Instrumentum inscriptum: un module épigraphique pour Artefacts

Michel Feugère

 

Le projet de construire un outil adapté à l’enregistrement et l’analyse des inscriptions sur objets archéologiques remonte maintenant à quelques années. Je l’avais évoqué dans un billet de blog en 2017, car c’est cette année-là que, dans le cadre d’une candidature ERC sur l’épigraphie, j’avais proposé à Alex Mullen, la coordonnatrice de  LatinNow, deux projets français, dont cet outil. Les projets ayant été acceptés, et avec les délais nécessaires à la mise en place d’une convention entre le Cnrs et l’Université de Nottingham, c’est en août 2020 que le travail a pu commencer de manière effective.

Grâce au financement de l’ERC, généreusement complété par le laboratoire ArAr, nous avons pu réaliser en deux mois la plus grande partie du projet, c’est-à-dire la totalité de l’outil présenté ici. Les budgets permettant d’externaliser la programmation informatique, nous avons choisi de confier cette partie du projet à une entreprise dont le co-fondateur, Etienne Fachaux, avait déjà travaillé avec nous dans le cadre d’un partenariat du laboratoire avec l’école d’ingénieurs YNOV. Comme il connaissait déjà nos objectifs  ainsi que la structure d’Artefacts, nous avons gagné beaucoup de temps dans la rédaction du cahier des charges.

Pour rédiger ce dernier, nous sommes partis de nos besoins. Nous souhaitions adosser aux attestations des fiches d’Artefacts concernant des objets inscrits un module permettant, d’une part, de décrire avec précision les données épigraphiques de chaque inscription, mais aussi de les analyser. Il était d’autre part indispensable que le module dispose de fonctions d’export sophistiquées afin que le travail puisse, in fine, déboucher sur des catalogues d’inscriptions, et surtout réaliser de manière automatisée les différents indices qui ont cours en épigraphie.

Toutes ces demandes ont pu être prises en compte et le module épigraphique d’Artefacts est d’ores et déjà fonctionnel. Pour le présenter, nous prendrons l’exemple d’une inscription présente sur un objet caractéristique, une tablette votive de Vindonissa. Il est bien évident que tout autre objet relevant de l’instrumentum inscriptum peut être traité de la même manière, qu’il s’agisse d’une tuile estampillée, de graffites sur un vase en bronze ou d’une marque sur un strigile.

Le module n’est visible que pour les personnes développant un projet de recherche sur cette catégorie de mobilier. Les accès sont donnés à titre individuel et plusieurs projets peuvent donc être menés de manière concomitante, pourvu qu’ils ne concernent pas les mêmes objets : il peut en revanche s’agir d’objets d’un même type, donc d’objets enregistrés sur une même fiche, mais sur des lignes d’attestation différentes1.

Pour les personnes habilitées, donc, sur une ligne d’exemplaire, un bouton donne accès au module « Inscriptions « . Ce bouton ouvre une page spécifique qui reprend, à droite, les données principales et l’image, si elle existe, de cette attestation d’Artefacts (fig. 1).

Fig. 1 — Page d’enregistrement d’une inscription (partie haute) ; en haut à droite, les informations reprises d’Artefacts.

Plusieurs champs offrent tout d’abord la possibilité d’enregistrer, de manière plus approfondie que dans la base de données « objets », les caractéristiques du support et surtout de l’inscription : après le contexte, le parcours de l’objet (utile pour les anciennes collections de musées, notamment) ; la morphologie détaillée de l’inscription, l’auteur et les circonstances du déchiffrement utilisé ici, ou des lectures successives ; la bibliographie. On passe ensuite à l’inscription elle-même, qui est caractérisée quant à son contenu  (marque de fabrique, d’appartenance, dédicace …) et à sa technique (gravée, pointillée …) ; la hauteur des caractères. Vient ensuite le texte, en distinguant la lecture, la transcription et enfin la traduction. Chaque élément de l’inscription est ensuite isolé et caractérisé. Par exemple, on trouve successivement, dans l’exemple choisi de Vindonissa, dont l’inscription est lue : Marti C. Novellius Primus veteran(us) Leg(ionis) XI C(laudia) p(ia) f(idelis) V.S.L.L.M : le nom du dieu qui a reçu l’offrande ; le nom du dédicant (étant vétéran, il est citoyen romain) ; son statut (vétéran) et celui de son corps d’origine, la légion XI Claudia pia fidelis, et enfin la formule votive consacrée, ici sous sa variante votum solvit libens laetus merito.

La notation de la langue utilisée et des caractères de l’inscription serviront à produire des statistiques sur un corpus précis. Enfin, une zone de commentaire permet de dégager les éléments marquants de l’inscription, notamment du point de vue onomastique, ou des formules employées, en renvoyant bien sûr aux études plus complètes, si elles existent.

A la fin de la saisie, un bouton « Aperçu » offre une visualisation de la notice épigraphique, telle qu’elle va être éditée à partir des éléments enregistrés (fig. 2). Cette facilité permet de relire la saisie sous une forme rédigée et donc, le cas échéant, de compléter les champs oubliés ou les données incomplètes.

Fig. 2 — Aperçu d’une notice, disponible en fin de saisie.

Comme on le voit, cet outil permet donc de réaliser un catalogue normalisé d’inscriptions à partir d’un simple fichier. Diverses fonctionnalités ont été prévues pour faciliter le travail de l’utilisateur : par exemple, quel que soit l’ordre de saisie des publications citées pour un objet (on les trouve en général dans le désordre), l’édition les remet automatiquement dans l’ordre chronologique. Mais le grand intérêt de cet outil se trouve aussi, et peut-être surtout, dans la génération automatisée des indices. Cette phase, très fastidieuse à partir d’un certain nombre d’entrées à classer, repose bien sûr sur les « éléments » distingués dans la partie analytique de la fiche de saisie.

Avant de lancer un export, on a préalablement défini les catégories d’objets qui constitueront autant de chapitres du futur corpus. Ces catégories ne correspondent pas toujours aux codes d’Artefacts (FIB-, LMP-, …) : en effet, certaines types d’objets étant très rarement estampillés ou inscrits, on pourra éprouver le besoin de les regrouper. C’est également dans cette interface qu’on peut rédiger l’introduction de chaque catégorie et l’attribuer à un auteur spécifique (fig. 3).

Fig. 3 — Définition des catégories et gestion de leurs attributs.

Les caractéristiques de chaque export sont définies sur une page dédiée, qui permet de choisir la ou les périodes à prendre en compte, la ou les catégories, le ou les pays d’origine des documents (fig. 4).

Fig. 4 — Définition des critères d’export : période(s), pays, catégorie(s).

L’export va donc additionner toutes les catégories demandées, avec leurs introductions respectives. Chaque notice sera bien sûr accompagnée de ses images. Après ces notices, l’export déclenche ensuite une exportation des références bibliographiques utilisées dans la sélection (fig. 5).

 

 

 

Fig. 5 — Bibliographie des références utilisées dans un export.

 

En définitive, ce nouvel outil  ne montrera sa puissance que dans ses futures utilisations. Notre ambition est de l’utiliser pour un corpus des objets romains inscrits en France : projet ambitieux, dont les contours restent encore à définir en fonction des briques qui pourront s’y rattacher. Je travaillerai, pour ma part, sur les catégories d’objets personnels sur lesquels j’ai déjà la documentation nécessaire. Il est bien évident que d’autres projets pourront eux aussi utiliser cet outil pour d’autres catégories, et différents contacts sont déjà pris dans ce sens. Nous souhaitons qu’ils soient nombreux à réaliser, en France comme à l’étranger, que cet outil leur appartient.

 

Projet co-financé par l’ERC LatinNow et le laboratoire ArAr

  

Citer ce billet : Michel Feugère, "Instrumentum inscriptum: un module épigraphique pour Artefacts." Le Fil d'ArAr, 03/11/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/4062.
  1. Sur le fonctionnement d’Artefacts, voir cet article en ligne. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.