ArteBib #1 – Les objets de Bibracte dans Artefacts

Elise Vigier, Alyssa Giraudo

Dans le cadre du plan national pour la science ouverte, l’EPCC Bibracte a lancé le projet Bibracte Numérique (BibNum). Cette initiative vise à créer un écosystème archéologique numérique en mettant en place un flux documentaire du terrain accessible aux utilisateurs et en rendant les données de la recherche disponibles sur le web. Cette publication des données passe notamment par la numérisation de l’ensemble de la documentation disponible concernant le site (archives, rapports de fouilles, cartes, dessins, photographies …). Les différents volets de cette opération et l’exploitation des données sont pris en charge par plusieurs projets, dont HyperThésau (AAP 2018 LabEx IMU) pour le data-mining des archives et la constitution d’un thésaurus-métier et le projet ArteBib pour la numérisation des objets archéologiques issus des fouilles anciennes et récentes réalisées sur l’oppidum.

Le projet ArteBib a été lauréat de la 2e vague de l’appel à projet 2018 de CollEx-Persée. Cette infrastructure en information scientifique et technique a pour but de constituer et rendre accessible des collections d’excellence, quelle que soit leur forme. L’originalité d’ArteBib par rapport à d’autres campagnes de numérisation réside notamment dans le fait qu’il s’agit d’une collection archéologique et non d’un fonds papier. Il s’agit de documenter les objets des fouilles de Bibracte afin de les importer dans la base de données Artefacts (UMR 5138 – ArAr). 

Fig. 1 – Les différents partenaires du projet   ArteBib

Cinq partenaires sont réunis autour de ce projet de collection d’excellence porté par Michel Feugère (chercheur HC CNRS, créateur d’Artefacts) et le laboratoire ArAr – Archéologie et Archéométrie (UMR 5138) (fig. 1). L’Établissement Public de Coopération Culturelle Bibracte (EPCC Bibracte), le Musée d’Archéologie Nationale (MAN) de Saint-Germain-en-Laye (78) et le Musée Rolin d’Autun (71) sont partenaires du projet en tant que structures de conservation du mobilier des fouilles anciennes et récentes. Enfin, la Fédération de Recherche FR3747 – Maison de l’Orient et de la Méditerranée (MOM) est également associée au projet comme soutien technique. Le projet, qui se déroule sur un an, a permis l’embauche de deux chargés de mission par le CNRS à partir d’avril 2019 : un post-doc de 12 mois (E. Vigier) et un chargé de mission 4 mois (A. Giraudo) pour la production, le traitement et l’analyse des données.

Le but principal d’ArteBib est de construire une collection de référence pour les objets archéologiques de la fin de l’âge du Fer, en insérant les découvertes du site de Bibracte dans la base de données en ligne Artefacts.

Si l’ancienneté de l’intérêt des archéologues pour l’oppidum de Bibracte a permis d’accumuler un volume exceptionnel de données archéologiques, leur dispersion fait qu’il est aujourd’hui difficile d’avoir une lecture d’ensemble des objets de ce site majeur. Malgré les efforts de normalisation entrepris, la multiplicité des acteurs et l’évolution des méthodes d’études depuis le XIXe s. a entraîné une certaine hétérogénéité au sein de la documentation. Les collections issues des fouilles anciennes sont conservées au musée Rolin d’Autun et au Musée d’Archéologie Nationale à Saint-Germain-en-Laye, tandis que celles issues des fouilles récentes sont conservées à l’EPCC Bibracte et son musée. 

Ce projet fournit à la fois l’occasion d’une rétro-documentation et d’une pérennisation de cette documentation archéologique. La reconstitution, le récolement et la normalisation de cette importante collection d’objets archéologiques doivent permettre d’en faire ressortir le caractère représentatif pour la fin de l’indépendance celtique. 

Une fois les données normalisées, l’enjeu est de les rendre accessibles en permettant leur consultation en ligne sur Artefacts et utilisables par la communauté des chercheurs en les déposant en Open Access. Cette ouverture des données de la recherche constitue à la fois un moyen et un but à atteindre. Le passage à l’interopérabilité implique de signaler et décrire les jeux de données (métadonnées en Dublin Core) pour les déposer sur des serveurs d’archivage pérennes (de la TGIR HumaNum) où différents acteurs, services et plateformes pourront venir les moissonner et les fouiller afin de les exploiter. 

La constitution de cette collection de référence doit permettre à Artefacts d’enrichir son référentiel de formes pour la fin de l’âge Fer (fig. 2). Un autre enjeu du programme concerne la visualisation des données. Jusqu’à présent, les objets sont classés dans des fiches de types (une fiche = un type), mais ArteBib est l’occasion de répondre à une demande croissante en développant une solution de consultation des données par site archéologique pour laquelle Bibracte sera un site pilote. Ce changement de perspective constitue une évolution majeure pour les utilisateurs du site : pour répondre aux différents besoins, il doit se faire en lien avec les structures muséales et de conservation, les responsables d’opération et les chercheurs spécialistes.

Fig. 2 – Répartition du nombre de fiches typologiques existant sur Artefacts selon les différentes périodes chronologiques (état au 26.05.2019).

Deux démarches coexistent dans l’étude des objets archéologiques : d’une part l’étude des objets d’un site, qui vise surtout à documenter un corpus, à produire un catalogue et à reconstituer les différentes activités s’étant déroulées sur l’emprise d’un chantier de fouilles, et d’autre part l’étude thématique, qui consiste à comprendre une activité ou un phénomène socio-culturel par l’étude typo-chronologique d’une ou plusieurs catégories d’objets. Dans les deux cas, le spécialiste recherche des parallèles, c’est-à-dire des objets morphologiquement identiques ou très proches, afin d’identifier l’objet et sa fonction. L’objectif principal de ce travail est de réinsérer celui-ci dans une série comparative la plus exhaustive possible pour cumuler les informations chronologiques, contextuelles et géographiques des différents points de découverte où l’objet est attesté (fig. 3). Néanmoins, cette tâche, souvent fastidieuse et chronophage étant donné la dispersion des informations, n’est qu’un préalable à l’analyse et non une fin en soi. 

Fig. 3 – Insertion d’un objet isolé (1) dans une série (2) et production d’une carte de répartition (3) (crédits photos : 1. I. Lozano ; 2. Y. Teyssonneyre, Musée des Beaux Arts et d’Archéologie de Besançon, E. Deschler-Erb ; 3. Feugère (M.), coll. Mosca (P.), Gilles (A.), Sueur (Q.), Rodriguez (M.), Guichard Kobal (L.), Defaix (P.), Passoire italique (Artefacts : PAS-3001) (http://artefacts.mom.fr/result.php?id=PAS-3001), page consultée le 11/06/2019).

Artefacts offre un référentiel sous la forme de fiches typologiques en même temps qu’un cadre normalisé pour leur saisie : la base compte actuellement près de 20 000 fiches de formes (19 892) pour plus de 165 000 objets (fig. 4). Elle diffère des systèmes de gestion de mobilier comme Joconde ou Micro-Musée sur plusieurs aspects. Chaque fiche documente une forme et non un seul objet : elle permet d’établir une liste d’attestations, de discuter de la datation et de produire dynamiquement une carte de répartition de ce type spécifique par un géoréférencement des sites. Le site s’inscrit également dans une démarche holistique diachronique (du Néolithique à la période proto-industrielle) sur une zone couvrant toute l’Europe et le pourtour du bassin méditerranéen.

Fig. 4 – Capture d’écran de la fiche PAS-3001 (Feugère (M.), coll. Mosca (P.), Gilles (A.), Sueur (Q.), Rodriguez (M.), Guichard Kobal (L.), Defaix (P.), Passoire italique (Artefacts : PAS-3001) (http://artefacts.mom.fr/result.php?id=PAS-3001), page consultée le 11/06/2019).

Les parallèles prennent la forme de listes et/ou de cartes publiées et mises à jour au fil des études et des publications pour être diffusées au sein de la communauté scientifique. Tout l’enjeu est d’avoir accès aux listes et aux cartes de répartition les plus récentes et les plus complètes possibles. 

Réaliser ce travail est aujourd’hui devenu un défi : le volume d’objets et de documentation s’accroit de manière exponentielle avec l’archéologie préventive et, du fait de son éparpillement, l’accès à la totalité des informations est devenu difficile, voire impossible à une personne isolée. La collaboration est devenue nécessaire pour appréhender l’ensemble de la documentation existante. C’est le principal intérêt d’Artefacts : par le partage en réseau des spécialistes qui mettent leurs données en commun, la recherche de parallèles n’est plus faite indépendamment et recommencée à zéro par chacun. Cela est un avantage pour tous les participants : un auteur créée une fiche, décrit un type (une forme d’objet) et renseigne la liste des attestations dont il a connaissance. Cette fiche est consultable par les autres utilisateurs : certains sont de simples membres inscrits qui ne peuvent que voir les données sans les modifier, d’autres, les auteurs, peuvent la compléter en ajoutant des parallèles et corriger la fiche avec tout autre information dont ils disposent. Tous les contributeurs voient donc leur liste d’attestations s’enrichir des ajouts mutuels (fig. 5). 

 Fig. 5 – Schéma de fonctionnement de la collaboration autour d’une fiche typologique.

La constitution et l’exhaustivité du corpus ne constituent plus l’activité principale du spécialiste. Son temps peut alors être davantage consacré à l’analyse. Artefacts est donc un outil en perpétuel évolution et non un produit fini, un dictionnaire de formes collaboratif où chacun apporte ses données et enrichit celles déjà existantes. Les listes d’attestations ne sont plus “figées” par la publication : les cartes sont mises à jour de manière dynamique à l’ajout de chaque nouvel exemplaire. Le fait de dématérialiser le support de la liste d’attestations et de la centraliser sous forme d’une fiche en ligne permet d’être le plus à jour possible. Bien sûr, le bon fonctionnement du système repose en fait sur l’investissement des contributeurs.

Le but d’ArteBib est de réinsérer les objets de Bibracte dans des séries, mais aussi d’amorcer ce travail de comparaison par l’ouverture de fiches de formes tout en les mettant à la disposition d’un réseau de spécialistes par l’intermédiaire d’Artefacts. 

Pour qu’ArteBib réponde aux attentes de CollEx-Persée, un objectif de 4000 objets traités dans le temps imparti a été défini au stade projet pour des questions de “rentabilité”. L’appréciation de l’accomplissement du projet tient notamment compte du coût de traitement d’un objet, comme c’est le cas pour l’évaluation des campagnes de numérisation d’ouvrages et de cartes.

Pour être en mesure d’atteindre cet objectif, trois lots de données à traiter ont été définis par concertation entre les partenaires en fonction du calendrier du projet et des disponibilités et besoins de chacun. Dans un premier temps, il s’agit de traiter les objets publiés dans la collection Bibracte, puis les objets des fouilles anciennes conservés au MAN (réserves et vitrines) dont le volume est estimé à 1000 objets, et les quelques 2000 objets conservés au musée Rolin dans un dernier temps. Ce découpage devrait permettre de documenter dans le temps imparti l’intégralité des objets typologiquement identifiables conservés au MAN et au musée Rolin et pas uniquement les objets publiés. Ce travail consiste notamment à documenter les objets de manière normalisée à partir des publications ou d’un examen direct des objets (nouvelle identification, prise de mesures, dessin des sections, photographie et création de vues normalisées). Dans le même temps, les fiches typologiques manquantes sont créées ou leurs descriptions complétées au besoin. Pour le moment, les données produites n’ont pas encore été versées dans Artefacts car elles sont en attente de rétro-documentation des lacunes et de couverture graphique, mais aussi parce que le projet vise aussi à mettre en place sur le site des outils d’import par lot, réutilisables à terme pour d’autres projets de recherche.

Le prochain billet de cette série sera consacré aux aspects méthodologiques de la construction de cette collection de référence (acquisition et traitement des données) et la présentation d’un bilan d’étape.

Citer ce billet : Elise Vigier, Alyssa Giraudo, "ArteBib #1 – Les objets de Bibracte dans Artefacts." Le Fil d'ArAr, 17/06/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/374.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.