Bulliot intime

 

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : J.-L. Flouest, coll. J. Lequime (dir.) — J.-G. Bulliot, correspondance familiale (Archives et Histoire de l’Archéologie, 2), Co-ed. Mergoil / Pas de l’Âne, Drémil-Lafage 2020.

 

Ce deuxième volume des « Archives et Histoire de l’Archéologie » tranche avec le premier. Là où des actes de colloque proposaient des synthèses de haute volée sur les origines d’une discipline, l’archéologie de l’Age du Fer (compte-rendu ici), cet ouvrage aborde la personnalité d’un chercheur, Jacques-Gabriel Bulliot (1817-1902) à travers le prisme de sa vie familiale et plus exactement de la correspondance qu’il a entretenue pendant près de cinquante ans (1855-1902), d’abord avec sa femme Marie, puis après le décès de cette dernière, avec sa fille Thérèse. Il a sans doute écrit à ses autres enfants, mais le lot publié ici, conservé à la bibliothèque municipale d’Autun, vient évidemment de la succession de sa fille.

Autant dire tout de suite qu’il s’agit de matériau brut, ou presque. Aux textes des lettres, soigneusement transcrits et sans coupures (énorme travail et Mme Balleret et d’Annick Novak), les éditeurs n’ont finalement ajouté qu’une introduction très synthétique (p. 11-20), quelques repères généalogiques et chronologiques (p. 21-28), une table des noms cités (p. 29-34) un inventaire des lettres (p. 441-455) et surtout un index analytique (p. 456-461) qui permet de suivre quelques thèmes judicieusement choisis dans le flot de cette correspondance. Le reste (404 pages, tout de même) est de la main de Bulliot, qui écrit sans fard, avec sa correspondante pour seul public. Ce lien direct entre deux partenaires conjugaux n’exclut pas une dose de mise en scène ; surtout, ces lettres maintiennent un lien entre Bulliot, qui pendant des années, vit plusieurs mois par an dans une masure isolée sur le Mont-Beuvray (« l’Hôtel des Gaules ») où il travaille avec un aide ou quelques ouvriers. Il ne redescend à Autun, où vit sa femme, qu’un jour par semaine, mais il conserve avec elle un contact étroit par les lettres qu’il lui écrit le soir. Quand il n’est pas sur le site, il voyage, d’abord pour exercer son métier de négociant (acheter du vin, visiter les clients …) puis pour rencontrer les autorités politiques, religieuses et académiques par lesquelles passent selon lui, ses ambitions de savant.

Ce qui transparaît le plus clairement, à travers ces lettres qui ne se suivent pas toujours, c’est davantage la manière d’être de Bulliot avec le site, que ce qu’il y fait vraiment. Comme il ne fouille pas personnellement, il a avec Bibracte un rapport à la fois scientifique et romantique ; ce qu’il préfère du Beuvray, c’est sa solitude et ses brumes. Certes, il veut que son travail soit reconnu, mais l’impression donnée par ses comptes-rendus de visites, ou les contacts académiques qu’il a avec les sociétés savantes, c’est que cette reconnaissance résulte d’un combat. Non seulement contre son meilleur ennemi, Rossigneux, qui le poursuit de lettres anonymes et d’accusations diverses ; mais, plus largement, un combat avec ses contemporains, qu’il veut convaincre de la place de Bibracte dans l’Histoire de France1. Dans cette entreprise, alors qu’il ne commence ses fouilles qu’en 1864, il est bien aidé à partir de 1865 par la mise en place du Musée des Antiquités Nationales de Saint-Germain-en-Laye, où il apporte ensuite chaque année le produit de ses fouilles pour qu’on en remplisse les vitrines.

Il y a bien sûr du Gaulois chez ce  bourguignon, qui se cache dans les fourrés quand il voit arriver au Beuvray plus de touristes qu’il ne peut en supporter, et compose des poèmes en contemplant la lune. Sa personnalité complexe lui a permis de concilier ses aspirations contradictoires, celle de vivre au cœur d’un terroir avec lequel il s’identifiait, tout en recherchant l’appui des puissants pour légitimer ses intuitions. Si c’est son neveu par alliance, Joseph Déchelette, de 46 ans son cadet, qui assurera la renommée internationale du site en reprenant la direction des fouilles en 1897, c’est bien Jacques-Gabriel Bulliot qui a été, avec un demi-siècle de travail et d’acharnement, le « père de Bibracte ».

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Bulliot intime." Le Fil d'ArAr, 23/06/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3658.

 

  1. La première publication de J.G. Bulliot sur le Mont-Beuvray remonte à 1851, bien avant le début de ses fouilles en 1864. []

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.