Le fonds d’archives Abauzit déposé au laboratoire ArAr

Michel Feugère

 

Pierre Abauzit, né à Bélarga (Hérault) en 1928, est décédé à Béziers en 2017. Durant la plus grande partie de sa vie, il a fait partie de cette espèce aujourd’hui pratiquement éteinte des archéologues amateurs, motivé par une insatiable curiosité et une énergie impressionnante. Chez lui, cet intérêt s’est d’abord appliqué à la préhistoire et à l’Age du Bronze1, mais avec la disponibilité de la retraite, il s’est transformé en une passion plus généraliste pour la documentation, en particulier pour des séries spécifiques d’objets archéologiques.

Dans ce cadre, en quelques trois décennies, P. Abauzit a accumulé une documentation stupéfiante sur différentes catégories d’objets, allant de l’Age du Bronze à l’époque moderne. Sans doute ses centres d’intérêt se sont-ils élargis, en fonction de ses rencontres et des demandes qui lui étaient adressées par de nombreux correspondants. Sur ses thèmes de prédilection, ses notes sont d’une ampleur qui se rapproche du niveau des chercheurs institutionnels. Conscient de ses lacunes académiques, P. Abauzit hésitait souvent à publier les documents qu’il regroupait avec tant de patience ; il accordait en revanche à la phase documentaire une énergie sans faille. Ainsi, au fil des années, a-t-il rassemblé une masse de données regroupée dans une centaine de classeurs, aux pages couvertes de son écriture nerveuse et d’images le plus souvent photocopiées dans les publications. Dans ses premières notes, qui remontent au début des années 60, les photocopieuses n’étaient pas disponibles dans les bibliothèques : il recopiait donc les dessins à l’encre sur des feuilles de papier pelure, plus tard du calque. A partir des années 80, les techniques de reproduction lui ont permis d’utiliser dans ses classeurs des images de meilleure qualité.

 

Une partie des archives de Pierre Abauzit dans son bureau de Béziers (2018) (ph. M. Feugère).

 

 

Un thème transversal : les estampilles

C’est sans doute à la fréquentation de son ami biterrois A. Bouscaras, un plongeur qui eut tant de découvertes à son actif (Rochelongue, La Nautique…), qu’on doit l’intérêt de P. Abauzit pour les estampilles d’amphores. Il a non seulement estampé et recopié toutes les marques recueillies par A. Bouscaras et ses contacts, mais élargi ensuite son enquête aux collections du Musée de Narbonne, puis à divers musées du Sud de la France, enfin d’Espagne. Les dossiers sur les estampilles d’amphores ont été confiés  pour exploitation à St. Mauné (UMR 5140) qui a notamment dirigé plusieurs thèses sur les producteurs d’amphores2.

Parallèlement et sans doute depuis l’époque où il travaillait à Moulins, P. Abauzit s’est intéressé à une catégorie encore peu étudiée en France, celle des mortiers et notamment les centres de production identifiés à partir de leurs estampilles. Sur ce sujet, les archives Abauzit, qui contiennent de nombreux relevés inédits, constituent un fonds de premier plan qui permettra à des chercheurs, par exemple des étudiants dans le cadre de masters ou de thèses, de faire en France l’équivalent du travail de K.F. Hartley en Grande-Bretagne et dans les régions septentrionales de l’Europe.

Dans ce fonds, le très volumineux répertoire de relevés d’estampilles sur céramique sigillée est sans doute moins original, différents projets (notamment anglais et allemands) ayant ces dernières décennies géré des collections analogues à l’échelle de grandes régions ou de provinces. En revanche, P. Abauzit a étendu son intérêt pour les objets estampillés à diverses catégories d’artefacts métalliques, et monté des dossiers sur les objets romains ou postérieurs.

 

Parures

Au-delà des objets estampillés, les recherches de P. Abauzit se sont portées sur des séries de parures, en privilégiant les périodes les moins bien connues ou répertoriées : plaques-boucles du haut et bas Moyen Age, fibules alto-médiévales, ferrets de ceinture ou agrafes à double crochet par exemple. Des classeurs ont été consacrés à des formes de bagues, sur laquelle l’attention avait souvent été attirée par une trouvaille locale, qu’il s’agisse de ses propres prospections de surface3 ou des découvertes montrées par l’une des nombreuses équipes archéologiques qu’il fréquentait assidûment en période de fouille.

P. Abauzit n’a pas pour autant négligé les autres catégories, et des séries comme les intailles, les objets de toilette, les amulettes mais aussi les figurine en terre cuite, par exemple, ont également bénéficié de notes et de classeurs. Au-delà d’un inventaire à la Prévert, qui du reste n’est pas encore réalisé puisque les classeurs arrivent à Lyon par petits lots, ce qui frappe, c’est la très grande variété des dossiers constitués au fil des années. Sans se fixer des limites très claires, que ce soit géographiques, chronologiques ou culturelles, P. Abauzit ouvrait un nouveau dossier pour toute catégorie de mobilier sur lequel il lui semblait pouvoir apprendre quelque chose. C’est cette très grande curiosité qui fait de ses archives une source documentaire surprenante, et suscite l’admiration.

 

Transmettre

En déposant ces dossiers au laboratoire Arar, en plein accord avec son fils Didier et la famille qui a décidé de nous les confier, nous pensons bien sûr aux multiples aspects d’Artefacts4 qui vont pouvoir bénéficier de la synchronisation avec ces notes, un travail qui a du reste déjà commencé ; mais il serait également souhaitable que des étudiants, des chercheurs d’ici et d’ailleurs viennent découvrir cette mine et, pourquoi pas, y trouvent des idées, des documents et des projets.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Le fonds d’archives Abauzit déposé au laboratoire ArAr." Le Fil d'ArAr, 18/06/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/42.

 

1On trouvera la liste des publications de P. Abauzit sur la page : http://www.archeophile.com/rw-bibliographie-abauzit.htm

2En particulier : Séverine Corbeel, Les producteurs de matériaux de construction en terre cuite et d’amphores en Gaule Narbonnaise. L’apport des estampilles à la connaissance des structures socio-économiques d’une province romaine (Ier s. av.-IVe s. ap. J.-C.) (co-direction St. Mauné et M.-B. Carre), thèse soutenue le 6 décembre 2018.

3L’ensemble du mobilier archéologique issu des prospections de P. Abauzit a été déposé au Musée de Béziers, les collections issues du département de l’Allier étant pour leur part transférées au Musée de Moulins.

4Artefacts.mom.fr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.