Du nouveau sur les « siècles obscurs », entre Alpes et Jura, de 350 à l’an 1000

Jean-François Reynaud

 

 

Compte-rendu de : Lucie Steiner (dir.), avec la collaboration de Justin Favrod, Aux sources du Moyen Âge. Entre Alpes et Jura de 350 à l’an 1000, éditions Infolio, 2019, 288 pages.

 

Cet ouvrage a été publié par les éditions Infolio, en 2019, sous la direction de Lucie Steiner avec la collaboration de Justin Favrod. Il comporte 288 pages, de nombreuses illustrations et réunit des chapitres de synthèse qui vont des lieux habités à l’espace culturel en passant par les marchés, la religion, le vivre ensemble, les lieux de sépultures et une quarantaine de monographies écrites par des spécialistes, le plus souvent archéologues. Cette synthèse a été réalisée en même temps que deux expositions, encore visibles, présentées au musée d’histoire du Valais à Sion et au musée cantonal d’archéologie et d’histoire de Lausanne.

Le domaine concerné recouvre la partie occidentale du Plateau suisse donc le pays de Vaud et le Valais, cantons de la « Suisse latine » où l’archéologie a connu un grand essor depuis un demi-siècle, comme le montre la carte des sites archéologiques de la région (p. 31). La période concernée commence, semble-t-il, à la christianisation de la région et se termine à l’aube du Moyen Âge : une période qui n’est plus conçue comme un « âge sombre » grâce aux nouvelles connaissances, concernant la vie quotidienne, les pratiques funéraires ou religieuses, l’habitat…, et à une nouvelle conception des populations dites « barbares », qui vont rapidement s’intégrer. C’est le cas des Burgondes (p. 19-24), appelés comme confédérés. Ce mariage entre les cultures gallo-romaine et germanique, cette greffe, a permis de transmettre la culture romaine et la religion chrétienne, de redonner vie aux anciennes et aux nouvelles cités, ou de s’installer à la campagne pour remplacer des populations décimées par les guerres, les épidémies ou les catastrophes naturelles (voir la monographie sur la catastrophe du Tauredunum qui provoqua un terrible tsunami et qui ravagea les rives du lac Léman, p. 30).

On ne peut rendre compte de tous les chapitres de synthèse ou de toutes les monographies. Les différents auteurs analysent les transformations de la ville fortifiée, réduite, lieu de pouvoir (p. 54-58, 68-81), montrent le rôle de la christianisation des villes où s’installent les évêques qui modifient le paysage urbain en construisant groupes cathédraux et basiliques funéraires dont les fondations ont pu être mises au jour (p. 149-152) ainsi qu’une partie de leur décor sur du stuc ou de la pierre (p. 159-161, 163-165). On retrouve avec plaisir des monographies sur Genève, Yverdon, Nyon, Avenches, Sion, Lausanne, Martigny (p. 68-81) ou encore sur la basilique funéraire de Sous-le-Scex à Sion (p. 66-67).

Les campagnes sont étudiées pour la transition entre l’Antiquité et les VIe-VIIe siècles. Grâce aux nombreuses et minutieuses fouilles de villae romaines, a pu être étudié le passage de l’habitat en dur aux constructions en bois ou en pierres sèches, aux nouvelles unités agricoles installées (p. 59-65) dans la pars rustica de la villa du Parc de la Grange à Genève mais aussi à Vandoeuvres (p. 176-177) et à Vallon près d’Avenches (p. 48-49) avec des reconstitutions de la vie dans une ferme, des plans et élévations de cabanes ou de maisons (p. 62-63), sans oublier les sites de hauteurs (p. 51-53). La christianisation des campagnes donne naissance à des églises installées sur de grands domaines ou à des fondations épiscopales, futures paroisses souvent à l’origine des villages ; à Vandoeuvres (p. 178-179) mais aussi à Brigue, des cuves baptismales ont été fouillées (p. 166-167) et les églises carolingiennes de Vuillonex sont un bon exemple de l’utilisation du bois dans la construction (p. 178-179). La christianisation touche aussi les nécropoles avec des mausolées, des sarcophages, des coffres de dalles dans les églises, ou tout autour, et l’on sait le nombre d’églises fouillées en pays de Vaud. Les premiers sites monastiques sont construits : Saint-Maurice d’Agaune dans son évolution jusqu’à l’époque carolingienne (p. 172-173), les fondations des Pères du Jura, comme Romainmotier, ou colombaniennes, comme Moutier-Grandval, jusqu’au premier prieuré clunisien de Payerne, installé dans une villa carolingienne (p. 174-175). Une synthèse très fouillée sur « la dernière demeure » fait l’objet de longs développements sur l’emplacement des nécropoles (en plein champ ou en lien avec un lieu de culte), sur leur organisation (répartition selon le sexe et l’âge), sur l’aménagement des tombes et sur les dépôts funéraires (p. 187-213, 247-277). Ces nécropoles ont fourni de nombreux objets, plaques-boucles, armes, qui sont d’importants points de repères pour estimer l’apport des populations « barbares », comme à Saint-Prex (p. 78-79), Tour-de-Peilz, Lausanne Bel-Air, Saint-Sulpice (p. 208-213) ou Sézegnin (p. 276-277).

Pour l’artisanat, les auteurs insistent sur la régionalisation de la production céramique et sur certaines catégories d’artisans très qualifiés comme les forgerons (épées, plaques-boucles, fibules), les monétaires (p. 116-121), les verriers dont les productions sont d’une remarquable qualité et dont certains pouvaient être installés dans des monastères (p. 100-111). Plusieurs chapitres mettent en évidence le rôle grandissant du bois aussi bien pour la construction (maisons de grande taille ou cabanes) que pour la vaisselle, et un chapitre traite de l’élevage et de l’alimentation des populations rurales (p. 91-94). Parmi les monographies, il faut lire celles sur l’art du verre (p. 132-135) et sur l’art du vitrail, bien mis en valeur par des exemples locaux (Sous-le-Scex en particulier, p. 162-163), sur le travail de la pierre ollaire (p. 126-127), sur le travail du fer, avec un dessin de bas-fourneau (p. 122), et sur la reconstitution de chaussures en cuir (p. 131).

Parmi les points forts de cet ouvrage, nous insisterons sur la qualité de l’illustration qui multiplie les présentations d’objets archéologiques, de plans d’édifices avec également des reconstitutions de scène de la vie quotidienne, preuve du souci des éditeurs de toucher un large public. Le lecteur sera également intéressé par le « vivre ensemble » et par l’acculturation progressive de populations venues du nord, différentes par leur alimentation (p. 192-193), leurs outils, leur langue (p. 202-203), par les développements sur les écrits (vies de saints, textes historiques et administratifs, sur la musique). Les Lyonnais apprécieront les monographies sur la Passion des martyrs d’Agaune par Eucher de Lyon et sur les homélies d’Avit de Vienne (p. 232-234).

Parmi les quelques rares regrets que suscite ce remarquable ouvrage, on notera que le choix d’une présentation diachronique, qui met bien en évidence le passage de l’Antiquité tardive à l’époque mérovingienne, laisse un peu de côté l’apport de l’époque carolingienne avec seulement quelques pages dans l’introduction historique (p. 33-38). On regrettera également que la présentation des toponymes (p. 50) ou des crânes déformés (p. 200-201) n’ait pas donné lieu à plus de critiques, que la petite monnaie de bronze burgonde ne soit pas évoquée et que le « caractère tardif et abrupt » de la christianisation de la région (à partir de 380), n’ait pas été plus justifié (p. 141). On notera que l’ouvrage laisse de côté les récentes hypothèses concernant la crise du IIIe siècle (ouvrage de Kyle Harper). De même, la prépondérance des sources archéologiques, par ailleurs d’une densité remarquable dans la région présentée, ne concerne guère les aspects politiques et les conflits de pouvoir qui vont donner naissance à la féodalité.

Bref un ouvrage à lire soit en fonction de nos propres centres d’intérêt – mais un même élément peut être traité dans des chapitres différents – soit de la préface à la conclusion si l’on veut connaître le fin mot de l’histoire.

 

Citer ce billet : Jean-François Reynaud, "Du nouveau sur les « siècles obscurs », entre Alpes et Jura, de 350 à l’an 1000." Le Fil d'ArAr, 09/01/2020, https://lefildarar.hypotheses.org/2435.

Une réflexion sur « Du nouveau sur les « siècles obscurs », entre Alpes et Jura, de 350 à l’an 1000 »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.