Les Humanités numériques ont déjà une histoire

Michel Feugère

 

 

 

Compte-rendu de : P. Mounier, Les Humanités Numériques (coll. Interventions), Ed. MSH, Paris 2018. http://books.openedition.org/editionsmsh/12006

 

La culture humaniste est-elle en train de disparaître ? Ou de se réinventer une modernité grâce au numérique ? Le concept recouvre-t-il une menace pour la culture ? Contient-il au contraire une promesse d’avenir, voire de survie ? Pour répondre à ces questions, Pierre Mounier, directeur-adjoint d’OpenEdition, retrace d’abord l’histoire de ce qui est aujourd’hui une discipline.

A l’origine, donc, la figure du jésuite italien Roberto Busa qui, au sortir de la deuxième Guerre Mondiale, a l’idée de mécaniser le traitement de grandes masses documentaires utilisées dans sa thèse sur la Somme théologique de Thomas d’Aquin. Ce premier essai consiste à coder sur des cartes perforées les mots sélectionnés ainsi que leur contexte dans le corpus. Le résultat de ce travail de bénédictin sera cependant, en 1980, un Index Thomisticus publié … sur papier (70 000 pages en 56 volumes).

En accédant à des machines IBM, R. Busa passe dès ces années pionnières, comme le remarque l’A., “de l’artisanat à l’industrie” : le recours aux ordinateurs lui permet de traiter 13 millions de fiches pour la même œuvre. Dans la foulée, il ouvre près de Milan le premier institut d’humanités numériques, le Centro per l’Automazione dell’Analisi Linguistica (CAAL), qui associe donc l’outil informatique à l’analyse linguistique. Bien que le champ des humanités numériques se soit considérablement étendu ces dernières années, le lien entre HN et analyse de textes, encore très présent aujourd’hui, remonte donc aux origines de la discipline. Il se développe dès la fin des années 60 avec l’apparition de la lexicométrie (terme inventé par Maurice Tournier) qu’on applique rapidement à l’analyse de textes très divers, de la littérature au discours politique. Le deuxième chapitre de l’ouvrage, “Ce que l’ordinateur apporte aux humanités”, aborde une question essentielle pour toute personne investie dans le regroupement et l’analyse de données quantitatives. Ces techniques renouvellent-elles la méthode scientifique ou ne font-elles que renforcer, en permettant de gérer plus de données, une démarche qui resterait fondamentalement inchangée ? L’accroissement des données utilisables, et surtout leur traitement systématique, s’apparentent en fait à une véritable redécouverte des sources. Au lieu d’attendre la nouveauté des fouilles ou la découverte de textes inédits, on peut désormais porter sur les sources interrogées de cette manière un regard entièrement nouveau.

Ce n’est que très progressivement, entre les années 70 et 90, que d’autres branches des sciences humaines découvrent et adoptent les méthodes numériques. La brèche est ouverte par les sciences sociales, qui ont elles aussi d’énormes corpus à structurer et à analyser. Mais les humanités numériques investissent assez vite d’autres champs comme les outils destinés aux historiens, la modélisation 3D ou encore la constitution de bibliothèques numériques. Surtout, cette nouvelle discipline installe le concept, créé par Franco Moretti à l’Université de Rome, de distant reading : plutôt que de se limiter à quelques œuvres qu’on va analyser en détail, le chercheur peut désormais envisager l’ensemble de son corpus pour en extraire des principes généraux. On passe de l’analyse de détail à une approche globale. Cette évolution, que seul permet le traitement numérique de données massives, va remettre en cause non seulement les études des textes, mais plus globalement l’ensemble des sciences expérimentales.

P. Mounier ne se contente pas de rappeler que la mise en place d’outils numériques a été, par essence, une critique de l’analyse traditionnelle. Il développe en miroir (p. 69-96) une critique “humanistique” du numérique en pointant les tensions, voire les contradictions qui sont apparues de son fait au cours des dernières décennies. Il rappelle que l’outil informatique, de nature mathématique, est en lui-même indéterminé, ce qui lui permet du reste de s’immiscer dans tous les aspects de la recherche et même de la vie quotidienne. Mais il n’implique aucune direction et le facteur humain reste primordial. Même dans les développements récents de l’intelligence artificielle, le labeur des humains (ceux qu’Antonio Casilli a joliment appelés les “poinçonneurs de l’IA“) reste prépondérant. Pour éviter que le système ne tombe entre des mains intéressées ou sectaires, il faut que les acteurs d’aujourd’hui s’interrogent sur le numérique de demain, s’efforcent de percevoir (et même de prévoir) les évolutions et esquissent le chemin qui leur semble préférable.

“Pour un humanisme numérique” (p. 86, reprenant le titre d’un ouvrage fondateur de Milad Doueihi) est à la fois une solution à ce dilemme et la revanche des humanités sur le rouleau compresseur numérique. Dans un monde obsédé par l’archivage total, qui a donc “oublié l’oubli”, comment se définit le travail de l’historien ? Perte de données et sélection de ce qui est conservé font partie intégrante de la formation du matériel historique, et même de la notion de patrimoine. Mais l’archive numérique n’est pas un enregistrement total de la réalité, seulement de sa version digitale. L’historien de demain aura donc à déconstruire la mythologie qui voudra toujours, et veut déjà, nous faire prendre l’un pour l’autre. L’outil informatique étant désormais devenu incontournable, seule la critique humanistique du numérique peut  nous sauver de ce totalitarisme.

Cette critique peut et doit s’appliquer à la constitution des données utilisées, sans se laisser impressionner par le caractère souvent massif des données proposées. L’exemple Ngram Viewer (p. 97 sqq.) est tout à fait éclairant : l’outil permet de visualiser la fréquence et l’évolution dans le temps de l’usage d’un mot ou d’un groupe de mots dans 5 195 769 livres numérisés par Google. Impressionnant, bien sûr, et chacun de tester l’outil … en oubliant bien vite que ce corpus d’ouvrages n’est nullement représentatif de toute la production imprimée. Google a travaillé essentiellement à partir des collections des universités nord-américaines qui l’ont laissé scanner les livres ; mais les ouvrages fragiles, rares, abîmés ou trop grands ont été écartés. Surtout, les acquisitions de ces bibliothèques répondent aux besoins d’un groupe d’usagers qui ne cherchent pas forcément à couvrir tous les champs de la connaissance. On passe donc d’un corpus historiquement (socialement, culturellement…) limité à une proposition de représentation globale, qui aurait certainement besoin d’un corpus très différent. Il sera intéressant de mesurer, dans les années à venir, si cette naïveté de l’utilisateur vient d’un manque de recul (notre génération étant, finalement, la première à accéder à ce type d’outil) ou d’un biais spécifique lié à l’autorité de l’écran, comme on a pu l’observer autrefois sur la chose écrite ou encore l’argument “vu à la télé”…

Impossible d’évoquer ici, ne serait-ce que rapidement, les multiples thématiques abordées dans ce petit livre particulièrement dense. On l’aura compris, à partir d’un très utile panorama sur l’histoire des humanités numériques, l’ouvrage soulève des questions théoriques passionnantes sur la nature et la philosophie de la science, sur le rôle des acteurs de la recherche et sur les tendances que pourra suivre cette discipline dans les années à venir. Ne tombant ni dans l’idolâtrie technologique, ni dans une frilosité excessive envers la nouveauté, P. Mounier invite le chercheur à s’interroger sur le sens de son activité dans un monde où les techniques numériques vont, sans doute, prendre de plus en plus de place. S’adressant aux acteurs et utilisateurs d’un champ particulièrement mal défini, celui des “humanités numériques”, il réussit le tour de force de concerner chaque lecteur dans ce que son approche des HN peut avoir de partiel.

L’ouvrage s’achève sur l’évocation d’un antagonisme (“Les humanités aux prises avec l’idéologie numérique”, p. 151-176). Le handicap premier des HN est leur inéluctable dépendance par rapport aux techniques numériques. Que ce soit une guerre, un marché ou la conjonction des deux pour espérer de juteux profits, le moteur des progrès technologiques est bien connu et on voit mal comment les HN pourraient jouer le moindre rôle pour infléchir, même à la marge, les règles du capitalisme mondialisé. On peut cependant se projeter dans l’avenir pour imaginer, à partir d’un certain nombre d’expériences actuelles, des projets grâce auxquels les HN pourront prendre toute leur place dans la construction sociale. L’enseignement et la recherche sont deux domaines privilégiés où la contribution communautaire peut et doit nous amener à construire aujourd’hui le monde de demain.

En se refermant sur cette note optimiste (“Une promesse d’humanité pour une société numérique”, p. 174-176), l’ouvrage de P. Mounier laisse toute la place à ses lecteurs pour explorer les idées, et prolonger les exigences qu’il a si bien développées, faisant de cette publication une lecture indispensable à ceux qui œuvrent dans les humanités numériques.

 

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Les Humanités numériques ont déjà une histoire." Le Fil d'ArAr, 17/06/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/266.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.