Goths occidentaux et mérovingiens

Michel Feugère

 

 

Compte-rendu de : E. Boube, A. Corrochano, J. Hernandez (éds.), coll. J.-L. Boudartchouk, M. Kazanski, P. Périn,  Du Royaume Goth au Midi mérovingien. Actes des 34e Journées d’Archéologie Mérovingienne de Toulouse, 6, 7 et 8 novembre 2013 (Mém. Ausonius, 56 ; Mém. AFAM, 35), Bordeaux 2019.

 

Chaque publication d’Actes des journées d’Archéologie Mérovingienne publiés par l’association française du même nom (AFAM ) est désormais un évènement, tant ces volumes jouent aujourd’hui un rôle structurant dans la recherche française sur cette période charnière. Autrefois mal aimée, la phase qui mène de l’Antiquité au Moyen Âge bénéficie depuis 1979, au sein de l’AFAM,  de chercheurs nombreux et passionnés, regroupés au sein d’une structure associative organisant des colloques dont les actes, on le voit ici, sont de de plus en plus impressionnants.

Ce volume issu des 34e journées, réunies à Toulouse en 2013, s’impose autant par son poids (560 pages !) que par la qualité de la monographie prise en charge par les éditions Ausonius dans le cadre de leurs Mémoires. Le thème retenu couvre la transition entre le royaume wisigothique (installé dans l’ancienne Narbonnaise en 412) et le passage de la région sous domination mérovingienne, trois siècles plus tard. Malgré la défaite de Vouillé, en 507, devant Clovis et ses alliés burgondes, les Wisigoths repliés en Hispanie sont encore présents en Septimanie pendant deux siècles , marquant profondément la culture et la civilisation régionales. C’est donc finalement, du Ve au VIIe siècle, l’essentiel du haut Moyen Âge dans un grand quart sud-ouest de la France actuelle qui est concerné par ce livre.

Cinq sections, issues des communications, regroupent les articles en thèmes successifs, d’importance inégale (de 3 à 12 contributions chacun). La première, « Les Goths de part et d’autre des Pyrénées : les sources écrites » (p. 19-53), s’intéresse à quelques aspects littéraires et juridiques du corpus sur lequel s’appuie notre connaissance de l’histoire des Goths en occident. Les Wisigoths semblent s’être résolus à perpétuer le droit romain jusqu’au début du Ve siècle, bien que les Germains ne reconnaissent traditionnellement que la coutume. Mais, comme le montre A. Dubreucq,  le Code d’Euric (466-484) se place encore dans la lignée des foedera qui étaient appliqués aux Germains par les Romains depuis le IIIe siècle. La rédaction de ce premier code a pu intervenir dès 475, quand l’empire romain renonça à son pouvoir sur l’Aquitaine. Sur le fond, et malgré le caractère très fragmentaire de ce que nous connaissons de ce premier recueil législatif, le trait dominant de ce premier texte semble la continuité. Les suivants, comme le Bréviaire d’Alaric (M. Rouche), reprennent encore, mais souvent avec des « interprétations », les textes romains pour constituer, progressivement, un droit hybride, puis construisant une identité de plus en plus affirmée au fil des ans.

La seconde section, « Pouvoir et mémoire dans la ville » (p. 55-112), adopte un point de vue général sur les marques wisigothiques dans le paysage urbain alto- et tardo-médiéval. Le principal lieu du pouvoir dans la ville romaine est le forum, et les fouilles récentes ont permis d’acquérir des données nouvelles sur le devenir de ces lieux au haut Moyen Âge, bien que cette phase souvent délicate à observer en fouille n’attire pas toujours l’attention des archéologues : s’agissant de monuments publics, souvent peu stratifiés, l’évolution n’est souvent sensible qu’à la faveur d’une reconstruction tardive, qui ne dit rien de la survie éventuelle du monument avant elle (E. Boube). Un peu mieux connus sont les monuments liés aux lieux de cultes et aux nécropoles, par exemple à Toulouse (J. Catalo et al.). L’attractivité des sanctuaires chrétiens fait de beaucoup d’entre eux le cœur d’un cimetière, parfois intra-muros (D. Paya).

« Archéologie funéraire et mobilier germanique oriental de l’Aquitaine et de l’Espagne entre Ve et VIe siècles » (p. 113-266) ouvre le gros chapitre des données funéraires qui, à cette époque, concernent tout autant la forme des tombes et les modes d’ensevelissement que le mobilier accompagnant les défunts. Sur toute cette démarche et l’interprétation des données plane l’ombre quelque peu encombrante de G. Kossina (1858-1931), dont les analyses d’inspiration nationaliste ont été largement instrumentalisées par le pouvoir nazi. L’exposé de S.E. Cleary sur la question (p. 115-125) vient donc à point nommé analyser le concept d’ethnicité du point de vue britannique. La dimension du vécu antique, tel que nous la rapportent les sources littéraires et épigraphiques, peut être confrontée au mobilier archéologique et aux classements qu’en proposent les spécialistes. Les contributions suivantes, sur Blanzac-Porcheresse, Saint-Laurent-des-Hommes, Vernet, Pezens, Estagel ou Pays Basque espagnol, ne font pas autre chose en reprenant ces questions sur de solides dossiers documentaires. Aux aspects typologiques du mobilier s’ajoutent ici la typologie des tombes, les gestes funéraires et bien sûr la chronologie, dénominateur commun des analyses de sites plus ou moins accessible selon les cas. Suivent deux synthèses sur la parure wisigothique en Espagne (Y. Gourgoury) et sur les dépôts en pratiques funéraires dans le centre-ouest ibérique (J. López Quiroga), qui bénéficie des nombreuses découvertes effectuées ces dernières décennies.

La quatrième section, « Territoires, contacts et culture matérielle » (p. 267-445) ne diffère pas fondamentalement de l’approche précédente, mais élargit le propos aux différentes cultures des territoires. On y trouve donc des analyses territoriales (habitats wisigothiques au sud de Madrid, le Lauragais, un habitat gothique de Frascaro en Lombardie) ainsi qu’un essai de synthèse sur les contacts directs entre la Bohème et la Méditerranée occidentale, sur le mobilier wisigothique du sud-est de l’Angleterre, mais aussi des études spécifiques de divers mobiliers (fibules danubiennes, peignes en matière osseuse, plaques-boucles et objets vestimentaires). Du fait de la prépondérance des données funéraires sur la période, les objets liés à la parure et à l’habillement concentrent l’essentiel du mobilier disponible. La situation des différentes séries est complexe, avec des importations claires, parfois sur de longues distances, et des séries locales influencées par des importations, dont la signification culturelle est donc objet de discussion. Le résultat est souvent une image mixte, celle de territoires ouverts où des populations d’origine et de culture différentes se côtoient, puis se mélangent pour former des groupes régionaux ancrés dans des traditions souvent revisitées.

Le volume se clôt sur une dernière section consacrée aux « Actualités archéologiques : Gaule mérovingienne » (p. 447-554). On y revient notamment sur l’étonnante mise en évidence d’importantes séries de perles importées en Gaule, à l’époque mérovingienne, du sous-continent indien, déjà signalée par C. Pion dans sa thèse (2014). Différentes découvertes, sur des séries de mobilier mérovingien ou des ateliers d’objets de parure, divers habitats ou sites funéraires, ont trouvé leur place dans cette partie du volume.

L. Verslype rappelle dans sa conclusion que malgré les traités, les Goths d’Occident se sont toujours heurtés aux provinciaux romains, à cause de leur fidélité au système monarchique militaire , mais surtout à cause de l’arianisme, condamné  comme hérétique dès le concile de Nicée en 325. De ce fait, les sources médiévales, écrites et diffusées dans un contexte d’hégémonie catholique, ne leur ont pas laissé la part belle. une partie des difficultés que nous éprouvons toujours à percevoir leur ethnicité dans les données archéologiques, vient peut-être de là. L’autre réalité, de plus en plus apparente avec la généralisation des études micro-régionales, est la volonté des Wisigoths, notamment, de reprendre à leur compte le flambeau romain.

Il aura, certes, fallu six ans pour publier les Actes de ce colloque de 2013, mais quel travail ! et surtout, quel bel exemple de collaboration réussie entre les organisateurs du colloque, les éditeurs scientifiques et l’équipe éditoriale d’Ausonius.  Au-delà de la maturité de l’AFAM, ce monument témoigne du brassage d’idées considérable que permettent des colloques aussi ambitieux, et de la possibilité d’en prolonger, avec de tels Actes, tout le bénéfice pour les recherches futures.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.