Gloire aux Graffiti !

Morgane Andrieu

 

Compte-rendu de M. Corbier, M. Fuchs, P.-Y. Lambert, R. Sylvestre (dir)., Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture, Actes du IIIe colloque Ductus, Association internationale pour l’étude des inscriptions mineures (Paris, EPHE, 22-24 octobre 2015), Éditions Mergoil, Dremil-Lafage, 2020 (Monographies instrumentum, 65), 250 p.

 

Il suffit de feuilleter ce petit bijou d’épigraphie publié par Ductus, l’association internationale pour l’étude des inscriptions [dites] mineures, pour se rappeler que l’écriture était omniprésente à l’époque romaine. L’ouvrage, largement illustré, réunit 23 contributions consacrées aux graffites (ou graffiti) – ces dessins ou écritures “en liberté” qui diffèrent des inscriptions “officielles” taillées en capitales sur pierre ou sur bronze, comme peuvent l’être les dédicaces de monuments et les inscriptions honorifiques, par exemple. Cet ouvrage vise donc à étoffer la recherche et le discours sur un matériel épigraphique et archéologique trop longtemps négligé : les graffiti sur éléments architecturaux (briques, tuiles, colonnes, murs, etc.) et sur les objets du quotidien (vaisselle, instrumentum, etc.).

L’ouvrage multilingue (français, italien et espagnol) fait suite au 3e colloque organisé par Ductus, qui s’est tenu du 22 au 24 octobre 2015, à l’EPHE, à Paris. L’événement avait permis de réunir des chercheurs de toute l’Europe autour du thème “Graffites antiques, modèles et pratiques d’une écriture”. Ce thème était l’occasion de s’intéresser aussi bien à la forme des lettres (paléographie) qu’aux fonctions et aux usages variés de l’écriture, sur différents supports, ainsi qu’aux multiples interactions entre contextes et écritures. 

Ainsi, par exemple, Alix Barbet pose la question d’un éventuel lien entre la couleur des inscriptions peintes (rouge, noir ou blanc) et les messages transmis (p. 23 à 39). Il semblerait, par exemple, que les messages électoraux et les spectacles soient toujours annoncés en rouge tandis que le noir était plus volontiers utilisé pour les messages commerciaux. L’enquête pourra être étendue car, pour l’heure, la couleur d’une inscription ne permet pas de lui assigner un type précis de message. À condition, bien sûr, que la couleur des inscriptions peintes soit systématiquement signalée dans les rapports et les publications.

Dévotions et alphabétisation dans les Alpes romaines

Michel E. Fuchs étudie l’écriture en contexte cultuel, dans le nord des Alpes romaines (p. 41 à 56) et construit sa réflexion à partir d’exemples tirés de sanctuaires ou d’espaces dédiés aux cultes domestiques. Ces traces laissées par les fidèles visiteurs prennent la forme de textes, de dessins et de noms inscrits sur des récipients en céramique ou sur les murs des espaces sacrés.

L’article de Cristina Bassi (p. 65 à 78), extrait de sa thèse intitulée La conoscenza della scrittura e della lettura in epoca romana in area alpina (soutenue en 2014), s’appuie sur un total de 1132 graffiti (sur divers supports) provenant de la région alpine. Ces inscriptions, majoritairement datées du Ier au IIIe s. de notre ère, étaient déjà publiées pour la plupart mais dispersées dans plusieurs publications. Ce corpus lui permet d’aborder la question de l’alphabétisation des populations occupant l’ensemble de l’arc alpin durant l’époque romaine et de conclure à une diffusion généralisée de ce savoir-faire (p. 73).

De l’humour, des jeux et des spectacles

L’article passionnant de Christophe Schmidt Heidenreich (p. 57 à 63) nous invite à intégrer les rangs de l’armée pour goûter à l’humour militaire tel qu’on peut le cerner grâce aux graffiti (majoritairement) pariétaux. Encore faut-il être prêt à embrasser l’un des 4 sujets de prédilection du soldat qui étaient (dans l’ordre des préférences visiblement attestées) : le sexe, la boisson, le soldat (lui-même) et son supérieur hiérarchique. Cette merveilleuse introduction sur l’humour militaire prend en compte les découvertes et les publications parues avant 2014 : ce sujet méritera d’être complété au fil des découvertes. Pour les plus curieux, un ouvrage est d’ailleurs récemment paru sur le rire et l’humour en politique : Le pouvoir des bons mots. « Faire rire » et politique à Rome du milieu du IIIe siècle a.C. à l’avènement des Antonins – de Pascal Montlahuc (Bibliothèque des Écoles françaises d’Athènes et de Rome 382 Roma: École française de Rome, 2019, 500 p.).

Les graffiti nous livrent parfois des traces d’anciens loisirs comme les mérelles ou autres plateaux de jeux parfois gravés sur les gradins des édifices de spectacles. Dans son article, Nouria Akli (p. 219 à 224) présente deux jeux de Madauros, ancienne colonie romaine (Algérie). Ces deux tabulae datées des II-IIIe siècles de notre ère ont été gravées sur le dallage de rues très fréquentées. Les règles de ce jeu constitué de lignes successives, de chiffres et de messages iconographiques demeurent encore difficiles à préciser.

Angelo Pellegrino et Maria Ricciardi étudient les inscriptions peintes ou gravées de l’amphithéâtre de Leptis Magna (Lybie), qui s’avèrent particulièrement utiles pour mieux définir les phases architecturales du monument et contribuent à enrichir le cadre de vie sociale, économique et civile (p. 135 à 144).

Le plomb dans tous ses états (magie, commerce, etc.)

Cinq articles sont consacrés à l’écriture sur plomb – un métal très mou qui permet d’écrire vite avec peu d’effort : une compilation de tablettes magiques (defixiones) sur plomb provenant de Rome (Italie) et de Gellep (Allemagne) (J. Blänsdorf, p. 9-21) – deux defixiones trouvées en contextes funéraires (P.-Y. Lambert, p. 157-161 et C. Sanchez Natalias, p. 163-167), cinq étiquettes commerciales (L. Forte, p. 169-177) et une étiquette identitaire associée à un objet personnel disparu (G. Alfonso et alii, p. 179-188).

Jürgen Blänsdorf (p. 9-21), donne un aperçu de la graphie des écritures tardives, en l’illustrant par divers exemples de defixiones sur plomb provenant de la source d’Anna Perenna, à Rome et de Gellep. L’auteur présente un impressionnant travail de lecture et de transcription, richement illustré. Les tablettes sont écrites en très petite cursive (entre 1 et 5 mm !) avec de nombreuses ligatures, parfois associées à des dessins figuratifs.

Pierre-Yves Lambert publie la lecture, la traduction et l’interprétation d’une feuille de plomb trouvée enroulée dans un contexte funéraire de Compertrix (Marne). Cette tablette d’exécration de type judiciaire (p. 157 à 161) mentionne les dieux des Enfers, Pluton et Proserpine, priés de réduire au silence l’adversaire et ses avocats en leur faisant perdre la raison. Les photos de très bonne qualité sont associées au relevé savamment réalisé par l’auteur. On regrette seulement l’absence des informations concernant le contexte archéologique, sa datation et l’environnement épigraphique associé à cette découverte.

Une seconde defixio – également trouvée en contexte funéraire (Nécropole de la Via Postumia à Vérone (Italie)) – est présentée par Celia Sanchez Natalias (p. 163-167). Le texte sur 5 lignes est daté du IIe s. de notre ère et consiste en une liste d’anthroponymes.

Le plomb n’est pas réservé aux seules defixiones, il est aussi utilisé en contexte commercial :

Laura Forte (p. 169-177) étudie 5 petites étiquettes dont la taille fait parfois moins de 2 cm de large (!), qui témoignent du commerce et du traitement de tissus à Parme (Italie).

L’article de Guy Alfonso, Bernard Clémençon et † Bernard Rémy (p. 179-188) permet de remettre en contexte une lamelle de plomb inscrite trouvée dans une schola de Clermont-Ferrand/Augustonemetum (Puy-de-Dôme). Cette toute petite plaque (3 x 1,2 cm) inscrite sur ses deux faces, est interprétée comme étant une étiquette identitaire, servant à marquer un objet personnel. Trouvée dans un contexte daté du milieu du IIe s. de notre ère, cette étiquette apporte un regard nouveau sur la schola d’une association dédiée à Mercure et sur la place des femmes dans les collèges (scholae). Quelques centimètres qui constituent donc une précieuse clef de lecture pour la compréhension du secteur monumental de la ville antique.

La parole aux terres cuites


Les 6 articles suivants traitent des inscriptions sur terre cuite, essentiellement des graffites incisés sur de la vaisselle en céramique.

L’article rédigé par Françoise Labaune-Jean, en collaboration avec Stéphane Jean et Gaétan Le Cloirec (p. 189 à 198) s’intéresse au paysage épigraphique du site des Jacobins fouillé à Rennes entre 2011 et 2018 sur une surface de 8000m2 (Ille-et-Vilaine, Bretagne). Il présente les principaux éléments liés à l’écriture trouvés in situ, soit 80 graffites sur céramique, 1 inscription sur fragment de colonne (p. 191), 5 stylets (p. 196-197) et 2 éventuels couvercles d’encriers (p. 197). Il convient de saluer le travail des auteurs qui font l’effort d’étudier l’écriture en contexte car cet exercice est encore trop rarement mené en post-fouille. On regrette que seule une partie des graffites soit présentée et illustrée dans cet article. Il semblerait, en revanche, que tous les instruments liés à l’écriture (9 au total) soient dessinés (p. 197). Comme le signalent les auteurs, l’article constitue une présentation préliminaire qui restera à approfondir. Cet article vient considérablement gonfler le nombre d’inscriptions sur céramique connues pour la Bretagne depuis le travail mené à par René Cloastre en 1954 et la maîtrise de Solenn Le Forestier en 1999.

L’article d’Alix Fourré avec la collaboration de Christian Cribellier et Jonathan Simon (p. 199 à 204) concerne quatre abécédaires trouvés en région Centre, plus précisément à Beaune-la-Rolande (Loiret) et à Chartres (Eure-et-Loir) pour ce qui est des deux graffites datés du Haut-Empire, de Bourges (Cher) et de Toury (Eure-et-Loir) pour les deux autres datés du Bas Empire. Ces attestations sont suffisamment rares en Gaule pour mériter qu’on y prête attention. Bien illustré, on regrette l’absence d’une photo pour l’abécédaire le plus complet, de Bourges (Cher), qui s’avère être aussi le seul des 4 à avoir été réalisé avant la cuisson du vase (p. 202). Les plus curieux pourront compléter cette lecture en se référant au travail de P.-Y. Lambert, sur les abécédaires en Gaule romaine (Lambert 2009, p. 209 à 230).

L’article suivant, rédigé par Isabelle Brunie et Dominique Taquet (p. 205 à 210), traite aussi de la découverte de deux abécédaires sur céramique datés du Ier s. et de la première moitié du 2e siècle de notre ère, en Bretagne (Rieux/Fégréac). Leur travail permet de remettre en contexte l’apprentissage de l’écriture dans un milieu d’artisanat. Il manque la figure 5, soit la face interne gravée du vase dont on ne pourra donc rien dire ici. Mais pour ce qui est du graffite incisé sur la face externe, dont les auteurs nous donnent de précieux relevés accompagnés d’une photo, il semblerait qu’il s’agisse d’un unique abécédaire, relativement peu habile, développé sur deux lignes. Et, à titre d’hypothèse (qu’il faudra vérifier avec le tesson en mains), nous proposons d’y voir les lettres ABCDIIFGHI/K??MN??TV(X) ? plutôt qu’une moitié d’alphabet suivie de l’anthroponyme F CAMVLATV[… comme proposé p. 207-208.

L’article d’Elisa Zentilini se sert des graffites sur céramique pour aborder la question de la “romanisation” dans le territoire Cénoman situé entre les villes de Brescia et Vérone, en Italie (plaine du Pô). Le corpus pose problème d’abord parce qu’il est publié sans photo ni relevé (ce qui nous oblige à croire l’auteur sur parole), mais aussi (et surtout) parce qu’il réunit 28 graffites seulement : un nombre  particulièrement faible lorsqu’on sait que certains sites livrent plusieurs centaines de graffites (80 sur le site des Jacobins, par exemple (p. 189)). L’auteur n’ignore pas les difficultés que pose un corpus si restreint, mais pourquoi avoir opéré une telle sélection ? En quoi consistent les autres graffites et où se trouvent-ils ? L’échantillon qui sert de base à la réflexion demeure trop faible, d’autant que les individus proviennent de 11 sites différents. Une démarche sans doute risquée pour aborder des sujets aussi complexes que la “romanisation”.

C’est une tuile en terre cuite inscrite qui attire l’attention de Grazia Facchinetti et Filippo Maria Gambari sur laquelle se trouvent au moins 5 lignes incisées avant cuisson (p. 225-231). Trouvée dans la villa romaine de Sirmione (Lombardie, Italie) et datée de la fin du Ier siècle, elle montre notamment que l’écriture était pratiquée jusque dans “l’humble milieu des briquetiers”.

Thibaud Poigt et Coline Ruiz Darasse présentent une riche synthèse bibliographique sur les graffites paléohispaniques pouvant être identifiés comme des marques mercantiles, numérales, métrologiques et des abréviations – dont la signification exacte demeure incertaine (p. 233-238). Ils signalent l’existence de plus de 2000 inscriptions en écriture ibérique nord-orientale, le plus souvent conservées sous la forme de graffites incisés après cuisson sur des supports céramiques divers.

“Les murs murmurent toujours…”

Plusieurs articles s’intéressent aux graffiti pariétaux. C’est le cas de l’article d’Antonio Varone (p. 79 à 103) consacré aux dernières inscriptions découvertes dans la villa Arianna à Stabie (Campanie, Italie). Ces 30 inscriptions, accompagnées de photos et de relevés, révèlent un usage simultané du grec et du latin, voire parfois même des deux alphabets dans un même mot – un entremêlement qui témoigne des contacts linguistiques grec et latin.

Un article rédigé à 5 mains par Massimiliano David, Gianluca Gregori, Francesco Camia, Angelo Pellegrino et Gian Piero Milani présente les nouveaux graffites grecs et latins du quartier de la porte Marine à Ostie (p. 105 à 117). Seuls les quelques cas les plus significatifs sont traités ici car l’ensemble du dossier a déjà été présenté au congrès de l’AIPMA en 2013 (Athènes). Le corpus réunit plusieurs documents intéressants, à la fois écrits et figurés, comme la représentation d’un gladiateur et un portrait de jeune fille par exemple (p. 109-110).

D’Ostie toujours, l’article d’Angelo Pellegrino, Stella Falzone et Carlo Molle porte sur les graffites les plus significatifs de la Maison des Hiérodules (p. 119 à 133), datés des IIe et IIIe siècles.
Bernard Parzysz (p. 145 à 156) explique les méthodes de construction de rosaces simples ou multiples avec un outillage limité.

L’ouvrage se termine, sous la plume de Mireille Corbier, par une riche synthèse attirant l’attention du lecteur sur la nécessité de poursuivre l’enquête pour appréhender au mieux  la multiplicité des formes et des usages de l’écriture au quotidien (p. 239-247). Une phrase résume parfaitement le potentiel de ces écritures et l’intérêt que les chercheurs ont à les considérer : “Tous ces exemples mettent en scène devant nous la façon dont, pendant les quelques siècles d’une histoire infiniment plus longue, les scripteurs – qui sont en fin de compte les acteurs sociaux de cette histoire – ont concilié le respect des règles indispensables à toute pratique de l’écriture et l’exploration assez systématique des marges de liberté et d’initiative individuelle que leur laissaient ces règles” (Corbier 2020, p. 247). Sur ces mots justes et percutants, une voix s’élève “GLOIRE AUX GRAFFITI !”

 

Citer ce billet : Morgane Andrieu, "Gloire aux Graffiti !." Le Fil d'ArAr, 06/08/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3739.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.