Visualiser les datations archéologiques avec GéoDOAD

Michel Feugère, Alyssa Giraudo, Louis Eyango, Miguel Rodriguez

 

Le programme lancé l’été dernier sous l’égide de l’Université Lumière Lyon 2 (programme interdisciplinaire interne) aboutit aujourd’hui, avec la mise en ligne de notre outil de visualisation archéologique, GéoDOAD (Géo-localisation Dynamique des Objets Archéologiques Datés). Les objectifs de ce projet ayant été exposés en détail dans des précédents billets (voir ici et ici), nous ne reviendrons pas ici, sauf dans ses grandes lignes, sur le principe mis en œuvre dans ce nouvel outil.

Il s’agit principalement d’offrir aux archéologues, à travers la base de données Artefacts, la possibilité de visualiser de manière dynamique les données chronologiques, principalement issues d’opérations d’archéologie préventive, pour tous les types d’objets. Les interventions qui se multiplient, notamment en France, depuis plusieurs décennies, produisent au fil des ans des milliers de données auxquelles il n’est pas toujours facile d’accéder, malgré l’ouverture récente (et momentanée, c’est un effet positif de la pandémie) de la base Dolia qui accueille une partie des rapports d’opérations de l’Inrap. GeoDOAD apporte un outil de synthèse et d’analyse basé sur des algorithmes statistiques associés à une cartographie dynamique.

Le rythme de l’archéologie préventive, s’il ne facilite pas la récupération des données au moment où on en a besoin,  a au moins l’avantage de produire une abondance de résultats, notamment dans le domaine qui nous intéresse. Mais si ces données ne contribuent pas à construire une connaissance de plus en plus fine des réalités anciennes, le préventif perd une partie de sa justification scientifique. Avec GeoDOAD, les données chronologiques sont analysées et cumulées dans une image qui bénéficie, au fur et à mesure de leur apport, des découvertes de chaque année. Les courbes chronologiques seront donc d’autant plus fiables  et précises que de nouvelles données seront ajoutées dans la base au fil du temps.

Mettre en place cet outil pose un certain nombre de questions méthodologiques qu’il nous a fallu, dans un premier temps, discuter entre nous et avec divers collègues, puis résoudre. Les deux billets précédents ayant largement exposé cette phase préliminaire, concentrons-nous aujourd’hui sur quelques exemples et leurs enseignements pour l’archéologie.

Prenons le cas des chenets préromains modelés en argile, une catégorie qui a bénéficié d’un mémoire de Master soutenu à Lyon il y a quelques années (Lozano 2017). Ces recherches, venant après d’autres, ont permis d’inventorier 502 objets venant de 49 sites différents. La fiche CHT-3004 d’Artefacts, qui rend compte de ce travail, comprend donc beaucoup d’objets dont la datation est connue.

 

Fig. 1 — Le bouton d’accès à GéoDOAD sur une fiche typologique ; en-dessous, page de traitement des dates, et à droite page GéoDOAD.

Si nous lançons le module GéoDOAD sur cette fiche, deux cas peuvent se présenter : soit je suis auteur d’Artefacts, et j’aurai alors accès à un bouton permettant de corriger certaines datations si elles s’avèrent incompréhensibles par le module (fig. 1, en bas à gauche) ; soit je ne le suis pas, et dans ce cas j’accède directement à la page GéoDOAD qui regroupe plusieurs visuels : une carte de répartition, une courbe chronologique, un tableau de données et un graphique annulaire (fig. 1, en bas à droite).

La carte de répartition figure par défaut tous les points de la liste (objets datés ou non) en bleu ; elle y superpose (en rouge) les points correspondant aux datations de la tranche chronologique indiquée sur la courbe placée juste à droite : un curseur permet de passer d’une tranche à l’autre et de visualiser, en même temps, la localisation des points de chaque section temporelle. En déplaçant le curseur de la courbe de la gauche vers la droite, on peut donc mettre en évidence, si elle existe, un déplacement des objets datés sur la carte, des plus anciens aux plus récents.

Fig. 2 — Une courbe chronologique (datation probabiliste pondérée) sur GéoDOAD (export png).

 

La courbe associée fonctionne donc de deux manières différentes : d’une part, pour apprécier l’évolution du type dans le temps, en faisant apparaître les points d’une tranche chronologique sur la carte ; mais d’autre part, la courbe à elle seule est un élément de réflexion important. Établie sur le principe de la datation probabiliste pondérée, elle traite toutes les séries de dates de la même manière et permet donc de comparer la répartition chronologique de plusieurs types de documents.  Son analyse est riche d’enseignements. Après quelques rares dates anciennes, sur lesquelles on va pouvoir s’interroger (dates c. 550/-450), la courbe marque un floruit vers -425/-400, suivi d’une décrue continue (sauf un manque au -IIIe s.) jusqu’à la fin du IIe et même parfois le Ier s. av. n. ère.  La principale période d’utilisation de ces chenets se situe entre c. entre -450 et -200.

Tout l’intérêt de ce type de courbe est donc de visualiser et d’analyser les changements de tendance, notamment pour la partie droite des courbes, l’abandon et la disparition du type, un phénomène toujours plus difficile à analyser en archéologie que l’apparition, généralement bien marquée. L’exemple des épingles romaines en os est particulièrement éclairant. Ces objets, très fréquents dans les fouilles, fournissent des séries significatives comportant de nombreux contextes datés. S’il devient difficile pour l’archéologue d’apprécier des données aussi abondantes, l’existence même de ces séries bien documentées offre un champ d’application idéal aux outils statistiques comme GéoGOAD. La situation est particulièrement favorable dans la mesure où plusieurs Masters soutenus à Lyon ces dernières années (Pringalle 2016 ; Rosset 2018) ont concerné cet aspect de l’artisanat romain, à partir de corpus renforcés par des études de cas bien documentées (entre autres, Higelin 2019 ; Giraudo 2018).

Fig. 3 — EPG-4102 (= Béal A.XX.2), de Paulhan, Vareilles ; EPG-4103 (= Béal A.XX.3),  de Horbourg-Wihr, lotissement Kreuzfeld  (DAO Ph. Pérvot, M. Higelin).

Parmi ces épingles, deux types très proches, Béal A.XX.2 et 3, à fût rectiligne et sommet plat dans le premier cas, conique ou légèrement facetté dans le second, sont parmi les plus courants. Artefacts en répertorie à ce jour 385 (EPG-4102) et 529 exemplaires (EPG-4103), parmi lesquels 66 et 97 sont assez bien datés pour envisager une démarche statistique. Ces fiches étant toutes les deux bien documentées, on peut utilement comparer les deux courbes de ces types (fig. 4).

 

 

 

 

 

Fig. 4 — Courbes comparées des épingles EPG-4102 et -4103 (GéoDOAD),

 

On retrouve, sans surprise, deux profils très similaires, avec une montée en puissance continue à partie du début, mais surtout du milieu du Ier siècle, jusque vers 200, et après ce pic, une décroissance rapide durant tout le IIIe et le début du IVe s. De telles courbes posent la question du mobilier résiduel, les dépôts stratigraphiques, notamment sur les sites à chronologie longue, ayant tendance à faire remonter du mobilier des couches antérieures. Mais dans ce cas, la décrue rapide suggèrerait volontiers un arrêt de la production vers 200, les découvertes datées du IIIe s. pouvant ne traduire que la poursuite d’utilisation des objets anciens, sans renouvellement du stock.

Il s’agit là d’un aspect que les fouilles ont toujours du mal à percevoir, mais qui peut être mis en évidence par l’accumulation et l’analyse statistique de nombreuses découvertes datées, comme le permet GéoDOAD. La distinction entre phase de production, de disparition et mobilier résiduel peut être encore plus claire, par exemple dans le cas d’un autre type d’épingle très bien documenté, EPG-4108 (Béal A.XX.8) (fig. 5-6).

Fig. 5 — Épingle de type EPG-4108 : Lyon, Place des Célestins (DAO M.-P. Pringalle).     Fig. 6 — Courbe GéoDOAD établie sur 80 datations.

Les 534 objets de cette forme actuellement enregistrés dans Artefacts fournissent 80 datations, dont GéoDOAD retient finalement 77. La courbe GéoDOAD montre à nouveau le profil très souvent attesté sur le mobilier gallo-romain de tabletterie : montée en puissance tout au long des Ier et IIe s., acmé vers 200, chute brutale ensuite pendant le IIIe siècle. Mais ici, cette descente rapide de la courbe est suivie d’une inflexion, et quelques objets se rencontrent dans des niveaux du IVe s. et même au-delà. Ce phénomène illustre très exactement la situation d’objets qui, tombés en désuétude au IIIe s., continuent à se rencontrer de manière résiduelle au IVe s., voire au-delà.

GéoDOAD apporte donc une nouvelle précision nuancée à des chronologies traditionnellement exprimées par une fourchette chronologique, comme par exemple, dans le cas de ces épingles, « au moins du Ier au IVe s. ap. J.-C. » (Béal 1983, 185 pour son type A.XX.2).

En archéologie médiévale, où les datations peuvent être assez larges dans certains cas, l’outil s’avère d’une redoutable efficacité. Prenons l’exemple des lissoirs lenticulaires en verre, une forme ancienne qui a depuis bien longtemps attiré l’attention des médiévistes : fiche LIS-6001 sur Artefacts. A sa datation assez large, selon les auteurs et les régions, répond une répartition très étendue, qui va des rives de la Baltique à celles de la Méditerranée, et dans ses points extrêmes, de l’Irlande à la Bulgarie (Fig. 7).

Fig. 7 — Lissoirs en verre : exemple de Bassan [Hérault) et carte de répartition (A. Berthon, Artefacts) ; en rouge, les exemplaires les plus anciens.

 

`

Fig. 8 — Courbe GéoDOAD des lissoirs lenticulaires en verre LIS-6001 (Artefacts).

 

Avec 204 datations utilisables, cet objet offre un cas très favorable pour tester notre outil. Après un acmé au début du Xe siècle, la courbe descend lentement en connaissant un creux au XIIe s. GéoDOAD permet d’analyser cette période sensible en visualisant les points de la carte correspondant aux différentes chronologie. Si les premiers exemplaires se rencontrent surtout dans le Nord de la France (entre Pays-de Loire et Pays-Bas), la diffusion des exemplaires tardifs semble moins côtière. Il y a peut-être, derrière cette longue chronologie, des disparités régionales que l’analyse des contextes pourra mettre en évidence.

Fig. 9 — Pions de mérelle : exemple d’Aquileia et courbe GéoDOAD.

Sur l’exemple des pions de mérelle PIO-6003 (mil. Xe-XIIe s.), nous retrouvons une courbe plus classique : apparition extrême fin Xe s.,  acmé vers 1100/1150, chute brutale ensuite et disparition quasi totale dans le courant du XIIIe s. ; les objets provenant de contextes postérieurs à 1300 sont clairement des objets résiduels.

Comme le montrent ces quelques exemples, GéoDOAD apporte une lecture renouvelée d’une catégorie d’objets homogène du point de vue de la lecture de la répartition et de l’analyse chronologique. Il incombe désormais aux utilisateurs de s’approprier l’outil pour en exploiter tous les enseignements. Nous nous tenons tout naturellement à la disposition de ceux qui auraient besoin d’un guide dans la période d’apprentissage. A vos courbes !

 

 

Béal 1983 : J.-C. Béal, Catalogue des objets de tabletterie du Musée de la Civilisation Gallo-Romaine de Lyon (Centre d’Et. Rom. et Gallo-Rom., Lyon III, NS n° 1), Lyon 1983.

Giraudo 2018: A. Giraudo, L’instrumentum de l’agglomération secondaire de Vendeuil-Caply (60) : fouilles archéologiques 2013-2017 (Mém. Master, M. Feugère / M. Poux, S. Loudcher dir.), Université Lumière Lyon 2, 2018.

Higelin 2019 : M. Higelin, Activités économiques et vie domestique d’un quartier du vicus de Horbourg-Wihr (68) (Monogr. Instrumentum, 61), Drémil Lafage 2019.

Lozano 2017 : I. Lozano, Les chenets en terre cuite zoomorphes dans la Gaule du Centre-Est. Classification, origines, symbolique (Mémoire de Master 2, Archéologie et Sciences pour l’Archéologie, Université Lumière Lyon 2, dir. M. Poux), Lyon, 2017.

Pringalle 2016 : M.-P. Pringalle, La tabletterie gallo-romaine à Lyon (Mémoire de Master, M. Feugère et M. Poux dir.), Université Lumière Lyon 2, 2016.

Rosset 2018 : B. Rosset, Chronologie et évolution des épingles en os en Gaule romaine d’après les contextes archéologiques récents (Mém. Master, M. Feugère / M. Poux dir.), Université Lumière Lyon 2, 2018.

 

Projet financé par l'Université Lumière Lyon 2 dans le cadre de l'APPI 2019

 

Citer ce billet : M. Feugère, A. Giraudo, L. Eyango, M. Rodriguez, "Visualiser les datations archéologiques avec GéoDOAD." Le Fil d'ArAr, 25/05/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3494.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.