Ancienne abbaye d’Entremont à Glières-Val de Borne (Haute-Savoie)

Sidonie Bochaton

L’ancienne abbaye d’Entremont se trouve dans la nouvelle commune de Glières-Val de Borne formée en janvier 2019 à la suite de la fusion des communes d’Entremont et du Petit-Bornand. Des trois anciennes abbayes savoyardes de la congrégation d’Abondance (Fig. 1), elle est aujourd’hui la moins connue. En effet, l’abbaye mère d’Abondance et sa fille de Sixt font depuis 2015 l’objet de recherches archéologiques et historiques dans le cadre d’une thèse en archéologie médiévale1. Passée à la congrégation de Saint-Ruf en 1279, l’abbaye d’Entremont a été rapidement détachée de celle d’Abondance. Des prospections soutenues par la commune et autorisées par l’Etat ont visé à évaluer le potentiel archéologique du sol en prévision de la création d’un chantier-école de l’université Savoie Mont Blanc en 2021.


Figure 1 — Les maisons de chanoines réguliers dans l’ancien diocèse de Genève. DAO S. Bochaton.

 

La prospection géophysique conduite par Amélie Quiquerez (maître de conférences de l’université de Bourgogne/UMR ARTEHIS) a été menée sur deux parcelles attenantes aux bâtiments subsistants de l’ancienne abbaye. L’opération a eu lieu les 15 et 16 juillet 2020 et a bénéficié du soutien financier de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à travers l’appel à candidatures pour la bourse de son axe stratégique 1, intitulé « Les données de la recherche : de l’acquisition à l’archivage » (dir. Julien Aliquot et Romain Boissat), et destinée aux doctorants de la MOM. Sur place, nous avons été aidées par Christian Roussel.      

Description du site

L’ancien site abbatial d’Entremont se présente dans un état très semblable à celui de l’abbaye de Sixt en raison de la disparition, a une date inconnue pour le moment, mais postérieure à 1776, de sa ou de ses ailes latérales : ne subsistent aujourd’hui que l’aile nord du couvent et l’église au sud (Fig. 2).  


Figure 2 — Le site abbatial vu depuis le nord-est. Cl. S. Bochaton.

 

L’ancienne église abbatiale, désormais paroissiale, est construite sur une terrasse surplombant le reste des bâtiments conventuels (Fig. 2). Cette église est composée d’un vaisseau unique dont le mur de façade est orné de peintures murales datées de l’époque moderne, tandis que le chevet plat est partiellement dissimulé par une sacristie. La tour carrée du clocher est accolée au chœur du côté sud. Le chœur est richement meublé et décoré : des stalles de la fin du XVe siècle sont conservées, de même que des fonts baptismaux gravés du millésime 1503, et un riche retable de 1685. Dans la sacristie, le trésor de l’église comprend d’anciens reliquaires et des vêtements liturgiques. Quelques vestiges archéologiques témoignent de phases de travaux successives : dans le parement extérieur du mur gouttereau nord, on observe l’arc brisé d’une ancienne porte qui devait assurer la liaison avec le couvent situé au nord de la terrasse de l’église. À l’arrière du retable, des colonnes et départs de voûtes attestent la destruction du chevet ancien et sa réfection.


Figure 3 — Le site abbatial aujourd’hui. A droite l’église paroissiale et à gauche l’aile nord de l’ancien couvent. Cl. S. Bochaton.

 

Au nord ne subsiste que l’aile du couvent opposée à l’église : ce bâtiment, qui mesure 22,50 m de longueur pour 13,40 m de largeur, n’est plus relié à l’église en raison de la destruction, à une date inconnue, des ailes latérales. Transformé en logements loués par la commune, il s’organise sur quatre niveaux. Du côté sud, un double volé d’escaliers permet d’accéder à une cage d’escalier qui dessert l’ensemble des étages, depuis la cave jusqu’au second étage sous les combles. L’ensemble des ouvertures date au plus tard de l’époque moderne (Fig. 4).


Figure 4 — La façade sud de l’aile nord de l’ancien couvent. Cl. S. Bochaton.

Les prospections

L’opération visait deux objectifs principaux :
– détecter des vestiges maçonnés enfouis dans la parcelle de pré (n° 16), qui correspondraient à un état primitif du site abbatial,
– détecter des vestiges maçonnés enfouis dans la parcelle de jardin (n° 412) qui relie l’aile nord de l’ancien couvent au chœur de l’église par l’est, et qui correspondrait à l’aile latérale qui apparaît sur la documentation iconographique du XVIIIe siècle.


Figure 5 — Plan cadastral de l’ancienne abbaye d’Entremont. Ministère des comptes publics.

 

Deux techniques de prospection, électrique et magnétique, ont été mises en œuvre pour localiser les vestiges enfouis sur la parcelle 16,  mesurant 1 150 m2 (Fig. 6). Sur la parcelle 412, mesurant 210 m2 et aménagée en jardin avec des carrés surélevés de plantes et de fleurs, mais aussi des arbres, seule une prospection électrique était envisageable.


Figure 6 — Prospections en cours sur la parcelle n° 16. Cl. S. Bochaton.

Bilan provisoire

L’ensemble des données obtenues sur le site a donné des indications tangibles sur la localisation de quatre bâtiments disparus  :

  • une aile orientale de l’époque moderne : le plan du couvent dressé dans la seconde moitié du XVIIIe siècle (Archives départementales de la Savoie) montre une aile orientale aujourd’hui disparue qui correspond à la parcelle n° 412 du cadastre actuel et située au nord-est du site. La localisation de ce bâtiment est donc certaine. Par ailleurs, la différence de niveaux entre le sol de cette parcelle et celui de la parcelle au centre des bâtiments suggère que des murs pourraient être conservés en élévation, peut-être jusqu’au sol du premier étage.
  • une aile orientale de l’époque médiévale avec galerie de cloître : si les prospections n’ont pas donné de preuves de l’existence de cette ancienne aile, une ancienne porte dont seuls les piédroits et l’arc brisé n’ont pas été enduits apparaît dans le mur gouttereau nord de l’église et au niveau de la nef (Fig. 7). Cette porte a été condamnée à une époque inconnue, mais la forme et les matériaux utilisés suggèrent plutôt une datation du Bas Moyen Âge. Son emplacement l’identifie très clairement comme la porte qu’utilisaient les religieux pour rejoindre le chœur liturgique depuis le couvent : il faut donc probablement imaginer dans sa continuité une galerie de cloître qui s’appuyait sur une aile orientale primitive disparue. Celle-ci devait, avec l’extrémité orientale actuelle du bâtiment nord, former la façade orientale du couvent primitif. Cette porte est d’ailleurs alignée avec la volée d’escaliers qui permet d’entrer dans la cage d’escalier de l’aile nord.

Figure 7 — Porte condamnée dans le mur gouttereau nord de l’église d’Entremont. Cl. S. Bochaton.

 

  • une aile occidentale médiévale : l’alignement des façades occidentales de l’église et du bâtiment nord, de même que la différence de traitement des ouvertures de la façade sud de ce dernier, indique qu’il existait autrefois une aile occidentale parallèle à l’aile orientale moderne. Une galerie de cloître la complétait peut-être ; d’ailleurs, la porte qui se trouve en façade sud de l’aile nord pourrait être alignée avec cette galerie.
    Si ces galeries existaient bien, ce que suggèrent le plan et ces trois accès identifiés, elles formaient probablement un cloître de quatre galeries centrées autour d’un préau.
  • une aile occidentale moderne : représentée à moitié sur le plan de l’époque moderne et entièrement sur le cadastre sarde (Archives départementales de la Haute-Savoie), cette clôture, moins large que l’aile orientale moderne, comprenait au moins des latrines et un « réduit ».

Conclusion et perspectives

Cette courte opération sur le site de l’ancienne abbaye de chanoines réguliers de Saint-Ruf à Entremont (1154-1776) a permis de mettre en évidence quatre bâtiments disparus dont l’emplacement et la disposition sont cohérents avec la topographie classique des monastères, y compris des maisons de chanoines réguliers, dont deux exemples sont désormais bien connus en Haute-Savoie : les abbayes d’Abondance et de Sixt-Fer-à-Cheval.

La fouille de la parcelle n° 16 devrait permettre de dresser un plan du couvent médiéval. Celui-ci viendra compléter notre connaissance des maisons de chanoines réguliers en Savoie du nord en étant comparé à celles des abbayes d’Abondance et de Sixt, mais éventuellement aussi de celle de Filly qui a fait cette année l’objet d’une autre prospection thématique2. Dans un second temps, la fouille de la parcelle n° 412 pourrait être envisagée afin de documenter l’évolution du carré claustral dans le temps.


–> Vidéo de présentation sur le site du Dauphiné Libéré

 

Citer ce billet : Sidonie Bochaton, "Ancienne abbaye d’Entremont à Glières-Val de Borne (Haute-Savoie)." Le Fil d'ArAr, 30/11/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/4184.
  1. Thèse en archéologie du bâti médiéval, dirigée par Anne Baud (maître de conférences en archéologie médiévale à Lyon 2, Laboratoire ArAr). Ma problématique de recherche porte sur l’évolution architecturale de ces abbayes, en particulier dans la partie orientale des monastères réservée aux religieux. []
  2. Direction Louise Biscarrat. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.