Entre Protohistoire et Antiquité tardive : les perles cylindriques en verre à décor de plumes

Michel Feugère

 

Le décor de “plumes” sur des objets en verre polychrome est presque aussi ancien que le matériau lui-même : les artisans n’ont pas tardé à s’apercevoir qu’à haute température, le verre visqueux formait des fils permettant d’obtenir des effets très décoratifs, notamment si le verre rapporté contrastait avec la couleur du fond. Et en rayant transversalement le décor avec un objet dur, avant que l’objet ne soit solidifié, on obtenait des effets de “plumes” (Fig. 1) qui ont donc été largement employés à une très haute époque. Les premiers balsamaires ornés de cette manière sont datés en Mésopotamie du 16e au 13e s. av. n. ère. (Barag 1985, 35-37 ).

L’invention des perles est relativement tardive par rapport à celle du matériau, qu’on a d’abord utilisé comme placage précieux avant d’en faire des objets mobiliers. On considère que les premières perles cylindriques en verre sont illustrées par une découverte, sans doute effectuée dans le Nord de la Mésopotamie, qu’on date de la deuxième moitié du 15e au 14e s. av. n. ère : un collier de perles ovoïdes et biconiques a été retrouvé avec des sections cylindriques de verre bleu considérées comme des lingots, chaque section d’un poids de 40 g suggérant que le verre avait à cette époque une valeur égale à l’or (Stern, Schlick-Nolte 1994, 126-129).

Perles préromaines (PRL-3610)

Bien que de petits vases à parfum utilisent dès le 15e ou 14e s. av. J.-C. la technique du décor de plumes, on ne connaît guère de perles décorées de cette manière en Orient. Les perles en verre constituent pourtant un champ d’application privilégié de cette méthode décorative, notamment parce que leur faible volume facilite la gestion de la température, le verrier pouvant facilement réchauffer au cours de la fabrication la masse de verre prélevée dans le creuset. Il est donc tout naturel que les perles à décor de plumes se soient multipliées, en particulier, à l’époque où on produisait en grand nombre, en Méditerranée orientale, les balsamaires sur noyau d’argile largement diffusés dans tout le bassin méditerranéen (VIe-Ier s. av. J.-C.). Les Etrusques ont notamment produit des perles cylindriques à décor de plumes dès le 8e s. av. n. ère (par ex. Grose 1989, 87, n°35). D’autres objets de taille réduite ont été produits à la même époque en Italie avec cette technique, par exemple des arcs de fibules a sanguisuga.

Étant donné que des perles en verre à décor de plumes sont connues en occident du début de l’Age du Fer jusqu’au haut Moyen-Age, elles sont réputées inclassables et donc peu utilisées comme marqueurs typo-chronologiques par les archéologues (à l’exception notable d’E. Swift, dont nous reparlerons). A l’occasion d’une révision du classement des perles du deuxième Age du Fer dans Artefacts (E. Vigier et A. Giraudo, programme ArteBib) et à propos d’une découverte ancienne du site languedocien d’Ensérune, je me propose de retracer l’évolution de ces types. Le cadre typologique a été été mis à plat dans Artefacts, fiche PRL-3000, et on pourra se reporter au site web pour avoir une vision détaillée des objets concernés et des listes.

Les premières productions de perles en verre de l’Italie préromaine sont peu étudiées mais la forme cylindrique y est d’abord inconnue (Raposo, Ruggiero 1995), ce qui est sans doute à mettre en relation avec la préciosité du verre aux premiers siècles de son existence ; des perles de cette forme ne semblent apparaître qu’au premier Age du Fer avec les objets au corps souvent cannelé, du type de l’exemplaire cité ci-dessus. Cependant, ces productions préromaines sont elles-mêmes peu connues et il est plus facile de citer pour cette époque des perles massives, coniques ou annulaires ; parmi elles, seules les premières montrent occasionnellement un décor de plumes.

Il faut attendre le milieu du second Age du fer pour rencontrer des perles cylindriques à décor de plumes bien datées (Artefacts : PRL-3610 ; Fig. 1). En Occident, la chronologie repose en grande partie sur un objet de Pech Maho à Sigean, oppidum détruit vers 200 av. n. ère. Bien que la perle recueillie sur ce site l’ait été hors contexte, elle est nécessairement antérieure à l’abandon du site et date donc du 3e s. av. n. ère (Raux 2002, fig. 25 n°955 ; Py 2016, type AF-4521). La perle est incomplète (L. 28,5, diam. 15 mm) mais il en reste assez pour constater que le décor de plumes, de couleur blanche sur un fond bleu, est limité à l’extrémité conservée par un filet transversal. Cette caractéristique nous permet de reconnaître ce même type sur l’oppidum tout proche d’Ensérune, où l’essentiel de l’occupation se concentre sur les 3e et 2e s. av. n. ère. Une perle bien conservée cette fois, en verre très sombre (mais sans doute bleu) orné de plumes blanches, limitées de chaque côté par de larges filets transversaux en verre rouge, y a été découverte à l’occasion des fouilles anciennes dans l’habitat.

Fig. 1 — Perles cylindriques préromaines à décor de plumes PRL-3610 ; 1, Pech-Maho ; 2, Ensérune ; 3, Cyzique (?) ; 4, Myrina (dessin St. Raux ; ph. S. Izac, CMN et V. Arveiller-Dulong, Musée du Louvre).

Il faut se tourner vers la Méditerranée, pour trouver de rares parallèles : on note une perle de ce type sur le site de Castellu à Luri (2B) (Musée de Sartène) ; dans les Monts de la Tolfa, au NO de Rome, un exemplaire se repère au sein d’un ensemble de perles formé d’objets de diverses époques (Arveiller-Dulong, Nenna 2011, 90-91, n°155/17); à Délos, M.-D. Nenna en a signalé trois exemplaires, dont un dans la Maison des Masques (Nenna 1999, 144, pl. 54, E 183) ; à Cyzique (?) et enfin à Myrina, en Grèce de l’Est, dans des collections anciennes aujourd’hui conservées au musée du Louvre (Arveiller-Dulong, Nenna 2011, 81, n°143 et 142) ; on peut sans doute ajouter à cette petite série deux exemplaires sans provenance du Musée de Jérusalem (Spaer 2001, 113, n°175-176). Ce n’est sans doute pas un hasard si cette technique décorative, qui vient sans doute de celle utilisée à haute époque sur les balsamaires, est finalement mieux attestée en Méditerranée orientale qu’à l’Ouest, où les rares objets peuvent donc être considérés comme des importations.

Le contexte le plus important nous vient cependant d’Europe centrale, puisqu’une perle cylindrique à décor de plumes fait partie du mobilier recueilli dans une tombe du Dürrnberg, près de Hallein, un site majeur pour l’archéologie celtique en raison de la prospérité apportée par les mines de sel. L’objet apparaît dans la tombe 71/2 qui a livré pas moins de c. 89 perles en verre, c’est-à-dire le plus gros effectif de ces objets sur le site (Moosleitner, Pauli, Penninger 1974, Taf. 138, 35). La sépulture, comme on l’observe souvent pour les tombes livrant des perles colorées, est celle d’un enfant de 7 à 10 ans (Haevernick 1974). Elle est datée par une série abondante de parures, au premier rang desquelles une fibule de Marzabotto qui permet de classer cette tombe dans la phase IIA1 de ce site, soit le milieu et la deuxième moitié du 5e s. av. n. ère (Moosleitner, Pauli, Penninger 1974, 33-36). Les nombreuses perles à décor oculé de cette même sépulture confirment cette datation à La Tène A (Fig. 2, Fig. 3) (Rabsilber, Wendling, Wiltschke-Schrotta 2017).


Fig. 2 — Partie du contexte de parures de la tombe 71/2 du Dürrnberg
(Moosleitner, Pauli, Penninger 1974, Taf. 138).

 

 

Fig. 3 — Perle en verre de la tombe 71/2 du Dürrnberg (ph. Keltenmuseum Hallein).

 


Mentionnons enfin que dans son étude des verres préromains de Bohème, Nathalie Venclová définit à partir de découvertes de Stradonice trois formes correspondant au type examiné ici (types 716-718) (Venclová 1990). Les couleurs indiquées sont assez déconcertantes :

  • 716 : corps brun opaque, plumes jaunes avec filets vert clair aux extrémités
  • 717 : corps brun clair, plumes bleu clair avec filets jaunes aux extrémités
  • 718 : corps noir, plumes blanches avec filets rouges aux extrémités.

Le contexte de ces objets à Stradonice semble étayer une chronologie tardive, 2e et surtout 1er s. av. n. ère, qu’elle rapproche de découvertes russes, datées de la même période (Alexeeva 1978 [non vidi], 53, types 349, 441 notamment). Tout dépend ici de l’appréciation des couleurs : s’agit-il vraiment de perles de type PRL-3610, ou de variantes plus tardives ? Cette question doit provisoirement, en l’attente d’un examen direct ou de bonnes photographies, rester ouverte.

Si l’on s’en tient aux perles examinées, ces quelques objets n’utilisent finalement que trois couleurs, le bleu qui est sans doute la couleur la plus représentée dans les verres préromains, le jaune et le rouge opaques. Toutes sont connues dans les productions méditerranéennes et/ou celtiques du deuxième Age du Fer, où on note que les deux dernières disparaissent avant la fin du IIe s. av. n. ère. Le répertoire chromatique confirme donc une datation centrée sur les 5e – 3e s. av. J.-C.

 

Perles romaines (PRL-4126)

La question du devenir de cette forme à l’époque romaine peut s’appuyer sur un nombre de contextes un peu supérieur, puisqu’on connaît , à ce jour, 37 perles cylindriques romaines à décor de plumes. La forme PRL-4126 est comme la précédente une perle allongée (L = ± 2,5 diam.), ornée de plumes généralement claires sur un fond de teinte foncée mais sans les filets latéraux qui limitaient le décor sur la forme préromaine PRL-3610. La fabrication de ces perles s’est donc simplifiée avec le temps, comme on le voit assez souvent sur des types de chronologie longue. On connaît au moins deux variantes colorées, une bleue à plumes blanches et une autre verte à olivâtre, à plumes blanches également (Fig. 4).


Fig. 4 — Perles cylindriques romaines à décor de plumes PRL-4126 ; 1, Augst ; 2, 3, Carthage
(dessin S. Fünfschilling ; ph. V. Arveiller-Dulong, Musée du Louvre).


Sur le site d’Augst, dont toutes les parures ont été superbement publiées par E. Riha, une seule perle cylindrique à décor de plumes a été recueillie, bien que cet auteur ait placé dans le même type 11.15 deux objets de formes, selon nous, un peu différentes. Si le n°1232 du site est bien cylindrique, la perle n°1233 est de forme ovoïde très allongée et ne comporte sans doute pas, en plus, le décor de plumes qui nous intéresse ici (Riha 1990, Taf. 38 n° 1232). Un certain nombre de perles, beaucoup de provenance africaine (Carthage, Utique), dans une moindre mesure orientale (Kertch, Hama) ou italienne (Monti della Tolfa) nous sont connues grâce au très précieux catalogue des objets en verre du Musée du Louvre (Arveiller-Dulong, Nenna 2011), mais les datations proposées relèvent souvent d’un alignement sur la chronologie d’occupation d’un site plutôt que sur de véritables contextes. C’est le cas par exemple à Utique, dont plusieurs lots de perles sont datés “3e s. av. / début 1er s. av. J-C.”.

Il résulte de cette situation qu’à l’heure actuelle, on ne peut trouver un seul cas de PRL-4126 qui soit clairement daté du Haut-Empire, ce qui ne veut pas dire qu’il n’en existe pas quelque part. Les contextes les plus clairs sont des ensembles funéraires du IVe et du début du Ve s., comme par exemple à Sagvar (Fig. 3), Dunapentele, Keszthely, Trier, Virton ou encore Vorges. En l’absence de données stratigraphiques claires, il semble donc que les perles cylindriques à décor de plumes aient disparu du IIe s. av. n. ère jusqu’au IVe s. de n. ère, ce qui  pose  la question d’un lien éventuel entre les deux séries.

Fig. 5 — Contextes funéraires tardifs de Sagvar, tombes 131 et 247 (d’ap. Burger 1966).

Cependant, ne pas effectuer de séparation typologique entre les formes préromaines et romaines a pu occasionner des confusions chronologiques. Ainsi, en publiant le mobilier de la célèbre grotte de Býčí-Skála en Moravie, T.E. Haevernick signalait au sein d’un lot de perles de l’Age du Fer 9 petites perles cylindriques brunes à décor de plumes blanchâtres, avec une illustration qui permet de confirmer l’absence de filets terminaux (Haevernick 1979, Taf. 1, n°37). Si rien n’évoque la possibilité d’une datation postérieure à la fin de la protohistoire, elle publie cependant dans la même planche quelque perles biconiques en verre translucide (ibid., n°39) qu’on sait aujourd’hui appartenir aux fossiles directeurs du Bas-Empire (Artefacts : PRL-4028, PRL-4052, PRL-4073…). Les perles cylindriques à décor de plumes appartiennent donc bien à la série tardive, olivâtre, donc la couleur souvent indéfinie peut aller jusqu’à du beige, voire du brun.

On le voit, les petites parures et les perles en verre en particulier représentent une source documentaire potentielle encore peu exploitée. Comme beaucoup d’objets de ce type, ces perles ont pu voyager sur de longues distances et leur étude ne peut guère s’envisager qu’à l’échelle de l’Europe, souvent avec l’ensemble du pourtour méditerranéen. Leur diffusion s’est sans doute inscrite dans des courants commerciaux structurés, avec des marchandises pondéreuses ou non. Il ne faut pas oublier, enfin, que les objets personnels peuvent voyager avec ceux qui les portent, dans la mesure où aucune parure n’est innocente : porter tel ou tel type peut avoir une dimension identitaire, qui donne de ce domaine une importance particulière pour l’archéologue et l’historien. La caractérisation typologique n’est donc que la première étape d’une analyse qui touche à des domaines sensibles de l’histoire humaine.

 

Remerciements aux collègues qui nous ont signalé des données ou fourni des images utilisées dans ce billet : A. Gilles (Archeodunum), A. Giraudo (ArAr), L. Izac-Imbert (DRAC Montpellier), S. Izac (CMN), M. Py (CNRS), St. Raux (INRAP), H. Wendling (Keltenmuseum Hallein).

 

Bibliographie

Alexeeva 1978 : E.M. Alexeeva, Anticny busy Severnogo Pricernomor ‘ja II. Archeologija SSSR, Moskva 1978.

Arveiller-Dulong, Nenna 2011: V. Arveiller-Dulong, M.-D. Nenna, Les verres antiques du Musée du Louvre, III. Parures, instruments et éléments d’incrustation, Louvre éditions, Paris, 2011.

Barag 1985 : D. Barag, coll. V. Tatton-Brown, R.J.F. Burleigh, M. Bimson, I.C. Freestone, Catalogue of Western Asiatic Glass in the British Museum, 1, London 1985.

Grose 1989 : D. Grose, Early ancient glass: core-formed, rod-formed, and cast vessels and objects from the late Bronze Age to the early Roman Empire, 1600 BC to AD 50. Toledo Museum of Art, Toledo 1989. 

Haevernick 1974 : T.E. Haevernick, Die Glasfunde aus den Gräbern vom Dünsberg. In : Fr. Moosleitner, L. Pauli, E. Penninger, Der Dürrnberg bei Hallein II, München 1974, 143-152. Réimp. in : Beiträge zur Glasforschung. Die wichtigsten Aufsätze von 1938 bis 1981, Mainz am Rhein 1981, 277-284.

Haevernick 1979 : T. E. Haevernick, Die Glasperlen der Býčí-Skála-Höhle. Mitt. Anthr. Ges. in Wien CIX, 1979, 113-119. Réimp. in : Beiträge zur Glasforschung. Die wichtigsten Aufsätze von 1938 bis 1981, Mainz am Rhein 1981, 411-416.

Moosleitner, Pauli, Penninger 1974 : Fr. Moosleitner, L. Pauli, E. Penninger, Der Dürrnberg bei Hallein II (Münchner Beitr. z. Vor- und Frühgeschichte, 17), München 1974.

Nenna 1999 : M.-D. Nenna, Exploration archéologique de Délos, XXXVII : Les verres. Paris / Athènes 1999.

Py 2016 : M. Py, Dictionnaire des objets protohistoriques de Gaule méditerranéenne (IXe – Ier siècles avant notre ère) (Lattara 23), Lattes 2016.

Rabsilber, Wendling, Wiltschke-Schrotta 2017 : Th. Rabsilber, H. Wendling, K. Wiltschke-Schrotta, Der Dürrnberg bei Hallein. Die Gräbergruppe im Eisfeld, Teil 1. Rahden / Westf. 2017.

Raposo, Ruggiero 1995 : B. Raposo, M.G. Ruggiero, Ambra, osso e pasta vitrea nell’Etruria protovillaniana. In : N. Negroni Catacchio (a cura di), Preistoria e Protostoria in Etruria. Atti del Secondo Incontro di Studi, Farnese 1993. Tipologia delle necropoli e rituali di deposizione, ricerche e scavi, Milano 1995, 247-251.

Raux 2002 : S. Raux, Catalogue provisoire du petit mobilier de l’oppidum de Pech Maho, In : É. Gailledrat et al., Étude et mise en valeur du site archéologique de Pech Maho (Sigean, Aude), Rapport du projet collectif de recherche (PCR), Montpellier, 2002.

Riha 1990 : E. Riha, Der römische Schmuck aus Augst und Kaiseraugst (Forschungen in Augst, 10), Augst 1990.

Spaer 2001 : M. Spaer, coll. D. Barag, T. Ornan, T. Neuhaus, Ancient Glass in the Israel Museum. Beads and other small objects, Jerusalem 2001.

Stern, Schlick-Nolte 1994 : E.M. Stern, B. Schlick-Nolte, Early glass of the Ancient World (1600 B.C – A.D 50), Ernesto Wolf Collection, Ostfildern, Hatje Cantz, 1994.

Swift 2000 : E. Swift, Regionality in Dress Accessories in the Late Roman West (Monogr. Instrumentum 11), Montagnac, 2000.

Venclová 1990 : N. Venclová, Prehistoric Glass in Bohemia, Praha 1990.

 

Citer ce billet : Michel Feugère, "Entre Protohistoire et Antiquité tardive : les perles cylindriques en verre à décor de plumes." Le Fil d'ArAr, 29/06/2019, https://lefildarar.hypotheses.org/227.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.