Joseph Déchelette et son temps

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : S. Péré-Noguès (dir.) — La construction d’une archéologie européenne (1865-1914). Colloque en hommage à Joseph Déchelette (Archives et Histoire de l’Archéologie, 1), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2019.

 

Avec cet ouvrage, les éditions Mergoil lancent une nouvelle collection, confiée à deux chercheurs du laboratoire toulousain Traces (UMR 5608) : Sandra Péré-Noguès (enseignante-chercheure à Toulouse) et Noël Coye (préhistorien rattaché au pôle des Eyzies). Adoptant une perspective réflexive et épistémologique, la collection « s’adresse aux spécialistes comme au grand public, afin de mettre à leur disposition études et sources retraçant l’histoire de la discipline archéologique, sans limitation géographique ni chronologique ». Ce premier volume répond parfaitement à ce projet en revenant sur une période charnière de la construction de l’archéologie européenne, celle qui va de la décision de créer un Musée des Antiquités Nationales à Saint-Germain-en-Laye au déclenchement de la première Guerre Mondiale.

 

 

 

 

Fig. 1 — Jospeh Déchelette (photo Presse).

 

 

Âgé de 3 ans en 1865 et fauché en octobre 1914 sur le front de l’Aisne, Joseph Déchelette tient tout entier dans les années examinées à l’occasion de ce colloque, mais ce n’est pas la seule raison pour laquelle la rencontre et ces Actes honorent sa mémoire : dans le grand brassage intellectuel de ces années, il a fait passer l’archéologie naissante d’une démarche strictement typologique (classer les objets et les périodes) à la prise en compte des ensembles culturels et des réseaux. Au panthéon des figures intellectuelles de l’époque (A. Bertrand, G. de Mortillet, E. Carthailhac, S. Reinach, E. Espérandieu …), il fait partie de ceux qui ont permis à l’archéologie naissante de franchir une marche : ce volume permet d’en apprécier la nature et la hauteur.

A partir des années 1860, dans la plupart des pays européens, un intérêt nouveau se développe pour les antiquités nationales. Le regard des savants n’est plus seulement tourné vers la Grèce et Rome, mais cherche à percer le mystère des cultures régionales. Auparavant, ce sont les seuls monuments qui, un peu partout en France, dans le sillage de Mérimée, avaient sollicité  érudits et savants locaux. Serge Lewuillon montre bien (p. 13-48) que les sociétés savantes, en plein développement dans ces deux derniers tiers du XIXe s., sont en grande partie passées à côté du mouvement en faveur des antiquités nationales, sans parler de l’archéologie. Par leur formation, leur isolement surtout par rapport aux grands musées nationaux et aux colloques où s’échangeaient les nouvelles idées, les savants locaux n’étaient pas armés pour comprendre et encore moins appliquer les nouveaux concepts.  C’est dans les structures proches du centre du pouvoir, le Comité des travaux historiques (CTHS), au Musée des Antiquités Nationales (MAN) et à la Commission de topographie des Gaules (CTG) que se joue la nouvelle orientation (Arnaud Hurel, p. 49-75). Décidé par Napoléon III, le nouveau musée de Saint-Germain-en-Laye se trouve au cœur du dispositif. On y met en place, en appliquant aux découvertes du territoire national les nouvelles idées de Hans Hildebrand, Otto Tischler ou encore Oscar Montelius, une présentation typologique qui révolutionne la perception des Ages du Fer, et plus largement des cultures matérielles de la préhistoire à l’Antiquité (Laurent Olivier, p. 77-109).

C’est l’époque des grands questionnements qui suivent les propositions des précurseurs. Le classement proposé par Montelius pour l’Age du Bronze scandinave peut-il s’appliquer à d’autres pays européens ? Existe-t-il un faciès ‘marnien’, postérieur à celui de Hallstatt, qu’on pourrait retrouver ailleurs en Europe ? Les objets ‘marniens’ trouvés en Italie sont-ils la preuve d’un peuplement ou d’échanges ? Ces interrogations sont  débattues et tranchées dans les grands colloques internationaux, comme celui tenu à Bologne en 1871 (Thierry Lejars, p. 111-138). Ceux qui n’ont pas pu y assister prennent plus tard le chemin de l’Italie, tout juste unifiée, où de grands collectionneurs, comme Chierici, classent leurs découvertes et en systématisent leur perception des ordonnancements (Véronique Cicolani, p. 139-163). A travers des échanges, ces antiquaires construisent un réseau d’hypothèses à la dimension européenne ; la ‘salle des comparaisons’ du musée de Saint-Germain-en-Laye, sera une des pièces centrales de cet effort qui visa à articuler entre elles les connaissances acquises dans chaque pays.

Car les piliers du système manquent encore. Le site de La Tène, exploré à partir de 1857, mais de façon discontinue et souvent désordonnée, est particulièrement complexe (Marc-Antoine Kaeser, p. 165-187). Sa compréhension, du reste, ne sortira des brumes qu’à l’occasion de sondages du Service archéologique de Neuchâtel effectués à proximité immédiate en … 2003 ! C’est un pont sur lequel on a exposé les restes de sacrifices et de trophées, et qui s’est finalement effondré dans le courant de la rivière avant que ses restes ne soient finalement enfouis, et notablement perturbés, par les alluvions de la Thielle, la rivière qu’il enjambait.

Les pays voisins de la France, comme l’Espagne, ne restent pas étrangers à cette évolution (Gonzalo Ruiz Zapatero, p. 191-218). La création du Museo Aqueológico Nacional de Madrid, en 1867 s’inscrit dans ce contexte de construction de la protohistoire, tout comme l’exploration des gisements celtibériques de l’intérieur du pays dès les années 1840. Ici aussi, les travaux du danois Thomsen (1816), les découvertes de France, d’Italie, Suisse ou Autriche, questionnent les chercheurs. Mais la préhistoire reste du domaine des sciences naturelles, et le concept même de protohistoire n’existe pas encore. La première chaire d’archéologie ne sera créée à Madrid qu’en 1911. Ce n’est pas avant le début du XXe s., par exemple, que le pionnier de l’archéologie ibérique, le Marqués de Cerralbo, sera en contact avec J. Déchelette.

On le voit, la construction d’une protohistoire européenne s’est faite à partir de l’élaboration de systèmes typo-chronologiques grâce auxquels on a interprété (surtout daté) les sites. Un siècle après J. Déchelette, cependant, notre connaissance sociologique des habitats urbains n’a pas tellement progressé (Sabine Rieckhoff, Doreen Mölders, p. 219-238). En appliquant aux oppida les méthodes de la sociologie architecturale, on peut percer le sens profond de ces villes improbables et de leurs constructions. L’historiographie de « l’art celtique », par ailleurs, a été polluée depuis les origines par divers malentendus et glissements de sens. L’esthétique celtique, vue aujourd’hui comme un marqueur spécifique des Celtes, est en fait une création assez récente (John Collis, p. 239-262).

La mise en place d’une réflexion européenne sur l’archéologie des Âges du Fer, avec ses nécessités de classement, est naturellement liée à une époque et aux courants de pensée qui ont animé les pionniers des années 1865-1914. Rechercher les échos de ce débat dans d’autres régions, entre-deux-guerres et au-delà, est plus hasardeux J. Déchelette lui-même s’était soigneusement abstenu d’intégrer la Gaule du Sud —romaine pour lui dès 125— aussi bien que l’Espagne dans sa vision d’une « civilisation celtique ». Dans l’aire méditerranéenne, le rôle des importations et leur influence sur les sociétés indigènes, développé plus tard par W. Dehn ou W. Kimmig, serviront à écrire dans une autre histoire où, désormais, la question de l’identité ethnique et culturelle est abordée avec grande prudence (Réjane Roure, Gilbert Kaenel, p. 263-301).

Fauché dans les premiers combats de la Grande Guerre, J. Déchelette est à la fois un fleuron  et un symbole de sa génération. Les chercheurs des années 1880-1914 baignent dans un milieu stimulant et international, que la guerre de 1870 avait affaibli, mais que 14-18 abat pour de longues années. L’examen de la correspondance de Franz Cumont (1868-1947), remarquablement publiée et accessible, en est un autre exemple (Corinne Bonnet, p. 303-329). Tout autant que les morts ou les atrocités de la guerre, c’est le poison du nationalisme qui, en Allemagne et aussi dans les pays limitrophes, corrompt durablement les esprits et empêche désormais toute collaboration entre des savants qui, autrefois, s’admiraient et se stimulaient mutuellement.

Autre figure de cette époque, Emile Espérandieu (1857-1938) bénéficie heureusement d’une contribution dans ce recueil déjà si riche (Marianne Altit-Morvillez, p. 331-345). Contemporain de Déchelette, mais affecté d’une surdité depuis une maladie contractée en 1906, il n’a pas pu se porter au front et a donc survécu à la Grande Guerre. Son grand œuvre, le Recueil général des bas-reliefs, statues et bustes de la Gaule romaine, traverse donc la période sans trop de retards, avec des volumes publiés de 1913 à 1918, et se poursuit même en 1919, grâce à sa double qualité de militaire et de savant respecté de ses collègues allemands.

La carrière d’Espérandieu fournit une transition parfaite avec la réflexion menée in fine sur les conséquences de la Grande Guerre sur l’archéologie protohistorique (Pierre-Yves Milcent, p. 347-370). En fait, on ne connaît pas d’autre projet qu’aurait caressé Joseph Déchelette dans ce domaine après 1914. S’il avait survécu à 14-18, à 56 ans, l’archéologue roannais aurait sans doute continué la rédaction de son Manuel pour l’Antiquité gallo-romaine, sa période de prédilection. Pour l’archéologie des Âges du Fer, sa disparition n’a donc pas cassé une dynamique : le ressort semble s’être brisé plus tôt, dans les années 1880.

C’est donc finalement une période très courte, des années 1860 à 1880, qui a vu une génération découvrir, défricher et finalement inventer une discipline jusque là inconnue : l’archéologie de l’Âge du Fer, ou protohistoire dans l’acception récente de ce terme. Si le concept demeure inconnu dans les pays anglo-saxons et germaniques, c’est sans doute autant aux ruptures conceptuelles de ces années pionnières qu’aux blessures des guerres successives qu’on le doit. Dans ce contexte d’effervescence culturelle, Joseph Déchelette reste un maître pour son appétence encyclopédique et l’attraction synthétique de son Manuel.

Son grand mérite est, cependant, selon les termes de Laurent Olivier, d’avoir inventé le « temps archéologique » là où ses contemporains ne cherchaient que la classification stylistique et typologique, et son apport n’est donc pas seulement encyclopédique, mais aussi paradigmatique. A la suite du colloque tenu à Roanne les 12 et 13 juin 2014, en conclusion du PCR « Archives et correspondance de Joseph Déchelette », les contributions pénétrantes de ce volume si remarquablement conçu lui rendent un bien bel hommage.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Joseph Déchelette et son temps." Le Fil d'ArAr, 01/06/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3580.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.