Une fresque du début du XVe siècle découverte en l’église de Saint-Paul-en-Chablais (Haute-Savoie)

Sidonie Bochaton, Séverine Haberer1

 

Figure 1 —  Le Chablais et ses monastères. DAO S. Bochaton.

Fondé vers 1200 par Isabelle de Bex dite la dame de Saint-Paul, avec ou après le décès prématuré de son mari Guillaume de Blonay, le prieuré Saint-Paul était une dépendance de Lutry (pays de Vaud), lui-même soumis à l’abbaye lyonnaise de Savigny. Situé au nord-est de la Haute-Savoie, dans la commune de Saint-Paul-en-Chablais et à proximité de la rive sud du lac Léman (fig. 1), cet ancien site monastique a longtemps été oublié. Il s’agissait pourtant de la nécropole dynastique de la branche dite savoyarde de la famille noble de Blonay. Supprimé en 1792, le prieuré a subi les affres du temps et il est aujourd’hui bien difficile de reconnaître un ancien monastère à l’emplacement de l’église paroissiale. Le bâtiment appelé « maison des sœurs » en est pourtant le principal vestige avec l’église (fig. 2). En 2015, la commune a chargé Sidonie Bochaton d’un diagnostic archivistique et archéologique. Si les archives du prieuré ont disparu, celles des familles nobles de Blonay et Dupas, conservées à Lausanne et à Turin, permettent d’en restituer l’aspect général.

 

Figure 2 — Le site monastique aujourd’hui: l’église à droite, la « maison des sœurs » au centre et la mairie à l’arrière. Au fond, le massif de la Dent d’Oche (2222 m). Cl. Commune de Saint-Paul-en-Chablais.

Les Blonay, nouveaux seigneurs de Saint-Paul au XIIIe siècle

Première famille du Chablais oriental, les Blonay apparaissent dans les textes à la fin du XIe siècle : ils possèdent alors le château de Chillon et probablement celui de Lugrin, deux places fortes construites au bord du Léman et des routes menant à la vallée du Rhône et au val d’Aoste. La famille se divise en deux au début du XIVe siècle : la branche dite savoyarde s’implante à Saint-Paul grâce au mariage de Guillaume avec Isabelle de Bex, tandis que la branche dite vaudoise se déplace à Blonay au-dessus de Vevey. Les membres masculins de la famille occupent des postes religieux et laïcs très importants. Le dernier représentant de la branche savoyarde, Louis Joseph Ennemond de Blonay, était maire d’Évian-les-Bains à son décès en 1878.

La première mention millésimée de l’église date de 1107 : dans une bulle de Pascal II, l’église « Saint-Paul sur le lac Léman » est mentionnée comme faisant partie des possessions de l’abbaye de Savigny. Une nouvelle fois, en 1124, l’église « Saint-Paul sur le lac Léman » appartient à Savigny. Puis, en 1140, elle est mentionnée comme appartenant au prieuré de Lutry, situé en Pays de Vaud, qui était lui-même une possession de Savigny. La mention d’un prieur de Saint-Paul en 1210 indique qu’à cette date, le prieuré a été fondé. La question de cette fondation a longtemps taraudé les historiens, mais il a été démontré en 2015 qu’il s’agissait d’une fondation du tournant du XIIIe siècle et ce nouveau monastère avait pour raison d’être d’accueillir en son église les dépouilles des membres de la famille de Blonay.

 

Figure 3 — Plan topographique de l’ancien site monastique. Relevé: Cuillerat, Jacquet, Vernholles, Pagan (SEPR de Lyon, 2016). DAO S. Bochaton.

Un site monastique encore mal connu

 

Figure 4 — Archives départementales de la Haute-Savoie. Mappe de la paroisse de Saint-Paul (détail représentant le Chef-lieu actuel). 1Cd92.

À Saint-Paul, des moines bénédictins menés par un prieur vivaient dans une maison au nord du site et tournée vers le Léman (fig. 3). Des murs la reliaient à l’église qui était prieurale et paroissiale. La porte principale du prieuré, située dans le mur oriental et au plus près de la grande place de Saint-Paul, ouvrait sur une cour intérieure où se trouvait une première chapelle funéraire des Blonay. De là, les religieux rejoignaient soit l’église, soit leur maison. Celle-ci était composée de trois niveaux superposés : des caves pour conserver leurs vivres, un rez-de-chaussée composé d’une cuisine et d’un réfectoire et un étage accueillant le dortoir. Au XVIIIe siècle, l’ensemble était complété par des écuries à l’emplacement de la mairie actuelle et par un grenier en bois. Le cadastre sarde, levé vers 1730, a figé ce dernier état (fig. 4).

Le travail mené en 2015 a permis de mettre en évidence la fonction funéraire du prieuré grâce à l’étude des testaments de la famille de Blonay, principalement conservés à Lausanne, et des vestiges de deux chapelles funéraires aménagées dos à dos dans le mur nord du sanctuaire (fig. 5).

Figure 5 — Plan de l’église Saint-Paul et localisation de la niche intérieure. Relevé: Cuillerat, Jacquet, Vernholles, Pagan (SEPR de Lyon, 2016). DAO S. Bochaton.

La chapelle extérieure aurait été fondée par Rodolphe de Blonay. Dans son testament rédigé en 1356, il lègue une somme d’argent à son parent le sire de Saint-Paul afin d’édifier cette chapelle « dans l’enceinte du prieuré de l’église Saint-Paul, près du tombeau situé au-delà de la grande porte » et de la décorer avec des peintures. La chapelle prend la forme d’une niche surmontée d’un arc brisé (fig. 6). Le contrefort à l’est conserve en partie basse quelques blocs formant un piédroit : c’était l’emplacement de la porte du prieuré. Le tombeau sera choisi comme lieu d’inhumation des Blonay jusqu’au XIXe siècle et le décès de Louis Joseph Ennemond de Blonay. Ces résultats, associés à la présence de vestiges de peintures et de sinopia2, incitent alors la commune à entreprendre la restauration de ce qui subsiste de cette chapelle funéraire et à faire réaliser un diagnostic de la seconde niche située au revers du parement, à l’intérieur du chœur (fig. 7). Le projet a vu le jour en 2019, avec tout d’abord la réalisation d’un relevé lasergrammétrique et photographique des vestiges de la chapelle confié à Olivier Veissière – Patrimoine Numérique. Au printemps suivant, en 2020, les travaux de conservation et de diagnostic ont été confiés à Séverine Haberer, de l’atelier NOéMI. 

 

Figure 6 — La niche extérieure. A gauche : contrefort et localisation de la porte d’entrée du prieuré. Cl. S. Bochaton.

Figure 7 — La niche intérieure avant les sondages réalisés par Séverine Haberer. Cl. S. Bochaton.

Une fresque vieille de plus de 600 ans !

Figure 8 — Détails de la fresque extérieure. Cl. S. Haberer.

Les vestiges de peintures de la chapelle extérieure sont connus et inscrits à l’inventaire supplémentaire des monuments historiques depuis 1979 (fig. 8). La scène figurée est trop endommagée pour être caractérisée, mais la sinopia conserve l’esquisse des commanditaires agenouillés de part et d’autre d’un personnage central, un soldat en armure et un personnage féminin. Si cette fresque est très lacunaire, la frise qui habille encore l’arc brisé qui la surplombe frappe par son caractère particulièrement ouvragé, d’une qualité ornementale unique en Haute-Savoie. Le traitement pictural et la gamme chromatique chatoyante de rouge rubis, bleu profond, vert amande, fleurons roses au cœur jaune vif et aux étamines traitées en léger relief a pastiglia[1] sur fonds noirs, renvoient à des productions italiennes prestigieuses du XVe siècle.

 

Figure 9— Relevé lasergrammétrique et photographique Olivier Veissière – Patrimoine numérique, 2019.

Les sondages stratigraphiques réalisés dans la niche à l’intérieur de l’église ont rapidement révélé, sur le parement régulier de pierres de tuf calcaire, une scène de Couronnement de la Vierge (fig. 10) contemporaine de la peinture de la chapelle de Blonay, dans un très bon état de conservation. Seules trois strates d’enduits peints ont été dénombrées au-dessus de cette peinture, correspondant aux grandes phases connues d’aménagement et de transformation du bâti, entre la fin du XVIIIe s. et aujourd’hui. Les commanditaires figurent à genoux sous la scène avec, à gauche, un homme d’âge mûr et à droite un personnage féminin, tous deux les mains jointes. Le blason des Blonay est suspendu au-dessus du personnage masculin. Comme la peinture de la chapelle extérieure, il s’agit d’une exécution suivant la technique traditionnelle de la fresque qui s’est développée en Italie au Trecento et au Quattrocento, méthode qui a été décrite par Cennino Cennini dans le Libro dell’arte (Traité de la peinture, 1437). Elle associe des fonds colorés avec des pigments purs, posés sur un enduit frais, sans autre liant, et des reliefs et détails travaillés ensuite à sec, avec des pigments mélangés à un liant de nature organique. Cet usage, si on l’associe aux éléments stylistiques contenus dans cette peinture, et notamment le traitement du trône de la Vierge à la manière d’un petit édicule gothique en perspective surmonté d’une coquille, caractérise de façon décisive l’origine piémontaise de l’atelier ayant travaillé ici et place cette réalisation au début du XVe siècle.

 

Figure 10 — Le Couronnement de la Vierge. Cl. S. Haberer.

Figure 11 — La Vierge couronnée par le Christ. Cl. S. Haberer.

Les majestueuses figures du Christ et de la Vierge (fig. 11), longilignes, les mains délicates, les yeux en amande, la chevelure fine et ondulée, marquent un attachement à une tradition picturale italo-byzantine et à des modèles primitifs un peu plus anciens du milieu du XIVe siècle. La gamme chromatique variée intègre des pigments précieux comme l’azurite ou le rouge de cinabre. La frise de l’arc, les couronnes, les auréoles et la robe de la Vierge, couverte de brocarts, ont fait l’objet d’une métallisation à la feuille, aujourd’hui oxydée, et de poinçons. Le dossier du trône de la Vierge est traité comme une marqueterie de pierres précieuses qui évoque les décors cosmatesques. Des ponctuations a pastiglia (fig. 12) finalisent une ornementation là encore très riche. Ces éléments contribuent à faire émerger la figure d’un peintre de haute qualité, peut-être un peintre de cour ou un peintre associé à un atelier d’envergure et, de fait, la qualité sociale du commanditaire, apte à solliciter les services d’un tel artiste.

 

Ce dispositif  « à deux faces » contemporaines interroge sur la coïncidence des éléments : s’agit-il de deux chapelles funéraires distinctes appartenant à la même famille, d’un seul et même objet, était-il pourvu d’un autel ? Un muret d’une hauteur de 70 cm a été adossé à la base de la peinture au XVIIIe s. Un sondage avec la dépose de quelques blocs sur le côté droit (fig. 13) permet de lire des traces d’aménagement, en contre-formes, en partie avant, et la présence d’un vide sur toute la largeur de la niche, sous le parement peint.

 

Figure 13 — Base de la peinture intérieure. Cl. S. Haberer.

L’étude de cette fresque et la poursuite de recherches archéologiques sur le site contribueront à faire émerger davantage la figure des commanditaires et à révéler la richesse de l’ancien prieuré Saint-Paul. En attendant, cette œuvre, qui sera prochainement accessible au public, vient avec bonheur enrichir le corpus artistique du duché de Savoie aux côtés du cycle de la Vierge, influencé par Giacomo Jaquerio, dans les galeries du cloître de l’abbaye voisine d’Abondance.














Figure 14 —Détail du trône de la Vierge. Cl. S. Haberer.

 

Bibliographie

BOCHATON Sidonie, « Deux exemples de fondation prieurale en Chablais. Meillerie et Saint-Paul (XIIe-XIIIe siècles) », Actes du colloque Établissements monastiques et ruraux dans les Alpes du Nord, Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2020.

BOCHATON Sidonie,« Le prieuré bénédictin de Saint-Paul-en-Chablais. Nouvelles recherches historiques et archéologiques », Les Dossiers du musée savoisien : revue numérique, 2-2016 (à consulter en ligne sur le site www.patrimoines.savoie.fr).

CASTELNUOVO Enrico, DONATO Giovanni, PAGELLA Enrica, ROSSETTI BREZZI Elena, Arte del quattrocento nelle alpi occidentali, percorsi dell’architettura e della pittura murale, éditions Skira, 2006.

FORAS Éloi-Amédée de, « Cartulaire concernant l’ancien prieuré de Saint-Paul, en Chablais », in Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, Annecy, Académie salésienne, 1899, pp. 165-179.

LULLIN Paul, LE FORT Charles, Régeste genevois : Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés relatifs à l’histoire de la ville et du diocèse de Genève avant l’année 1312, Genève, Société d’histoire et d’archéologie de Genève, 1866, n° 237.

REYMOND Maxime, Blonay. Virtute et prudentia, Genève, 1950.

REYMOND Maxime, « Les origines de la seigneurie de Saint-Paul », in Mémoires et Documents publiés par l’Académie chablaisienne, Thonon, Académie chablaisienne, 1934, pp. 230-245.

REYMOND Maxime, « Notes sur le prieuré de Lutry », in Revue historique vaudoise, Lausanne, t. 6, 1940, pp. 253-262.

SCHÄTTI Nicolas, « Chapelles funéraires de quelques églises de l’ancienne Savoie du Nord au XVe siècle : organisation de l’espace sacré, décors et aménagements », in BOCK Nicolas, KURMANN Peter et al., Art, cérémonial et liturgie au Moyen Âge : actes du colloque de 3e Cycle romand de Lettres, Lausanne-Fribourg, 24-25 mars, 14-15 avril, 12-13 mai 2000, Lausanne-Fribourg, Rome, 2002, pp. 595-610.

WILDERMANN Ansgar, « Lutry », in GILOMEN-SCHENKEL Elsanne et al., Frühe Klöster, die Benediktiner und Benediktinerinnen in der Schweiz, Bern (Helvetia Sacra, t. III/1), 1986, pp. 803-831.

 

Citer ce billet : Sidonie Bochaton, "Une fresque du début du XVe siècle découverte en l’église de Saint-Paul-en-Chablais (Haute-Savoie)." Le Fil d'ArAr, 31/08/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3902.

 

  1. Conservatrice-restauratrice de biens culturels []
  2. Dans la peinture à fresque, jusqu’au milieu du XVe siècle, dessin préparatoire exécuté avec un pigment minéral rouge sur une première couche de mortier. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.