent de saisir les bases d’une production organisée, économiquement importante, qui sous-entend un véritable fait social concernant un nombre conséquent d’acteurs.

[1] Pierre BOIVIN (Université Clermont Auvergne, Laboratoire Magmas et Volcans – UMR 6524), Bertrand DOUSTEYSSIER (Université Clermont Auvergne, Maison des Sciences de l’Homme), Didier MIALLIER (Université Clermont Auvergne, Laboratoire de Physique de Clermont – UMR 6533), Laurent ARBARET (Université d’Orléans, Institut des Sciences de la Terre d’Orléans – UMR 7327)

[2] PCR : Le trachyte en Auvergne. Exploitation, utilisation et diffusion de l’Antiquité à nos jours

03/06/2021, 18h-19h30

C. MOULIS (Université de Lorraine, UR HisCAnt-MA). Nous entrerons dans la carrière quand nos aînés n’y seront plus. Difficultés de découverte, de datation et d’interprétation des carrières médiévales en Grand Est.

L’approvisionnement en ressources lithiques est un élément essentiel de la logistique des chantiers de construction. Il reste que bien souvent, les lieux d’extraction restent difficiles à retrouver dans le paysage. En revanche, les carrières romaines, pourtant plus anciennes, restent relativement aisées à détecter. Ceci tient en réalité moins à la façon dont s’organise l’extraction, tant sur le plan technique que juridique, qu’à sa situation géographique. Si la carrière antique est exploitée quelquefois de façon quasi industrielle sur des kilomètres de front, et marque donc ainsi en profondeur le paysage, elle est également une entité économique à part entière, qui lorsqu’elle est de bonne qualité, peut s’exporter à des centaines de kilomètres. Ce phénomène est également porté par la densité et la qualité des voies romaines. Des carrières plus petites et circonstanciées à un chantier particulier existent également. On les retrouve dans le paysage car situées sur des secteurs abandonnés par l’Homme dans l’Antiquité tardive ou au haut Moyen Âge. Au Moyen Âge, l’économie de la pierre s’est repliée, du moins dans nos régions concernées. Dans le bâti, les variétés de pierres circulent alors peu. La ressource locale devient la norme. Le chantier de construction est alors alimenté par une carrière dont l’exploitation est autorisée par le seigneur, le possesseur, et semble provenir d’une distance inférieure à 10 km la plupart du temps. C’est ce que nous relatent la plupart des textes. Mais ces carrières ainsi citées existent elles déjà auparavant, ou sont-elles créées spécifiquement pour le chantier désigné ? Et lorsque les textes restent muets, existe-t-il tout de même une véritable carrière pour alimenter le chantier, ou bien cela se gère au gré de quelques bans exploitables découverts ici et là sur un territoire autorisé ?

Nos travaux ont tenté de croiser les données textuelles et celles du terrain, en tentant d’investir lorsque c’était possible les lieux propices à une exploitation circonstanciée. En général, les sites qui se tiennent à distance de l’urbanisation semblent les plus à même de livrer quelques vestiges de l’exploitation, les autres servant la plupart du temps de palimpseste où les périodes d’exploitations se surimposent au fil des siècles, effaçant peu à peu les fronts médiévaux.

Autre difficulté, l’outillage a peu évolué au fil des siècles, et les traces d’outils ne sont donc pas forcément un moyen pertinent de dater une carrière ; seul le mobilier qui lui est associé peut aider à préciser cette datation. Mais trop peu de carrières médiévales ont fait pour l’heure l’objet de fouilles pour prétendre à fournir une typologie de celle-ci, si toutefois elle existe. Car, selon le matériau exploité, la technique d’extraction change, l’ouvrier cherchant à rentabiliser au maximum ses gestes et donc sa fatigue.

 

01/07/2021, 18h-19h30

L. D’AGOSTINO (UMR 5648 Ciham). Les carrières d’Allinges et de Sixt (Haute-Savoie).

Conclusion (H. Chopin, V. Kilgallon, Ch. Gaillard).

Pour assister au séminaire ou pour toute autre question, vous pouvez contacter Charlotte Gaillard, Victoria Kilgallon ou Hervé Chopin grâce à l’adresse suivante : archeomed.arar@gmail.com

 

Une réflexion sur « webinaire programme du seminaire equipe 3 axe 1 : Du gisement à l’approvisionnement : extraction, transformation, diffusion, mise en oeuvre (1er semestre 2021) »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.