L’architecture des chanoines réguliers. Histoire et archéologie

Compte rendu de la journée de séminaire L’architecture des chanoines réguliers. Histoire et archéologie, tenue le vendredi 11 octobre 2019 à la Maison de l’Orient et de la Méditerranée à Lyon

Le laboratoire Archéologie et Archéométrie (ArAr – UMR 5138) de la Maison de l’Orient et de la Méditerranée accueille une équipe de recherche appelée « Archéologie de l’espace médiéval : du bâti au territoire » dirigée par Anne Baud. Au sein de cette équipe, un axe de recherche se concentre sur l’architecture religieuse et la liturgie (direction Anne Baud et Amélie Roger).

Les membres de l’axe 3 de l’équipe 3 d’ArAr en visite dans la Drôme et l’Ardèche
en mai 2019. © S. Bochaton.

Si de nombreux chercheurs associés à cet axe étudient les édifices religieux tant en Auvergne-Rhône-Alpes que sur le territoire national ou même à l’étranger, peu nombreuses sont les personnes à se pencher sur l’architecture des établissements religieux de chanoines réguliers. Ces derniers, moins bien connus que les cisterciens ou les bénédictins, bénéficient toutefois depuis quelques années de l’intérêt des chercheurs. En témoignent l’important colloque tenu à l’automne 2014 à Oxford (Grande-Bretagne), les journées d’étude organisées depuis 2012 à Saint-Martin-aux-Bois[1] (60) ou encore celle à Saint-Étienne[2] (42) ayant eu lieu en mai 2018. Une nouvelle journée a été organisée par Sidonie Bochaton à l’automne 2019. Il s’agissait de proposer à des doctorants, universitaires, historiens et archéologues, d’éclairer l’architecture des établissements canoniaux en présentant des données récentes issues de travaux archéologiques (fouilles et études du bâti) ou de recherches archivistiques.

Les chanoines réguliers. Introduction

par Hervé Chopin, doctorant de l’université Lumière-Lyon 2/UMR 5138 ArAr

Hervé Chopin a ouvert cette journée en rappelant les grandes étapes de l’étude des chanoines réguliers débutée au milieu du XXe siècle grâce à John Dickinson en Angleterre[3] puis Charles Dereine en France, dont l’article dans le Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastique fait encore aujourd’hui consensus[4]. L’important colloque La vita commune del clero… tenu à Milan en 1959 a permis de poser les bases de l’étude des chanoines réguliers[5]. En France, ce sont dom Jean Becquet[6] et Jean Châtillon[7] qui ont beaucoup apporté à ce domaine. Les fouilles de Saint-Jean-des-Vignes à Soissons, menées par les Américains Sheila Bonde et Clark Maines[8], ainsi que le colloque de Michel Parisse organisé en 2009 et intitulé Les chanoines réguliers. Émergence et expansion (XIe – XIIIe siècle)[9] témoignent du nouvel intérêt dont bénéficient les augustiniens.

Hervé Chopin a ensuite rappelé les origines des chanoines réguliers. Appelés « clercs » ou simplement « chanoines » jusqu’à la Réforme grégorienne, les chanoines réguliers apparaissent aux XIe et XIIe siècles. La fondation de Saint-Ruf en 1039 par quatre clercs désireux de mener une vie régulière est considérée comme le premier acte de l’apparition des chanoines réguliers. Deux formes de vie coexistent : l’ordo antiquus, dans le sud de la France et en Italie principalement, et l’ordo novus, plus austère et inspiré de Cîteaux. Jean Châtillon insistait sur l’absence d’ordre de chanoines réguliers : répartis en plusieurs fédérations, les chanoines réguliers appartenaient à des communautés ou des congrégations de petite taille, à l’exception de plus grandes telles Saint-Ruf ou Prémontrés.

Memorial tablet, Master of the Spes Nostra, c. 1500 © Rijksmuseum, Amsterdam

Hervé Chopin concluait son intervention en introduisant la question de l’architecture chez les chanoines réguliers. Il rappelait d’abord que cette question a été à plusieurs reprises traitée par le passé et qu’on convient généralement de l’absence d’une architecture typiquement augustinienne. En effet, on ne constate pas de grande différence entre l’architecture monastique et canoniale ni entre leur mode de vie. Si les Anglo-saxons ont déjà largement abordé cette question, en particulier John Dickinson ou Jill Franklin[10], ces recherches sont restées limitées dans l’espace français et savoyard.

Cette introduction se terminait par quatre questions. D’abord, les maisons de chanoines réguliers sont-elles différentes des monastères ? Existait-il des différences entre les maisons appliquant l’ordo antiquus ou l’ordo novus ? Peut-on observer des différences entre les grandes fédérations de chanoines ou des similarités à l’intérieur de ces fédérations ? Enfin, existait-il des différences entre prieurés bénédictins et prieurés de chanoines[11] ?

Architectures canoniales dans la congrégation de Saint-Ruf. Archives et vestiges

par Yannick Veyrenche, docteur en histoire de l’université Lumière-Lyon 2/CIHAM[12]

Yannick Veyrenche a présenté en trois points l’état de la connaissance des maisons des chanoines de Saint-Ruf (Provence) en trois points : les sites abbatiaux d’Avignon et de Valence, les prieurés et les petites obédiences, rappelant au passage la diversité des établissements augustiniens. Si quelques vestiges subsistent, de nombreuses destructions, pour certaines très récentes, sont à déplorer depuis l’époque moderne. Les archives viennent alors combler quelques lacunes.

Le site d’Avignon, dont on conserve le chevet de l’église abbatiale, a souffert des Guerres de religion. Le site devient carrière de pierre tandis que la nef de l’église d’Avignon est abattue sur décision de l’évêque au XVIIIe siècle. Les vestiges sont rachetés par la ville en 1928. Cette église possédait deux nefs[13] et son mur sud était crénelé. Seul un pan de mur du couvent subsiste. Les archives mentionnent un « grand réfectoire » remanié à la fin du Moyen Âge, et le Liber ordinis un cloître à quatre galeries : le « portique de l’église, du réfectoire, du chapitre et des novices ».

Le site de Valence est une construction ex nihilo, ce qui a été vérifié il y a quelques années par des sondages dirigés par Isabelle Parron. Un plan dit du « domaine de l’Épervière » en a été dressé au XVIIIe siècle et montre au nord les bâtiments de l’ancienne abbaye. Le site a souffert d’inondations en raison de sa proximité avec le Rhône. Les sondages ont également révélé le mur sud de la nef, ce qui a conduit à restituer une nef à trois vaisseaux. Le cloître se développait au sud d’après les sources textuelles. L’abbé possédait sa propre maison abbatiale. Un hôpital et un moulin complétaient le site.

Certains prieurés, tel La Platière à Lyon, étaient de taille importante. L’église Notre-Dame de La Platière abritait des chapelles de confréries, et était associée à un véritable cloître avec des bâtiments conventuels. Le prieur disposait à Lyon d’un logis avec tourelle d’escalier. Concernant les petites obédiences, L’Isle-sous-Quirieu a été fouillé et a révélé un petit lieu de culte non paroissial et un petit bâtiment pour les chanoines. Un bâtiment isolé, identifié comme une dépendance économique, complète le site (fouilles R. Royet[14]). Le prieuré de la Boisse possédait un cloître.

L’abbaye prémontrée de Fontaine-André (1143-1531)

par Christian de Reynier, archéologue du bâti à l’Office du patrimoine et de l’archéologie de Neuchâtel

L’abbaye de Fontaine-André a été fondée en 1143 au bord du lac de Neuchâtel (canton de Neuchâtel) par les sires du même nom. Elle disposait de nombreuses possessions localisées au nord du lac et à proximité immédiate du couvent. Les chanoines disposaient de revenus confortables dus à la viticulture : ils disposaient de domaines viticoles pourvus de chapelles qui devinrent des hameaux puis des villages. Une maison néo-médiévale a été construite au XIXe siècle sur le site, mais les opérations préventives du bâti ont récemment mis en évidence de nombreux vestiges du couvent et de son église.

L’église du XIIe siècle, qui accueillait tout au plus une dizaine de chanoines et quelques convers, se retrouve dans de nombreuses églises de la région : il s’agit d’une nef à trois vaisseaux de 30 m de longueur et d’un chevet à trois absides. Au nord se trouve une chapelle latérale tardive, tandis que le clocher est très similaire à celui de la collégiale de Neuchâtel et doit également être postérieur. Aucune fonction paroissiale n’est attestée. L’absence de contrefort indique que la nef n’était pas voûtée. À la différence des églises clunisiennes, Fontaine-André ne présentait ni tour lanterne ni voûtement.

Le couvent conserve encore deux ailes qui datent du XIIe siècle. L’aile ouest connaît un important remaniement à la fin du Moyen Âge : la dendrochronologie a permis de le dater de la fin du XVe siècle. À cette époque, de nouvelles circulations, de nouveaux voûtements et contreforts sont créés. À l’étage, la maison abbatiale dispose de sa propre cuisine. Une pierre tombale retrouvée sur le site, qui mentionne l’abbé Pierre des Granges (1444-1459) qui a « bâti cette église » indique peut-être le commanditaire de ces travaux. L’aile sud comprenait le réfectoire puis la cuisine dont il reste une partie de la cheminée. Elle est exhaussée et une nouvelle charpente est posée en 1513. L’aile orientale était un simple mur de clôture.

Si le cimetière n’a pas été retrouvé, une dépendance rurale est conservée, mais présente d’importantes modifications. Les maçonneries sont caractéristiques de l’époque romane et il se trouve à côté de l’entrée : s’agissait-il d’une porterie ? Juste en face se trouve l’édicule qui accueille la fontaine et qui a été construit en 1487. Un nouveau bâtiment est construit dans la première moitié du XVIe siècle, mais les travaux sont interrompus par la réforme protestante de 1531. Il s’agissait peut-être d’une nouvelle maison abbatiale ou d’une maison pour les hôtes.

L’abbaye prémontrée d’Arthous : évolution architecturale et mise en valeur patrimoniale

par Stéphane Abadie, docteur en histoire médiévale de l’université Toulouse 2-Jean Jaurès et résident scientifique à l’abbaye d’Arthous

Stéphane Abadie a présenté les résultats de ses recherches sur l’abbaye d’Arthous dans les Landes ainsi que les diverses mises en valeur du site. L’église d’Arthous date du XIIe siècle et mesure 32 m de longueur. Il s’agissait d’une dépendance de La Casedieu. Les vestiges bâtis sont peu importants, contrairement au lapidaire. Une copie moderne du cartulaire a permis d’identifier une centaine de bâtiments sur le terrain (moulins, dépendances, etc.). Cette étude a été menée à la demande du Conseil départemental des Landes et consistait en un bilan documentaire, un bilan historique, une étude monumentale, complétée par une réflexion sur la mise en valeur du site.

L’étude du bâti a permis la relève des marques lapidaires médiévales ainsi que l’identification des carrières. Une datation relative a été proposée pour toute l’église. Les travaux de restauration menés depuis les années 1960 par les Monuments historiques ont également été étudiés, tout comme les fouilles menées dans les années 1970 par une association locale. Une enquête orale a permis de compléter les données issues de la documentation. Le couvent a également fait l’objet d’une étude qui a révélé qu’il était construit en brique et datait du XVIIe siècle. Il a été reconstruit après un incendie survenu en 1569. Les vestiges d’une galerie de bois de fortification du XVIIe siècle ont été observés, de même qu’un état antérieur daté d’environ 1330 qui présentait des latrines et les fenêtres du dortoir des chanoines.

La valorisation du site est aujourd’hui assurée par des guides formés à l’histoire d’Arthous, par la diffusion scientifique des résultats et par un projet de valorisation des collections préhistoriques. Un relevé 3D des éléments lapidaires a été achevé, tout comme une maquette 3D de la construction de l’église ainsi qu’une restitution de l’abbaye dans son état fortifié vers 1640. Un documentaire d’une quinzaine de minutes présente l’histoire du site, qui bénéficiera à l’été 2020 d’une première monographie publiée dans la revue Le Festin. Un projet de fouille sous les latrines est en cours de montage.

La salle du chapitre médiévale dans les abbayes d’Abondance et de Sixt

par Sidonie Bochaton, doctorante de l’université Lumière-Lyon 2/UMR 5138 ArAr

Les opérations archéologiques menées dans le cadre d’une thèse en histoire dirigée par Anne Baud sur les abbayes d’Abondance et de Sixt-Fer-à-Cheval ont permis la découverte de plusieurs états de salles du chapitre. Associées à l’étude des sources textuelles, elles ont permis de restituer l’évolution architecturale des ailes orientales de ces deux abbayes de Haute-Savoie.

L’abbaye d’Abondance, fondée vers 1100, connaît une importante phase de reconstruction de l’aile orientale et des galeries du cloître dans la première moitié du XIVe siècle. Il est aussi possible que l’aile occidentale, où se trouvait l’entrée, ait été partiellement reconstruite. L’étude archéologique du bâti a révélé que la salle du chapitre primitive est alors remblayée et remplacée par une large salle capitulaire composée de deux nefs de trois travées dont l’entrée monumentale donne sur la galerie est du cloître. Les vestiges d’une grande baie permettent d’en restituer trois qui éclairaient largement le chapitre. On suppose l’existence de décors finement sculptés dans la molasse, mais un incendie survenu au milieu du XVe siècle en a fait disparaître les traces.

L’entrée du chapitre médiéval de l’ancienne abbaye d’Abondance. © S. Bochaton.

L’abbaye de Sixt, fille d’Abondance fondée dans la première moitié du XIIe siècle et érigée en abbaye en 1144, a été amputée de ses ailes latérales au cours du XIXe siècle. La fouille de l’aile orientale a permis de retrouver deux états de la salle du chapitre. La première date du XIIe siècle : il s’agissait d’une longue pièce non voûtée accessible depuis la galerie est du cloître, décorée de chapiteaux et de piliers sculptés, et largement ouverte par une grande baie centrale encadrée par deux baies jumelées. Le tout était construit en tuf. Des baies jumelées semblables éclairaient probablement la salle dans sa façade extérieure. Après un important incendie survenu en 1680, le chapitre est remblayé et reconstruit plus haut : un pilier central reçoit la retombée de quatre voûtes d’arêtes, tandis que l’accès se fait désormais par l’aile sud du couvent.

Saint-Martin-de-Miséré. Pièce maîtresse de la réforme grégorienne au diocèse de Grenoble à la fin du XIe siècle

par Alain Badin de Montjoye, chercheur associé UMR 5138 ArAr

Alain Badin de Montjoye a présenté les résultats de deux opérations menées en 2007 et 2010 sur le site de l’ancien prieuré Saint-Martin-de-Miséré en Isère dont l’église a été détruite à la Révolution. On ignorait alors tout de ce qu’il en restait, mais la documentation graphique de la fin du XVIIIe siècle permettait de localiser les vestiges enfouis. Une première opération menée au nord du site a révélé l’église, tandis que le couvent se développait au sud. Seule l’aile orientale subsiste. Les résultats ont été publiés dans l’ouvrage collectif Le prieuré de Saint-Martin-de-Miséré[15].

L’église comportait une abside à pan coupé semblable à celle de Saint-Chef en Isère. D’après les textes, le prieuré a été fondé à la fin du XIe siècle et en effet, une église plus ancienne a été retrouvée lors des fouilles. Il s’agissait d’une fondation épiscopale visant à reconquérir les paroisses du diocèse. L’église a été construite puis des chanoines réguliers ont demandé à s’y installer. L’étude historique a été menée par Noëlle Deflou-Leca[16]. L’aile orientale comprend les vestiges d’un clocher construit dans la partie sud ainsi que les baies de l’ancienne salle du chapitre. Transformé en petit séminaire à l’époque contemporaine, des traces de cloisons ont été observées à l’intérieur.

Saint-Martin-de-Miséré. Observations sur le mur de clôture et les dépendances

par Annick Clavier, archéologue et conservatrice du patrimoine au département de l’Isère

Annick Clavier a poursuivi la présentation du site de Saint-Martin-de-Miséré, actuelle Maison des arts, en abordant le mur de clôture et les anciennes dépendances du prieuré qui ont bénéficié d’une étude préventive préalable à l’aménagement de salles pour les associations. Il s’agissait d’un long bâtiment orienté nord/sud, longé par la route et situé à l’extérieur du site et du côté ouest. Des ouvertures anciennes apparaissaient, de même qu’un chaînage d’angle et des portes aux linteaux ornés d’arcs en accolade. Tout au sud, un hangar avait été construit au XXe siècle.

Interprétation de la façade ouest du bâtiment. © A. Clavier.

Le mur de clôture présentait un appareil de galets et de moellons de calcaire dont les assises étaient plus ou moins régulières il est interprété comme le mur d’enceinte de l’ensemble prieural et daté du XIIIe siècle. Un premier édifice a été adossé à ce mur : c’est son chaînage qui apparaissait dans la partie supérieure. Une nouvelle extension présente un appareil beaucoup plus régulier et une fenêtre en tuf et en brique (XIVe siècle). Enfin, un logis est adossé du côté nord de la clôture ; il a été en partie détruit dans les années 2000. L’ensemble montre qu’à la fin du XVe et au début du XVIe siècle, ce bâtiment était assez soigné. S’agissait-il d’une ou de plusieurs habitations ? On l’ignore encore.

Présentation de la publication Meillerie. Un prieuré fortifié de chanoines réguliers (XIIe – XIXe siècle)

par Sidonie Bochaton, doctorante de l’université Lumière-Lyon 2/UMR 5138 ArAr

Consulter le billet de blog ici.


[1] COLAYE, Julie, LEMÉ-HÉBUTERNE, Kristiane. Les monastères de chanoines réguliers en France du XIe au XVIIIe siècle. Actes de la 6e journée d’étude du 26 mai 2018 à Saint-Martin-aux-Bois (Oise), Histoire médiévale et archéologie, n° 32, Compiègne : CAHMER, 2019.

[2] CHOPIN, Hervé. Les chanoines et leurs droits de justice (Saint-Etienne 24 mai 2018). Compte rendu, Revue Mabillon, 29, 2018, p. 275-278.

[3] DICKINSON, John Compton. Les constructions des premiers chanoines réguliers en Angleterre, Cahiers de civilisation médiévale, n° 38, 1967, p. 179-198.

[4] DEREINE, Charles. Chanoines. Dictionnaire d’histoire et de géographie ecclésiastiques, t. XII, col. 354-405, Paris, 1953, col. 368.

[5] La vita comune del clero nei secoli XI e XII, La Mendola, settembre 1959, Milan: Publications de l’Universita catholica del Sacro Cuore, ser.3, stor. 2-3, 1962, 2 vol.

[6] BECQUET, Jean, La vie canoniale en France aux Xe-XIIe siècles, London : Variorum Reprints, 1985 (Collected studies, CS 220).

[7] CHÂTILLON, Jean, Le mouvement canonial au Moyen Âge. Réforme de l’Église spiritualité et culture, études réunies par Patrice Sicard, Bibliotheca Victorina, III, Brepols : Turnhout-Paris, 1992.

[8] BONDE, Sheila, MAINES, Clark, dir. Saint-Jean-des-Vignes in Soissons. Approaches to its Architecture, Archaeology and History, Turnhout : Brepols, 2003.

[9] PARISSE, Michel, dir. Les chanoines réguliers. Émergence et expansion (XIe-XIIIe siècles), Actes du sixième colloque international du CERCOR, Le Puy-en-Velay, 29 juin-1er juillet 2006, Saint-Étienne : Université de Saint-Étienne, 2009.

[10] FRANKLIN, Jill. Augustinian and Other Canon’s Churches in Romanesque Europe : The Significance of the Aisleless Cruciform Plan. Architecture and Interpretation. Essays for Eric Fernie, Londres : Boydell & Brewer, 2012, p. 78-98.

[11] RACINET, Philippe, dir. Moines et chanoines du VIIIe au XVIIIe siècle. Actes du colloque de Saint-Amand-les-Eaux des 10 et 11 octobre 2014, Histoire médiévale et archéologie, n° 33, Compiègne : CAHMER, 2019.

[12] VEYRENCHE, Yannick. Chanoines réguliers et sociétés méridionales. L’abbaye de Saint-Ruf et ses prieurés dans le sud-est de la France (XIe-XIVe siècle). Bibliotheca victorina, XXV, Turnhout : Brepols, 2019.

[13] HARTMANN-VIRNICH, Andreas. Réflexions sur l’abbatiale romane de saint-Ruf d’Avignon. Provence historique, t. LXI, 2011, p. 323-338. Lire en ligne à l’adresse suivante : https://provence-historique.mmsh.univ-aix.fr/Pdf/PH-2011-61-243-244_18.pdf

[14] ROYET-MIESCH, Elvire, ROYET, Robert. Un prieuré rural dans le Bas Bugey : L’Isle-sous-Quirieu à Serrières-de-Briord (Ain), L’Abbaye de Saint-Ruf d’Avignon à Valence. Actes de la journée d’études du 6 novembre 2010, Valence, 2010, p. 97-109.

[15] COLL., Le prieuré de Saint-Martin-de-Miséré, La Pierre et l’écrit, n° 26, Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, Grenoble, 2016.

[16] Maître de conférences à l’université Grenoble-Alpes.

 

Citer ce billet : Sidonie Bochaton, "L’architecture des chanoines réguliers. Histoire et archéologie." Le Fil d'ArAr, 15/06/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3649.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.