Grenoble cœur de ville. La fouille des rues de Lionne, Cujas, Chenoise et rue de la République

Franck Gabayet

 

L’opération archéologique Grenoble Cœur de ville a été engagée dans le cadre d’un vaste programme de réaménagement du centre historique de la ville, qui passe par une piétonisation accrue et la plantation d’arbres sur la voirie remodelée. L’installation d’arbres en milieu urbain est soumise à des protocoles désormais bien établis pour assurer la croissance et la longévité des différentes espèces plantées. Il est en premier lieu nécessaire d’assurer à l’arbre un espace d’enracinement suffisant. Dans le cas de Grenoble, le projet prévoyait une fosse de l’ordre de 5 x 3 m dotée d’une profondeur d’environ 1,20 m. La réalisation de ce programme et plus précisément l’implantation des fosses d’enracinement dans des secteurs potentiellement riches en vestiges archéologiques, datés de l’Antiquité à la fin du XIXe siècle, sont à l’origine d’une prescription par le service régional de l’archéologie, pour dix-neuf sondages dont la fouille a été confiée à l’Inrap par Grenoble Métropole.

Fig. 1 —Localisation des zones d’intervention (d’après Géoportail).

 

 

 

 

 

Fig. 2 — Les sondages de la rue de la République depuis le Grand Hôtel (ph. Tiago Lourenço).

 

L’intervention archéologique conduite en deux temps, durant l’hiver, puis l’été 2019, s’est révélée plutôt prolifique, en dépit de surfaces d’interventions pourtant très limitées.

Si plusieurs sondages ont montré l’ampleur des interventions durant le XIXe siècle, la majorité des tranchées se sont révélées positives. Outre une quarantaine de sépultures, des niveaux d’occupations et des maçonneries étagés entre les périodes antiques et contemporaines ont renouvelé la connaissance de plusieurs secteurs de la ville. Il faut en premier lieu mentionner la découverte, rue Cujas, de constructions antérieures à l’érection du rempart du IIIe siècle, mais également d’un édifice érigé peu de temps, sans doute, après la réalisation de la fortification.

Des niveaux antiques épargnés par les travaux du XIXe siècle ont également été approchés rue de la République, à la lisière de la Place Grenette, non loin de la porte Traine, l’une des deux portes de l’enceinte antique. On repère des niveaux de sols et des maçonneries attribuées au Haut Empire qui font écho aux vestiges exhumés sur la place, témoignant d’une occupation urbaine au sud du rempart du IIIe siècle, détruite lors de l’édification de ce dernier.

L’essentiel des découvertes se rapporte toutefois à la fin du Moyen Âge et à la période suivante. La mise au jour, rue de la République, du mur gouttereau sud de l’église Saint-Pierre, ainsi que de probables bases de piliers de sa travée sud, mentionnées dans les archives et dont l’emplacement connu par un plan de 1683 n’avait pas été retrouvé, constitue une réelle avancée.

 

 

Fig. 3 — Rue de la République, sondage 10 :  mur gouttereau de l’église Saint-Pierre et sol du cloître du couvent des Dominicains (au sud).

 

 

Fig. 4 — Rue de la République, sondage 10 : parement interne du mur gouttereau de l’église Saint-Pierre.

 

D’abord possession de l’abbaye viennoise de Saint-André-le haut, l’église Saint-Pierre entre dans le domaine du prieuré de Saint-Martin de Miséréré de Montbonnot, tout près de Grenoble, puis de l’évêque de la ville, avant d’être donnée en 1290 aux Dominicains nouvellement installés aux portes de la cité. S’il est hautement probable qu’il existait des édifices religieux hors les murs de la ville au cours du haut Moyen Âge, en dépit de son vocable et de sa topographie, l’absence totale de textes et de données de terrain rend hasardeuse toute tentative de faire remonter aussi haut l’église Saint-Pierre dont les premières mentions datent de la fin du XIe siècle. Les fouilles trop réduites de 2019 n’auront, hélas, pas permis de préciser la chronologie du monument.

La découverte de nombreuses tombes est en revanche à l’origine de données particulièrement précieuses. Hormis deux sépultures antérieures à l’arrivée des Dominicains, plusieurs tombes sont indubitablement inscrites dans l’emprise de l’église à une période où l’édifice relève du couvent des Jacobins.

 

 

 

 

Fig.  5 — Localisation des maçonneries et des tombes à l’intérieur de l’église (1290-1562).

 

 

C’est le cas notamment d’une tombe collective, qui accueillera successivement trois dépouilles mortelles, recouverte d’une grande dalle de molasse anépigraphe.

 

Fig. 6 — Rue de la République, sondage 10 : tombe collective à l’intérieur de l’église Saint-Pierre. Dalle funéraire en molasse in situ (Cliché équipe de fouille).

 

Fig. 7 — Rue de la République, sondage 10 : tombe collective. Troisième et dernier occupant de la tombe (SP31) avec le premier défunt inhumé à sa droite (SP32) (Cliché équipe de fouille).

 

À l’occasion d’un épisode des guerres de Religions, le couvent comme l’église sont détruits en 1562 par les troupes du Baron des Adrets rallié au parti protestant.

Les religieux rentrent à Grenoble seulement en 1568. La réédification leur coûte de très fortes sommes, au point que les Dominicains sont conduits à emprunter et louer des annexes à des laïcs. Le couvent est relevé de ses ruines, mais l’église est reconstruite au sud du cloître, laissant l’emplacement originel en friche.

Les ruines de l’église seront ultérieurement vouées à l’inhumation, en particulier de jeunes enfants, ayant semble-t-il succombé à une épidémie de peste à en croire un texte explicite de 1580 selon lequel les défunts frappés de la maladie seront enterrés « dans ce lieu ou estoit la vieille église des Jacobins ». La découverte d’une monnaie quasi neuve frappée de 1582 dans la main d’un jeune défunt et l’état sanitaire particulièrement mauvais de la population inhumée corrobore l’hypothèse qui devra toutefois être validée par une étude de l’ADN.

 

 

Fig. 8 — Le sondage 12 en cours de fouille (Cliché équipe de fouille).

 

 

Plus tard, l’ouverture de la rue à travers les jardins de l’ancien domaine des Dominicains conduira, à partir de la période révolutionnaire, à des constructions de bâtiments figés par le cadastre de 1810. L’élargissement de la rue de la République à la fin du XIXe siècle donnera à la rue ses proportions définitives, jusqu’à la transformation ultime, à la fin de l’année 2019, qui opère un changement de paradigme, mettant désormais – ou à nouveau ? – les piétons au cœur de l’espace public, une nouvelle rue pavée dorénavant émaillée d’arbres.

 

 

 

 

 

Fig. 9 — La rue de la République piétonnisée (Cliché Jean-Paul Corlin — CC BY-SA 4.0).

 

Citer ce billet : Franck Gabayet, "Grenoble cœur de ville. La fouille des rues de Lionne, Cujas, Chenoise et rue de la République." Le Fil d'ArAr, 27/04/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3413.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.