Céramique romaine du nord de la Gaule

Vincent Merkenbreack

 

Compte-rendu de : Amélie Corsiez, La céramique romaine de cinq pagi du Nord de la Gaule (p. Laudunensis, Suessionensis, Tardunensis, Noviomensis et Vermandensis) : caractérisation, chronologie, fonctions et économie (Archéol. et Hist. Romaine, 41), Ed. Mergoil, Drémil-Lafage 2018 (ISBN : 978-2-35518-089-7). Préface de Xavier Deru.

 

L’ouvrage d’Amélie Corsiez découle de la thèse soutenue par cette dernière en 2016 et constitue un gros travail de synthèse réalisé pour l’essentiel à l’échelle de l’actuel département de l’Aisne, zone administrative de ses investigations céramologiques. Ce cadre géographique correspond pour partie aux limites administratives de trois cités de la Gaule Belgique, à savoir les Rèmes, les Suessions et les Viromanduens.

Le chapitre d’introduction s’attache notamment à reprendre les données historiques, géographiques et archéologiques de ce secteur. Les limites administratives antiques correspondent à 5 pagi identifiés au haut Moyen Âge et qui sont potentiellement un héritage de l’Antiquité. L’ouvrage s’intéresse donc au mobilier céramique au sein du pagus Laudunensis (chez les Rèmes), des pagi Suessionensis et Tardunensis (chez les Suessions) et des pagi Noviomensis et Vermandensis (chez les Viromanduens).

S’il est un mobilier archéologique que l’on retrouve en abondance, c’est bien la céramique, a fortiori ces dernières années avec le nombre croissant d’opérations d’archéologie préventives. La masse d’information à traiter est immense si l’on veut s’essayer à des synthèses et c’est ici le pari de l’auteur. 36 sites d’habitats et 8 sites funéraires, complétés par 4 sites étudiés après sa thèse, constituent la base des données quantitatives du catalogue d’Amélie Corsiez. Concernant ce catalogue, nous ignorons si l’intégralité du mobilier a été dessiné uniquement par l’auteur(ou-redessiné) ou si cette dernière utilise les études d’autres céramologues ; si tel est le cas, aucun crédit n’est mentionné.

Dans le chapitre 2, l’auteur propose un séquençage chronologique détaillé du mobilier dans la droite ligne des travaux engagés par Xavier Deru (cité plus d’une centaine de fois tout au long de l’ouvrage) qui préface d’ailleurs ce volume. Ainsi, l’auteur carcactérise 13 horizons de synthèse correspondant à la fin d’une occupation d’une phase et à son abandon (page 31 ; excepté le mobilier issu des nécropoles, niveaux d’incendies et de sols) ; ces horizons sont ceux définis par Xavier Deru. Le travail chronologique effectué par l’auteur est mis en perspective constamment avec certains secteurs ou villes limitrophes et notamment Durocortorum. Pour le non céramologue, le rappel du découpage chronologique en horizons de synthèse s’avère utile mais également fastidieux au cours de la lecture obligeant le non initié à revenir à la méthodologie pour identifier la chronologie dont il est question. Notons pour ces 13 horizons :

  • Horizon I : La Tène D2b (65/60 – 30/25 av. J.-C.). La céramique fine (proto terra nigra) et céramique modelée dominent ; corrélation faite avec les travaux de P. Pion dans la vallée de l’Aisne ; prééminence de l’approvisionnement local et champenois (étude des pâtes) ; similitudes notamment avec le site d’Actiparc à côté d’Arras pour les imitations campaniennes, de proto terra rubra et terra nigra (p. 42).
  • Horizon II : début de la période augustéenne (30/25 – 5/1 av. J./-C.). Les catégories céramiques indigènes déclinent, le répertoire est renouvelé. L’évolution correspond à ce qui a été observé à Reims (p. 51).
  • Horizon III : 5/1 av. J.-C. – 15/20 ap. J.-C. Augmentation de la proportion de terra rubra qui concurrence la terra nigra ; céramique modelée toujours présente ; la commune claire s’affirme.
  • Horizon IV : 15/20 – 40/45. La terra rubra commence à décliner ; une grande diversité du répertoire céramique s’observe au sein des sites.
  • Horizon V : 40/45 – 60/65. Apparition de la céramique sigillée provenant du sud de la Gaule ; la terra nigra est clairement la vaisselle dominante, secondée par la céramique rugueuse sombre. (p. 69).
  • Horizon VI : 65/70 – 85/90. Apparition ponctuelle de nouveauté (comme l’engobée de Lyon ou la céramique à vernis rouge pompéien des Rues-des-Vignes dans le Nord). La céramique rugueuse sombre supplante la terra nigra. Diversification du répertoire et recul du faciès traditionnel (p. 77).
  • Horizon VII : 85/90 – autour de 120. La terra nigra décline et la sigillée commence à la remplacer comme à Reims et Amiens.
  • Horizon VIII : 120 – 150. Timide apparition de la céramique d’Argonne ; la céramique dorée est présente sur tous les sites. Affinités entre le Noyonnais et le Soissonais notamment pour l’approvisionnement.
  • Horizon IX : 150 – début du IIIe siècle. Horizon en rupture avec les précédents. Grosse augmentation de la céramique rugueuse sombre, augmentation de la terre sigillée, l’Argonne et la Centre Gaule supplante celle venue du Sud de la Gaule, recul de la présence des dolia.
  • Horizon X : 215/220 – autour de 270. Timide apparition de la céramique métallescente, forte propagation de la VRP. Les répertoires se diversifient selon les cités.
  • Horizon XI : 270 – 320. La céramique sombre domine nettement le répertoire.
  • Horizon XII : 320/330 – 360/370. Apparition du répertoire tardif d’Argonne.
  • Horizon XIII : 370/380 – début du Ve siècle. Le répertoire de la sigillée est complètement renouvelé (bol Chenet 320). La céramique commune claire est en net recul. Ces évolutions sont identiques à Reims, Amiens, Saint-Quentin, Senlis ou encore dans l’est de l’Île-de-France.

Le corpus de l’auteur est proposé via une approche typologique indispensable, avec la création de typologies pour des catégories de céramiques régionales quasi absentes jusque-là, et notamment concernant la céramique commune et la céramique fine. Notons un intérêt certain pour les nombreuses illustrations de pâtes, ce qui devrait faciliter les comparaisons et identifications par nos collègues céramologues.

Une fois la chronologie expliquée, l’auteur aborde son corpus, au sein du chapitre 3 (p. 177-339) par groupe de production, typologie, provenance, largement agrémenté de tableaux et graphiques (notons l’absence de la figure 118 mentionnée p. 185). Le pôle d’activités du Griffon (près de Laon) a abondé le corpus de l’auteur. Citons notamment le secteur K où un four de potier a été mis au jour (p. 210) en fonction entre les horizons V et VI (soit entre 40/45 et 85/90, enfin, la deuxième moitié du Ier siècle). « L’analyse des pâtes a montré l’existence de petits ateliers sur chaque territoire étudié » (p. 216). Des pages 276 à 317, la typologie de la céramique rugueuse sombre sera sans nul doute très utile aux céramologues et archéologues œuvrant dans ce secteur de la Gaule Belgique.

Le chapitre 4 fait la part belle à l’analyse fonctionnelle de la céramique par pagus et par type de vaisselle. C’est là aussi l’occasion pour l’auteur d’agrémenter son propos de graphiques permettant de mettre en exergue l’évolution au fil du temps par pagus, de les comparer entre eux et entre chaque cité. « Un clivage très net entre les cruches à la ville et les bouteilles à la campagne met en lumière la persistance en milieu rural des traditions gauloises », notamment chez les Rèmes jusqu’à la fin du IIe siècle (p. 355).

Le chapitre 5 analyse les répertoires céramiques selon les caractéristiques sensées refléter une « culture » commune au sein d’un secteur donné. Abordant sa réflexion à l’échelle des pagi (p. 366), et non des cités, l’auteur parvient à prouver que cette échelle d’analyse est plus à même de mettre en évidence les différences au sein des répertoires céramiques. « La diffusion des faciès s’exerce préférentiellement au sein des pagi » (p. 382).

Le chapitre 6 s’attaque au sujet du commerce de la céramique, là encore, agrémenté de cartes de répartition par groupes de pâtes sur les différents pagi étudiés. Les aires de diffusion s’avèrent être économiques et non administratives (ce qui au final est somme toute logique et observable ailleurs en Gaule) (p. 394). Vient enfin la conclusion de l’ouvrage (où malheureusement le passé simple côtoie le présent).

L’ouvrage d’Amélie Corsiez offre un travail dense à la communauté des céramologues, travail qui sera probablement un outil pour ces derniers et pour les archéologues qui travaillent sur ces problématiques et pas uniquement dans ce secteur de la Gaule Belgique. La constitution d’un tel corpus est un travail de longue haleine, l’analyser en profondeur et avec rigueur l’est tout autant.

Citer ce billet : Vincent Merkenbreack, "Céramique romaine du nord de la Gaule." Le Fil d'ArAr, 21/02/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/2880.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.