Les pendentifs à “dent de requin” : des amulettes protectrices spécifiques à Burdigala (Bordeaux) ?

Brice Ephrem, Laurent Londeix

 

À l’époque romaine, les dents d’animaux portées en pendentif sont relativement courantes (Feugère 2018). Percées ou associées à une monture métallique, elles sont reconnues comme des amulettes à vocation protectrice. En fonction des interprétations, elles pouvaient symboliser la force et le courage des animaux supposés fournir une protection  ou apporter une défense contre le danger représenté par une dent (Deschler-Erb & Gostenčnik 2008, 300). Si les canines d’animaux sauvages (lion, ours, loup, sanglier) étaient les plus utilisées, celles des animaux domestiques étaient également portées (chien, cheval, porc). La mise en évidence de « fausses dents » (Feugère & Prévot 2008, 236), taillées dans de l’os, démontre que la forme de l’objet était plus importante que son origine. Ainsi, l’absence de pièces prélevées sur des animaux sauvages dangereux pouvait être palliée par le port de dents d’animaux domestiques ou des imitations, mais également par la récupération de dents fossiles.

Fig. 1 — Les deux dents de requin fossiles montées en pendentif de Bordeaux
(place des Grands-Hommes et rue du Palais-Gallien)
(ph. B. Ephrem et L. Londeix ; DAO M. Bernier, Ausonius).

Dans l’état actuel de nos recherches, seules deux dents de requins fossiles montées en pendentifs ont été mises au jour en Gaule. Ils sont constitués chacun d’une dent fossile de requin montée sur un fil de bronze torsadé formant une boucle qui sert à la suspension. La première amulette a été découverte lors de la fouille de la place des Grands-Hommes dirigée par C. Sireix. Mise au jour dans un niveau daté de 20/40 ap. J.-C. (Sireix dir. 1997, 24), elle a été étudiée et publiée par M. Feugère (1997, 118 et 124) qui a reconnu l’origine fossile de la dent (fig. 1a). La seconde provient d’un remblai daté du milieu du IIe au milieu du IIIe s. et fouillé lors de l’intervention dirigée par W. Migeon (2009, 62-63) au 7-13 rue du Palais-Gallien (fig. 1b).

La dent de l’amulette trouvée place des Grands-Hommes (fig. 1a) présente tous les caractères morphologiques de l’espèce éteinte de requin Cosmopolitodus hastalis (Agassiz, 1843). Celle mise au jour rue du Palais-Gallien est très distinctement attribuable à Carcharias taurus (Rafinesque, 1810), le requin-taureau. Le type de minéralisation observé pour ces deux dents est très fréquent pour les pièces des sables coquilliers du Miocène de la région bordelaise où la présence de C. hastalis et C. taurus est commune. La comparaison des couleurs de minéralisation des dents issues des principaux sites paléontologiques du Bordelais (fig. 2) montre une forte similitude entre la dent de la place des Grands-Hommes et celles de Cestas, alors que la couleur de la dent de la rue du Palais-Gallien se rapproche de celles de Léognan (fig. 2). Dans les deux cas, il s’agit de matériel fossile d’âge burdigalien (Miocène inférieur, environ 19 millions d’années). Les sites de Cestas et de Léognan (fig. 3), comme la plupart de ceux de la région bordelaise, correspondent à des affleurements en bordure d’un ruisseau qui entretient l’érosion des niveaux fossilifères, relativement meubles. Ainsi, avant d’être montées en amulettes, ces dents ont aussi bien pu être ramassées dans le lit du ruisseau à proximité des affleurements, que directement prélevées dans les niveaux fossilifères.

Fig. 2 — Carte des affleurements fossilifères de la région bordelaise ayant fourni des dents de requins (DAO L. Londeix).

K. P. Oakley (1975) et plus récemment A. Mayor (2000 ; 2013 ; 2014) ont fourni des hypothèses sur la symbolique attachée au fossile durant l’Antiquité. En ce qui concerne les dents fossiles de requin, aucun texte ne fait mention de telles découvertes durant l’Antiquité. Seules les glossopetrae, étymologiquement pierre ayant une forme de langue, pourraient s’y rapporter. Néanmoins, le texte de Pline l’Ancien (HN, 37.164) ne fait pas référence au requin. La démonstration écrite de l’origine animale de ces langues de pierre est plus tardive et remonte au XVIIe s. (Hsu 2009). Ainsi, les croyances et superstitions liées à ces fossiles nous échappent aujourd’hui.

Malgré ce silence des sources textuelles, les pendentifs à « dent de requin » peuvent être intégrés à la catégorie fonctionnelle des amulettes protectrices comme le propose M. Feugère (2018). Comme il a été explicité plus haut, la forme de l’objet, une dent, est le critère principal de sélection pour protéger du danger. Dans la mesure où l’origine ne semble pas essentielle, il est fort probable que ces fossiles aient été récupérés pour leur forme. Les dents pointues et acérées répondaient parfaitement aux impératifs de protection, même si le type d’animal et son origine marine n’étaient peut-être pas connus des porteurs. La provenance bordelaise de ces fossiles témoigne d’une possible adaptation locale des pendentifs à dents percées. La disponibilité de ces pièces dans les affleurements du Miocène marin local à proximité immédiate de l’agglomération a très probablement facilité cette pratique limitée, dans l’état actuel des découvertes, à Burdigala.

En effet, une dent de requin montée en pendentif a été recensée à  Nîmes. La dent (identification G. Piquès) enchâssée dans une gaine en argent a été mise au jour dans le comblement d’une sépulture (70 ap. J.-C.) sans pouvoir être attribuée avec certitude au dépôt funéraire (Bel, dir. 2016, 342-344). Néanmoins, les caractéristiques chromatiques de cette pièce ne semblent pas correspondre à celles d’un spécimen fossile. Il s’agirait plus vraisemblablement de la récupération d’une dent sur un spécimen pêché ou échoué à l’époque antique.

Plusieurs secteurs en France ont livré en abondance des dents de requins fossiles, particulièrement en Anjou et Touraine (Leriche 1906 ; Leriche & Signeux 1957) et dans l’Hérault (Priem 1904 ; Cappetta 1970). L’étude systématique du mobilier antique offrirait peut-être l’opportunité de révéler des objets impliquant des dents fossiles de requins. Cette éventualité ne doit d’ailleurs pas être limitée au territoire français puisque des pays comme la Belgique possèdent également des sites paléontologiques à dents de squales (Leriche 1902 ; Baut & Génault 1999). À ce titre, nous profitons de la tribune qui nous est offerte pour lancer un appel auprès des archéologues et spécialistes du petit mobilier. La prise en compte d’un corpus à large échelle permettrait d’étayer ou réfuter l’hypothèse de l’adaptation bordelaise des pendentifs à dents percées.

Nb : ce texte est une version allégée d’un article publié en 2018 dans la revue Aquitania : « Réflexions sur deux pendentifs à “dent de requin” trouvés à Burdigala (Bordeaux) », in : Ephrem, B. et Borau, L. dir., Dossier : Actualités de la recherche archéologique en Aquitaine romaine, Première journée d’étude. 2 février 2018, Bordeaux, Aquitania, 34, 357-364.

 

Bibliographie

Baut, J.-P. et B. Génault (1999) : “Les Elasmobranches des Sables de Kerniel (Rupélien), à Gellik, Nord Est de la Belgique”, Memoirs of the geological survey of Belgium, 45, 1-61.

Bel, V., dir. (2016) : Deux ensembles funéraires d’époque romaine, avenue Jean-Jaurès à Nîmes (Gard), 46e supplément à la Revue Archéologique de Narbonnaise, Montpellier.

Cappetta, H. (1970) : Les sélaciens du Miocène de la Région de Montpellier, Palæovertebrata, mémoire extraordinaire, Montpellier.

Deschler-Erb, S. et K. Gostenčnik (2008) : “Différences et identités de la vie quotidienne dans les provinces romaines : l’exemple de la tabletterie”, in : Bertrand, I., dir, Le travail de l’os, du bois de cerf et de la corne à l’époque romaine : un artisanat en marge ?, Monographies Instrumentum 34, Montagnac, 283-309.

Feugère, M. (1997) : “Le petit mobilier”, in : Sireix, C., dir., Les fouilles de la place des Grands-Hommes à Bordeaux, Pages d’archéologie et d’histoire girondines 3, Bordeaux, 117-136.

Feugère, M. (2018) : “Amulette : dent percée (Artefacts : AML-4011)”, in : ArtefactsEncyclopédie collaborative en ligne des petits objets archéologiques (http://artefacts.mom.fr/result.php?id=AML-4011), page consultée le 17/01/2018.

Hsu, K.-T. (2009) : “The Path to Steno’s synthesis on the animal origin of glossopetrae”, in : Rosenberg, G. D., éd., The Revolution in Geology from the Renaissance to the Enlightenment, Geological Society of America Memoir 203, Boulder, 93-106.

Leriche, M. (1902) : “Les poisons paléocènes de la Belgique”, Mémoires du Musée royal d’Histoire naturelle de Belgique, 2, 1-47.

Leriche, M. (1906) : “Note préliminaire sur les poisons des faluns néogènes de la Bretagne, de l’Anjou et de la Touraine”, Annales de la Société géologique du Nord, 25, 290-321.

Leriche, M. et J. Signeux (1957) : “Les poissons néogènes de la Bretagne, de l’Anjou et de la Touraine”, Mémoire de la Société géologique de France, 81, 1-61.

Mayor, A. (2000) : The first fossil hunters : paleontology in Greek and Roman times, Princeton.

Mayor, A. (2013) : “Fossils”, in : Bagnall, R. S., K. Brodersen, C. B. Champion, A. Erskine, and S. R. Huebner, éd., The Encyclopedia of Ancient History, Malden, 2747–2748.

Mayor, A. (2014) : “Ancient Fossil Discoveries and Interpretations”, in : Campbell, G. L., éd., Oxford Handbook of Animals in Classical Thought and Life, Oxford, 579-588.

Migeon, W., dir. (2009) : Aquitaine, Bordeaux, 7 à 13 rue du Palais-Gallien, rapport de fouilles INRAP Grand-Sud-Ouest.

Oakley, K. P. (1975) : Decorative and symbolic uses of vertebrate fossils, Pitt Rivers Museum. Occasional papers on technology, 12, Oxford.

Priem, F. (1904) : “Sur tes poissons fossiles des terrains tertiaires supérieurs de I’Hérault”, Bulletin de la Société géologique de France, 4e série, 4, 285-294.

Sireix, C., dir. (1997) : Les fouilles de la place des Grands-Hommes à Bordeaux, Pages d’archéologie et d’histoire girondines 3, Bordeaux.

 

Citer ce billet : Brice Ephrem, Laurent Londeix, "Les pendentifs à “dent de requin” : des amulettes protectrices spécifiques à Burdigala (Bordeaux) ?." Le Fil d'ArAr, 07/06/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3611.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.