Sanctuaire sabin et romain de la déesse Vacuna

Anne Schmitt, Aldo Borlenghi

La mission VACUNA dirigée par Aldo Borlenghi est arrivée à Montenero Sabino (Rieti, Latium, Italie), à 60 km au Nord-Est de Rome,  bien accueillie par le village dans une ambiance spéciale du fait du port du masque.

Grâce à la réussite à deux appels d’offre (Appel à projets pluridisciplinaires interne LYON 2 2020, Appel à projets interne MOM 2020), le projet VACUNA, en collaboration avec la Soprintendenza Archeologia, Belle Arti e Paesaggio per le Province di Frosinone, Latina e Rieti, est soutenu par l’Université Lyon 2, la Maison de l’Orient et de la Méditerranée, la commune de Montenero Sabino ainsi que les UMR 5138 ArAr et 5133 Archéorient.

Le site archéologique de Montenero Sabino , se trouve sur le territoire antique des Sabins en Italie centrale. Bien qu’identifié depuis des décennies par les prospecteurs et les archéologues locaux, il n’avait jamais fait l’objet de recherches approfondies jusqu’à ce jour. Les fouilles de l’UMR ArAr (CNRS-Université Lyon 2) en 2019 ont révélé le caractère cultuel du site et identifié l’emplacement du sanctuaire romain de la déesse sabine Vacuna.

Sur une colline entièrement recouverte par la végétation, le site, fréquenté au moins à partir du début du IIIe s. av. J.-C., occupe trois niveaux de terrasses soutenues ou délimitées par des murs en pierre sèche (calcaire blanc). Il est longé par une voie antique, signalée par la découverte de nombreuses monnaies romaines. Les fouilles de 2019 ont permis de restituer une partie du plan d’un bâtiment qui peut tout aussi bien correspondre à un temple de plan étrusco-italique ou apparenté qu’à une maison à pastas avec des structures annexes comme une salle de banquet, liées au fonctionnement du culte. Plusieurs sols en opus signinum, ornés de lignes de tesselles blanches, qui composent des décors caractéristiques de l’époque républicaine (IIIe ou IIe s. av. J.-C.), sont apparus dans un état exceptionnel de conservation.

Le sanctuaire de la déesse Vacuna de Montenero sera le premier à bénéficier de fouilles extensives et de la participation de plusieurs spécialistes. Il s’agit d’étudier le sanctuaire et le culte de la divinité d’origine sabine dans son contexte géographique et historique pour apporter de nouveaux éléments sur l’organisation religieuse et politique du territoire sabin avant la conquête et sa romanisation au cours des derniers siècles avant le changement d’ère.

Ce grand potentiel archéologique rend nécessaire des études capables de fournir, à travers des approches non invasives, de nouvelles données indispensables pour connaître le site à une échelle plus large avant une fouille extensive prévue en 2021 dans le cadre d’un chantier école de l’Université Lyon 2. Une collaboration avec des acteurs de la recherche italienne est déjà en place depuis 2019 avec le CNRS italien (ITABC CNR – « Istituto per le Tecnologie applicate ai Beni Culturali, Consiglio Nazionale delle Ricerche », siège de Montelibretti, Rome).

Les travaux en cours

Anne Schmitt et Marylise Marmara ont entrepris une prospection pédestre afin de repérer d’éventuels vestiges encore visibles en surface et de mener une étude géologique et géomorphologique de la colline. Il s’agit de comprendre le contexte environnemental à l’origine du choix du site pour l’installation du sanctuaire.

Parallèlement, une prospection géophysique de certains secteurs (2 500 m2 au total) permet de révéler et de localiser les vestiges du sanctuaire et des bâtiments annexes ou de distinguer la présence d’autres aménagements, comme des fosses votives (« Studio geologico Tetraktys »). Un relevé des vestiges encore visibles sur place avec le Laser Scanner, en particulier un grand mur de soutènement datable du IIIe s. av. J.-C., sera réalisé dès le débroussaillage fini. Enfin, la réalisation d’un relevé Lidar permettra de s’affranchir du couvert forestier pour obtenir une vision de la topographie du terrain sur plusieurs hectares.

Lucie Motta (céramologue, UMR5138 ArAr) étudie le mobilier céramique découvert en 2019. Il couvre une période de huit siècles, ce qui permettra de combler les lacunes concernant certaines typologies mal connues dans la région.

Bérénice Chamel (anthropologue, UMR 5133 Archéorient) effectue une étude archéo-thanatologique et bio-anthropologique des cinq sépultures découvertes dans la campagne 2019. Les datations C14 des ossements seront réalisées au centre de datation par le radiocarbone de Lyon (C. Oberlin, UMR 5138 ArAr).

 

Membres de l’équipe 2020

Aldo BORLENGHI, Maître de Conférences, Université Lumière Lyon2, UMR5138-ArAr

  • Bérénice CHAMEL, anthropologue, UMR5133 Archéorient
  • Federico GILETTI, archéologue, Université Federico II, Naples
  • Marylise MARMARA, archéologue, Université Lumière Lyon2, UMR5138-ArAr et UMR5133-Archéorient
  • Lucie MOTTA, céramologue, UMR5138-ArAr
  • Christine OBERLIN, Ingénieur de recherche CNRS, directrice du laboratoire de Radiocarbone, UMR5138-ArAr.
  • Anne SCHMITT,  Directrice de recherche CNRS, UMR5138-ArAr

 

Article Messaggero 15 Aout 2020

 

Citer ce billet : anneschmitt, "Sanctuaire sabin et romain de la déesse Vacuna." Le Fil d'ArAr, 12/08/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3809.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.