Les espaces funéraires en Auvergne-Rhône-Alpes durant l’Antiquité tardive

3e Séminaire 2018 du groupe « Antiquité tardive » d’ArAr, organisé par Céline Brun (CNRS), Anne Flammin (CNRS), Franck Gabayet (Inrap) et Magalie Guérit (Inrap)

Le vendredi 15 novembre 2019 un nouveau séminaire du groupe pluridisciplinaire et transversal aux quatre équipes thématiques d’ArAr sur l’Antiquité tardive s’est tenu à la MOM à Lyon.

Résumés des communications :

« Les pratiques funéraires dans l’Antiquité tardive : continuité et mutation » Frédérique Blaizot (Inrap, UMR 5199 PACEA)

Ces vingt dernières années d’archéologie préventive et programmée ont produit un nombre significatif de sites qui autorisent à examiner les effets des mutations politique, sociale et religieuse sur l’organisation de l’occupation, ainsi que sur les pratiques funéraires. Pour l’Antiquité tardive, l’archéologie a affiné ses questions et ses réponses, et l’on est passé d’un modèle où prévalait l’idée d’un brusque et total changement au IVe s., à un schéma considérablement nuancé, et de fait à une histoire plus complexe et plus longue. À cela, s’ajoutent les réorientations de l’anthropologie biologique vers l’étude des sociétés : l’intérêt porté aux gestes funéraires et la possibilité de restituer des dispositifs périssables sont autant de nouveaux regards sur les faits archéologiques. Enfin, la publication de plusieurs études sur la religion et la mort d’après les sources écrites par des historiens impliqués dans l’archéologie a permis de préciser « l’environnement » des pratiques, et soulevé des pistes susceptibles d’être explorées par l’archéologie.

La grande question pour cette période, c’est bien entendu celle des éventuels bouleversements engendrés dans la sphère funéraire, par l’adoption d’une religion qui s’intéresse au devenir des morts, contrairement à la religion romaine.

L’ensemble de mes recherches[1] montre que si les pratiques funéraires enregistrent plutôt bien les mutations sociales, les mutations religieuses sont souvent plus difficiles à lire. Cela s’explique sans doute par l’intérêt très tardif que l’église a porté à la sépulture, qui, dans les premiers temps, cherche surtout à gérer les relations avec les défunts. Le changement le plus visible qui affecte les pratiques funéraires à la fin de l’Antiquité, à savoir le passage radical et sans retour à l’inhumation, se produit dans la seconde moitié du IIIe s. L’adoption de l’inhumation a lieu avant la déclaration du christianisme comme religion officielle, et, comme E. Rebillard l’a montré, il est indépendant de la croyance en la résurrection de la chair.  Les changements principaux que l’on peut situer entre le dernier tiers du IVe s. et le premier tiers du Ve s., se rapportent aux relations entre les vivants et les morts. Archéologiquement, ils se traduisent par l’amorce d’une nouvelle géographie funéraire et par l’évolution de l’appareil funéraire. À la première se rapporte la construction, en bordure de voies majeures, des basiliques funéraires ; celles-ci christianisent une partie non négligeable du suburbium qu’elles vont totalement réorganiser en polarisant les inhumations. L’attraction des reliques des saints conservées dans ces édifices représente une véritable révolution mentale, puisqu’il s’agit de restes mortuaires considérés comme des souillures au Haut-Empire. Ces ensembles funéraires pourvus d’une basilique coexistent avec d’autres lieux « lotis » de manière saltatoire par des sépultures et dépourvus de sanctuaire. C’est aussi le cas en contexte rural, où l’on assiste dès le milieu du IIIe s. à la fixation d’un certain nombre d’espaces funéraires, durant parfois jusqu’à l’époque carolingienne. Les édifices religieux sont généralement absents, mais il est très possible qu’ils aient été plus nombreux, construits en bois, et qu’il n’en reste pas de traces.

Les changements qui se rapportent que l’on peut percevoir sont discrets, localisés, et ne sont pas généralisés avant la fin du premier tiers du Ve s. L’analyse de l’appareil funéraire et de la vaisselle recueillie dans l’ensemble des contextes montre que l’évolution s’exprime notamment par une nouvelle interprétation du repas funéraire, dont le défunt est exclu, au profit d’un partage entre vivants dans la foi, ainsi que par une focalisation sur celui qui se rapporte aux commémorations. Les restructurations qui caractérisent le monde de l’Antiquité tardive ont nécessité des compromis dans les pratiques socio-culturelles ; dans la sphère funéraire, comme de manière plus générale, les mutations sont faites en majorité d’emprunts, de réorganisations et de réinterprétations d’attributs déjà en place et profitent des fluctuations et d’évolutions internes. L’analyse, sur une chronologie longue, des données archéologiques, montre notamment que la cérémonie des funérailles est en perte de vitesse dès le milieu du IIe siècle, alors que celle des commémorations se développe, jusqu’à atteindre son apogée à l’Antiquité tardive. Les changements, amorcés dans les gestes funéraires au sein des espaces funéraires chrétiens de l’Antiquité tardive, s’expriment tout d’abord par une opposition aux coutumes traditionnelles et sont illustrées par des choix opérés au sein de pratiques très diversifiées.


  • Blaizot F. 2018. Contribution de la typologie funéraire à l’étude des systèmes de représentation et d’auto-définition des sociétés aux dix premiers siècles de notre ère. Mémoire d’Habilitation à Diriger les Recherches. École Doctorale des sciences du vivant, géosciences et sciences de l’environnement, Université Bordeaux (soutenue le 8 octobre 2018).

« La nécropole ouest de Boutae, nouvelles données sur le cimetière des « Burgondes » Franck Gabayet (Inrap, UMR 5138 ArAr)

La fouille de deux parcelles mitoyennes à Annecy, respectivement en 2014 et 2016, a été l’occasion de découvrir sur environ 1800 m², les vestiges d’un secteur urbanisé encore inconnu de l’agglomération antique de Boutae et de renouveler les connaissances sur l’occupation funéraire à la toute fin de l’Antiquité et au début du haut Moyen Âge.

L’emprise de fouille est, en effet, implantée au cœur d’un secteur où il est communément admis qu’était localisée la principale nécropole de Boutae, dite « nécropole ouest », mentionnée depuis la fin du XIXe siècle, mais finalement très partiellement documentée. Selon la tradition érudite, c’est là qu’étaient enterrés les habitants de l’agglomération depuis les origines du vicus jusqu’à son abandon. À l’issue des deux opérations archéologiques, il est désormais assuré que cette nécropole, bien plus tardive qu’admis jusque-là, est en fait installée sur les ruines d’un quartier occupé du Ier à la fin du IIe siècle. Plusieurs édifices peuvent être restitués, ainsi qu’une rue, parfaitement intégrée dans le réseau viaire urbain, mais inconnue avant la fouille.

L’histoire de ce quartier peut désormais être restituée. On retrouve au 39, comme au 41, avenue des Romains un schéma rencontré systématiquement sur d’autres sites annéciens, qui, dans la deuxième moitié du Ier siècle av. n.è., voient s’établir une première installation légère directement à la surface de la plaine alluviale dont les la surface limoneuse ou graveleuse est mise à profit comme niveau de circulation (Gabayet 2015).

À partir de la première moitié du Ier siècle jusqu’à la fin du siècle suivant, des constructions importantes sont érigées de part et d’autres d’une rue, plusieurs fois exhaussée, un axe viaire qui perdurera sous forme de chemin jusqu’à l’époque alto-médiévale, au sein de la nécropole. La qualité des maçonneries, des sols et des décors permet d’envisager l’existence dans ce quartier sud-ouest de l’agglomération de Boutae de maisons parfaitement intégrées dans le plan de développement de l’agglomération et occupées par des propriétaires d’un niveau social plutôt aisé – commerçant ou d’artisans enrichis (fig. 1).

Fig. 1 — Localisation de la Nécropole Ouest à l’aplomb du quartier sud-ouest du vicus de Boutae.

Les ruines du quartier déserté sont finalement scellées par un remblai daté du IIIe siècle. C’est donc au sein de friches urbaines que sera installé le nouvel ensemble funéraire, à la toute fin de l’Antiquité.

Les deux opérations archéologiques, quasiment contiguës, sont séparées par une berme qui par endroit n’excède pas 3 m. Elles explorent un même ensemble funéraire, dont les limites sont à rechercher hors de l’emprise, sur une surface totale de 1200 m² au 41, où l’ensemble des vestiges archéologiques est souvent dérasé, et de 573 m² au 39. Un total de 227 tombes avérées ou probables a été mis au jour, représentant 194 sépultures individuelles et une tombe double. À ces inhumations se rajoutent une trentaine de dépôts secondaires, liés à des réductions à l’intérieur, comme en dehors des sépultures.

À quelques exceptions près, les sépultures sont orientées NO-SE. Les orientations semblent suivre celle du réseau viaire, pérennisé en dépit de la destruction du bâti. La position des corps est assez standardisée : les défunts sont sur le dos, la tête au NO, les membres inférieurs étendus et la position des membres supérieurs est plus variable, étendue le plus souvent.

Les sépultures fouillées n’étant pas toujours bien préservées, une architecture funéraire a pu être restituée pour une partie seulement d’entre elles. On repère ainsi des coffrages de bois, calés au moyen de matériaux de récupération divers, des contenants monoxyles, parfois conservés partiellement. Plusieurs sépultures, notamment au 39, avenue des Romains mettent en œuvre des coffrages non périssables, caractérisés par un fond en dalles de molasse, la couverture étant conservée, partiellement, dans de rares cas (fig. 2). Plusieurs tombes constituées de coffrages mixtes présentent une architecture réalisée à partir de matériaux remployés de nature variée (bois, tuiles à rebords, dalles calcaires en remplois, dalles de molasse). Les autres sépultures sont en contenants rigides indéterminés.

Fig. 2

Sur l’ensemble des deux parcelles, le travail d’identification biologique a été conditionné par la représentation et la conservation des individus. Ainsi 193 sujets ont pu être étudiés (106 sujets au 41 et 97 sujets au 39) dont environ 75 % sont relativement complets. Les sujets immatures sont plutôt sous-représentés, ne totalisant qu’environ 23 % de l’effectif – une proportion qui reste stable entre les deux parcelles – et parmi eux, ce sont surtout les sujets de moins de 1 an qui sont quasi absents. Cependant, ce déficit en sujets immatures peut être lié notamment à un mauvais état de conservation général et à la destruction avérée des niveaux supérieurs de la nécropole.

En raison de l’état des squelettes, le sexe n’a pu être déterminé que pour moins de la moitié des sujets adultes. Les résultats montrent une prédominance masculine confirmée par le test du Chi2 corrigé de Yates (χ² observé = 3,90, Crépeau 2019).

Les sujets issus des deux fouilles ont une stature comprise entre 152 cm et 196 cm avec une moyenne de 169 cm (n=87) ; les valeurs sont stables d’une parcelle à l’autre. La comparaison avec les résultats des travaux sur les Champs Traversains, à Saint-Vit et treize autres sites alto-médiévaux romano-burgondes de l’ancienne Sapaudia et de la Suisse alémanique (Urlacher et al. 2008) montre que l’échantillon annécien regroupe des sujets particulièrement grands.

À Annecy, les hommes partagent les valeurs les plus élevées (173 cm, n=35) des sites de référence, mais c’est également le cas pour les femmes qui sont au-dessus des valeurs habituellement rencontrées (163 cm ; n=29). Des écarts importants sont toutefois perceptibles au sein de l’échantillon issu de la nécropole de Boutae. C’est le cas, en particulier du sujet masculin 89, dont la stature est située très au-dessus de la moyenne (fémur 54,4 cm, stature estimée à 196 cm). On peut signaler en outre que quatre des sujets les plus grands du 41, avenue des Romains sont inhumés dans le même secteur SO, un regroupement très probablement intentionnel.

Les dépôts de mobilier funéraire concernent relativement peu de tombes. Au 41, seule une douzaine de sépultures sont gratifiées de mobilier, porté ou volontairement disposé dans la fosse sépulcrale. Si le nombre des tombes concernées est sensiblement identique, la quantité d’objets s’est révélée beaucoup plus élevée au 39. La répartition du mobilier montre en outre qu’il existe des secteurs différenciés au sein de la nécropole, où la part importante du mobilier et sa qualité peuvent être corrélées à des particularismes anatomiques, aussi bien qu’à la typologie des tombes. Sans livrer un inventaire exhaustif, on peut signaler trois monnaies – frappées aux IVe et Ve siècles –,des peignes décorés en os (3 au 41 et 7 au 39), de nombreuses perles en verre ou en pâte de verre accrochées à des châtelaines ou enfilées sur des colliers, des objets en métal qui ne sont pas toujours bien identifiés. Parmi ces derniers, on reconnaît néanmoins des épingles, plusieurs boucles de ceinture, des fragments de plaques-boucles, un bracelet en argent massif et un nécessaire de toilette en argent, ou bien encore plusieurs fibules. Cinq fibules ansées à digitations en argent, niellées et rehaussées d’or ont été découvertes, dont trois au 41 et deux au 39 avenue des Romains où des tombes privilégiées regroupées ont aussi livré plusieurs fibules zoomorphes, avec notamment six exemplaires de petits chevaux et une fibule aviforme en argent coulé (fig. 3).

Fig. 3 — Quelques objets issus des fouilles des 39 et 41, avenue des Romains à Annecy.

L’étude du mobilier, des architectures funéraires et dix-huit datations par l’étude du radiocarbone fournissent des données cohérentes pour préciser la chronologie de l’occupation funéraire, que l’on peut désormais fixer entre la deuxième moitié du Ve siècle et la seconde moitié du VIIe siècle.

Si la fouille de la nécropole ouest a été l’occasion d’étudier près de 230 tombes, les lacunes identifiées, à mettre au compte pour l’essentiel, d’interventions radicales préalables à la réurbanisation du secteur à partir de la fin du XIXe siècle et au début du suivant, incitent à restituer un nombre beaucoup plus important d’inhumations sur les seules parcelles abordées en 2014 et 2016. Plusieurs centaines de tombes ont ainsi disparu Tout porte à croire que l’emprise entière des deux fouilles contenait des sépultures sans discontinuité, soit un total d’environ 500 inhumations (entre 200 et 280 tombes pour le 41 et sans doute à peine moins pour le 39). Par ailleurs, aucune délimitation de l’espace réservé aux inhumations n’a été mise en évidence ; il faut considérer l’emprise des fouilles comme des fenêtres exploratoires au sein d’une nécropole, dont l’extension et l’organisation échappent en grande partie à l’analyse.

À partir d’un échantillon forcément biaisé, il n’est pas aisé de développer des théories définitives sur les caractéristiques de l’ensemble funéraire et de repérer la présence, voire le ratio de populations exogènes. On sait, de plus, que les Burgondes, après leur installation en Sapaudia, ont rapidement adopté les pratiques funéraires locales (Steiner 2003 :184). Pour cette raison, notamment, il est souvent difficile de mettre en évidence la présence de cette population.

En dépit de ces freins, les données issues des deux opérations viennent conforter et surtout compléter les exposés traditionnels ; servies par une argumentation solide, elles permettent désormais quelque assurance.

Outre la localisation de l’ensemble funéraire dans le territoire de l’ancienne cité de Genève, à une quarantaine de kilomètres à peine de la première capitale du nouveau royaume burgonde, la datation des tombes, le type de mobilier exhumé, les déformations volontaires de crânes, voire la stature des individus inhumés sont autant d’indices sérieux pour assurer la présence d’une population burgonde dans cette partie de la nécropole. Pour autant, il serait présomptueux d’espérer déterminer au sein de l’ensemble funéraire, des groupes de nouveaux arrivés et des groupes de Romani, installés à Boutae depuis plusieurs générations, voire des Francs, dont on imagine bien qu’ils occupaient certains points stratégiques du territoire depuis leur victoire de 534.

Bien qu’elle ne constitue qu’une première ébauche de réflexion, les résultats de l’opération laissent entrevoir l’arrivée à Boutae d’un groupe qui investit un nouvel espace funéraire, qui met en œuvre des types d’architectures funéraires inédites et qui transporte avec lui un mobilier luxueux suffisamment spécifique pour lui attribuer une provenance des régions de Germanie.

Pour produire des résultats plus aboutis, il faudra finaliser les études et synthétiser l’ensemble des données. Il restera aussi à mettre en œuvre des analyses complémentaires, notamment isotopiques et, à terme, sur l’ADN, pour espérer comprendre un peu plus précisément la nature et le parcours de ces migrants, qui, au Ve siècle, sont venus enrichir le substrat local.

« Bris, découpes, perforations  Le traitement des céramiques du domaine funéraire en Gaule romaine » Christine Bonnet (Inrap Auvergne/Rhône-Alpes, UMR 5138 ArAr)

En Gaule romaine, entre la fin du Ier s. av. J.-C. et le Ve s. ap. J.-C., les vases en céramique constituent l’essentiel du mobilier recueilli dans les diverses structures funéraires, qu’elles soient liées à la pratique de la crémation ou celle de l’inhumation. Qu’il s’agisse de cohortes de vases entiers intacts ou brisés, de vases plus ou moins lacunaires ou d’un simple tesson isolé, il est bien rare qu’une structure funéraire romaine, en particulier celles liées à la pratique de la crémation, que ce soit un bûcher, une tombe-bûcher, un dépôt secondaire ou un dépôt de résidus, ne fournisse aucun témoin de vases en céramique. La majorité de ces vases ont été utilisés comme contenant pour les nourritures solides et liquides consommées lors du banquet funéraire installé sur le bûcher pour le défunt et sur une table à proximité du bûcher pour les proches.  Les balsamaires en céramique contenant les huiles parfumées ou encore les lampes sont aussi présents. Les vases en céramique servent également de vase-ossuaire réceptacle des os brûlés ou encore comme vase-cercueil pour les petits enfants, installés le plus souvent dans des amphores.

Les données exploitées ici proviennent d’un secteur géographique allant de la plaine de la Saône (Quincieux Forgettes), au nord de Lyon, à la vallée du Rhône, de Valence (Les Boulevards) à Montélimar (Savasse) au sud du département de la Drôme, avec une petite incursion en Languedoc à Montpellier (Malbosc). La moyenne vallée du Rhône est particulièrement bien pourvue en ensembles funéraires de l’Antiquité tardive fouillés récemment et dans les règles de l’art. Ces inhumations ont donc fourni l’essentiel du corpus qui compte désormais plusieurs centaines de vases.

Dans les années 1980-1990, en Rhône-Alpes, V. Bel (Le Valladas, Saint-Paul-Trois-Châteaux, Drôme) et L. Tranoy (La Favorite, Lyon 5e, Rhône), dans leur thèse respective, ont privilégié une étude des vases centrée sur les aspects quantitatif et fonctionnel, avec une analyse poussée de la chronologie des dépôts, ce qui étaient naturellement les grands enjeux de ce moment de la recherche. Les vases en céramique constituent en effet un témoignage précieux sur les différentes étapes de la cérémonie funéraire. Mais c’est seulement depuis les années 2000 que l’état du vase est systématiquement décrit dans les inventaires. En effet, le grand nombre de dépôt lacunaire, entre 50% et 85% selon les ensembles funéraires nécessitait une description systématique des anomalies quelles qu’elles soient, lacunes, traces de découpe, perforations et de manière générale le bris. Il est désormais possible de démontrer que certaines anomalies sont le résultat de gestes intentionnels pratiqués par les participants lors de la cérémonie funéraire.  Cette possibilité de restituer des gestes funéraires inscrits dans des étapes (passage au bûcher puis translation dans la structure secondaire…) voire même des séquences (dépôt dans le cercueil et bris sur le couvercle…) confirme l’importance de l’étude des vases en contexte funéraire et en particulier les nouveaux champs ouverts par la description précise et systématique de l’état du vase.

Blaizot dir. 2009 : BLAIZOT (F.) dir. – Pratiques et espaces funéraires de la Gaule dans l’Antiquité. Gallia 66/1, Paris, CNRS éd., 2009, 387 p., 219 fig., 39 tabl. 

Fig. 1 — Savasse (Drôme), resp. C. Ronco – Découpes arrondies du bord de quatre coupes en céramique DSP.

« Les sépultures des élites viennoises au haut Moyen Âge » Nathanël Nimmegeers (chercheur associé UMR 5648 Ciham)

Les sources écrites permettent de reconstituer avec une certaine précision le  paysage funéraire viennois des ve-viie siècles. Les récits hagiographiques, les chroniques et les listes épiscopales mais aussi les textes liturgiques et les très nombreuses inscriptions chrétiennes conservées ou retranscrites permettent ainsi d’appréhender l’attitude de l’aristocratie face à la mort. Croisés avec les données archéologiques, ces textes nombreux et variés révèlent une topographie funéraire dans laquelle l’église des Saints-Apôtres joue un rôle majeur. Ce site très documenté par l’épigraphie attire, en effet, les sépultures des principaux représentants de l’élite locale, aussi bien laïque qu’ecclésiastique. Son importance éclipse celle des autres églises funéraires qui polarisent la banlieue sacrée de la métropole : Sts-Gervais-et-Protais au sud, Saint-Sévère au nord et Saint-Ferréol à l’ouest, sur la rive droite du Rhône.

Dans ce contexte, l’inhumation des métropolitains paraît plutôt normative jusqu’au viie siècle. L’évêque Mamert (449-473) fonde ainsi la tradition de l’inhumation épiscopale aux Saints-Apôtre. Tous les successeurs dont la sépulture est connue suivent son exemple. Le célèbre Avit (495-517), par exemple, repose dans la partie gauche de l’église. Quant à Pentagathe (538-549), il fait sans doute construire, au chevet de la basilique, l’oratoire Saint-Georges, conçu comme un mausolée familial. Cette confusion entre les intérêts privés et publics se retrouve chez ses successeurs, à l’instar d’Hésyche II (549), qui repose près de son ancêtre Avit. En tout état de cause, l’église des Saints-Apôtres conserve un grand prestige funéraire au moins jusqu’à la translation et la mise en valeur sur place des reliques de l’évêque Didier (596-611), que les Viennois considèrent comme un saint martyr. Les pratiques funéraires de l’élite évoluent à partir du début du viiie siècle. Dans un premier temps, la tradition épiscopale qui consiste à se faire inhumer dans sa cité subit une rupture radicale : Austrebert (après 726) élit sépulture dans un des domaines bourguignons et l’archevêque Wilchaire (731-732) quitte Vienne après un ministère court et chaotique. Dans un deuxième temps, les prélats liés aux Pippinides comme Ours et Volfère (après 794) semblent privilégier Saint-Sévère, devenue Saint-Etienne, pour des raisons vraisemblablement politiques. Le troisième temps est une parenthèse. Barnard (810-841) considère les moines de Romans, sanctuaire familial qu’il a fondé peu avant sa mort, plus aptes à entretenir sa mémoire et à prier pour son Salut que les religieux de Vienne. Sa disparition ouvre le quatrième temps. Les archevêques retournent alors à la tradition.     

« Mourir à Brioude (IIIe-VIIe siècles) » Fabrice Gauthier (Inrap, UMR 6298 Artehis)

La présentation est consacrée au aires funéraires du quartier Saint-Julien découvertes à l’occasion des nombreuses interventions archéologiques à caractère préventif réalisées depuis les années 1950 (citerne de pompier, reprise du sol de l’église, aménagement des places et des abords de la basilique) qui font l’objet d’une synthèse en cours. Brioude est à la fois une petite ville et le principal centre de dévotion martyrial de la cité bien que situé aux confins méridionaux de celle-ci. Saint Julien, saint et « patron » des arvernes, est y en effet enterré ; l’actuel collégiale Saint-Julien a été construite à l’emplacement des premiers édifices martyriaux.

La communication présente par ordre chronologique les différentes aires funéraires fouillées depuis les premières tombes probablement non chrétiennes du IVe siècle et des ensembles postérieurs chrétiens avec un hiatus dû à un effet de source couvrant le Ve s. Les tombes ad sanctos fouillées sous l’actuelle place Grégoire-de-Tours située à l’est de la collégiale, sont conditionnées par la présence de bâtiments. Il s’agit en premier lieu du baptistère qui fonctionne pendant le 6e siècle avant d’être remplacé au début du siècle suivant par une église funéraire qui réoccupe en partie son emprise, bien qu’orientées orthogonalement au baptistère. Ces deux édifices ont attiré de nombreuses sépultures, ce qui est plus étonnant dans le cas du baptistère, puisque que des tombes ont été déposées à l’intérieur même de la salle baptismale malgré l’interdiction formelle bien connue du synode d’Auxerre. Certes, toute interdiction atteste par un effet de miroir la pratique dénoncée, mais soulignons que cette interdiction s’adresse d’abord à des prêtres qui officient pour la plupart dans des églises rurales de pagi éloignées de l’influence de l’évêque et non dans un lieu aussi renommée que Brioude, un centre qui bénéficie du soutien actif des deux principales puissances régionales, les évêques de Clermont et des austrasiens et qu’en Gaule. Par ailleurs, peu d’attestations sont clairement avérés en Gaule malgré le nombre croissant de baptistères découverts ces dernières années.

Les sépultures sont, quant à elles, essentiellement des sarcophages d’importation provenant de la chaîne des Puys au VIe siècle avant d’être concurrencé par des productions venant du Massif du Sancy en même temps que pointent quelques exemplaires en roches plus locales à partir du VIIe siècle. Pour les sarcophages provenant de la chaîne des Puys, on peut corréler la pétrographie des cuves et des couvercles avec les carrières connues, actuellement en cours d’étude (PCR trachyte, Boivin P., Dousteyssier dir.). Parmi ces tombes d’importation, dont les acquéreurs ont certainement un certain statut, certaines tombes se distinguent encore davantage par la présence d’une épitaphe gravée sur une plaquette de marbre incrustée dans le couvercle. Deux d’entre elles étaient conservées en contexte dans le baptistère, dont celle d’un sous-diacre et d’une jeune femme. La prise en compte de deux autres fragments et des inserts vides dans les couvercles portent à 6 le nombre de tombes à épitaphes à Brioude dont 5 pour le seul baptistère, ce qui corrige le manque dû à des effets de sources du recueil des inscriptions chrétiennes de la Gaule (RICG VIII) pour Brioude. A côté des sarcophages, des tombes construites composites utilisant de manière opportunistes à la foi les parois des cuves voisines, des remplois de construction mais également des planches complètent ces espaces densément occupés.

Enfin, un troisième point est consacré au dossiers des orientations du site, empruntées par les édifices religieux et dans une moindre mesure par les tombes. L’orientation des bâtiments et des tombes antérieures à l’époque carolingiennes respectent l’orientation antique. C’est le cas entre autre baptistère et de l’église du VIIe s. Une exception de taille vient pourtant déranger cette constatation, l’orientation de la crypte elle-même constituant l’abside d’un édifice martyrial ancien, envisagée comme la fameuse cellula du Ve siècle mentionnée par Grégoire-de-Tours.

Cette constatation induit deux possibilités ; soit la crypte est bien un bâtiment de l’Antiquité tardive et elle n’est absolument pas prégnante dans la topographie et l’organisation du sanctuaire jusqu’au début du VIIe s. au moins, soit plus vraisemblablement elle est un peu récente et date de la fin de l’époque mérovingienne ce qui constituerait un cas de figure original dans le corpus des grands sanctuaires gaulois.

Sarcophage de Gunsa dans la salle baptismale (ph. F. Gauthier).

« Saint-Pierre de Moirans, avant le prieuré bénédictin » Alain Badin de Montjoye (chercheur associé UMR 5138 ArAr)

L’église Saint-Pierre de Moirans fut donnée en 1016 par l’évêque de Grenoble à l’abbaye bénédictine de Cruas en Vivarais. Il s’en suivit la fondation d’un prieuré qui subsista jusqu’à la Révolution. Des observations faites au XIXe siècle, à l’occasion de travaux de terrassement ont fourni des indices convaincants, parmi lesquels deux épitaphes des VIe et VIIe siècle, d’une utilisation funéraire de l’endroit dès la période mérovingienne.

En 2002, dans l’ancienne église – elle est désaffectée depuis plus d’un siècle – ont été entreprises des fouilles archéologiques qui ont amplement confirmé l’importance du site dans les premiers temps de la christianisation. Dans le sous-sol de la travée de choeur, ce sont quatre sarcophages régulièrement disposés, trois de forme trapézoïdale et un rectangulaire (remploi antique, probablement du IIe siècle) que la fouille a révélés. Dans le même temps, à l’extrémité ouest du bas-côté nord, étaient identifiées plusieurs sépultures du haut Moyen Âge. La première reconnue mais non encore fouillée est apparue dans les parois d’une petite fosse circulaire de la période XIe-XIIe siècles. De cette sépulture, établie sur un axe est-ouest, se distinguent une tuile verticale de tête, une tuile latérale oblique et une tuile canal horizontale interprétable comme une faîtière. Ces tuiles sont de facture antique, tegulae et imbrex. Il s’agit donc d’une tombe en coffre de tuiles disposées en bâtière qui, dans la chronologie aujourd’hui admise, s’observe dans nos régions principalement au cours du Ve siècle. La seule sépulture fouillée dans ce secteur est celle d’un sujet adulte, dont la tête était protégée par un fragment de tegula posé obliquement et calé par un galet. Deux autres fragments de tegula, produits par cassure d’un grand fragment, formaient bâtière au-dessus des pieds. Ce dispositif est probablement le vestige d’un coffre en bâtière dont la plus grande partie était en matière périssable – bois (?) – qui n’a pas laissé de trace. La datation des ossements par radio-carbone donne un pic de probabilité entre 861 et 982. Or une sépulture d’un type tout à fait semblable, fouillée en 1992 sous l’aile nord de l’ancien palais épiscopal de Grenoble, a pu être datée par le même laboratoire que celui sollicité pour Moirans, dans une fourchette 751-880. Il se pourrait donc que, si les coffres de tegulae en bâtière complets se rapportent majoritairement à une période large comprise entre IVe et VIe siècles, la version mixte de cette forme – tuile et bois – signale  une période plus tardive (VIIIe-Xe siècles). Retenons pour Moirans la persistance d’un usage funéraire de l’endroit pendant tout le haut Moyen Âge.

Dans la travée de choeur, trois des sarcophages contenaient encore des ossements déconnectés et, tout au fond, les restes de sujets en connexion. Ces restes ne sauraient être tous considérés comme des sépultures primaires. Les datations par radio-carbone doivent donc être regardées avec prudence. Celles fournies pour la sépulture 201 (sarcophage le plus au nord), avec deux pics – 341-433 et 489-523 – sont les seules qui puissent être regardées comme se rapportant à la première utilisation du sarcophage. En revanche, la sépulture 162 (sarcophage le plus au sud) datée entre 661et769 n’est certainement pas la première installée dans la cuve monolithe. Si les cuves trapézoïdale ont connu un long usage dans nos régions (VIe-IXe siècles), il existe de sérieuses raisons de retenir pour celles de Moirans la datation la plus haute. En effet, l’observation stratigraphique montre que l’enfouissement des sarcophages a été sinon simultané, du moins effectué dans un laps de temps court. L’espace dans lequel cet enfouissement a été réalisé était architecturalement délimité : du côté nord, un tronçon de mur arasé au tracé nettement incurvé invite à restituer une vaste abside, en grande partie détruite du fait de la construction de la première église romane (fin du XIe-début du XIIe s.). Cette restitution met en évidence une disposition très organisée des sarcophages, avec au centre un sarcophage axé nord-sud s’appliquant au fond de l’abside. Du côté sud, il est probable qu’un cinquième sarcophage complétait symétriquement le dispositif. Le sarcophage en position centrale a livré un contenu surprenant : outre des ossements déconnectés et les restes incomplets mais en connexion d’un enfant de deux ou trois ans, ce sont des éléments mobilier qui fournissent des indices sur le statut et le rang du premier sujet inhumé dont les restes osseux ont totalement disparu. L’or abondait dans la tombe : tôle roulée en mince cylindre (embout de lacet ?), restes d’un tissu lamé et galonné d’or et, enfin, une boucle d’oreille à corbeille d’un travail remarquable. Si l’on se rapporte à la thèse déjà ancienne (1989) de Dominique de Pirey, qui seule traite de la forme trouvée à Moirans « seules des femmes d’un niveau exceptionnel et même princier possèdent des boucles d’oreilles en forme de boules ou de corbeilles, le plus souvent en métaux précieux ». De fait, la boucle de Moirans souffre parfaitement la comparaison avec celles qui accompagnaient la dépouille de la reine Arégonde, inhumée vers 575 à Saint-Denis. Qui peut être ce personnage de premier plan dont la tombe à Moirans occupe une place privilégiée dans ce qui s’apparente à un véritable sanctuaire ? Ont, en effet, été observés au centre de l’espace absidal les restes de ce qui pourrait avoir été un socle d’autel. Un fragment de table d’autel, datable du Ve ou du VIe siècle a lui-même été trouvé sur le site, remployé comme couvercle d’un caisson de réduction,. Cet établissement était-il une chapelle mausolée privée, fondée sur leurs terres par des membres de la très haute aristocratie ou bien, situé à 25 km de Grenoble, siège cathédral, était-ce une église à part entière, possiblement baptismale, instrument d’une politique épiscopale résolument prosélythe ?

Hormis un achèvement de la fouille, rien ne pourra fournir de réponses aux questions nombreuses qui restent posées.

Moirans (38) église Saint-Pierre, secteur 7, essai de restitution

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.