jean mielot dans son étude

Glossaire de quelques outils du copiste, enlumineur, peintre médiéval (A-C)

Claudine Brunon

 

Au Moyen Age, l’écriture devient une activité spécialisée, aux mains de véritables professionnels œuvrant dans les scriptoria, principalement en contexte monastique. Ces copistes utilisent une série d’accessoires spécifiques, mentionnés par quelques textes, visibles en partie sur l’iconographie médiévale (enluminures notamment), potentiellement conservés dans les fouilles et les musées, et qu’il est donc utile de répertorier pour approcher la matérialité de l’écriture médiévale.

C’est une série de notices organisées comme un mini-dictionnaire que je proposerai dans ce blog à travers plusieurs billets ; une liste d’accessoires issue de mes recherches sur la culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre médiéval. La sélection des objets présentés s’est opérée, entre autres, soit sur les critères d’usage (écriture, enluminure, peinture), soit à partir des sources anciennes disponibles. Cette première livraison regroupe les outils commençant par les lettres A à C.

L’ampoule et l’ampoulette

Le copiste a à sa disposition des ampoules et des ampoulettes généralement en verre, où il met de l’encre (Brunon 2020). Dans la grisaille ci-dessous, le copiste Jean Miélot est représenté à son pupitre. Sur la petite tablette basse au premier plan, attenante au meuble, se trouvent trois petits contenants : le premier et le troisième sont des ampoulettes de verre. L’enlumineur y conserve des liants comme la gomme arabique liquide. Pour ce qui est des ampoules, le peintre et l’enlumineur en utilisent, en cuivre et en verre, pour la fabrication de pigments. Ainsi, dans l’ampoule de cuivre, on fera un bleu de cuivre, le contenant fournissant le métal qui réagit au vinaigre que l’on met dans le pot avec de la chaux (Brunon 2013). Ce pigment sera utilisé pour la peinture murale, même si pour l’instant les spécialistes n’en ont pas trouvé trace in situ. La couleur reste donc prisonnière des traités techniques. Pour récupérer une couleur jaune, on cassera l’ampoule de verre qui contient le pigment or mussif, imitant la couleur or et qui apparaît à l’époque gothique sur la palette du peintre, notamment celle de l’enlumineur.

jean mielot dans son étude

Jean Miélot, Les Miracles de Notre Dame, 1456, Paris, BnF français 9198 folio 19.

La boîte à sable

La boîte à sable est aussi connue sous le nom de poudrier. Son contenu servait à sécher l’encre. Si l’on en juge l’iconographie, la boîte à sable est en usage dès le XVe siècle. Des poudriers de différentes époques sont visibles au musée du Scribe, à Saint-Christol-lès-Alès, Gard (30), France. Ils contenaient une poudre de pierre sablonneuse et des cendres de bois de chêne. On en saupoudrait les écritures  pour accélérer le séchage. La pierre sablonneuse brille de paillettes d’argent ; on la trouve dans les environs de Prague ; les écrivains s’en servent pour mettre sur leurs écritures, nous dit A. Boece de Boot dans Le parfaict ioaillier … (Boece de Boot 1644, ch. CCLXXXIV, p. 663).

Différentes formes de boîtes à sable ont coexisté à la fin du Moyen Âge. Le saint Jérôme peint par Van Eyck ci-dessous, contient une boîte à sable cylindrique en bois, posée juste derrière le pupitre portatif (Brunon 2014). Afin de faire passer la cendre, des trous sont percés dans le couvercle.

Saint Jérôme peint par Van Eyck
Saint Jérôme peint par Van Eyck 1442, Detroit (USA), Institute of Arts

Il me semble que l’on peut identifier une autre forme de boîte à sable, en métal cette fois. L’objet a une forme de poire de couleur rouge. Voici un exemple ci-dessous du saint Jérôme représenté dans la Bible de Borso d’Este à Ferrare. J’ai trouvé un objet de forme identique en métal, mais sans la peinture rouge, conservé au Musée Boijmans Van Beuningen à Rotterdam ; les conservateurs la considèrent comme une salière. J’ai donc supposé que cette « poire » rouge était une boîte à sable munie de trous sur le dessus afin que la cendre puisse être saupoudrée sur la page écrite. Il existe au moins un exemple de boîte à sable post-médiévale ayant cette forme (Brunon 2015).

st jérôme, Bibbia di Borso d'Este.
Saint Jérôme, Bible de Borso d’Este, Ferrare, 1455-1461
Modène, Bibliothèque Estense, Lat. 422-423 = V.G.12-13 page 5 .

Le brunissoir

Le brunissoir est un outil composé d’une dent animale ou d’une pierre, une agate ou une hématite, collée sur un manche en un bois, décoré ou non. Le brunissoir du copiste sert, par frottement, à rendre la surface du parchemin lisse, unie et brillante. On l’utilise après avoir gratté les erreurs à l’aide d’un canivet (voir ce mot), le canif du copiste. Le peintre s’en sert pour brunir la feuille métallique (or, argent, étain vernis), l’encre d’or, utilisées pour la dorure.

Nous avons dressé la liste des animaux dont on pouvait utiliser la dent pour les usages que nous venons de décrire (Brunon 2020) :

  • bovinés : le bœuf, la vache, le veau ;
  • canidés : le chien (et le chien de chasse), le loup ;
  • castoridés : le castor ;
  • caprinés : le bouc ;
  • équidés : le cheval et le mulet ;
  • félidés : le chat, le léopard, le lion ;
  • porcins : le porc ou le cochon, le sanglier ;
  • ursidés : l’ours

Voici une planche montrant une dent de bœuf parvenue jusqu’à nous avec des traces d’or dessus. Dans son article consacré aux dents utilisées pour brunir, Randall Rosenfeld a produit des dessins d’une dent emmanchée (Cole, Rosenfeld 2006).

Planche extraite de La Matérialité du Texte, Workshop du séminaire de langues romanes de l'université de Zurich
Montage d’après des documents publiés par Randall Rosenfeld et illustrant la dent de bœuf, Workshop La Matérialité du texte, visioconférence avec le Séminaire de langues romanes de l’université de Zurich (Suisse).

la figure suivante montre une autre reconstitution, cette fois-ci d’une dent de sanglier emmanchée sur un manche de bois décorée. Je l’ai fait faire par un tourneur sur bois de la région lyonnaise, et elle m’a servi dans le cadre de reconstitutions historiques.

Dent de sanglier emmanché brunissoir
Dent de sanglier montée sur bois, Fête médiévale de la Cité de Pérouges, juin 2018.

Les coquilles

Les coquilles du peintre représentent un vaste sujet qui mériterait un bel article. Les godets et les pots en tous genres du peintre sont plus familiers que les coquilles d’origines diverses. Là encore, ce sont les mollusques, les gallinacés et les reptiles qui fournissent l’artisan. Nous pensons tous aux coquillages marins comme contenant des couleurs. Mais la coquille d’œuf ou même, plus exotique, la carapace de tortue, étaient utilisées par les peintres à différentes époques.

Les coquillages marins sont au nombre de quatre : l’huître, la moule, la coque, la Saint-Jacques. Les coquillages d’eau douce – par exemple l’anodonte ou d’autre coquilles dont l’intérieur est blanc – sont aussi connues comme étant la moule du peintre. Les sources ne permettent pas toujours de distinguer la nature de ces coquilles et, à vrai dire, il est bien rare de pouvoir les identifier. En effet, si les mentions de coquilles sont nombreuses dans les textes, rares sont les auteurs à distinguer les coquilles. En anglais, on dira schelle of an oystere pour une coquille d’huître. Les mots français conche ou conque, traduction du latin concha, coquille, sont utilisés pour l’un des types que nous avons répertoriés. Le manuscrit de Lebègue propose une mention de conche, une conche de limeterie. Limeterie est peut-être à lire comme limoterre, terme employé dans la Vie de saint Alexis (Secret, 191, 203 DEAF). Ce mot vient de limon (limus, en latin), la boue. Ce limon est aussi ce qui s’attache aux coquilles de mer mais la conche de limeterie peut désigner une coquille de moule d’eau douce. En allemand, Müschel veut dire moule, du latin musculus. Plusieurs recettes, mêlant ancien allemand et latin, comportent une mention de moule. L’origine marine ou d’eau douce est parfois spécifiée. Dans le manuscrit d’Alcherius, dont Lebègue a copié une recette, est précisé qu’une détrempe de couleur se fait dans une coquille, conchilla, ou dans une corne et que ce coquillage se déniche dans l’eau douce, que reperitur in auquis dulcibus ou dans la mer, vel etiam in mari et que c’est adapté, apta ad hoc. Au XIIe siècle, un réceptaire écrit en anglo-normand propose une détrempe d’azur que l’on cuit dans un escale de of (une coquille d’œuf). L’iconographie, quant à elle, autorise une lecture plus précise lorsque les formes spécifiques à l’une ou l’autre des espèces sont bien représentées. L’archéologie reste cependant la source la plus fiable pour distinguer les types de coquilles dont le peintre fait usage (Howard 2006).

L’usage de coquillages contenant des couleurs, notamment pour la cosmétique, est très ancien (v. 3000 av. J.-C. en Mésopotamie, cimetière d’Ingharra à Kish) (Mackay 1925, p. 14-15 et pl. III, n°8). Helen Howard, dans un article consacré aux coquillages du peintre anglais, a démontré que ces contenants pouvaient aussi être utilisés comme palette (Howard 2006). En effet, dans les spécimens trouvés en fouille, plusieurs couches de pigments différents étaient superposées dans les coquilles. Ainsi, celles d’huîtres pouvaient recevoir une couleur pure, un mélange de couleurs, ou plusieurs couleurs superposées les unes sur les autres, mises ainsi au fur et à mesure de l’utilisation du peintre. L’objet était sans doute précieux pour les artisans vivant dans les terres, loin de la mer.

Le coquillage sert aussi à reformer la couleur issue d’une pezzette. Celle-ci étant un tissu de lin imbibé de suc d’une plante ou de tout colorant. Il servait de réserve de couleur à l’enlumineur durant l’hiver (Brunon 2018).

Pour utiliser et ranger les coques, le peintre médiéval a équipé son pupitre de tiroirs (Brunon 2020). Nous savons par ailleurs que le coquillier du peintre est un meuble qui figure parmi le mobilier d’un enlumineur du XVIe siècle. Les coquilles auraient donné leur nom au mobilier.

Coquillier du peintre
Pupitre-coquillier, Saint Luc peignant la Vierge, Livre d’heures de Jacques Coeur, Bourges, Jean Colombe, fin du XVe siècle, Munich, Staatsbibliothek, Clm 10103 folio 26.

Sinon, les coquillages sont généralement posés sur une table basse, à côté du chevalet du peintre, de manière à ce qu’il les ait sous la main pour peindre. Lorsque la peinture avec palette se développe avec la technique de l’huile, on utilise tout de même encore des coquillages. Ils peuvent contenir des couleurs à l’eau (détrempe de gomme ou d’œuf) mais aussi des couleurs à l’huile, puisque la trace de ce médium a été retrouvée dans un coquillage (Howard 2006).

saint Luc
Saint Luc peignant une Annonciation, c.1510, Poitiers, BM 57 folio 16v.

Le cornet

Le cornet est une corne animale ou bien un objet de même forme, en métal ou en terre. Il sert d’encrier au copiste et est aussi utilisé par le peintre (Brunon 2017). Une typologie en a été dressée et il s’est posé la question des couleurs des cornets, encore non résolue. Je n’avais pas pu étudier la façon dont les cornets étaient maintenus droits. En effet, divers mobiliers réceptionnent l’objet : les pupitres bien sûr, que ce soit sur la planche inclinée ou droite mais aussi le pied du scriptionale, petit meuble fait de deux planches, sur lequel on écrit ; les sièges (banc-trône, cathèdre notamment), la capsa (boîte où l’on gardait les rouleaux de parchemin dans l’Antiquité : Feugère 2006) … La corne est alors fichée dans un trou, fixée par une lanière de cuir, maintenue verticale par un autre système d’attache.

J’avais aussi relevé ce que Randall Rosenfeld avait bien observé : le collier de cornes (Rosenfeld 2003). En effet, lorsque le meuble a un trou déjà percé pour y mettre la corne et que cette dernière est neuve, il se peut que l’espace soit trop grand et la corne trop petite. On avait alors recours à l’utilisation d’un « collier », comme l’a appelé R. Rosenfeld. Cela évitait que la corne passe à travers le trou. Il s’agit le plus souvent d’un anneau sans doute fixé à la corne, et qui vient combler ce vide.  La représentation de saint Marc ci-dessous montre bien le collier de la corne beaucoup plus fine et étroite que celle d’à côté (Brunon 2014). En quoi était fait ce collier ? Peut-être en métal ou en terre.

Saint Marc, Metz, Bibliothèque du Grand Séminaire, folio 8v.

Le couteau à palette

Le couteau à palette sert au peintre médiéval et à celui de la Renaissance. L’objet, tel que nous le connaissons actuellement, n’est pas une invention moderne. Deux sources attestent son utilisation au XVe et début du XVIe siècle.

Au XVe siècle, un réceptaire anglais mentionne le couteau à palette comme celui qu’utilisent les peintres, pour rassembler du vert-de-gris en pâte, que l’on doit faire sécher en morceaux, c’est-à-dire en pain. Il s’agit d’un palette knife such as painters use (Clarke 2016, 2001 ; Cambridge, Trinity College, MS R.14.45 [#0375 §21]).

Au début du XVIe siècle, le peintre Manuel Niklaus utilise ce couteau à palette. L’objet est représenté dans son tableau alors que saint Luc peint la Vierge. Par comparaison, au XVe siècle, un couteau semblable est utilisé par les alchimistes. Les deux pièces anciennes ressemblent fortement aux couteaux de peintres modernes dont je  montre ci-dessous deux exemples.

L’objet peut être utilisé pour prélever la couleur sur la pierre à broyer jusqu’à la palette du peintre ou le coquillage ou bien encore comme dans le réceptaire anglais, pour ramasser une couleur. 

couteau à palette
Montage illustrant le couteau à palette médiéval et moderne, Workshop La Matérialité du texte, visioconférence avec le Séminaire de langues romanes de l’université de Zurich (Suisse).

[à suivre]

 

Bibliographie

Boece de Boot 1644 : A. Boece de Boot, Le parfaict ioaillier ov histoire des pierreries ov sont amplement descrites leur naissance, iuste prix, moyen de les cognoistre & se garder des contrafaites, facultez medicinales & proporietez curieuses, Lyon 1644.

Brunon 2013 : Cl. Brunon, Des Pigments bleus oubliés, 2013.

Brunon 2020 : Cl. Brunon, La « Ménagerie » du peintre, Culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre, 30/07/2020.

Brunon 2020 : Cl. Brunon, Le Coquillier du peintre, Culture matérielle du copiste, enlumineur, peintre, 27/03/2020.

Brunon 2020 : Cl. Brunon, « Les Contenants en verre du copiste et du peintre », Actes du Colloque Le Verre en Occident du VIIIe au XVe siècle, (Dir. Ines Pactat, Claudine Munier), 8ème Colloque international de l’AFAV, Besançon, 2016, Université de Franche-Comté, 2020.

Brunon 2018 : Cl. Brunon, Des Colorants en pezzettes pour l’enluminure, La Source des Arts, 2018.

Brunon 2017 : Cl. Brunon, « Le Cornet à encre et à couleurs », Outils et pratiques des artisans du livre au Moyen Âge, Pecia. Le Livre et l’écrit 19, Brepols, p. 125-156.

Brunon 2015 : Cl. Brunon, Une autre Boîte à sable, Blog Enluminure, 05/2015.

Brunon 2014 : Cl. Brunon, La Boîte à sable des scribes, Blog Enluminure, 06/2014.

Brunon 2014 : Cl. Brunon, La Corne-encrier ajustée, Blog Enluminure, 04/2014.

Brunon 2013 : Cl. Brunon, Des Pigments bleus oubliés, ebook, 2013.

Clarke 2016 : M. Clarke, The crafte of lymmyng and The maner of steynyng: Middle English recipes for painters, stainers, scribes, and illuminators. Oxford University Press (Early English Text Society O.S. 347).

Clarke 2001 : M. Clarke, The Art of All Colours : Mediaeval Recipe Books for Painters and Illuminators. London: Archetype Publications, 2001.

Cole, Rosenfeld 2006 : A.E.Cole et R.A Rosenfeld, A rare medieval burnishing tooth in the museum of writing, London. The Antiquaries Journal, 2006.

Feugère 2006 : M. Feugère, Capsae – boîtes à livres. In : M. Feugère, R. Gebhard, M. Mackensen (Hrsg.), Gedenkschrift für Jochen Garbsch. Von Britannien über Rätien und Pannonien nach Nordafrika (Bayer. Vorgeschichtsbl. 71, 2006), 233-242, pl. 16-18.

Howard 2006 : H. Howard, Shells as palettes and paint containers in England . In : Jilleen Nadolny (ed.), Medieval Painting in Northern Europe: Techniques, Analysis, Art History. Archetype publications, 2006, p. 202-214.

Mackay (1925) : E. Mackay, Report on the excavation of the «A» cemetery at Kish, Mesopotamia, Field Museum – Oxford University Joint Expedition, Chicago, 1925.

Rosenfeld 2003 : Randal Rosenfeld, Iconographical sources of scribal technology : select catalogue of non-formulaic depictions of scribes and allied craftsmen (western Europe, sec VII-XIV), Medieval studies, 65, 2003, Brepols, p. 319-363.

 

Citer ce billet : Claudine Brunon, "Glossaire de quelques outils du copiste, enlumineur, peintre médiéval (A-C)." Le Fil d'ArAr, 16/11/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3956.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.