Du nouveau sur Cluny

Arlette Maquet

 

 

Compte-rendu de : Anne Baud, Christian Sapin, avec la collaboration de Walter Berry, Anne Flammin et Fabrice Henrion, Cluny. Les origines du monastère et de ses églises, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques CTHS, Collection Archéologie et Histoire de l’art no 35, 2019, 223 pages.

 

Encore un livre sur Cluny ! On a déjà tant écrit sur la grande abbaye bourguignonne qu’on pourrait se demander si on ne connaît pas déjà tout. Ce livre est là justement pour nous démontrer qu’il n’en est rien, d’abord parce qu’il est dirigé par les meilleurs spécialistes du genre qui ont réuni autour d’eux une équipe de chercheurs de grand niveau, ensuite parce que cet ouvrage constitue un bilan d’étape. C’est l’aboutissement de nombreuses années de recherches qui apportent des éléments nouveaux et … pointent ce qui reste encore à réaliser ! L’ouvrage, préfacé par Ch. Bonnet, comporte un sommaire (p. 5), une table des matières (p. 220-223) et une bibliographie (p. 203-217). En revanche, il n’y a pas de table des illustrations, probablement en raison du trop grand nombre de celles-ci (elles sont numérotées par chapitre), cependant une table précise la source des relevés, plans et images. Signalons tout de suite la très grande qualité des photos de l’ouvrage : celles des fouilles actuelles (p. 154-155) faisant heureusement écho à celles de l’époque de K. J. Conant (p. 45), comme c’est également le cas pour les relevés. Chaque coupe est soigneusement localisée dans le site par une vignette schématique. Après une introduction générale, l’ouvrage est divisé en sept chapitres et se clôt d’abord par des conclusions et perspectives puis par un dossier d’annexes identifiées de A à G.

On pourrait longuement détailler, chapitre après chapitre, tous les apports réalisés et en premier lieu la remarquable analyse du regretté Walter BERRY, menée sur les documents de fouilles (9 carnets de fouilles – daybooks – soit 800 pages et plus de 500 plans et coupes) de l’archéologue américain Kenneth John Conant, qui a œuvré sur le site de 1928 à 1950. Les travaux de Conant ont longtemps figé notre vision du monastère, même si son étude a été fortement critiquée dans les années 1980. Mais au-delà du site de Cluny, c’est toute l’évolution de la science archéologique qui se révèle à travers les tâtonnements de l’enregistrement des découvertes – finalement adopté en 1931 – et de la méthode de fouilles, les fameux « pits » et un codage couleur des structures. En définitive, la qualité de la documentation de K. J. Conant permet, ce que l’on n’attendait pas forcément, à savoir une reconstitution stratigraphique détaillée. Cet examen méticuleux est un élément indispensable pour penser l’évolution de la recherche contemporaine du site. Ensuite, l’analyse des sources historiques et iconographiques permet de procéder à une remise à plat des connaissances en particulier du « Cluny avant Cluny », la villa des origines. Si K. J. Conant a mentionné la villa carolingienne dans son ouvrage de référence, Cluny. Les églises et la maison du chef d’ordre (Mâcon, 1968), les fouilles menées par les auteurs et leurs équipes ont montré que celle-ci repose sur un substrat largement antérieur, indiquant une occupation continue du site de l’Antiquité au haut Moyen Âge. C’est là le grand intérêt de cette étude que de restituer des espaces édilitaires rencontrés ailleurs en dépassant le cas clunisien qui, il faut bien le dire, a souvent tendance à se limiter au grand œuvre de la major et à effacer le reste. La relecture globale des travaux de K. J. Conant amène à proposer un autre modèle : ce qu’il identifiait comme Cluny A correspond (comme Chr. Sapin l’avait perçu dès 1988) à la crypte de Cluny II. Les auteurs détaillent ensuite minutieusement les différentes phases d’aménagement suivant l’arrivée des moines, les changements de projets dans un laps de temps assez court, comme on a pu le remarquer sur d’autres chantiers (Souvigny par exemple). Deux sépultures privilégiées – une maçonnée, la seconde dans un sarcophage en remploi avec décor de ferrures, p. 73 – interpellent. L’inscription ABA/AVA à la pointe sèche sur le sarcophage, les analyses, la localisation, tout rappelle la sœur de Guillaume le Pieux, qu’une charte du cartulaire de Cluny évoque en 893 lors de l’échange de biens qui aboutira à la fondation de Cluny. Quant à la deuxième sépulture les hypothèses restent ouvertes …

Toutes ces découvertes mettent à mal un ensemble de théories bien ancrées ; on comprend désormais que les appellations de Conant, Cluny I, II et III n’ont qu’un sens partiel tout comme ce qu’on a baptisé plan clunisien. Mais on sait ce qu’il en est des vieilles lunes … La réalité architecturale est plus complexe, avec un phasage plus fin décomposé par les auteurs et si on veut continuer par cohérence/habitude d’utiliser la nomenclature de Conant, il faudrait préciser que le chevet de l’édifice consacré en 981 est plutôt Cluny II b, témoin d’une évolution déjà avancée de l’architecture avec un espace cloisonné selon le modèle carolingien (comme à Cuxa) et une crypte abandonnée ensuite.

Les auteurs ont dû faire face à des problématiques variées, ainsi les aspects liturgiques sont soigneusement examinés – et restitués, p. 102 – en particulier le socle de l’autel majeur (du type à la romaine) découvert lors des fouilles et ses aménagements successifs (portes, niche à reliques, supports pour plaques d’or et d’argent ? si l’on suit la vita Odilonis), urne dite de saint Hugues, ciborium. La disparition de la crypte (évoquée ci-dessus) a provoqué la modification des installations mais cela traduit aussi l’évolution de la liturgie. Cependant toutes les questions ne trouvent pas (encore ?) de réponses : quelles dimensions pour l’édifice ? En suivant quel modèle ? Quel est le degré précis des interventions de l’abbé Odilon ? Certes, le récit de Jotsald apporte des éclairages sur l’action de l’abbé mais il peut s’avérer délicat de prendre au pied de la lettre les propos d’un hagiographe, aussi tentant que cela puisse être. Beaucoup d’inconnues demeurent encore, et si désormais grâce aux opérations archéologiques on connaît mieux le chœur de Cluny II, il n’en est pas de même pour la nef et la galilée. Pour l’espace claustral et la salle capitulaire, nos connaissances sont encore essentiellement livresques. Enfin le cloître n’est pas resté immuable au cours du Moyen Âge et nous percevons encore mal les différentes interventions.

Ce livre permet de mettre en valeur des espaces moins connus, comme la chapelle Sainte-Marie détruite au cours du XVIIIe siècle lors de la reconstruction des bâtiments monastiques. Cet édifice joue un rôle-clé et varié d’abord dans la liturgie processionnelle telle qu’on la pratique à Cluny, puis comme l’indique le Liber tramitis, avec les malades en raison de sa proximité avec l’infirmerie, et les défunts (une large canalisation alimentant le lavatorium a d’ailleurs été retrouvée sous la salle capitulaire). Le dernier chapitre (BAUD/SAPIN) s’intéresse plus largement à l’abbaye entre le XIe et le XIIIe siècle. C’est une période charnière pour l’évolution du monastère avec de nombreuses transformations liées à l’édification de la major ecclesia, dont témoignent les découvertes émouvantes réalisées dans la salle du chapitre : les banquettes pour environ 180 moines sur deux niveaux (p. 131), des éléments de sols en carreaux vernissés (annexe B) qui orientent vers le quotidien des moines. Le gros dossier d’annexes (deux – B et D – seront aussi publiées en ligne par Artehis éditions) permet d’analyser le matériel issu des fouilles : céramiques (A/Walter BERRY), carreaux de pavement de la salle capitulaire (B/Magali ORGEUR), matériaux de construction (C/Stéphane BÜTTNER), enduits peints (D/Bénédicte BERTHOLON), décor sculpté (E/Christian SAPIN), monnaies (F/ Vincent BOREL) et analyses radiocarbone (G).

On l’aura compris ce beau livre est passionnant, de grande qualité, révélateur de tout ce que l’archéologie (quand elle est pratiquée avec talent comme c’est le cas ici) améliore dans la connaissance d’un édifice. Il fournit beaucoup d’informations novatrices qui vont nourrir les débats du monde clunisien. La démarche de l’archéologue apporte son regard personnel sur les sociétés anciennes, au croisement de bien des sciences. Le volume, broché, est rendu attrayant par la qualité et le grand nombre des figures, certaines attendues, d’autres techniques, d’autres encore plus surprenantes comme (p. 8) la superposition photo/plan des fouilles de Conant, ou innovantes comme p. 21 le commentaire du plan anonyme au regard des résultats archéologiques. Cependant, et ce n’est pas le moindre des paradoxes, il montre aussi tout le chemin qui reste à parcourir. Les perspectives sont aussi enthousiasmantes que les découvertes réalisées et on a hâte de connaître la suite des opérations.

 

 

 

Citer ce billet : Arlette Maquet, "Du nouveau sur Cluny." Le Fil d'ArAr, 19/07/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3725.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.