Cluny revisité

Jacque Bujard

 

Compte-rendu de : Anne Baud, Christian Sapin, avec la collaboration de Walter Berry, Anne Flammin et Fabrice Henrion, Cluny. Les origines du monastère et de ses églises, Éditions du Comité des travaux historiques et scientifiques CTHS, Collection Archéologie et Histoire de l’art no 35, 2019, 223 pages.

 

« Peut-on connaître réellement et complètement un site de l’importance de l’abbaye de Cluny ? ». C’est par cette question liminaire que débute la très belle publication consacrée l’an dernier aux origines du monastère et de ses églises par Anne Baud et Christian Sapin, avec la collaboration de Walter Berry, Anne Flammin et Fabrice Henrion. Ses auteurs lui donnent une réponse lapidaire : « Certainement pas » ! Force est néanmoins de constater que cet ouvrage jette un regard renouvelé des premiers siècles d’existence de l’abbaye, voire propose, sur nombre de points, des conclusions bien différentes de celles généralement adoptées jusqu’ici.

En sept chapitres, sont abordés :

  1. Les sources historiques et iconographiques (Anne Baud et Christian Sapin)
  2. L’intervention de Conant sur le terrain : une réévaluation (Walter Berry)
  3. Les origines de Cluny (Anne Baud et Christian Sapin)
  4. 910 et la création de l’abbaye (Anne Baud et Christian Sapin)
  5. Cluny II et le Xe siècle (Christian Sapin et Fabrice Henrion)
  6. La chapelle Sainte-Marie de Cluny (Anne Baud et Anne Flammin)
  7. L’abbaye entre les XIe et XIIIe siècle (Anne Baud et Christian Sapin)

Nous nous arrêterons plus particulièrement sur les premiers chapitres, qui renouvellent fondamentalement notre connaissance des origines architecturales de Cluny. La publication mettant ainsi en évidence les renseignements que fournissent les chartes du IXe siècle sur la villa de Cluny, et notamment sur les bâtiments que comportait celle-ci. Si les édifices de l’abbaye fondée dans la villa ne sont quant à eux pas décrits par les premières chartes, une lettre d’Hugues de Gournay relate vers 1120-22 la consécration en 981 de l’église abbatiale (Cluny II). L’organisation du claustrum est ensuite abordée à la lumière du Liber tramitis aevi Odilonis, Odilon (994-1049) ; les dimensions données pour certains bâtiments, les matériaux mentionnés, les indications sur la liturgie offrent de précieux renseignements sur l’église et son cloître avant les chantiers du XIe siècle, en particulier l’édification de la très vaste nouvelle église, la Maior ecclesia.

Le plan révélé par les fouilles de la domus villa, de la chapelle Sainte-Marie élevée à l’emplacement du lieu de culte de la domus carolingienne ainsi que la proposition d’une nouvelle restitution du chevet de Cluny II offrent une vision largement renouvelée des premiers bâtiments du site. Les parallèles proposés avec la villa du Thier d’Olne en Belgique et d’autres édifices civils ou religieux carolingiens mettent en perspective la domus de Cluny parmi les constructions contemporaines. Cette révélation d’une domus du VIIIe siècle longtemps supposée est l’une des découvertes majeures offerte au lecteur, de même que l’approche des premières phases d’installation des moines dès 910 dans un ensemble architectural préexistant, dont ils doivent avoir utilisé un temps la chapelle.  Les constructions sont adaptées dès la première moitié du Xe siècle aux nouveaux besoins, en particulier par l’ajout d’une chapelle triconque dans le cimetière, qu’Anne Baud et Christian Sapin comparent à celle, notamment, de Müstair dans les Grisons. Le lancement du chantier de Cluny II, dans la seconde moitié du Xe siècle ou au début du siècle suivant, inaugure une nouvelle organisation monastique finement analysée, tant en terme de restitution architecturale que de compréhension fonctionnelle et liturgique, constituant « une clef pour comprendre l’organisation propre aux monastères et prieurés clunisiens qui présentent un schéma similaire ». À la fin du XIe siècle, la réédification de la chapelle Sainte-Marie inaugure le chantier de construction de la Maior ecclesia. La compréhension des étapes de ce chantier a également été largement enrichie par les récentes recherches, de même que celle des états successifs de la salle capitulaire ou du chevet et de l’autel avec ciborium de Cluny II.

Pour sa part, Walter Berry décrit, grâce à des sources connues de longue date et à d’autres récemment retrouvées, les méthodes de fouilles de l’archéologue américain K. J. Conant, avec leurs côtés novateurs et leurs limites aux yeux de l’archéologue du XXIe siècle, notamment dues à la nécessité de contourner rosiers et parterres de fleurs, le travail de dégagement des sédiments par couches de 10 à 12 pouces en moyenne, les relevés détaillés, la gestion des trouvailles, etc. Les archives très complètes de Conant permettent de reconnaître une fois encore le rôle fondamental qu’il a joué à Cluny, en particulier en ce qui concerne la restitution du plan de l’église du XIIe siècle.

Des annexes, de très belle qualité également, présentent le mobilier céramique (Walter Berry), les carreaux de pavement de la salle capitulaire (Magali Orgeur), les matériaux de construction (Stéphane Büttner), les enduits peints (Bénédicte Bertholon), le décor sculpté (Christian Sapin), les monnaies (Vincent Borrel) et les résultats des analyses radiocarbones.

Bien d’autres aspects de cette publication auraient mérité d’être relevés ; elle offre en effet une mine de renseignements nouveaux sur une des abbayes majeures de la Chrétienté médiévale et fera date par cela. Par la richesse de son illustration et la qualité graphique des relevés et des restitutions architecturales, elle fournit aux spécialistes comme au public plus large, la possibilité de suivre pas-à-pas les observations effectuées par les archéologues sur le terrain, les bases documentées de leurs interprétations et hypothèses. Elle invitera aussi les archéologues étudiant d’autres sites carolingiens ou clunisiens à se questionner sur leurs fonctions et leurs plans.

Nous ne pouvons donc que féliciter les auteurs de cette monographie de la parfaite réussite de leur entreprise et à espérer que les travaux de recherches pourront être poursuivis au cours de ces prochaines années dans l’emprise de l’abbaye.

 

Citer ce billet : Jacques Bujard, "Cluny revisité." Le Fil d'ArAr, 14/07/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3697.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.