Cors romains

Michel Feugère

 

 

 

 

Compte-rendu de : Chr. Vendries (dir.) — Cornua de Pompei. Trompettes romaines de la gladiature (Presses Univ. de Rennes), Rennes 2019.

 

Le passé a un son, qui nous semble à jamais évanoui, mais que des circonstances exceptionnelles parviennent cependant, parfois, à nous faire retrouver. C’est à l’un de ces évènements, la destruction d’une petite ville campanienne en 79 de notre ère, que l’on doit le programme de recherche dont découle aujourd’hui ce  livre, fruit du travail effectué par Chr. Vendries et ses collaborateurs à partir de 2014 à Rome (EFR), à Naples (Musée National), à Bruxelles (MIM) et enfin à Paris (C2RMF et IRCAM).

Les cors romains de Pompei ont été découverts au XIXe siècle, en deux lots : un premier de deux exemplaires, avant 1869, peut-être en 1852 ou quelques années plus tôt, sans que la documentation de l’époque permette de le préciser. Certaines publications attribuent ces cors à l’amphithéâtre, mais il peut s’agir d’une simple supposition puisque la peinture représentant ces instruments sur l’arène était déjà bien connue à l’époque. La seconde découverte est heureusement mieux documentée : trois cornua ont été mis au jour le 24 janvier 1884, dans un local de la Regio V, 2, décrit comme une auberge, mais situé à proximité de la plus ancienne caserne de gladiateurs de la ville,  en V,1. Comme d’autres instruments de musique, des tibiae, ont été recueillis en 1893 à proximité, on a supposé qu’un évènement musical se préparait dans le quartier au moment de l’éruption, mais les lots ont bien été trouvés dans deux maisons distinctes et il paraît abusif de les relier à une même cause.

Si d’autres fragments de cornua ont bien été retrouvés un peu partout dans les provinces (et même un cornu entier, mais dont la provenance est perdue :  Alexandrescu 2007), les cinq instruments de Pompei fournissent bien l’essentiel de notre documentation sur ces objets ; il était donc logique que Chr. Vendries en fasse le noyau de son étude, menée en collaboration avec plusieurs spécialistes : après A. Vincent qui a réfléchi aux usages et perception des cornua dans le monde romain (p. 13-30), R. Caussé, B. Mille et M. Tansu se sont attachés à la facture des trompes, au lien entre métallurgie et acoustique, et à la modélisation (p. 79-98). Ces études d’archéologie classique (le vocabulaire associé aux cornua, les usages dans les textes) et la confrontation des données disponibles avec les sciences exactes constituent, ensemble, un remarquable dossier sur ces instruments.

Il en ressort (ce que l’examen des images nous disait déjà, mais que l’archéologie confirme) que plusieurs de ces instruments pouvaient jouer ensemble, et même avec d’autres instruments à vent, comme des tibae ou un orgue hydraulique, par exemple sur l’arène de l’amphithéâtre. Bien que l’Antiquité n’ait pas connu ce que nous nommons « diapason », c’est-à-dire un son de référence par rapport auquel divers instruments pourraient se régler, il est donc hors de doute que les cornua étaient fabriqués selon des normes assez précises pour que les  instruments produisent des sons de même hauteur. Tout comme dans l’architecture ou l’ingénierie (hydraulique, machines de guerre …), les normes très précises données par quelques auteurs gréco-romains dans des domaines techniques —Vitruve étant le plus connu— existaient certainement pour les facteurs d’instruments de musique. On ne peut malheureusement comparer les cornua de Pompei à ceux d’autres provenances, mais on peut penser que la multiplication des découvertes, si elle advient un jour, confirmera cet état de fait.

D’après les découvertes archéologiques, non de cornua mais d’embouchures, assez fréquentes dans les fouilles, des cornua étaient largement utilisés à la fois dans les amphithéâtres, dans les rites civiques et dans l’armée : dans tous les cas, cet instrument « rauque » et puissant est donc associé aux sphères du pouvoir, qu’il s’agisse des élites municipales ou de la force étatique. Malgré le caractère spectaculaire, et bien sûr exceptionnel des cornua de Pompei, c’est donc d’un inventaire systématique des embouchures, dont on semble disposer de quelques dizaines d’exemplaires d’un bout à l’autre de l’empire romain, que viendra une meilleure perception de l’usage antique de ces instruments.

Abordant tous les aspects des cornua, ce livre est bien plus qu’une simple étude d’objet. Les développements sur le contexte des découvertes, les indications issues de la littérature, les aspects techniques des cors et le recours aux technologies les plus récentes pour reconstituer leur son, en un mot l’approche pluridisciplinaire fait tout l’intérêt de ce livre très réussi.

 

Alexandrescu 2007 : C.-G. Alexandrescu, Neue Erkenntnisse zum römischen Cornu. Die Aussagekraft eines Exemplars im Privatbesitz. Jahrb. Röm-Germ. Zentralmuseums Mainz 54, 2007, 497-532.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Cors romains." Le Fil d'ArAr, 23/03/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/2795.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.