Le prieuré bénédictin Sainte-Agnès de La Motte-de-Galaure (Drôme)

Jean-Baptiste Kowalski

Résumé de Mémoire de master 2 (Archéologie, sciences pour l’archéologie) sous la direction d’A. Baud, soutenu en septembre 2019.

 

L’actuelle commune de La Motte-de-Galaure se trouve dans le nord du département de la Drôme, au bord de la Galaure, rivière se déversant dans le Rhône à Saint-Vallier. L’église Sainte-Agnès est perchée sur une motte composée de sables molassiques marins et fluviatiles datant du Miocène.

Plusieurs problématiques liées à l’archéologie religieuse et à l’archéologie du bâti ont progressivement émergé à l’orée des recherches de ce mémoire de Master. Ce dernier est principalement axé sur un phasage chronologique, quand cela est possible, sinon relatif de l’église priorale et des bâtiments conventuels. Dans un second temps, une analyse fonctionnelle sommaire ainsi que l’élaboration du système de circulation des réguliers, mais aussi des laïcs, ont pu être proposées.

Cette étude a pu être menée, tout d’abord, grâce à des recherches bibliographiques et archivistiques, puis surtout au moyen de relevés photogrammétriques et manuels. Ces relevés furent ensuite vectorisés à l’aide de logiciels de DAO en mettant en valeur les matériaux utilisés dans les parements ainsi que les phases de construction.

La construction de l’église

Fig. 1 – Plan du village et du bourg de La Motte-de-Galaure selon le cadastre de 1825 (DAO : J.-B. Kowalski).

L’un des grands problèmes rencontré lors de cette étude a été le manque crucial de sources. La première mention de Sainte-Agnès date de 1119 et provient d’une bulle de Calixte II confirmant des possessions de l’abbaye Saint-Philibert de Tournus (Juénin 1733, Preuves de l’histoire p. 125). La date de la donation de l’église de La Motte à Tournus n’est donc pas connue à ce jour, tout comme sa date d’édification. Cependant, l’application à La Motte de certains travaux de Lucien Musset (Musset 1966) permettent de situer Sainte-Agnès au centre de la première communauté médiévale de l’agglomération (qui est nommée village ; le bourg au bord de la Galaure venant dans un second temps). Cela permet de reculer la date d’édification de l’église à avant 1077, date de la première mention de la motte castrale de la localité, située en marge de la communauté rurale (Chevalier 1913, p. 370).

Il est probable que Sainte-Agnès assurait son rôle paroissial avant sa donation à Saint-Philibert. En effet, les parements ont gardé la marque d’une installation du cloître postérieure à la construction de l’église (accolement de parements, baie bouchée). Une portion du transept et du chevet furent en partie détruits, mais cela n’entrave pas certaines interprétations. Les maîtres-d’œuvre de la première église connue ont organisé la circulation des laïcs pour les faire entrer par le porche à l’ouest et les faire sortir par les transepts sans qu’ils puissent piétiner le chœur liturgique. Ces « passages berrichons »  permettant la communication entre la nef et le transept nous viennent du centre de la France. Ces derniers sont très peu présents dans l’espace rhodanien (les églises de Plan-de-Baix et de Montclar sont à noter).

Sur la façade se trouvent une pierre ainsi que des chapiteaux à entrelacs. Ils permettent de situer la fondation de l’église entre le Xe et le XIe siècle. Les autres chapiteaux décoratifs, principalement géométriques et floraux, ne contredisent pas cette hypothèse de datation.

L’installation des moines tournusiens

Fig. 2 – Plan du prieuré Sainte-Agnès (DAO : J.-B. Kowalski).

La seconde phase importante du site se trouve être l’installation des moines avec la construction des bâtiments conventuels et du cloître au nord de l’église. Il n’est pas à écarter qu’une installation antérieure ait pu avoir lieu, mais dont les traces ne nous sont pas parvenues car en matériaux périssables. Ce cloître est constitué d’un bâtiment oriental et d’un autre septentrional. Il est fermé à l’ouest par un mur. Une large partie de ces structures, liées à l’implantation des réguliers, fut détruite, vraisemblablement durant les guerres de Religions. Il est probable que le cloître ne possédait que deux galeries (est et sud) avec une galerie pour la partie méridionale. Compte tenu du peu de décors appartenant à cette phase de construction, il est difficile de la rattacher à une date précise. Il est cependant raisonnable de la situer entre le XIe et le XIIIe siècle (un arc en accolade se trouve au-dessus de la baie de la porterie, il est néanmoins peu probable que cette porterie soit contemporaine du cloître, l’accolade étant utilisée assez tardivement).

A l’intérieur du bâtiment oriental, deux pièces sont discernables : la sacristie accolée au transept et la salle capitulaire qui occupe le reste de l’édifice. Un second état médiéval semble apparaître. Un passage traversant les conventuels de l’est du cloître vers ceux du nord pourrait avoir été inséré et il est très probable qu’un réseau de caves fut installé sous le bâtiment conventuel oriental.

Fig. 3 – Phasage des élévations des parements intérieurs est et sud du bâtiment conventuel oriental (Relevés : P.-L. Schang, J.-B. Kowalski ; DAO : J.-B. Kowalski).

Concernant le bâtiment conventuel septentrional et l’étage du bâtiment oriental, peu de traces subsistent. Il est courant que l’étage du bâtiment adjacent à l’église soit réservé au dortoir des moines. Le bâtiment nord est divisé en deux espaces, la plus grande partie à l’ouest devait être réservée au réfectoire, la plus petite à l’est probablement pour les cuisines.

La destruction du chevet et le développement des chapelles seigneuriales

Le chevet actuel, une partie de la nef et l’arc triomphal sont des reconstructions probablement postérieures au XIVe siècle. Un chevet quadrangulaire voûté d’ogives fut reconstruit. Il est courant à la fin du Moyen Âge de réparer voir agrandir des églises endommagées par les guerres des XIVe puis XVe siècles. Des dalles furent aperçues à l’est de ce remontage, possibles survivances du précédent chevet.

Plusieurs chapelles sont venues s’insérer contre l’église. Deux au sud de la nef – les chapelles des Fonds Baptismaux et du Saint-Sacrement – et une autre accolée au chevet plat, à l’est du bras restant du transept – la chapelle Saint-Antoine. Elles sont toutes quadrangulaires et voûtées d’ogives, l’une possède des culs-de-lampe tétramorphes, une autre en possède sous forme d’armoiries. Quelques signes indiquent qu’elles ont été installées entre le XVe et le XVIe siècle. Plusieurs chapelles proches de La Motte appartenant à d’autres édifices peuvent être comparées à celles de Sainte-Agnès. Sont à noter la chapelle du Sépulcre dans la collégiale Saint-Julien à Tournon-sur-Rhône (fin XVe-début XVIe) et la chapelle de la famille des Claveyson dans l’église Saint-Sébastien à Claveyson (première moitié du XVIe). Le point commun entre ces chapelles est leur forme quadrangulaire, leurs voûtes d’ogives, et plus généralement leurs décors gothiques, ainsi que leurs peintures murales. En revanche, seuls les décors figurés des chapelles de Sainte-Agnès furent martelés, certainement dans les années 1560.

Le dernier point commun, entre les chapelles précédemment citées, est leur édification faite par des seigneurs locaux. La chapelle Saint-Antoine sert de caveau à la famille des Fay de Gerlande et leurs armoiries sont présentes devant celle-ci (Jassoud et Vignard 1976, p. 23-24). La chapelle des Fonds Baptismaux possède des culs-de-lampe représentant des armoiries proches de celles des Roussillons, seigneurs à La Motte entre 1504 et 1541 (Lacroix 1895, p. 90-94) et trois autres armoiries sont encore visibles sur un badigeon largement gratté devant l’entrée de cette chapelle.

Fig. 4 – Armoiries présentes au revers de la façade de l’église priorale Sainte-Agnès (Photographie : J.-B. Kowalski).

Les XVe et XVIe siècles témoignent donc d’une progressive privatisation des espaces intérieurs de Sainte-Agnès. L’aboutissement de ce processus a lieu lors du rachat du prieuré par Nicolas du Peloux, seigneur de Godans, en 1587 (Juénin 1733, p 334-335).

La reconstruction du complexe monastique à la suite des guerres de Religion

En 1562, le baron des Adrets est proclamé gouverneur du Dauphiné par la noblesse réformée puis parvient à conquérir une grande partie du Sud-Est. Il se trouve dans le Bas-Dauphiné en avril-juillet 1562. Une lettre du vicaire général de Saint-Philibert de Tournus adressée à son abbé, datée du 3 juillet 1563, indique que les revenus issus des prieurés de La Motte et d’Albon ne sont plus suffisants pour assurer sa charge depuis que les protestants ont occupé les lieux (Juénin 1733, p. 285-286 des Preuves de l’histoire). Cela révèle une désertion des réguliers et de probables destructions. Le prieuré est alors vendu en 1587, cette vente est confirmée en 1646 à Just-François de Fay, seigneur de Gerlande, devenant ainsi prieur laïque (Juénin 1733, p. 334-335). Cette vente s’inscrit dans un mouvement plus global de décentralisation de l’abbaye de Tournus débuté au XIVe siècle et qui s’accentue au XVIe siècle.

Des destructions sont donc visibles dans les parements des conventuels. Selon toutes évidences, elles eurent lieu en 1562. Une reconstruction s’en est suivie, probablement entre 1587 et 1646, dates de vente et de confirmation de vente. Néanmoins, les différents espaces composant le bâtiment oriental ne semblent pas avoir réellement changé de fonction. La sacristie est toujours accolée à l’église et la salle capitulaire se trouve toujours dans le prolongement de la sacristie. Les caves furent probablement bouchées à cette période tout comme le passage menant au bâtiment septentrional. Par ailleurs, la symétrie des portes au rez-de-chaussée et à l’étage indique de possibles cloisons aux deux niveaux. Cette séparation est aussi visible dans le cadastre de 1825. L’étage devait être séparé entre le dortoir au sud et un autre espace au nord. Dans un second temps, l’espace au nord fut divisé en deux. Celui se trouvant à l’extrémité nord pouvait être le logis du représentant du prieur laïc, au vu de l’insertion d’une porte armoriée et d’un oriel. Néanmoins, l’état du bâtiment septentrional est mal connu. Une porte à coussinets permettant de passer de la galerie haute du cloître à l’étage du conventuel nord, bouchée aujourd’hui, est toujours visible.

Le cloître fut lui aussi partiellement détruit, seule la galerie sud fut probablement en partie épargnée, mais malheureusement détruite dans un incendie en 1952. Ce cloître devait être composé de deux galeries hautes – orientale et méridionale. Il semblerait aussi qu’une chaire ait été installée dans le gouttereau nord de l’église, accessible depuis le cloître.

La vente en tant que bien national durant la Révolution

Les bâtiments conventuels finirent par être vendus à plusieurs particuliers qui les aménagèrent en créant de nouvelles portes, en installant des fenêtres, en construisant des cloisons. Une nouvelle sacristie est édifiée au sud de l’église et plusieurs travaux ont lieu dans cette dernière, comme le voûtement en arêtes de la nef et l’installation d’un badigeon en faux appareil.

Le bâtiment oriental finit par être racheté par une association locale au milieu du XXe siècle. Des rénovations y ont depuis régulièrement lieu, ainsi que dans l’église.

Cette étude permit de mettre en évidence plusieurs grandes phases de constructions, de démolitions et de reconstructions. Sainte-Agnès est certainement à l’origine de la communauté urbaine de La Motte datant peut-être du Xe-XIe siècle, resserrant le maillage paroissial. Les moines de Saint-Philibert de Tournus s’y sont implantés dans un second temps et firent édifier le cloître et les bâtiments conventuels nécessaires à leur installation, renforçant la présence tournusienne en Viennois. Cela modifia l’organisation spatiale de l’église, entraînant la réorganisation de la circulation permettant une cohabitation des laïcs et des réguliers. Une première phase de destruction eu lieu à la fin du Moyen Âge : le chevet fut démoli et remplacé par un chevet plat. Progressivement, l’emprise de la seigneurie locale s’est faite de plus en plus prégnante avec l’édification de chapelles familiales. L’aboutissement de cette privatisation des espaces ecclésiaux est le rachat par Nicolas du Peloux du prieuré en 1587, après la seconde phase de destruction liée aux guerres de Religions. Cela ne transforma probablement pas radicalement l’organisation spatiale des conventuels. Ce prieuré devenu laïc finit par être vendu en tant que bien national à plusieurs habitants de la localité.

Bien que la quasi-absence de sources textuelles concernant Sainte-Agnès ne permet pas de parfaitement replacer cette dernière au sein du maillage seigneurial et monastique Viennois, les traces perceptibles dans la structure même du prieuré nous autorisent à supposer ses relations avec ses voisins et sa maison-mère mais aussi à concevoir la place des réguliers et des laïcs au sein même de l’église et du cloître.

 

Bibliographie

Chevalier 1913 : Chevalier U., Regeste dauphinois ou Répertoire chronologique et analytique des documents imprimés et manuscrits relatifs à l’histoire du Dauphiné, des origines chrétiennes à l’année 1349 par le Chanoine Ulysse Chevalier, Membre de l’Institut. Tome Ier. Fascicules I à III, Valence, Imprimerie valentinoise, 1913.

Jassoud et Vignard 1976 : Jassoud F. et Vignard M., Lettres de l’abbé Francis Jassoud à André Lacroix, Romans, Centre de Recherches Archéologiques, 1976.

Juénin 1733 : Juénin P., Nouvelle histoire de l’abbaïe royale et collegiale de Saint Filibert, et de la ville de Tournus, Dijon, Antoine de Fay Imprimeur des Etats, de la Ville et de l’Université, 1733.

Kowalski 2019 : Kowalski J.-B., Le prieuré bénédictin Sainte-Agnès de La Motte-de-Galaure (Drôme). Mémoire de master 2 sous la direction de A. Baud, Université Lumière Lyon 2, 2019.

Lacroix 1895 : Lacroix A., « Le tramway de la Galaure. VI. La Motte-de-Galaure », Bulletin de la Société départementale d’archéologie et de statistique de la Drôme 29, 1895, p. 88-97.

Musset 1966 : Musset L., « Peuplement en bourgade et bourg ruraux en Normandie du Xe au XIIIe siècle », Cahiers de Civilisation Médiévale 34, 1966, p. 177-208.

 

Citer ce billet : Jean-Baptiste Kowalski, "Le prieuré bénédictin Sainte-Agnès de La Motte-de-Galaure (Drôme)." Le Fil d'ArAr, 30/03/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/3187.

3 réflexions sur « Le prieuré bénédictin Sainte-Agnès de La Motte-de-Galaure (Drôme) »

  1. Bonjour,
    Le résumé est intéressant, mais il est dommage que les documents figurés soient tous flous.

    1. Bonjour Michel,
      Je suis navrée et c’est curieux car chez moi les documents sont impeccables … Serait-ce dû à ton matériel informatique ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.