La redécouverte du prieuré de Meillerie (2009-2020)

Sidonie Bochaton

 

Fig. 1 —  La façade orientale du prieuré de Meillerie en 2009 (Haute-Savoie). Cl. S. Bochaton.

Situé au nord-est du département de la Haute-Savoie et dans la région du Chablais, entre la ville d’Évian-les-Bains et la frontière suisse avec le Valais, l’ancien prieuré de chanoines réguliers de Meillerie se dresse au pied de l’imposant massif préalpin des Mémises et sur la rive sud du Léman (fig. 1). Remarquablement bien conservé, il fait l’objet depuis 2009 de recherches historiques et archéologiques ainsi que d’une mise en valeur au travers de diverses animations : visites guidées, concerts, etc. Cette année, ce monastère qui a la particularité d’avoir été fortifié fête ses 800 ans.

L’étude du site (2009-2019)

Construit au pied des célèbres rochers de Meillerie et dans la partie supérieure de la pente, l’ancien prieuré domine à la fois le village, la route du Simplon et le Léman, et offre une très large vue sur le pays de Vaud voisin. On peine à deviner un monastère dans cette masse compacte dont dépasse une haute tour de défense. Il s’agit pourtant bien d’un prieuré de chanoines réguliers du Grand-Saint-Bernard dont l’étude a débuté en 2009 dans le cadre d’un master en archéologie médiévale dirigé par Anne Baud (Universitié Lumière Lyon 2, Laboratoire ArAr).

L’ensemble était composé de trois édifices : le logis des chanoines, en forme de « L », l’église prieurale et une tour isolée, mais reliée au reste du bâtiment par des murs d’enceinte visibles sur les lithographies du début du XIXe siècle. En 2011, le Service régional de l’Archéologie a autorisé la tenue d’un chantier archéologique d’étude du bâti. Plusieurs parties des bâtiments, dont les portes, ont fait l’objet de relevés archéologiques permettant de restituer le plan médiéval et de comprendre les déplacements à l’intérieur du prieuré (fig. 2). Aucune source médiévale ne renseigne son chantier de construction, mais l’origine de la majorité des matériaux est locale. Meillerie a d’ailleurs été rendu célèbre à l’époque industrielle pour ses importantes carrières de calcaire, et le nom même de malleria fait référence à l’activité d’extraction de pierres.













Fig. 2 —  Deux portes de l’ancien logis des chanoines. Cl. S. Bochaton.





Réputées disparues en 2009, les archives de l’ancien prieuré sont en réalité conservées dans plusieurs fonds et principalement à Turin aux archives historiques de l’ordre de saint Maurice[1]. Ces documents datent pour le plus ancien de 1277 et pour les plus récents du début des années 1790, soit juste avant l’invasion française de la Savoie à l’époque révolutionnaire. D’autres, renseignant principalement les quatre siècles de conflits et de procès entre Meillerie et Évian, peuvent être consultés à la Maison Gribaldi à Évian-les-Bains. Quelques-uns se trouvent encore à l’hospice du Grand-Saint-Bernard en haut du col. Pour la période contemporaine, les archives départementales de la Haute-Savoie documentent la transformation de l’église du prieuré en église paroissiale dans la première moitié du XIXe siècle.

La valorisation du prieuré depuis 2009

De nombreuses manifestations ont été organisées depuis le commencement de l’étude du site : visites guidées pour les Journées européennes du Patrimoine depuis 2010, exposition lors des Journées nationales de l’Archéologie en 2011, fêtes médiévales, concerts dans l’église, réception de groupes, etc. Meillerie a également été choisi pour étape des Itinéraires alpestres organisés par le Syndicat intercommunal du Chablais en 2011 ou encore du circuit Monument chemin faisant du Conseil départemental de la Haute-Savoie en 2016. Le jeune public n’a pas été oublié puisque depuis 2012, Meillerie et sa seigneurie font l’objet d’un projet pédagogique en collaboration avec les enseignants d’histoire du collège Saint-Joseph de Thonon-les-Bains. Au programme : découverte du prieuré en classe et visite sur le site accompagnée d’un atelier d’initiation à l’archéologie du bâti ! Enfin, l’association pour la restauration du prieuré de Meillerie (ARPM) a inauguré en 2018 une salle d’exposition présentant le patrimoine de la commune. Aujourd’hui, ce sont des centaines de personnes, enfants comme adultes, qui ont découvert le prieuré !

En parallèle et dans le but de toucher un plus grand nombre de personnes, le prieuré a fait l’objet de deux romans historiques publiés en 2016 et 2019 qui sont basés sur des faits réels trouvés dans les enquêtes conservées à Turin. Une manière ludique de découvrir l’histoire du pays de Gavot au Moyen Âge.

Une monographie de synthèse pour fêter les 800 ans de la construction du prieuré

Depuis 2010, Meillerie a fait l’objet de nombreuses communications dans le cadre de séminaires universitaires et de colloques en France et en Suisse. Tantôt a été abordée la question de sa fondation et de sa construction, tantôt celle du fonctionnement de la justice dans la seigneurie (fig. 3), ou encore de l’économie pastorale. Bon nombre de ces présentations ont été suivies d’articles permettant à la communauté scientifique de mieux connaître ce monastère. En cette année de célébration des 800 ans de la construction du prieuré fortifié, l’Académie salésienne basée à Annecy publie un ouvrage qui rassemble l’ensemble des travaux menés depuis 2009 : l’étude historique grâce aux archives retrouvées, l’étude archéologique du bâti conduite dans le cadre d’une opération en 2011, la reconstitution de l’organisation économique du territoire grâce à une prospection autour de Meillerie la même année, mais aussi les lieux de justice et la transformation du prieuré à partir du XVIIIe siècle. En complément, un inventaire des archives est présenté en annexe afin de donner envie à d’autres de se pencher sur ce site majeur du Chablais médiéval !

Enfin, cinq spécialistes ont accepté d’y participer sous la forme d’encarts et d’annexes regardant certains aspects du prieuré, enrichissant par leur savoir notre connaissance du site : Pierre Blanc (chercheur indépendant), Vincent Borrel (EHESS, numismate), Caroline Coutanceau (Université Savoie Mont Blanc, historienne de l’art), Anne Schmitt (CNRS, archéomètre) et Alessandro Vitale-Brovarone (Université de Turin, professeur de philologie et linguistique romane).











Fig. 3 — La tour de Meillerie servait à la défense du site, mais aussi à l’emprisonnement des délinquants. Cl. S. Bochaton.

 

Découvrir et visiter le prieuré de Meillerie

Publication scientifique :

Sidonie BOCHATON, Meillerie. Un prieuré fortifié de chanoines réguliers (XIIe-XIXe siècle), Mémoires et documents publiés par l’Académie salésienne, t. 127, Annecy, 2020 (disponible à l’été 2020).

Romans historiques :

Sidonie BOCHATON, Le prieur de Meillerie, éditions Cabédita, Bière, 2016.

Sidonie BOCHATON, Le lépreux de Lugrin, éditions Cabédita, Bière, 2019.

Visiter le prieuré de Meillerie :

Le prieuré se trouve au-dessus de la mairie. Possibilité de se garer dans la rue nationale, à l’arrière du prieuré et sur le port. Visite libre des extérieurs. Ouverture et visite commentée pour des groupes (10/40 personnes) sur demande. Tarif : 5 € par personne. Contact : arpmeillerie@gmail.com

Journées européennes du patrimoine 2020 : ouverture libre. Programme des animations à venir.

Cette publication bénéficie du soutien financer des mairies de Meillerie, Lugrin et Thollon-les-Mémises, de la Communauté de communes pays d’Evian-vallée d’Abondance, du Conseil départemental de la Haute-Savoie, de l’association ESPAHS et du laboratoire Archéologie et archéométrie (ArAr-UMR 5138).


[1] Archivio storico dell’Ordine Mauriziano, Inventario 2, Territorii di Mellierée e Thonon.

 

Citer ce billet : Sidonie Bochaton, "La redécouverte du prieuré de Meillerie (2009-2020)." Le Fil d'ArAr, 31/03/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3337.

Une réflexion sur « La redécouverte du prieuré de Meillerie (2009-2020) »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.